Err

bandeau-anniv-2020.jpg


Jazz Library (chroniques en cours)


Jazz Library (recherche alphabétique)
Jazz Library (recherche thématique)


JAZZ HOT LIBRARY
• LA BIBLIOTHÈQUE DE JAZZ HOT •
chroniques de livres en cours
  
D'autres chroniques de livres sont parues sur les éditions papier de 1935 à 2012. Elles sont disponibles à la vente dans notre boutique.
L'outil de recherche de votre navigateur permet de trouver rapidement un ouvrage par le titre ou l'auteur.


C • Con Chapman, Rabbit's Blues: The Life and Music of Johnny Hodges • F • Nicolas Fily, John Coltrane: The Wise One • Jean Francheteau, John Coltrane: La Décennie fabuleuse • G Jean-Luc Gatrau, Sister Soul: Aretha Franklin • Jeff Gold, Sittin' in: Jazz Clubs of the 1940s and 1950s • Roland Guillon, L’Univers de John Coltrane • H • James A. Harrod, Stars of Jazz, A Complete History of the Innovative Television Series, 1956-1958 • Michèle Hayat, La Trompette de Satchmo • L James Lester, Too Marvelous for Words: The Life and Genius of Art Tatum M • Franck Médioni, John Coltrane: L’Amour suprême • R Pascal Rousseau, Robert Delaunay: L'invention du pop • S Sammy Stein, Women in Jazz: The Women, The Legends & Their Fight • Mark Stryker, Jazz From Detroit

FLucio Fumo, Rapsodia in Blue Note: La storia di Pescara Jazz • GErnest J. Gaines, L'Homme qui fouettait les enfants • Umberto Germinale, We Want Miles! / Like Sonny

BJames Baldwin, Harlem Quartet • Kidi Bebey, Mon royaume pour une guitare • Mark Burford, Mahalia Jackson & the Black Gospel Field  C • Laurent Cugny, Hugues Panassié, L’œuvre panassiéenne et sa réception  F Jean-Baptiste Fichet, La Beauté Bud Powell • G Christelle Gonzalo/François Roulmann, Anatomie du Bison: Chrono-bio-bibliographie de Boris Vian K Martin Luther King, Autobiographie (textes réunis par Clayborne Carson) M James McBride, L'Oiseau du Bon Dieu • Charles Mingus, Moins qu'un chien • N Guillaume Nouaux, Jazz Brushes. Pictograms to improve your jazz drumming technique P Sergio Pujol, Oscar Alemán: La guitarra embrujada • T Bruce W. Talamon, Soul R&B Funk. Photographs 1972-1982 • Christine M. Theard, It's All Good. Colossal Conversations with Sonny Rollins • W Bruce Weber, Mitchum x Weber

BGuillaume Belhomme, Jazz en 150 figures • F Takao Fujioka, Jazz Art of Takao Fujioka • H Fred Hersh, Good Things Happen Slowly: A Life In and Out of Jazz K Pascal Kober, Abécédaire amoureux du jazz • L Michel Leeb/Jean-Pierre Leloir, Jazzick M Mark Miller, Claude Ranger. Canadian Jazz Legend R Arnaud Robert/Salomé Kiner, Montreux Jazz Festival: 50 Summers of Music Yves Rodde-Migdal, Jazz et Franc-Maçonnerie. Une histoire occultée • Robert Rossi, Histoire du rock à Marseille 1960-1980

ADerek Ansell, Sugar Free Saxophone: The Life and Music of Jackie McLean • Derek Ansell, Workout: The Music of Hank Mobley B Enzo Boddi, Uri Caine: Musica in tempo reale DAgnès Desarthe, René Urtreger: Le Roi René M Mary Morris, Jazz Palace. Quand Chicago Swingue  R Satyajit Ray, J'aurais voulu pouvoir vous les montrer

B • Naomi Beckwith/Dieter Roelstraete, The Freedom Principle. Experiments in Art and Music, 1965 to Now • Monique Bornstein, Spirit of New Orleans • Luc Bouquet, Coltrane sur le vif • F • Barbara Frenz, Music to Silence to Music: A Biography of Henry Grimes • H • David Hadzis, Sidney Bechet en Suisse • Bernard Hermann, Bon Temps Roulés. Dans la Nouvelle-Orléans noire disparue 1979-1982 • André Hodeir, Hommes et problèmes du jazz • K • Gloria Krolak/Ed Berger, Free Verse and Photos in the Key of Jazz • L • Jean-Paul Levet, De Christophe Colomb à Barack Obama 1492-2014 • Melba Liston, Black Music Research Journal • Giorgio Lombardi, Eddie Condon on Record • M • Adriana Mateo, AM JAZZ. Three Generations Under the Lens • P • Alexandre Pierrepont, La Nuée. L'AACM: un jeu de société musicale • R • Armand Reynaud/Jérémy Brun, Mulgrew Miller: The Book • S • Charles Schaettel, De Briques et de Jazz: le jazz à Toulouse depuis les années 30 • Nat Shapiro/Nat Hentoff, Ecoutez moi ça! • Pierre Sim, Jazzman autodidacte • T • Alain Tercinet, West Coast Jazz • W • Willem/Baudoin, Jazz à Deux

AJacques Aboucaya, Dernières nouvelles du jazzPatrick AnidjarLe Trompettiste de Staline B Guillaume BelhommeJackie McLean Michel-Yves Bonnet, Jazz et complexité. Une compossible histoire du jazz C Cabu Swing / Cabu New York Esther Cidoncha, When Lights Are Low. Portraits in Jazz Chris Costantini, Il n'est jamais trop tard G Alain Gerber, Une année sabbatique K Jean-Luc Katchoura/Michele Hyk-Farlow, Tal Farlow. Un accord parfait L Michel Laplace, Le Monde de la trompette et des cuivres P Jean-Marie Parent, Philojazz. Petites ritournelles entre souffle et pensée Peter Pullman, Wail: The Life of Bud Powell S Gabriel Solis, Thelonious Monk Quartet With John Coltrane at Carnegie Hall
CGabriel Conesa, Religion du Jazz. Petites improvisations sur la musique américaine ancienne D Eddy Determeyer, Big Easy Bands. Dawn and Rise of the Jazz Orchestra Pierre Ducrozet, Louis Armstrong: Le Souffle du siècle F Ludovic Florin, Carla Bley: L’inattendu-eNRobert Nippoldt/Hans-Jürgen Schaal, Jazz dans le New York des Années folles • P Joaquim Paulo, Jazz Covers coll. In the Spirit of Swing. Jazz at Lincoln Center Jazz en la BNE. El Ruido Alegre

NGuillaume Nouaux, Jazz Drums Legacy. Le langage de la batterie jazz R Noëlle Ribière, Jazz dans l'objectif • T Amor Towles, Les Règles du jeu

DDechazezau, BD Lomax. Collecteurs de folk songs • L Roger Louise, Blue Smoke: The Recorded Journey of Big Bill Broonzy M Javier Mariscal/Fernando Trueba, Chico et Rita • Guido Michelone, El jazz habla espagnol. 64 entrevisas con musicos de jazz, blues, world, tango-jazz, latin-jazz... N Gilles Néret/Xavier-Gilles Néret, Henri Matisse. Les Papiers découpés • P Alain Pailler, Ko-Ko • Aude Picaut, Fanfare • S Alyn Shipton, Hi-De-Ho: The Life of Cab Calloway • Alex Steinweiss/Steven Heller, Alex Steinweiss: the Inventor of the Modern Album Cover coll. Le Petit Livre à offrir à un amateur de jazz

BLincoln T. Beauchamp Jr., Blues Speak. The Best of the Original Chicago Blues Annual C Arrigo Cappelletti, Paul Bley. The Logic of Chance G John Gilmore, Une histoire du jazz à Montréal • Maria Gondolo Della Riva Masera, Frédéric Chopin: Aperçus biographiques H Christopher Hillman/Roy Middleton/Michel Chaigne, Chicago Swingers • J Jean Jamin/Patrick Williams, Une Anthropologie du jazz • L Von Mark Lehmstedt, Art Tatum, Eine Biographie • Jean-Pierre Leloir/Stéphane Koechlin, Portraits Jazz • Bo Lindström/Dan Vernhettes, Traveling Blues: The Life and Music of Tommy Ladnier  • M Mark Miller, Herbie Nichols. A Jazzist Life P Joaquim Paulo, Funk & Soul Covers • R Jacques Réda, L'Improviste: une lecture du jazz • Gérard Régnier, Jazz et société sous l'Occupation • W Randy Weston/Willard Jenkins, The Autobiography of Randy Weston: African Rhythms div. Livres en bref

D • Franco De Gemini, From Beat to Beat. Memoirs of the Man of the Harmonica, 50 Years of Music and Cinema as experienced • G • Alain Gerber, Miles • K • Norman Kelley, Rhythm and Business. The Political Economy of Black Music • P • Joaquim Paulo, Jazz Covers (édition 2008) • S • Frédéric Sylvanise, Langston Hughes: Poète jazz, poète blues

LIBRARY © Jazz Hot 2020
Stars of Jazz, A Complete History of the Innovative Television Series, 1956-1958, par James A. Harrod, McFarland & Company, Inc. Publishers

Sittin' in

Jazz Clubs of the 1940s and 1950s




par Jeff Gold

Sittin’in: Jazz Clubs of the 1940s and 1950s, par Jeff Gold, Harper Design/HarperCollins Publishers New York, NY, 260p., 2020, avec une très jolie présentation en musique sur ce site: https://sittinin.com


Jeff Gold1 est avant tout un chineur chevronné et un conteur gourmand des détails savoureux qu’il recueille auprès de ceux qu’il interviewe pour offrir ici les facettes multiples de l’histoire du jazz en clubs, de la politique à la mode en passant par la mafia, ou son activité économique spécifique. Dès l’introduction, il nous fait partager sa passion pour se rendre dans un lieu inattendu, tomber sur un trésor insolite rempli de pépites disparates, le rêve de tout collectionneur impénitent.

C’est dans ce contexte que cette somme de photos, objets et documents divers concernant les clubs dans les années 1940 et 1950 lui ont inspiré l’idée de ce livre, afin de redonner une vie incarnée visuellement aux lieux de jazz dans leur jus, des lieux et pas seulement les clubs, quand nous «allons» à l’Ambassade de Turquie car le père des Frères Ertegun est l’Ambassadeur et qu’il y reçoit Rex Stewart ou Lester Young parmi d’autres musiciens mythiques. L’intérêt particulier de ces documents, c’est qu’ils font aussi apparaître le public, ses relations avec les musiciens, la vie du quotidien avec les uniformes militaires par exemple, les couleurs, les graphismes, les dessins recherchés des programmes, pochettes d’allumettes et autres visuels de communication sur lesquels apparaissent des autographes, des dédicaces, des noms, des dates: tous ces artefacts redessinent l’écosystème du jazz dans toute son excellence artistique, son interaction humaine indispensable.

Sur l’aspect socio-historique, ces photos souvenirs prises par des photographes-maison (une pratique de l’époque), livrent un témoignage sur la capacité du jazz à relier deux communautés, malgré les lois et pratiques de l’époque, tout au moins, dans trois régions un peu moins empoisonnées par la ségrégation: la Côte Est (New York sur 93 pages, traitée par quartiers, Atlantic City, Washington DC, Boston), le Midwest (Cleveland, Detroit, Chicago, Kansas City, St. Louis), et la Côte Ouest (Los Angeles, San Francisco). Des plans géographiques, pochettes de disques en rapport avec les clubs, et des notes concernant leurs histoires, localisations, propriétaires, complètent le tableau. Pour présenter cet ensemble, Jeff Gold s’est entouré de Quincy Jones, musicien, producteur et homme d’affaires, Sonny Rollins, le philosophe profond, tous deux des mémoires du jazz qui rappellent leurs souvenirs, relatent des éléments biographiques, leurs perçus sur la pratique de l’intégration parmi les musiciens et dans le public à cette période, et surtout comment l’audience impactait directement sur la qualité effervescente de la musique.

Jeff Gold partage aussi sa découverte avec Jason Moran, pianiste, enseignant, compositeur et directeur artistique de Jazz at Kennedy Center à Washington, D.C., d’une génération plus jeune, dont le regard reste émerveillé de la vitalité de production à l’époque, expliquant que chaque trace retrouvée est un petit morceau de l’histoire afro-américaine et du jazz à préserver en tant qu’appui spirituel pour construire la suite.

Dan Morgenstern, critique musical, enseignant-historien du jazz, qui a passé trente-sept ans au Rutgers University’s Institute of Jazz (Newark, NJ), revient, quant à lui, sur le jazz en Europe (dont il est natif) avant et après-guerre, notamment sur Django, puis évoque sa rencontre, une fois aux Etats-Unis, avec Symphony Sid (dit aussi «Sid Torin») qui défendait le bebop dans un argot incompréhensible pour lui. Sa perception comparative des publics selon les régions, villes et quartiers, expose les dynamiques économiques propres au jazz –du fait même de la ségrégation– entre clubs, radios et disques, comme par exemple l’impact du Cotton Club sur la carrière de Duke Ellington. Il revient sur le phénomène de l’Art Ensemble of Chicago.

Enfin, Jeff Gold demande à Robin Givhan –Prix Pulitzer pour avoir transformé la chronique de mode en travail analytique culturel, journaliste dans plusieurs grands médias– d’expliquer comment les musicien-ne-s de jazz ont inspiré les designers autant que les fans, particulièrement en Europe où ils ont été d’emblée reconnus en tant qu’artistes; puis, la journaliste analyse les photos d’artistes et de fans, tant sur les postures que sur des aspects vestimentaires, avec une signification appropriée selon les circonstances, des notions d’élégances classiques ou alternatives, selon les clubs plus ou moins intégrés, plus ou moins ségrégués.


Pas un dénicheur-collectionneur de jazz ne résistera à ces témoignages d’un autre temps, celui de la proximité humaine, pour le meilleur et parfois le pire, mais qui, de fait, produisait un art de grande qualité à profusion
.

Hélène Sportis
© Jazz Hot 2020



1. Recordmecca est le site du collectionneur-consultant-expert Jeff Gold, auteur du livre, très spécialisé en rock-pop-folk, sur lequel vous trouverez une biographie complète de ses différentes activités passées et présentes.
https://recordmecca.com/about/
Stars of Jazz, A Complete History of the Innovative Television Series, 1956-1958, par James A. Harrod, McFarland & Company, Inc. Publishers



STARS OF JAZZ

A Complete History of the Innovative Television Series, 1956-1958





par James A. Harrod





Stars of Jazz, A Complete History of the Innovative Television Series, 1956-1958, par James A. Harrod, McFarland & Company, Inc. Publishers, Jefferson, NC, 226p., 2020 

https://mcfarlandbooks.com/product/stars-of-jazz/


Dans ce livre travaillé pendant 20 ans, l’amour du jazz se révèle dans les détails importants du making of d’une émission télévisée entièrement dédiée au jazz entre 1956 et 1958, inventée, conçue et réalisée de toutes pièces par des aficionados: autant dire que nous sommes d’emblée happés par les passionnants débuts du Far West cathodique, quand tout restait à imaginer et avant que tout ne bascule dans la consommation de masses standardisée.


Stars of Jazz, Ray Avery, JazzMedia 1998


James A. Harrod est membre de l'Association for Recorded Sound Collections, de la Jazz Journalists Association et du Los Angeles Jazz Institute; il vit en Californie et a donc bénéficié de la proximité complice et du savoir-faire de Cynthia Sesso (CTSImages) pour une scénographie soignée de l’aventure Stars of Jazz, largement illustrée (une centaine de photos) par le très beau fond d’archives de Ray Avery1 dont l’auteur nous parle. Le récit conjugue l’histoire du petit écran avec le contexte de l’époque et la spécificité géographique. Le petit écran c'est un ensemble de paramètres: format visuel restreint, (grand) public, technologie en perpétuelle mutation, batailles économiques et financières, entre sponsors et audimats, innovations de présentations (plateau, photo, lumière, cadrage, décors à adapter, le noir et blanc), construction d’un grand réseau de diffusion du local au national et jusqu’au Canada, filiales et chaînes concurrentes.

La lutte pour les droits civiques a gagné les Etats-Unis, et Los Angeles est l’un des fiefs mythiques du cinéma, en plein renouveau –cinémascope, drive-in, softpower/exportations– dont les stars essaient de respirer et de casser la ségrégation devenant ainsi le point de mire du maccarthysme depuis une décennie. La ville est aussi le terreau fertile de l’expérience musicale précieuse, mais aussi de mixité affichée, du JATP de Norman Granz
, de la série de concerts Jazz à la Carte de  son frère Irving, des animateurs radios Gene Norman et Frank Bull, entre autres inconditionnels du jazz voulant absolument faire partager leur passion qui ne s’épanouit que dans le collectif non ségrégué. Cette période charnière 1956-58 correspond aussi à celle qui a précédé la déferlante commerciale de 1959-1960, tant dans le domaine musical, que la production d’émissions TV, radio ou cinéma, éradiquant les indépendants/innovateurs d’un écosystème trop petit pour résister, contractant de fait le paysage audio-visuel comme le live dans les clubs, dans la seule obsession de produire au moindre coût pour le meilleur profit: la qualité cède le pas à la quantité.

En 1956, Peter Robinson, Jimmie Baker, Bob Arbogast et Norman Abbott, quatre responsables de KABC, filiale d'ABC-TV à Los Angeles, travaillent leur patron Selig Seligman pour qu’il accepte de diffuser, dans un premier temps, une série de quatre émissions TV de 30 min. en direct, afin de faire connaître au grand public le jazz dont tous étaient férus. Ils disposaient de peu de budget et d’un studio de fortune, devant faire venir des musiciens intéressants pour un cachet faible et règlementé. De plus, Selig Seligman avait prévenu qu’au-delà, les émissions devraient s’autofinancer avec un ou des sponsors. Comme les clubs faisaient relâche le lundi soir, et que deux bons caméramans, accrocs au jazz cela va de soi, pouvaient être disponibles à 22h30, le seul créneau horaire possible fut vite trouvé! Les photographes sur le plateau étant trop nombreux, trois restent dont William Claxton, photographe-conseiller de la série, et Ray Avery, son ami, qui devient un familier diffusant les photos de l’émission dans TV Radio Life dès le 17 novembre 19562.

Dès le début de la télé, le jazz avait comblé des temps d’antenne ou était «invité» dans des shows comme Cavalcade of Jazz, Jazz Concert sur WPIX, Adventures in Jazz sur CBS ou Eddie Condon's Jazz Show sur NBC; mais aucune émission n’avait pour objet de se consacrer au jazz avec un but éducatif pour en donner quelques clés de compréhension par l’écoute d’un large spectre d'artistes, dixieland, swing, bebop, moderne… et ainsi construire un public; à cette fin, les caméras innovaient avec une approche à la fois artistique et pédagogique afin d’attirer un nouvel auditoire. Pour les musiciens, venir était une opportunité d’élargir leur audience et d’augmenter leurs ventes de disques; pour les clubs de Los Angeles, Zardi's Jazzland, Tiffany, The Haig et Jazz City, l’échange partenarial –temps de publicité à l’antenne contre un cachet syndical AFM3 des musiciens en club– assurait la promotion de leurs établissements. Le cachet AFM faible pour 30 minutes d’antenne était ainsi compensé par davantage de notoriété, la vente des disques –Ray Avery était aussi disquaire et collectionneur– et les cachets des concerts en ville. Dave Brubeck est venu deux fois car il comprenait l’avantage global de l’émission mais Miles Davis ou Dizzy Gillespie avaient refusé en raison du cachet trop faible, compte tenu de leurs notoriétés.

Woody Woodward, Jazz Americana, Trend Books, Los Angeles, 1956

Bobby Troup (p,comp), déjà habitué à travailler à la radio et la télé, animait Stars of Jazz et, rapidement, l’équipe lance une opération pour trouver du sponsoring, consistant à envoyer un exemplaire du livre de Woody Woodward, Jazz Americana (Trend Books, Los Angeles, CA, 1956) aux spectateurs qui enverraient une carte postale à KABC. L’afflux massif de courrier a servi de levier pour faire parrainer Stars of Jazz par la bière Budweiser, d’autres sponsors supplémentaires venant se greffer sur le projet. Malgré 130 épisodes produits en deux ans et demi, l’émission ne peut être reprise en réseau national, en raison du refus d’ABC-New York, les sponsors se tournant vers les émissions commerciales, et le paysage musical commençant à se réduire à partir de 1959, les clubs périclitant également sous le rouleau compresseur de la société de consommation de masse. Pour autant, Stars of Jazz est diffusée et accueillie favorablement sur 70 chaînes de 39 Etats plus le Canada, auxquelles la série a été vendue en 1958. D’autres jazz shows suivront mais il faudra se remobiliser pour sauver la série de la poubelle et avoir l’aide in extremis de l’UCLA (University of California, Los Angeles) pour récupérer 45 épisodes, 85 étant perdus.

Le livre est une mine d’informations captivantes sur chaque épisode –musiciens, chanteurs, répertoires avec compositeurs et paroliers, les photos dont celles des épisodes perdus– et comprend aussi un index, une bibliographie bien ciblée, une filmographie complète et détaillée, 
les VHS et DVDs déjà édités par le passé (de 1995 à 2008), avec le détail des épisodes déjà restaurés depuis 1978 par UCLA; enfin l'auteur documente l’histoire et la discographie Calliope Records tirée des émissions. Comme presque toujours dans le jazz, le plus impressionnant reste l’alchimie magique du tissu relationnel et foisonnant qui permet d’innover à très petit budget, de valoriser, de sauvegarder les trésors cousus main, pour que les générations suivantes s’en servent et inventent à leur tour: une sorte d’écologie musicale circulaire; sans doute un héritage enraciné dans l’esprit collectif et populaire du jazz dont la force de résistance réside dans ses relais humains, tous secteurs d’activités artistiques et culturels confondus pour faire pièce au système médiatique financier taylorisé. Stars of Jazz, le jazz à la télé, comme si vous y étiez!
Hélène Sportis
© Jazz Hot 2020


1. Ray Avery et James A. Harrod se sont rencontrés en 1973 et en 1992, Ray lui montre les clichés alors qu’il travaille sur son futur livre Stars of Jazz (Photographies), JazzMedia, Copenhagen, 1998, ainsi que la collection de LPs Calliope (1976-1977) tirés des émissions vendues par ABC, alors que les droits pour les disques n’avaient pas été payés aux musiciens. Certains comme Terry Gibbs et la Count Basie Organization ont empêché la poursuite des parutions.


3. American Federation of Musicians, créée en 1896 qui comprend aujourd’hui 80 000 musiciens https://www.afm.org/fr/about/history-2/


VIDEOS

Billie Holiday, Show #8, 13 août 1956, Louis MCKay, Corky Hale, Robert Neel, Jules Bertaux

Julie London, Show #98, 19 mai 1958, Howard Rumsey’s Lighthouse All-Stars

Max Roach Quintet, Show #118, 13 octobre 1958

2020. 3 mars, UCLA, Mark Quigley archiviste et l’ingénieur du son Nicholas Bergh parlent de Stars of Jazz




Too Marvelous for Words
 
The Life and Genius of Art Tatum




par James Lester





Too Marvelous for Words: The Life and Genius of Art Tatum, par James Lester, Oxford University Press, NewYork, NY, 1994, 156 p., en anglais-américain
https://global.oup.com/academic/product/too-marvelous-for-words-9780195096408?cc=fr&lang=en&


C'est à la fin d'un engagement à Toledo (Ohio) en juillet 2000 que le patron du Rick's Jazz Club me propose d'aller le lendemain, accompagné d'un journaliste local, à la recherche d'Arline Tatum, la soeur d'Art Tatum, âgée de 92 ans, et vivant dans la maison familiale des parents Tatum située en plein ghetto de Toledo! Evidemment, j'acquiesce ,et nous voilà rendus «chez Art Tatum»: petite maison en bois typique des quartiers populaires de l'époque, la photo d'Arthur Tatum trônant sur le récepteur télé datant d'un autre âge. J'ai pu échanger quelques mots avec Arline Tatum et cet antique piano droit couvert de poussière sur lequel son frère Arthur a débuté: un moment émouvant s'il en est….

Rares sont les ouvrages de fond sur la vie d'Art Tatum, le plus «génial» des pianistes de jazz. James Lester, psychologue à la retraite et musicien amateur du Maryland, s'est attelé à cette immense tâche entre 1991 et 1994, époque où il a pu interviewer des membres de la famille Tatum et des musiciens encore vivants et ayant fréquenté ou joué avec le «Black King of Ivoiries»: les pianistes Billy Taylor, Oscar Peterson, Jay McShann, Jimmy Rowles, Hank Jones, les contrebassistes Milt Hinton, Slam Stewart, le trompettiste Harry Edison, le batteur Louie Bellson…


Né mal voyant à 70% en 1909 à Toledo (Ohio), le jeune Arthur Tatum vit dans une famille de musiciens amateurs et prend des cours de piano classique dès l'âge de 7 ans avec un professeur de son quartier. Il faut dire que le piano était un symbole fort dans les années 1920-1930 puisqu'il y avait un piano pour quinze habitants aux Etats-Unis! Doué d'une mémoire d'éléphant et doté d'une vélocité digitale époustouflante, Art Tatum commence à jouer en club dans sa ville natale mais aussi dans les villes voisines de Columbus et Cleveland. Ses idoles pianistiques sont les vedettes du moment: Earl Hines, Fats Waller, Willie Smith the Lion, et il s'en nourrit par l'écoute des 78 tours.


Ses premiers enregistrements en 1933 sont des standards populaires –«Tea For Two», «Tiger Rag», «St. Louis Blues», «Sophisticated Lady»– et  le montrent surfant sur des harmonies inventives en abandonnant le marquage net des temps, ce qui le démarque nettement de Fats Waller, utilisant le stride à la main gauche, il utilise des traits complexes et des modulations mais sans jamais altérer l'essence des mélodies.


Il part en 1932 à New York pour accompagner la chanteuse vedette Adelaïde Hall avec un autre pianiste stride, un certain Joe Turner (qui finira sa carrière à Paris en 1990): cette 
expérience lui laisse un goût amer, car l'accompagnement n'est pas son «truc». Il se positionnait déjà comme pianiste soliste ce qui, pour l'époque, était très avant-gardiste pour un jazzman. D'ailleurs, il aimait à répéter qu'il était «pianiste» et non «jazzman»! C'est dans ce format de soliste qu'il se produit à New York en 1933 à l'Onyx Club sur la 52e Rue, puis suivent des engagements au Three Deuces de Chicago, à Los Angeles et encore à New York au Café Society et chez Kelly. Les salles affichent «sold out» et son agent imposait une mise en place des tables et chaises identique chaque soir afin que le pianiste quasi aveugle puisse prendre ses repères et se rendre seul à son piano. Les caisses enregistreuses, bruyantes à l'époque, étaient interdites de fonctionnement pendant les sets! Tous les interviewés confirment la très forte propension d'Art Tatum à la consommation de bière et de whisky. Il se rend systématiquement après son travail à des after hours où il rencontre les jameurs de passage. Il n'en sortait qu'à 6h du matin, puis rentrait se reposer à l'hôtel, pour déjeuner en début d'après-midi, puis se rendait en début de soirée à son engagement. Art Tatum avait une énergie sans fin. Il était toujours courtois avec son entourage, s'exprimant dans un langage impeccable, vêtu systématiquement d’un costume trois-pièces bien taillé, ce qui lui a valu le surnom de «the banker» (le banquier)! James Lester a pu récolter des documents comptables qui attestent qu'Art Tatum avait un revenu de 2000 dollars par semaine au début des années 1940, ce qui était exceptionnel dans le jazz ... Art Tatum se marie en 1935 avec Ruby, mais cela finira par un divorce agité en 1952.

Art Tatum a toujours puisé son inspiration dans le répertoire de l’American Popular Songs (Gershwin, Rodgers, Kern…) et n'y a pas dérogé jusqu'à la fin. Il se frotte aussi au blues en enregistrant en 1938 «Wee Baby Blues» en petite formation avec le blues shouter Big Joe Turner. Toujours en 1938, il passe trois mois en Angleterre, et il se dit qu'il serait venu en touriste à Paris en avion, mais aucune preuve formelle n'a pu le démontrer.


En 1943, il forme un trio avec Tiny Grimes (g) et Slam Stewart (b): un retentissant succès commercial, les mélodies interprétées étaient reconnaissables par le grand public. A noter que Slam Stewart a déclaré à l'auteur la difficulté d'accompagner Art Tatum, difficulté due aux tempos d'enfer et aux transitions harmoniques dont il répétait systématiquement les arrangements avant chaque engagement!  L'activité du génie du piano reste très soutenue, et il se retrouve en vedette solo au 
Birdland de New York après les pianistes Billy Taylor (en trio) et Bud Powell (en trio): peut-on imaginer une offre équivalente au programme d'un club de nos jours? Ses séries de concerts en soliste vedette organisés par Bill Randle l'emmenait de Los Angeles, CA, à Chicago, IL, Pittsburgh, PA, Milwaukee, WI, Philadelphie, PA, en salles de concert et en universités. Ce planning infernal l'obligeait à une discipline rigoureuse à laquelle il se soumettait.

Norman Granz, 
le plus grand organisateur de concerts de jazz, l'engage alors pour les tournées de Jazz at the Philarmonic (JATP): Art Tatum donne 80 concerts d'affilée pour des soirées où étaient aussi à l'affiche Ben Webster, Coleman Hawkins, Harry Edison, Lionel Hampton, et tant d'autres monuments du jazz… Norman Granz l'enregistre dans la foulée en solo pendant huit heures pour le label Verve et Art Tatum perçoit la coquette somme de 2500 dollars par semaine, rémunération considérable à l'époque dans le milieu du jazz… S'en suit en 1952 une tournée orginale intitulée «Piano Parade», montée par la Gale Organization, et faisant jouer alternativement quatre pianistes: Art Tatum, Erroll Garner, et deux pianistes de boogie en vogue: Pete Johnson et Meade Lux Lewis.En 1953, son médecin l'avertit de la dégradation de sa santé due à une consommation excessive d'alcool. Sa solide constitution lui permet néanmoins d'assurer ses engagements. Il se remarie en 1955 avec Geraldine Williamson, mais en 1956, un diabète incontrôlable et une crise d'urémie le terrassent. Il décède à l'hôpital de Los Angeles, et il est inhumé au Rosedale Cemetery. Trois cents personnes assistent à la cérémonie ponctuée d'interventions d'Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan et de ses nombreux amis musiciens. L'inscription tombale mentionne Someone to Watch Over Me, l'un de ses titres favoris composé par George Gershwin.

Bien que n'ayant pas été compositeur, Art Tatum reste un musicien hors du commun, faisant l'admiration des pianistes de musique classique autant que de ceux de jazz, et se rattachant à la notion de 'styliste innovateur'. Jean Cocteau l'a qualifié de «Chopin fou». Art Tatum reste une référence absolue, un sommet inaccessible…

Philippe LeJeune
© Jazz Hot 2020
Jazz From Detroit, Mark Striker, University id Michigan Press


Jazz From Detroit


par Mark Stryker




Jazz From Detroit,
par Mark Stryker, University of Michigan Press, Ann Arbor, 342p., 2019

https://www.press.umich.edu/4454129/jazz_from_detroit

Michigan State University College of Music, présentation du livre par Mark Stryker: https://www.youtube.com/watch?v=n2qeZPVxeSM


Avec Phil Ranelin (tb) et Wendell Harrison (s):
 https://www.youtube.com/watch?v=GSHffW15muA



 

Dans le monde, Detroit est la ville historique de l’automobile «Motor City, Motor Town»; pour l’Amérique, en raison-même de ce bassin d’emplois massifs créé au tournant des XIXe-XXe siècles, cette ville frontalière du Canada a été une des terres promises des Afro-Américains fuyant le Sud, entre misère et ségrégation, et du fait de la main d’œuvre –trop contente de trouver une place dans cette société–, peu payée, une des zones les plus productives de richesse économique, très rentable pour le capital, essuyant les plâtres d’une mondialisation précoce et du taylorisme-fordisme, particulièrement efficace lors de la reconversion très rapide de ses usines pour la Deuxième Guerre mondiale. Ce décollage s’est doublé du commerce parallèle de la prohibition (1920-1934), entre alcool interdit et argent du trafic à écouler: les lieux de divertissement (dont ceux de la nord-sud Hastings Street) ont alors servi de paravent mais surtout de tremplin au jazz. Pour un amateur de blues, de jazz, de gospel, de rhythm & blues, Detroit s’est rapidement imposée comme un des cœurs du réacteur, en lien permanent avec la conquête des droits civiques depuis la fonction historique de sauvetage des esclaves échappés du fait-même de sa localisation géographique.

Mark Stryker est littéralement tombé amoureux de Detroit quand il est venu travailler au Detroit Free Press en 1995, en tant que critique musical et reporter d’art. Il nous fait pénétrer dans sa passionnante épopée par l’entremise du pianiste, pilier local, Kenn Cox, l’un des initiateurs de l’aventure coopérative de musiciens Strata Corporation à la fin des années 1960 (cf. chronique Charles Mingus, Jazz in Detroit). Un soir de 2005, dans un des clubs mythiques du nord de la ville depuis 1934, le Baker’s Keyboard Lounge, le pianiste, coutumier de causeries, maugrée entre les morceaux, énonce les grands noms du jazz issus de sa ville depuis quatre-vingt ans, et évoque leur précieuse contribution au jazz mondial jusqu’à aujourd’hui, dans ses courants les plus modernes, car trop souvent, Motown, la boîte à rythme faite label (en 1959 par Berry Gordy), masque la forêt de talents hors norme et tous azimuts.

Cette litanie artistique sera le point de départ de la réflexion sur le sujet du présent livre. Car la prospérité économique initiale de Detroit a permis de construire un outil de formation exceptionnel qui combine et allie tous les atouts d’une école publique très investie dans la transmission de la musique, y compris classique, de la vie nocturne intense des clubs, des cours à domicile des artistes dont ceux de Barry Harris, de la pratique musicale active dans les lieux de cultes, le tout concourant à une transmission orale permanente, une pratique intensive non stop et donc un résultat très abouti pour chaque artiste, l’émulation interne sur place agissant comme un stimulateur supplémentaire. Sans Detroit, le jazz n’aurait pas été le même, de la même façon qu’on peut le dire pour New Orleans, New York, Chicago, Kansas City, Philadelphie… Mark Stryker rappelle que le jazz c’est aussi une géographie, des terroirs, des racines, des accents, et son livre s’appuie à dessein sur l’urbanisme pour expliquer les dynamiques de la vie économique et sociale du jazz dans la ville.


Il brosse un rapide tableau de la pério
de 1900-1950 (Part One), nous recommandant la lecture de Before Motown: A History of Jazz in Detroit, 1920-1960 de Lars Bjorn et Jim Gallert, University of Michigan Press, 2001 pour se concentrer sur la période 1940 à aujourd’hui. De la même façon, il explique son parti pris de ne pas avoir refait des biographies déjà très bien traitées de certain-es musicien-nes, et il donne les références des ouvrages à lire, comme pour Paul Chambers, Betty Carter entre autres, ou Pepper Adams en cours de rédaction par Gary Carner. Le soin sur la discographie, les sources, deux annexes (musiciens par instruments, liste des interviews), un index, comme le paragraphe de remerciements en fin de l’ouvrage qui est en réalité la liste de tous ceux qui ont aidé, contribué, à divers titres précisés, à rendre possible un travail de cette envergure, tous ces éléments constituent le «making of», la trame riche d’un réseau très fertile, d’une mémoire préservée et partagée, ce qui est assez rare aujourd’hui pour être souligné: cet effet de collectif de travail n’est pas sans coller à l’esprit jazz.


L’auteur insiste au fil de ce voyage dans le temps et l’espace, sur la fabrique de talents de qualité en grande quantité, en classique pour les orchestres symphoniques du pays, comme en jazz, de la scène locale à la planète entière, une profusion d’artistes rendue possible par l’exigence et la fine connaissance d’un public entier érigé en critique de haut vol. «Detroit had the best listening audience.The audiences around Detroit were like musicians. I mean they knew. No way to come up on the bandstand jiving. That could be injurious to one's ego» dit Joe Henderson en 1996.» («
Detroit avait le meilleur public pour l’écoute. Le public autour de Detroit était comme des musiciens. Je veux dire qu'ils s’y connaissaient. Pas question de monter sur scène pour rigoler. C’était se discréditer»). «I've never seen anything like it before or since : a whole community actively participating in the development of the form ... It was a beautiful thing to see» se souvient Elvin Jones en 1971Je n'ai jamais rien vu de tel avant ou depuis: toute une communauté participe activement à l’évolution du jeu musical... C'était beau à voir»).


Le livre comprend six chapitres, et la Part Two parle de l’âge d’or de 1940 à 1960, dessinant en même temps le portrait de musiciens et celui de la ville (au travers de leurs formations et vies professionnelles), en montrant la personnalité et le rôle tenu par chacun au sein de la communauté: Gerald Wilson, Yusef Lateef, Milt Jackson, Sheila Jordan, Barry Harris, Tommy Flanagan, Kenny Burrell, Donald Byrd, Roland Hanna, Curtis Fuller, Louis Hayes, Ron Carter, Joe Henderson, Charles McPherson… L’auteur détaille la relation des musiciens avec les maisons de disques et la relation particulière d’Alfred Lion à partir de 1948 avec les musiciens de Detroit, par l’entremise de Milt Jackson au côté de Thelonious Monk.


La Part Three parle des Jones Brothers, toujours allant de l’analyse de l’artiste à celle de son insertion dans le groupe, l’élégant Hank, Thad, l’un des piliers du mythique orchestre maison du Village Vanguard (avec Mel Lewis en 1966), et Elvin Jones, le délicieux et puissant roi-philosophe, batteur émérite du Quartet de John Coltrane.

La Part Four raconte le tournant tumultueux des années 1960-1970, en pleine finalisation des luttes pour les droits civiques amenant son cortège de répressions et d’émeutes, entre prise de contrôle et autodétermination, issues des expériences africaines ou collectivistes, entre activisme social, poésie et films, avec les expériences du Detroit Artists Workshop, du Detroit Creative Musicians Association (DCMA), de Focus Novii, du Contemporary Jazz Quintet (CJQ), de Strata Corporation et Tribe, autant d’expériences alternatives qui traduisent les mutations économiques de l’époque amenant aussi par ailleurs le départ d’Alfred Lion de Blue Note embarqué dans les cessions-fusions d’entreprises. Bien que cela ne soit pas signalé dans cet ouvrage, ce n’est sans doute pas une coïncidence si Alfred Lion a eu une relation suivie avec les artistes de Detroit, sa deuxième compagne, Ruth Mason, étant la fille de Bertha Ellena Hansbury, pianiste diplômée à Detroit puis à Berlin en 1909, activiste sociale, ayant créé deux écoles de musique au début du
XXe siècle dans la ville, dont la renommée Bertha Hansbury School. Une fois Alfred Lion et Ruth Mason partis de Blue Note (1967), les relations se tendent jusqu’à se rompre notamment avec notre pianiste introducteur Kenn Cox: les relations enracinées font aussi le jazz… A la suite de quoi, Kenn Cox sera lui-même un des deux créateurs de la fugace Strata Corporation (1969-1976) pour continuer à enregistrer le CJQ et s’autonomiser enfin de New York. Elvis Jones continuera à enregistrer chez Blue Note de 1968 à 1973. Cette période est aussi celle des tournées européennes de longues durées du Detroit Free Jazz, des «retraites temporaires» des musiciens, des départs en Californie, et toujours des addictions à la drogue qui ont déjà valu des séjours en prison: la musique commerciale change l’atmosphère.

Enfin, la période autour de l’année 1970 marquera le début du déclin économique de Detroit, précipitée dans une inadmissible descente aux enfers de cinquante ans, en raison de la corruption, voyant ses usines et son territoire gigantesque se détériorer, sa population migrer ou muter vers la «pauvreté ségréguée», les anciens et les malades n’ayant plus de recours publics évaporés dans une faillite retentissante (en 2018); mais l’enseignement et l’économie de la musique de la ville résiste de son mieux grâce aux philanthropes et mécènes, à l’image de l’héritière du vêtement Gretchen Carhartt Valade qui a financé la Detroit Jazz Festival Foundation, le label Mack Avenue, le Dirty Dog Jazz Café, ou la fondation de la famille Erb (qui a fait fortune dans le bois) qui alloue des budgets très importants à l’apprentissage en jazz, ou via le Detroit Symphony Orchestra, l’University du Michigan, le Carr Center, et beaucoup d’autres acteurs du renouvellement artistique par la multiplication des lieux de rencontres avec le public pour entretenir la flamme.

La Part Five traite d'une légende, d’un grand enseignant, passeur, Marcus Belgrave et de ses enfants: Geri Allen, Kenny Garrett, Regina Carter, Gerald Cleaver, Robert Hurst, Rodney Whitaker, James Carter, Karriem Riggins.

La Part Six: Tradition et Transition au
XXIe siècle, décrit qui sont les petits-enfants de Marcus Belgrave: Ralphe Armstrong, Marion Hayden, Michael Malis, Marcus Elliot notamment, symboles que le relais a bien été passé, que Detroit continue à fournir ses talents partout, en maintenant sur place une garde artistique dynamique en réserve et digne de son auditoire toujours exigeant. «Detroit fait les voitures et les musiciens de jazz.» dit Vincent Chandler (tb) qui insiste sur la nécessité des accents qui rendent le jazz intense. Mark Stryker a su restituer en mots la vitalité tonique du jazz from Detroit, su analyser chaque artiste en le gardant dans son «collectif jazz» et dans sa ville attachante qui préservent l’essentiel même en temps de tourmente: la cohésion du collectif, le swing, le feeling et la liberté intérieure pour les exprimer.

Une très jolie phrase d’Elvin Jones dans ce livre: au printemps 1960, il intègre le Quartet de John Coltrane: «Right from the beginning to the last time we played together, it was something pure. The most impressive thing was a feeling of steady collective learning. Every night when we hit the bandstand-no matter if we’d come 500 or 1000 miles-the weariness dropped from us. It was one of the most beautiful things a man can experience. If there is anything like perfect harmony in human relationships, that band was close as you can come». («De la première à la dernière fois où nous avons joué ensemble, c'était quelque chose de pur. Le plus impressionnant était un sentiment d'apprentissage collectif constant. Chaque soir, dès notre entrée en scène, même si nous avions fait 500 ou 1000 miles, l’épuisement disparaissait. C'était l'une des plus belles choses qu'un homme puisse vivre. Si l’harmonie parfaite existe dans les relations humaines, ce groupe en a été aussi proche que possible.»)

Hélène Sportis
© Jazz Hot 2020

La Trompette de Satchmo, Michèle Hayat






La trompette de Satchmo

 



par Michèle Hayat





La trompette de Satchmo, par Michèle Hayat, Editions Ecriture, 208p., Paris, 2020
https://www.editionsecriture.com/livre/la-trompette-de-satchmo




«Ma mère m’a toujours dit: la vraie richesse, ce n’est pas l’argent, c’est d’être libre.»
 Cette phrase dite par Mayaan, la mère de Louis à Ester, sa future «Mamatou» plante le décor de la révolution dans sa nouvelle vie. Quelle agréable idée ce roman qui nous fait parcourir 15 600 kms en 25 ans, de Vilna en Lithuanie, à New Orleans pour finir à Tel Aviv, en nos temps actuels de confinement contre un virus, alors qu’au tournant des XIX
e-XXe siècles, les voyages, alors en bateaux peu confortables, étaient parfois gages de survie, voir de meilleure vie. Michèle Hayat, primo-romancière, nous embarque dans la vie d’Ester Karnofsky, fille d’un éditeur, pianiste classique de formation, couturière de talent, épouse de raison mariée à Morris, tailleur de bijoux en ambre, et mère de deux garçons, Alex et David. Ils devront fuir à quatre les exactions antisémites à Vilna, et la magie de l’ambre les mènera jusqu’à New Orleans en 1900, un dépaysement total, même si tous les racismes se valent, et que la misère comme le combat pour la vie ne font que peu varier la donne, d’un climat froid à un autre, subtropical. Mais ce livre raconte surtout l’histoire du jazz et d’une femme en parallèle: au niveau sociologique d’abord, le rôle et l’implication des personnages féminins vont montrer les ressorts de cet art populaire dont le vent de liberté leur permet de surmonter les deuils, la ségrégation, les déménagements subis, la violence sociale, les recommencements sans fin, les vies de couple ou de célibat rarement choisies, pour construire: même avec rien, mais en donnant du sens et en mettant de l’art dans leur vie et surtout dans celle d’un enfant qui deviendra Louis Armstrong*. Ensuite, la narration, comme dans le jazz, avec une mélodie, des improvisations, des rythmes d’écriture, une pulsion d’énergie recréée par l’une ou l’autre des trois femmes qui s’entraident, se relaient au fil des imprévus souvent rudes, puis qui arrivent finalement à trouver une harmonie et un tempo fluide, comme dans un orchestre rodé, quand elles se sépareront. La trame du récit est dynamique par la détermination et la solidarité maintenues face à une société faite d’adversités et d’accélération du temps, comme la vie des musiciens sur la route, obligés de trouver une cohésion pour tourner ensemble et jouer de plus en plus, de mieux en mieux. Enfin, ces caractères de femmes sont comme le jazz, généreux, engagés, elles ne lâchent rien jusqu’à la coda. Le tableau de fond principal est celui des quartiers de Storyville et environnants, entre petits commerces nés de l’immigration, prostitution tapageuse, musique hot et enfants des rues dont Louis fait partie, même si un trou dans le mur l’attire comme un aimant: en collant son oreille, il entend la trompette de «Papa Joe» qui deviendra King Oliver. Ayant perdu tout repère au début (géographique, familial, professionnel, social et même artistique), Ester va s’accrocher à son feeling de musicienne et à cet enfant des rues touché par la grâce du jazz. Sa voisine Mrs. Iona, à l’accent très british et à l’esprit très vif, lui fait rencontrer Mayaan, la mère de Louis et de Lucy qui redonne du tonus à Ester: le trio est en place. Morris devient un brocanteur recherché, et Alex part très jeune pour bâtir une nouvelle patrie en Palestine. Vous dire comment ou pourquoi Alex accroche l’enseigne «Du Côté d’Armstrong» à son restaurant couru de Tel Aviv en 1923 serait déflorer un scénario très bien construit, tout autour de Satchmo, à partir de ses 6 ou 7 ans selon la date de naissance que l’on retient de 1900 (celle de sa légende) ou 1901. Ester, la Mamatou de Louis, lui dira lors d’un concert à Chicago: «Je comprends ta colère Louis, mais c’est ma façon à moi de résister.» Un roman pétri de liberté et de résistance des femmes qui se lit d’une traite. Il aurait plu au regretté Ellis Marsalis




Rabbit's Blues

 
The Life and Music of Johnny Hodges




par Con Chapman






Rabbit’s Blues, The Life and Music of Johnny Hodges, par Con Chapman, Oxford University Press, 230p., New York, NY, 2019, en anglais-américain
https://global.oup.com/academic/product/rabbits-blues-9780190653903?q=chapman&lang=en&cc=fr

 



Comment Con Chapman en est-il arrivé à écrire sur Johnny Hodges? De la région de Boston, ce professionnel prolixe de l’écriture en tous genres (journaliste, romancier, essayiste…) n’avait jusque-là pas abordé le jazz, semble-t-il, et il donne une biographie d’un musicien finalement oublié aujourd’hui, malgré son grand talent, ce qui change des ouvrages à répétition portant toujours sur les mêmes musiciens. On peut donc déjà reconnaître à Con Chapman le mérite de l’originalité, et même celui du bon choix, car Johnny Hodges est un artiste de premier plan, exceptionnel même, un de ces musiciens sans lequel le jazz ne serait pas tout à fait le même. Imaginons alors que Con Chapman est un amateur de Johnny Hodges ou un auteur malin qui espère réunir les lecteurs sur un musicien à propos duquel il n’y a justement pas beaucoup d’écrits en dehors des revues spécialisées. Enfin, l’auteur vit à Boston, et Johnny Hodges, né non loin de là, y a vécu, et il fait partie du patrimoine de la ville.

Quelles que soient les motivations de M. Chapman, il a eu raison car Johnny Hodges est parmi les pères fondateurs du jazz pour son instrument, le saxophone alto: avec Benny Carter (son contemporain presque parfait, août 1907, alors que Hodges est de juillet, donc son aîné de quelques jours) et à un moindre niveau Willie Smith (1910). Cet introduction sur l’auteur n’est pas inutile car elle permet de comprendre sa méthode de travail –très américaine et pas toujours par des spécialistes de la matière, mais de bons professionnels– pour une biographie honorable, d’autant que Johnny Hodges étant par nature taciturne, il ne s’est pas épanché dans la presse avec régularité pendant sa pourtant longue carrière.

Pour ce travail de compilation, Con Chapman a réuni avec sagacité ses sources, ne s’est pas trompé et n’a pas oublié grand monde, puisqu’on retrouve Stanley Dance, John Chilton, Duke Ellington (et la littérature sur le Duke), Frederick Ramsey Jr., et beaucoup d’articles de revues spécialisées, dont une partie de ceux de Jazz Hot*. Sa bibliographie est précise, et un appareil de notes par chapitre (en fin) rend à César ce qui appartient à César: Con Chapman a cette élégance de citer régulièrement ses sources. Ce travail est complété en fin d’ouvrage par un index des noms cités, toujours utile pour replonger rapidement dans l’ouvrage.

A partir de ses sources, il a isolé ce qu’il a pu trouver sur l’objet de sa recherche, et il a tenté d’animer toutes ses bases par un récit très clairement écrit, ce qui fait que même un lecteur étranger lit assez facilement la prose de M. Chapman.

En bon biographe, il a effectué un travail de recherche sur les origines et la jeunesse de Johnny Hodges, à partir des actes d’état civil, sans doute l’un des moments les plus intéressants de cet ouvrage, parce qu’il apporte des informations, dont certaines sont inédites, pour contextualiser, sur le plan social et des relations interraciales, avec des repères chronologiques pour cette partie assez précis.
On apprend ainsi que Johnny Hodges est né à Cambridge, MT, le 25 juillet 1907 d’un couple, John H. et Katie (Swan), originaire de Virginie, une famille qui a dû souvent contourner les interdits racistes pour se marier, se loger, se disant parfois «blanche» parfois «noire» selon les registres, qui s’est nommée Hodge ou Hodges selon les moments (alternative qui restera présente pour Johnny jusque dans les années 1940). Dans sa jeunesse, c’est sa mère qui achète à Johnny un soprano à l'imitation du grand, déjà, Sidney Bechet, mais c’est sur le piano familial que débute Johnny, avec des dispositions naturelles exceptionnelles qui lui permettent de se débrouiller rapidement du clavier, assez pour gagner quelque argent à l’adolescence. Il apprend également le soprano par proximité, d’autant qu’un de ses amis d’enfance n’est autre qu’Harry Carney, le futur sax baryton du Duke, qui vit à quelques maisons de là, comme Howard Johnson. Le modèle de Johnny Hodges, c’est évidemment Sidney Bechet qui passe parfois dans des shows à Boston dans l’après première-guerre mondiale, et que Johnny retrouve dans sa loge en 1923 pour la première fois. Hodges le dit, c’est par l’observation et par le disque qu’il apprend l’instrument et découvre le jazz. Il a très vite une réputation de surdoué dans la ville, et s’il ne lit pas la musique (il apprendra quelques trucs de lecture avec Barney Bigard et Otto Hardwick dans l’orchestre d’Ellington), il ne semble pas en avoir besoin sur les nombreuses scènes où il épate, en culottes courtes, à 13-15 ans à peine, encore amateur, tous les musiciens et les professionnels de passage dans la région. C’est dans l’orchestre de Joe Steele qu’il débute son parcours professionnel, rapportant à cette mère (encore une) adorée son premier cachet. Il y a beaucoup d’autres détails sociologiques, d’anecdotes sur cette période, très intéressants pour comprendre d’où vient Johnny Hodges.

L’auteur fait parfois des digressions, sur la genèse des surnoms, sur l’instrument, sur le son, sur la différence de sonorité entre New York (le son de l’Est) et de Kansas City (celui de l’ouest) qui établissait une sorte de rivalité-émulation entre les musiciens. Mais, au fond, le modèle de Johnny pour le son a été Sidney Bechet, dont Hodges a gommé le puissant vibrato, un son donc plus marqué par New Orleans que par l’Est, et le côté lascif (lazy), étiré et hyper-expressif de Hodges y fait référence.

C’est à Boston que Johnny Hodges croise la route du Duke pour la première fois, mais c’est son ami Harry Carney qui l’attirera dans l’orchestra. C’est probablement en 1924 que l’alto découvre New York, et la multiplicité des clubs, s’y installe en 1925. Il y côtoie dès 1924, Willie the Lion Smith, Sidney Bechet, Chick Webb (1926), avant de rejoindre Ellington.

L’auteur nous relate à sa façon les parcours avec Duke Ellington, la petite séparation de 1951-55, le retour avec Ellington, étayant son récit sur de nombreuses citations patiemment réunies dans ses sources. La méthode est bonne, les sources sont correctes bien qu’incomplètes, et c’est une bonne synthèse, qui restitue l’importance de la couleur sonore de Johnny Hodges sur la palette de couleurs avec lesquelles le Duke a composé son œuvre. Johnny Hodges, comme Harry Carney, sont des indispensables de la sonorité d’ensemble, et malgré le caractère parfois sombre ou placide de Hodges, il est certain que l’alto a toujours eu une place à part dans cet orchestre. Musicien instinctif, sa puissance d’expression est de celle qui personnalise une œuvre, même celle du Duke qui en a parfaitement conscience. Le Duke lui laisse beaucoup de place. Hodges a aussi le privilège d’enregistrer en dehors de l’Orchestra, avec Teddy Wilson et Billie Holiday, Lionel Hampton, dans les années 1930, Woody Herman, Eddie Heywood Jr., Earl Hines, dans les années 1940. Dans les années 1930, il y a également des enregistrements en petite formation avec le Duke, organisés par Helen Oakley (à cette époque elle collabore également à Jazz Hot). Il y aura aussi après guerre quelques beaux enregistrements hors de l’Orchestra avec le Duke (Side by Side et Back to Back, chez Verve) qui confirment la place à part de Johnny Hodges dans l’un des plus fameux Big Bands de l’histoire du jazz.

La matière n’est pas si généreuse avec le taiseux Hodges, et Con Chapman en profite pour nous parler d’Ellington et des étoiles de l’Orchestra: Billy Strayhorn (avec qui Johnny Hodges enregistre dans les années 1950), Ben Webster, Jimmy Blanton, Juan Tizol, Ray Nance, Russell Procope, Wild Bill Davis (avec qui il enregistre une série de 6 albums de 1961 à 1966, cf. la discographie parue dans le Spécial 2007 de Jazz Hot) et comme l’orchestra est riche en talents, ça permet d’enrichir le sujet. Dans la méthode Chapman, il y a aussi cette habitude de s’attarder sur les artistes cités par une digression biographique, ce qui n’est pas inutile pour ceux qui découvrent. La collaboration avec Earl Hines est aussi rapidement abordée.

L'auteur évoque le plaisir de la boisson chez Johnny Hodges, puis l’arrivée dans le paysage du jazz de Bird, Charlie Parker. Con Chapman essaie de trouver une opposition de style, mais à l’écoute de Bird, qui sait aussi bien chanter que Johnny Hodges avec son alto, le point de vue ne résiste pas. C’est vrai que le débit nerveux de Charlie Parker est parfois loin de l’expression lazy de Hodges, et qu’il vient supplanter en notoriété ses maîtres pour des raisons de mythologie du jazz, mais Bird, Hodges et Carter partagent le lyrisme, le blues et le caractère hot de l’expression, et toute idée de glisser un coin entre ces trois musiciens est dénuée de fondement si on écoute avec attention en se libérant des perceptions d’époque, de générations et de modes.

Con Chapman narre encore les tentatives du Rabbit d’échapper à l’attraction solaire du Duke (chapitre Le Lapin s’égare), parlant d’une rivalité sourde entre les deux hommes, mais sur le fond, on peut penser que l’auteur a besoin d’alimenter son récit et que son imagination ou ses habitudes font le reste. Chacun des musiciens sait ce qu’il attend de l’autre, et il aurait été plus pertinent d’insister sur cette symbiose musicale parfaite entre deux musiciens d’exception qui savent ce qu’ils se doivent réciproquement. Tout le dit, à commencer par la longue fidélité et la discographie. Un autre chapitre évoque bien entendu le retour au sein de l’Orchestra dans ce déroulement chronologique.

L’auteur consacre un chapitre au caractère chantant de l’expression d’Hodges, ce qui ne fait aucun doute. Comme on l’a vu, l’inspiration (Bechet, New Orleans) accentue ce caractère, et si on y réfléchit, on s’apercevra que les deux grands altos du premier jazz, Carter et Hodges, partagent ce lyrisme avec les grands altos de la suite de l’histoire du jazz: Parker, on l’a vu, Sonny Stitt, et tous les post-parkériens, de Cannonball Adderley à Phil Woods et bien d’autres. Le plus remarquable dans cette énumération de saxophonistes alto est finalement que chacun a un son très identifiable.

Un autre chapitre évoque l’importance du blues chez Hodges, et en fait même un petit sujet de distance avec Ellington dont les compositions complexes s’éloigneraient des principes fondamentaux selon Con Chapman. Le blues est bien un élément essentiel de l'expression du Rabbit mais, là encore, on peut douter et contester l'argument de l'auteur, et d'abord parce que le blues est et reste une base essentielle du Duke jusqu’à sa mort.

The Out Chorus
est le titre du dernier chapitre relatant l’enregistrement  de 3 Shades of Blues, produit par Bob Thiele, le grand faiseur de rencontres intergénérationnelles dans le jazz, avec la complicité des arrangements d’Oliver Nelson et de la voix de Leon Thomas. Pas si out selon nous, car si la pâte très blues de Nelson est perceptible, la présence d’Ellington plane sur un enregistrement classique où la voix de Leon Thomas (spécialiste des effets en tous genres, fausset, jodel, cassure blues, scat) fait merveille, et où le son de Johnny Hodges ramène immanquablement à l’univers du Duke.

Johnny Hodges a disparu le 11 juin 1970, à 63 ans seulement, un an avant Louis Armstrong, quatre ans avant le Duke.

Rabbit’s Blues
est un récit bienvenu d’un parcours d’un grand artiste resté dans l’ombre d’un des soleils du jazz, sans doute par manque de curiosité des revues spécialisées et aussi par la personnalité de Johnny Hodges lui-même. Comme souvent, au centre de l'ouvrage figurent une série de photos et documents qui illustrent le parcours de Johnny Hodges.

On aurait pu attendre, pour un musicien aussi rarement abordé, une discographie détaillée, et c’est là qu’on perçoit que Con Chapman s’est fixé, avec trop de modestie, quelques limites. Cela dit, le livre, une bonne synthèse, permettra à beaucoup de découvrir que le saxophone alto n’a pas commencé avec Charlie Parker, et l’écoute de Johnny Hodges est l’un des délices du jazz.

Yves Sportis
© Jazz Hot 2020

* Pour compléter la lecture de cette biographie, vous pourrez utilement consulter dans Jazz Hot les n°5-1946 (couverture), n°28-1948, n°43-1950, n°262-1970 (couverture lors du décès), n°263-1970, n°264-1970 (article de Demêtre Ioakimidis), et le Spécial 2007 (Le Siècle de Johnny Hodges, l'article le plus complet, de Félix W. Sportis, qui a échappé à la recherche de Con Chapman, avec une discographie en  leader –plus de 50 albums– utile à la découverte sonore de Johnny Hodges). A propos de discographie, il sera aussi nécessaire de réécouter l’œuvre enregistrée de Duke Ellington, à laquelle Johnny Hodges a contribue si essentiellement et si longtemps.



Sister Soul
 
Aretha Franklin: Sa voix, sa foi, ses combats




par Jean-Luc Gadreau






Jean-Luc Gadreau, Sister Soul, Aretha Franklin: Sa voix, sa foi, ses combats, préface de Bertrand Dicale, Editions Ampelos, Maisons-Laffitte, 2019, 156p.
http://editionsampelos.com/sister-soul-aretha-fraklin-sa-voix-sa-foi-ses-combats
https://www.youtube.com/watch?v=mi2b5Gnq6I4


Ce livre nous fait aborder la vie et le parcours musical d’Aretha Franklin à travers l’œil de l’auteur, fils de pasteur et français, Jean-Luc Gadreau, ce qui sont deux prismes déjà particuliers venant enrichir les problématiques du débat Amérique/Afro-Amérique. Le travail le plus intéressant de ce livre consiste dans la collecte de témoignages directs (traduits en français) sur la perception et la pratique sociale du gospel, du blues, du jazz (chanté, dansé, joué, incanté, prêché) de 1915, date de naissance du futur révérend C.L. Franklin, le père d’Aretha, à 2017, date de la retraite d’Aretha, donc sur environ un siècle. B.B. King (1925-2015) raconte: «(…) Nous avions tous les deux été traités comme des chiens et appelés «sales nègres», nous avions tous deux assisté à des lynchages. Pourtant nos mamans nous ont appris à croire en un Dieu de justice». Bobby «Blue» Bland (1930-2013) enchaîne: «(…) je devais avoir 11 ou 12 ans quand maman m’a emmené entendre ce nouveau prédicateur dont tout le monde parlait (…)». Puis Buddy Guy (1936-) poursuit: «(…) Je devais rencontrer deux personnes. Le premier était le révérend C.L. Franklin, parce que B.B. King m’a dit qu’il pouvait prêcher mieux que Howlin’ ne pouvait chanter 
(…)», (
ndlr: Howlin’ Wolf, 1910-1976). Concernant Hastings Street rue animée de Détroit MI, il ajoute : «on voyait des chanteurs d’église chanter dans un style jazzy alors que des groupes de jazz utilisaient l’organiste de l’église dans leurs sections rythmiques (…)». Le choix de Jean-Luc Gadreau de retranscrire la parole des témoins donne chair et réalité au récit. Chaque amateur a son idée sur les conditions qui ont fait le chemin spécifique d’Arethaencore assez atypique à son époque comme le relève l'auteur, amenant certains à penser qu’elle a gaspillé son talent dans la musique commerciale; toutes ces perceptions brutes en temps réel apportées au lecteur permettent de reconstituer ce que pouvaient être les priorités de Sister Soul: exister pour tous et partout afin de gagner en «respect» (sa chanson fétiche). Cette idée et ce besoin de reconnaissance font partie de sa naïveté, de son endurance et in fine, de sa longévité d’irréductible. 
Gageons que ce n’est pas par hasard si elle choisit Détroit MI comme ville de cœur, cette ville précoce en soulèvements et féconde en abolitionnistes, à la conquête des droits pour les Afro-Américains, ce terreau où Martin Luther King laisse un profond sillon, mais aussi une communauté qui va payer cher sa liberté d’esprit et d’action dans l’Amérique de 2018 avec sa faillite aussi retentissante qu’inadmissible.
Et Aretha aussi est toujours prête à payer un prix trop élevé pour bien comprendre l’injure qui lui a été faite et être sûre de vouloir/devoir franchir l’étape d’après. Dans ce parcours heurté, on retient souvent les millions de disques vendus (plus qu’Elvis, pour mémoire, un homme, blanc, élevé au blues dont le parcours commercial et médiatique était censé faire pièce à la musique de l’Afro-Amérique des droits civiques), une discographie un peu tous azimuts en terme artistique. Notons un disque non mentionné où Aretha est accompagnée par Ray Bryant (1931-2011) un autre enfant du gospel1. Elle rayonne dans ce disque, retrouvant ce cocon naturel dont elle a besoin pour s’exprimer, besoin que l’auteur souligne à juste titre à propos du magnifique documentaire Amazing Grace où réapparaissent les liens culturels intrafamiliaux. Car de la grand-mère pilier du clan, aux rivalités entre sœurs, en passant par des parents aux profils complexes, et ceux de substitutions, de la nature de ses rapports conjugaux qui évoluent dans le temps, des interactions avec les professionnels musiciens, agents-tourneurs, producteurs, maisons de disques, presse, de tout cet environnement, apparaît, par petites touches, le portrait évolutif d’une enfant habitée ne s’exprimant que par son art, devenue une proie à bien des titres pour partir à la conquête de la gloire, puis une femme mûre qui a finalement réussi à s’en sortir, mais à un prix très élevé: le parcours normal d’une Afro-Américaine au XXe siècle, érigée au rang de Queen of Soul.
Hélène Sportis




1960-61-Aretha Franklin, Aretha


1.Aretha Franklin With The Ray Bryant Combo, Columbia CL 1612-US 1961, enregistré à New York chez Columbia Records les
1er août, 29 novembre, 19 décembre 1960 et 10 janvier 1961
 



© Jazz Hot 2020



Robert Delaunay


L'invention du pop



par Pascal Rousseau







Robert Delaunay, L’invention du pop, Editions Hazan Vanves, 2019, 296p.
https://www.editions-hazan.fr/livre/robert-delaunay-linvention-du-pop-9782754107914



Voilà un beau travail, à l’évidence, celui d’un admirateur, Pascal Rousseau, qui, en dehors de son savoir universitaire ayant permis, entre autres, l’exposition «Robert Delaunay, De l’impressionnisme à l’abstraction, 1906-1914», à Beaubourg, Paris, 1999, poursuit un fil très conducteur de passionné. Son minutieux travail de recherches et de rapprochements (vie quotidienne-arts), mis en valeur par une iconographie tous azimuts (cartes postales, journaux, photos, publicités, affiches), permet de montrer comment cet artiste, qui va fusionner, en arts multiples touchant tous les secteurs même industriels et commerciaux, avec Sonia (Stern-Terk-Uhde) qui deviendra Delaunay à partir de 1909 –futurs parents de Charles, le fondateur de Jazz Hot– a puisé son inspiration dans son temps, qu’il s’agisse des «Rythmes» (le cake walk s’est implanté fin XIXe à Paris, et la cinétique, jonction entre mécanisme et vitesse permettant le mouvement, émerge aussi chez Fernand Léger ou František Kupka1), de la technique issue du taylorisme et des inventions notamment en transports qui crée de nouveaux monstres intéressants pour l’imaginaire (La prose du Transsibérien de Blaise Cendrars et Sonia Delaunay), évidemment de la lumière qui a été réinventée par les Impressionnistes, renforcée par les Orphistes et par la «Fée Electricité» (Raoul Dufy) qui permet d’illuminer réellement la Ville-Lumière, et s’agissant enfin, de cette Tour Eiffel lors de l’Exposition Universelle de 1889 qui va être un point de mire, véritable catalyseur artistique pour le tournant du nouveau siècle.

Le livre s’articule en cinq thématiques: «Le règne de l’image: montage des attractions et culture de masse», «Panneau-Réclame. L’artiste et le publicitaire», «l’art et le muscle. Le sport-spectacle», «Magic City. Le laboratoire du fun» et pose le sujet: l’art perd-il ou non son âme dans une démarche qui se rapproche de la vie de tous, du quotidien, du populaire (du «pop»). Les débats philosophiques, analytiques, esthétiques (au sens de la perception) très documentés dans le livre, donnent la mesure de la virulence des propos, des procès d’intention faits par ceux qui pensent que l’art doit rester sous cloche. L’exemple en exergue de L’Equipe de Cardiff montre l’art dans une nouvelle dimension, populaire, internationale, sportive, concurrentielle, au grand air, directement liée à l’actualité, à la vue de chacun, à portée de main, d’accès, dans la grande tradition des expositions universelles accessibles au plus grand nombre.

D’autres artistes en France et dans le monde, avant Robert Delaunay, mais surtout avant cette époque de conquêtes de nouvelles libertés, avaient popularisé leurs talents au service d’idées (Honoré Daumier), de spectacles (Toulouse-Lautrec, Albert Dubout, Alfons Mucha), du foisonnement des arts appliqués et décoratifs (Arts & Crafts, Art Nouveau, Art Déco, Harlem Renaissance, Bauhaus), liant les métiers, les objets, les activités de la vie à l’art, mais la réelle boulimie créatrice polymorphe de Robert (et Sonia) Delaunay de l’entre-deux guerres (notamment pour l’Exposition Universelle de 1937) correspond directement à une époque où tout semblait, l’espace d’un instant, devenu possible pour l’Humanité, dans une totale liberté de créations (de matières et de concepts), d’investigations (le film ou la pièce de théâtre, fruits d’arts et artisanats combinés, se terminent dans l’esprit du spectateur), de conquêtes de nouveaux espaces (comme les usines), de nouveaux territoires (comme le gigantisme industriel), de correspondances entre les imaginations des artistes, des inventeurs, des penseurs, du public.

A partir des Guerres d’Espagne et d’Ethiopie, de la fin des Fronts populaires, des conférences diplomatiques honteuses, le vent réactionnaire des arts qualifiés de «dégénérés» claquemure les passages, mais un pas irréversible a été franchi: l’art qui vit est immanquablement populaire avec une émotion authentique, le fruit d’échanges, de partages, et non le produit d’un système, d’une étiquette ou d’une académie doctrinaire pyramidale. Cette démocratisation de l’art sera un des grands apports du jazz (très lié à tous les arts libres pratiqués socialement) car une «pratique» qui s’enferme dans un entre soi de diktats ou de codes n’a pas la liberté de s’exprimer, et par essence, ce n’est donc plus un «art» qui suppose la liberté de perception, d’expression et l’imagination pour produire, le contraire même de la société consumériste standardisée, qu’elle soit de masses ou élitiste, telle qu’on la connaît aujourd’hui.

Un livre qui ouvre beaucoup de pistes autres que picturales. Pas étonnant que le fils de Robert (et Sonia) Delaunay se soit intéressé au jazz dans toutes les dimensions (écrite, disque, graphique, événementielle, écoute partagée dans les Hot Clubs…), un savoir-faire familial d’ouverture en grand angle. 
Hélène Sportis

https://www.editions-hazan.fr/livre/frantisek-kupka-en-15-questions-9782754114486
https://www.jazzhot.net/PBCPPlayer.asp?ID=2110008#Kupka


© Jazz Hot 2020

John Coltrane


One More Time…


L’Univers de John Coltrane, par Roland Guillon, Editions L’Harmattan, Coll. Univers musical, 84p., Paris, 2017.
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=53862

John Coltrane, La Décennie fabuleuse, par Jean Francheteau, Editions L’Harmattan, Coll. Univers musical, 286p., Paris, 2018.
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=61456


John Coltrane, L’Amour suprême, par Franck Médioni, Préface d’Archie Shepp, Editions Le Castor Astral, Coll. Castor Music, 274p., Le Pré-St-Gervais (93), 2018.
https://www.castorastral.com/livre/john-coltrane-lamour-supreme 

John Coltrane, The Wise One, par Nicolas Fily, Editions Le Mot et le reste, 418p., Marseille, 2019.
https://lemotetlereste.com/musiques/johncoltrane

Voici quatre ouvrages évoquant le déjà très documenté et commenté John Coltrane. Après les divers ouvrages et le travail effectué –du temps de John Coltrane et depuis– par les revues spécialisées dans le monde entier, les films et les documentaires, on ne peut manquer de se poser la question de l’opportunité d’en rajouter. C’est sans doute la force de John Coltrane –comme celle des quelques légendes du jazz, mais sans doute plus accentuée pour quelques-unes d’entre elles, Miles et Chet par exemple– de générer des élans, des vocations d’écritures ou d’attirer une forme d'opportunisme (associer son nom à celui de John Coltrane offre une plus grande exposition médiatique, voire une meilleure gratification narcissique). Et finalement, dans ces biographies et études stylistiques, pour les amateurs de longue date, on en apprend plus des rédacteurs eux-mêmes (leur perception de John Coltrane) que de l’objet de leur curiosité. Pour le lecteur nouveau ou aléatoire, la matière nouvelle peut être, par le hasard et par la nouveauté (disponibilité en librairie), l'occasion de faire un choix, et, c'est vrai, l'occasion de découvrir un musicien, malgré sa notoriété bien établie et l’abondance de documentation déjà existante.






Il y a dans ces livres des renseignements biographiques exacts plus ou moins précis selon les auteurs, des bibliographies souvent incomplètes ou pas très curieuses de la différence ou de la divergence, des discographies inégales, jamais complètes, mais il n’y a rien de fondamental ou de nouveau. Il y a des commentaires, stylistiques fondés parfois sur des précédents ou originaux mais toujours contestables, documentaires sur l’époque, très souvent partiels, des précisions de circonstances, biographiques, mais là encore, ça existe déjà ou c’est plus informatif sur l'auteur que sur l'artiste.


Il faut donc déjà dire que ces ouvrages s’adressent davantage aux nouvelles générations qui n’auraient pas d’autres curiosités que les ouvrages récents pour leur permettre d’aborder un musicien déjà ancien. Les auteurs sont de trois catégories:

L’universitaire Roland Guillon est fidèle à l’institution, plus synthétique que ses collègues de chronique, n’ayant pas peur du «je» sais, donc je suis. Son livre, passé un raccourci biographique, est une suite de points de vue descriptifs, comme une collection de petits articles: la modalité, les formations, le croyant, l’africanisme, le citoyen, les héritiers, le blues en conclusion où il remarque avec justesse que John Coltrane prolonge l’histoire du jazz, mais ce n’est pas très original sauf pour ceux qui ont la manie des ruptures obligées (Hodeir et Panassié à l’époque de Charlie Parker, Carles et Comolli à l’époque du free jazz, bien que ces derniers soient cités avec incohérence donc, mais révérence). Oui, John Coltrane est un musicien qui appartient à l’histoire du jazz et le blues est la matière, l'esprit de sa musique comme on peut le dire de tout musicien de jazz. Bibliographie conventionnelle, très partielle, pas de sources véritablement indiquées, ce qui est un peu étonnant du point de vue universitaire. Discographie sans intérêt. Cela marque certaines limites, même sur le plan pédagogique, mais l’ambition était simplement de voir publier des travaux. On sait que ça compte dans le dossier administratif des universitaires.





Toujours chez L’Harmattan qui fait feu de tout Coltrane, se trouve l’ouvrage plus important par la taille de Jean Francheteau et qui est l'un des deux plus travaillés des quatre, avec celui de Nicolas Fily. C’est évidemment l’ouvrage de l’amateur de jazz, comme c'est le cas pour Nicolas Fily, du connaisseur de John Coltrane, du passionné. Sans malheureusement éviter les défauts de ses confrères du jour (les révérences pénibles bien qu’obligées quand on pense vouloir exister), cet ouvrage, qui aurait mérité une meilleure correction, présente l’avantage d’une biographie détaillée, d’une discographie travaillée, même si la bibliographie est là encore très incomplète et partielle, comme si nos auteurs avaient peur qu’en citant leurs sources on puisse penser à un travail de compilation. C'est pourtant de cela qu'il s'agit. Les commentaires stylistiques comme dans le premier cas, sans être toujours inexacts sont plus révélateurs de l'auteur que de l'artiste, et ne sont ni toujours très bien rédigés, ni très profonds, ni très originaux, et forcément répétitifs: un musicien ne change pas de style à chaque thème et à chaque disque. Ceux qui n’ont pas compris que le cheminement de John Coltrane est à son image, une construction humaine cohérente ancrée dans des racines et dans son temps qui est celui de la lutte pour les Droits civils, ont peu de chance de percevoir que l’œuvre d'un artiste est un tout également digne d’intérêt, de la première à la dernière note. 
On sent dans la rédaction que Jean Francheteau a creusé sa matière et qu’il tente de la faire partager à l'instar de Nicolas Fily, mais plus largement que leurs deux autres confrères d'écriture sur Coltrane. Jean Francheteau retranscrit beaucoup d’éléments repris ça et là dans de précédents travaux consacrés à John Coltrane. Un index, précis et important pour la lecture, complète ce gros travail qui pourrait devenir la base d’un meilleur ouvrage, notamment en prenant le temps d'une meilleure correction du texte, de l’élaguer des redondances en se limitant à une étude stylistique synthétique de l'expression coltranienne (cette remarque vaut aussi pour Nicolas Fily), de faire un meilleur inventaire des sources, celles notamment provenant des revues spécialisées dont Jean Francheteau est un lecteur sans aucun doute possible. Quant aux commentaires stylistiques, c'est un exercice très difficile quand on ne veut pas tomber dans l'hagiographie ou la redondance qui est le défaut commun de tous ces ouvrages, et, le plus souvent, de ceux qui les ont précédés. Jean Francheteau a les moyens d'affiner un ouvrage respectable, une bonne base de connaissance de John Coltrane.



Le troisième auteur, c’est un «spécialiste», journaliste, écrivain prolifique (une manière d’Alain Gerber du XXIe siècle par le débit d'ouvrages en tous genres sur le jazz), déjà familier du saxophoniste (auquel il a consacré deux ouvrages) et évidemment ce dernier opus en comprend tous les attributs: références et révérences aux huiles du milieu et avec les paillettes qui s’imposent. C’est hagiographique, plus journalistique au sens trivial du mot, et donc «plus professionnel», corrigé, fluide en écriture et surtout vivant par la multitude d’interviews réutilisées, mais en forme de mosaïque. C’est aussi plus mondain, avec un avant-propos qui commence par citer ce que pensent Patti Smith ou David Bowie de John Coltrane, comme si on avait besoin d’eux pour se rassurer et savoir que John Coltrane est un artiste: le besoin d’être cautionné, avalisé, «parrainé» ou «flairé» par des noms ou des confrères «qui comptent». Evidemment, une préface d’Archie Shepp (un court moment d'information malgré tout), et une post-face d’un autre auteur de la même maison (et d’Actes Sud, évidemment) Zéno Bianu, poète, qui a lui-même consacré un ouvrage à sa relation avec John Coltrane (moi et Coltrane, c’est dans ce sens qu’il faut le voir), après Chet Baker et Jimi Hendrix, bien entendu. Cela dit sans méchanceté, comme un constat, car ces noms, Coltrane compris, sont effectivement plus «porteurs» que Sonny Clark ou Red Garland, sans parler de Frank Newton (pas celui de la gravité atmosphérique, mais de celle du jazz, puisqu'il participa à la première version de «Strange Fruit» de Billie Holiday…)  et de la multitude de génies du jazz qui n’ont droit qu’aux bonnes revues spécialisées au mieux ou à l’oubli. Voilà pour le décor, rien d’inhabituel, et si on pioche au hasard dans un livre pas très original, on retrouvera évidemment les clins d’œil à André Francis, Michel Delorme, Carlos Santana, Zéno Bianu bien entendu, etc. Franck Médioni est un «bon communicant», comme on dit aujourd’hui, il n’oublie de saluer personne au détour d’une phrase, pas même les auteurs qui l’ont devancé dans les monographies consacrées à John Coltrane. «Tout le monde, il est beau, tout le monde il est gentil», et surtout John Coltrane, un saint homme! Pas de risques encore que John Coltrane soit atteint par la vague «#Metoo». On verra ça à une prochaine étape, s’il faut remuer les mânes pour les trompettes de la renommée.
Cela dit, le style est propre, l’ouvrage se lit, il est léger, aéré d’interviews. Pas de risque qu'une pensée construite encombre notre mémoire.
La structure du livre est simple: une biographie (Premiers pas), les rencontres importantes selon Franck Médioni: Miles et Coltrane, Monk et Coltrane, la période Atlantic, la période Impulse!, Love Supreme décrit comme un dépassement du jazz (l’obsession d’avoir à dépasser le jazz, comme si le jazz pouvait l’être), enfin L’Ascension, la période où le Quartet de John Coltrane (que nos trois auteurs s’acharnent à franciser en quartette, au mépris même des précisions du Grand Robert de la langue française en 6 volumes qui signifie bien que pour le jazz il est licite et préférable d’employer quartet), où le quartet donc change de composition et perd McCoy Tyner et Elvin Jones. On se demande encore comment, avec une telle perte, le quartet atteint cette stratosphère médionique, où il faut citer en vrac Bach, Monteverdi et Marmande, et dans la foulée (c’est contagieux) abuser du néologisme. Heureusement, comme il est d’usage, Franck Médioni a la fausse modestie de laisser parler parfois Coltrane lui-même (ça donne du contenant et du contenu) pour contrebalancer ses échappements libres. Et même s’il s’agit, tout au long de l’ouvrage, d’une sorte de patchwork, la parole de Coltrane, même découpée en rondelles, repose, aère la lecture par sa simplicité. Car le superlatif, en permanence, ça sature.




Reste l'invité de la dernière heure de cette chronique, John Coltrane, The Wise One, de Nicolas Fily, qui nous a été confié par son auteur au hasard d'une rencontre récente. Publié par une maison d'édition marseillaise, Le mot et le reste, cet ouvrage présente des similitudes avec celui de Jean Francheteau: on y sent la passion d'un premier ouvrage, très imposant par le volume et la recherche, et donc la volonté de s’adresser aux lecteurs. C'est ce qui nous fait préférer ces deux ouvrages: il y a un très consistant travail de recherche, un plus grand naturel d'expression et une ouverture vers le lecteur.
Chez Nicolas Fily, le déroulement est encore chronologique, suivant les étapes de la vie et des rencontres de John Coltrane (L'éducation, Miles Davis, Thelonious Monk, Blue Note, Prestige, Milestone), avant de suivre la canevas de la discographie à partir de la période en leader: Atlantic, Impulse!, avec pour chaque période un découpage fondé sur les enregistrements. Les collaborations en sideman ne sont pas oubliées, comme les méandres-digressions d'un grand fleuve. La qualité d'écriture de Nicolas Fily est essentielle pour cet exercice qui pourrait paraître répétitif chez ses confrères. Le travail d'écoute, même quand on ne partage pas les analyses, est aussi à mettre à son crédit. Il est minutieux et attentif.
Parmi les défauts de jeunesse de Nicolas Fily –en dehors d’une  coquetterie de plume et 
d’un conformisme d’époque assez fréquent plus difficile à corriger– il y a cette propension à penser que la dernière production est toujours meilleure que la précédente: le progressisme. Pour Nicolas Fily, c'est aussi une caractéristique du jazz, les modernes étant nécessairement plus intéressants, plus libres, plus aériens que les anciens, sans se poser la question de sa propre perception d’homme de l'an 2000. Si un conseil est utile à un auteur en devenir, c'est de lui dire que le progressisme en art, même dans le cours d’une carrière d'artiste, est une absurdité et, plus dommageable, le prive de la beauté du jazz et des arts de toutes les époques dans la pluralité des expressions, particulièrement accentuée dans le jazz où l'individualité et le contexte historique et géographique déterminent une grande variété et richesse d'expression. Il suffirait de changer d'art ou de musique pour comprendre que les artistes ont aussi une vie, des recherches et des cheminements, un contexte, et qu'après, les jugements de valeur de ceux qui les commentent –critiques et auteurs– doivent être très relatifs, se replacer dans l'époque et les lieux, remettre en cause leurs oreilles de l'an 2000 (ou d'avant pour les plus vieux), avec cette part de doute sur la perception du critique, son époque et ses jugements. Cette relativité appelle des commentaires plus descriptifs en fait qu'autre chose, tournés vers l'objet d'étude, vers l'artiste, sans avoir besoin d’une pédanterie et fausse science à la Hodeir. La relativité oblige à dire que toutes les générations n'écoutent pas avec la même oreille, et que certaines perceptions du début du XXe siècle (et même des siècles précédents) valent aussi bien que beaucoup d'aujourd'hui en matière de musique et d'art. On peut donc ne pas être d'accord avec telle ou telle interprétation de Nicolas Fily de ce qu'un album de Coltrane porte, de ce que le musicien transmet de sa culture (par exemple la paix supposée de Crescent ou le caractère mystique de tel ou tel autre enregistrement, comme la plus ou moins grande liberté dans celui avec Don Cherry, et même sur l'importance supposée de Kind of Blue, etc.). Cette partie du travail est, selon moi, la plus contestable, en dépit d’une langue précieuse et de l'écoute méticuleuse, et c'est également vrai pour Jean Francheteau, sans parler de Franck Médioni qui est moins naturel dans ses commentaires, plus ampoulé, plus attendu aussi.
Chez Nicolas Fily, les pages de mises en situation de la biographie sont excellentes, précises, et dans le cours de l'ouvrage, il garde toujours quelques mots pour situer tel ou tel enregistrement dans son contexte culturel, social et historique. Le travail de notes est bien meilleur que chez ses confrères, et il a beaucoup travaillé, en passionné comme Jean Francheteau, et ses curiosités (cinéma ou autres) donnent à l'ensemble de l'ouvrage un environnement plus «charnu», plus américain (on l’oublie mais Coltrane ne vivait pas dans la lune). Il possède donc beaucoup de qualités, une méthode de travail, qui devraient lui permettre de partager sa passion du jazz avec des lecteurs au-delà de ce premier ouvrage. On le souhaite car il y a tant à raconter sur le jazz qui n'a jamais même été envisagé par les éditeurs… Et si Nicolas Fily remet en cause quelques évidences, qui sont souvent des lieux communs de la critique ordinaire, comme le progressisme, et cette manie de ne traiter que ce qui l'a déjà été moult fois, il pourra apporter une contribution originale.

Cela en dit long, donc, sur la puissance de la musique de Coltrane qui questionne autant les auteurs que les auditeurs. C'est la force principale de John Coltrane, et de l'Afro-Amérique dans son ensemble: cette conviction qu'on retrouve aussi bien chez Mahalia, Billie, Ella, Bessie, Mary Lou Williams, Louis, mais aussi Duke, Count, Monk, Dizzy, Parker, Bud, Lester, Ervin, Hawkins, Mingus, Dolphy, Kirk, Hooker, et des milliers d'autres, cette rage de vivre qui forge la volonté depuis plus de quatre siècles et qui a été sublimée dans cet art qu'on nomme le jazz. Pas uniquement chez John Coltrane, même s'il est l'un des grands créateurs d'une des époques du jazz. Le génie est une constante dans le jazz, depuis Louis Armstrong jusqu'à aujourd'hui et dans une quantité qui fait du jazz un art exceptionnellement généreux en vrais artistes, une vraie civilisation par le modèle alternatif qu'il propose pour tous les secteurs de la vie humaine.
Nicolas Fily et Jean Francheteau se livrent en fait eux-mêmes, avec naturel, dans leur perception passionnée de Coltrane, c'est une prise de risques mais aussi un besoin pour eux. Franck Médioni et Roland Guillon se livrent dans leur perception selon ce qu'ils sont: un journaliste et un universitaire. Tous s'appuient, trop selon notre opinion, sur des perceptions déjà formulées par d'autres pour ce même artiste. Il serait préférable comme on pourrait le dire des musiciens, que chacun ait une voix particulière afin de rendre
 plus fertile cette répétition de publications sur un même artiste.

En conclusion de cette note collective de lecture, vous avez le choix:
pour l’easy reading et être sûr que vous pensez comme Carlos Santana, David Bowie et André Francis, que Coltrane est une idole, il faut lire bien sûr Franck Médioni.
Si vous aimez la concision scolaire, il faut lire Roland Guillon. Il choisit ses thèmes et rend une copie honorable manquant un peu de chair.
Si vous cherchez plus de naturel, de passion et plus de documentation, il faut lire Jean Francheteau et Nicolas Fily.
Au titre de la découverte de John Coltrane, les ouvrages de Jean Francheteau et Nicolas Fily paraissent plus profonds et documentés.

L
a grande leçon de ces multiples éditions consacrées à John Coltrane (et on comprend dans ce lot les récentes biographies américaines d’Ashley Kahn et Lewis Porter, comme tout un tas d'ouvrages de vulgarisation), c’est que John Coltrane donne du grain à moudre…

S
i vous aimez John Coltrane, vous avez encore dans Jazz Hot pour compléter votre passion*de vraies discographies détaillées, des interviews non tronçonnées, des articles écrits sur le moment, des chroniques de disques, réalisées à différentes époques, de John Coltrane et de dizaines de musiciens qui l’ont côtoyé, évoqué, avec des photos d’époques, à commencer par les membres de son quartet de légende: McCoy Tyner, Elvin Jones, Reggie Workman, Jimmy Garrison, Elvin Jones, des invités comme Pharoah Sanders, Archie Shepp, Eric Dolphy, ou des suiveurs comme Sonny Fortune…(cf. L'intégrale Jazz Hot de John Coltrane)

Yves Sportis
© Jazz Hot 2020



Women in Jazz


The women, the legends & their fight



par Sammy Stein




Women in Jazz, The Women, The Legends & Their Fight (Les Femmes dans le jazz, les femmes, les légendes et leurs combats), Editions 8th House Publishing, Montreal QC, Canada, 2018, 258 p.


Sammy Stein écrit sur le jazz en presse et pour la radio. Dans ce nouvel opus, elle étudie les rôles des femmes dans l’histoire du jazz, et qu’elles soient musiciennes ou promotrices, au fil d’interviews1, montre l’évolution sociologique et les fait parler de leurs places aujourd’hui. Le livre s’organise autour de sept chapitres: «New Orleans, Passé et Présent», «Femmes», «Femmes dans le passé, Influenceuses Majeures»2, «Les femmes dans le jazz aujourd’hui», «Faire la pause», «Education, Financement & Innovation», «Présent et Futur: Evolution démographique et jeunesse dans le jazz». L’intérêt du travail est d’avoir rassemblé plusieurs témoignages directs pour des métiers dans et autour du jazz qui permettent de constater que le secteur (monde anglo-saxon principalement traité) n’est pas différent du reste de la société (faire ses preuves, être leader, rapports de domination, de séduction...), ce qui semble logique. L’auteur aborde aussi d’autres questions sensibles, et pas que pour les femmes, comme la notion de «formation», le financement du secteur, la prise en compte des facteurs commerciaux et de communication qui semblent occuper une proportion croissante, par rapport au temps de maturation musicale en production artistique. On peut concevoir le jazz comme «une» musique, «un» secteur qui doit faire face à l’organisation économique générale, aux phénomènes de concurrences, aux stéréotypes de genres avec le train de comportements qui s’en suivent de part et d’autre, ou le jazz, comme l’art d’une civilisation, dont l’importance est davantage son expressivité que la quête d’une reconnaissance médiatique ou d’une place, de la possibilité d’en vivre, ou du succès économique organisé par l’industrie audiovisuelle et des spectacles.
Sammy Stein aborde ici le jazz comme «une» profession impliquant des modes de vie (arbitrage vie personnelle-professionnelle par exemple), très parlants dans les récits, témoignages et anecdotes de ses interlocutrices, avec les difficultés et solutions au quotidien (solidarités entre femmes dont certaines regrettent une forme d’auto-ghettoïsation) qui s’améliorent, selon les critères des interlocutrices (plus de présences féminines en festivals, radios…), peut-être aussi avec l’arrivée des nouvelles générations, qui gèrent mieux le collectif tant que l’enjeu de la réussite personnelle ne prend pas le dessus. De cet abord très pragmatique du jazz, on retrouve exprimée la scission femmes-hommes/voix-instruments-danse qui, dans la civilisation afro-américaine n’a pas de sens, la voix et la danse ayant été les graines naturelles de la naissance artistique du jazz, car, ne demandant aucun investissement, ces deux moyens d’expression étaient accessibles à tous-tes et intégrés aux instruments, d’autant que chacun-e maîtrisait souvent deux des trois expressions. La tap-dance est une percussion, comme le scat, un instrument vocal. Cette légère précision par rapport au livre car si Downbeat est toujours cité à cause de son article sexiste (d’avant-guerre) sur les femmes et le jazz, ou si on compte le nombre de femmes (3 sur 57) sur la photo «A Great Day in Harlem», ne pas concevoir, encore aujourd’hui, que Mahalia Jackson (pas retenue dans les «Major Influencers») a eu un impact sur toute la musique exprimant et accompagnant les combats de l’Afro-Amérique, ou penser qu’elle serait une artiste de second plan parce qu’elle «chante», est aussi une erreur historique, musicale et sociologique, voire sexiste, car nier le plus bel instrument, la voix humaine parce que justement les femmes y excellent et sont aussi présentes que les hommes est curieux dans un ouvrage militant pour l’égalité des sexes.
Le jazz est un feeling, un art complet, et non le comptage de savoir qui, des femmes ou des hommes, tient le plus d’instruments. En revanche, si l’on observe les parcours des femmes promotrices-mécènes de jazz, y compris hors de la communauté afro-américaine, on comprend immédiatement le sentiment de liberté et le sens révélé, inhérents à cette expression, qu’elles y ont trouvés. Car le rapport de fond du jazz et des femmes se situe sur cette notion de combat pour la liberté universelle qui passe par l’égalité sur un plan artistique, mais ni de forme, ni de statut ni de genre. Sammy Stein salue également l’action d’hommes qui ont soutenu des artistes femmes, le fait qu’aujourd’hui les programmations les prennent davantage en compte; même si toutes (elle-même et ses interlocutrices) s’accordent à dire que l’époque est plutôt favorable, le chemin de l’égalité pour tous-tes pour la liberté réelle de chacun-e reste long3.
Enfin Sammy Stein aurait sans doute approfondi et précisé positivement son propos en lisant le vécu des «femmes du jazz» dans Jazz Hot, artistes et activistes depuis 1935, comme Mary Lou Williams (p, arr, comp, 1910-1981), une des rares artistes (deux sexes confondus) à faire deux numéros de suite (N°24 et 25, avril à juillet 1938) dans une revue de 3 ans d’âge avec une première de couverture (N°24)4. Ces éléments d’information manquants auraient replacé la liberté générée par le jazz, comme valeur philosophique et véritable moteur artistique, pour de multiples raisons, dont beaucoup sont liées à la réalité afro-américaine, à la ségrégation, à la Harlem Renaissance (Zora Neale Huston 1891-1960) plutôt que de reconduire sans fin l’idée, en partie fausse, que cette liberté de ton, d’action ou de revendication, aurait jailli de façon récente ou a nihiloLe jazz, en tant qu’art issu d’une recherche exemplaire d’égalité et d’expression, n’est qu'une source de libération et non un instrument d’oppression. Que certains le dévoient à leur profit est une corruption ordinaire. Reste pour les femmes et leurs porte-paroles à ne pas se laisser abuser par les impostures dont cet art est parfois victime pour éviter un contresens auquel ce livre n’échappe pas.
Hélène Sportis

1. Emma Acton (marketing manager-606 Club, Chelsea-Londres et photographe), Arema Arega (multi-instrumentiste & voix, cubaine), Gretchen Bennett (s’occupe du Daniel Bennett (s) Group en plus de son métier), Beverley Bierne (voc, rock, jazz, théâtre), Grace Black (voc, radio), Amanda Bloom (voc, et manager de Crossover Media-Brooklyn NY), Jane Ira Bloom (ss, Bloom Festival-Brooklyn NY), Patti Boulaye OBE (voc, actrice, TV), Sarah Gail Brand (tb, comp, radio, enseignement, musicothérapeute), Jane Bunnett (fl, s, comp), Terri Lyne Carrington (dm, comp, productrice), Trish Clowes (s, comp), Kim Cypher (s, voc, lead.), Mimi Fox (g, comp), Debbie Gifford (voc), Jenny Green (voc, radio), Florence Halfon (ou Florence Joelle, travaille en freelance pour Warner, voc), Jo Harrop (voc), Barb Jungr (voc), Joelle Khoury (p, comp, jazz, classique-contemporain), Wendy Kirkland (p, org, voc, lead), Georgia Mancio (voc), Claire Martin (voc), Indira May (voc), Tina May (voc), Faye Patton (g, p, voc, comp), Carmela Rappazzo (voc, comp, lead), Anthea Redmond (Jazz Bites Radio), Alicia Renee alias Blue Eyes (voc), Emily Saunders (voc, comp, productrice) Gail Tasker (fl, relations presse chez Gearbox Records), Ellie Thompson (attachée de presse), Camille Thurman (s, voc, comp, enseignante), Ruby Turner (voc).

2.
Bessie Smith, Billie Holiday, The International Sweethearts of Rhythm, Hazel Scott, Maxine Sullivan, Sarah Vaughan, Ella Fitzgerald, Melba Liston, Nina Simone, Alice Coltrane, Aretha Franklin et Carla Bley.

3. Là, deux idées révolutionnaires n’ont pas fini leur travail ni leur jonction, celle du
Deuxième Sexe (Les faits, les mythes, l’expérience vécue, en 2 tomes) de Simone de Beauvoir (1948), repartie en «Amérique» en 1949 pour une tournée de conférences sur le sujet, après un premier voyage en 1947, et celle des «deux niveaux d’expérience» (dominant-dominé) de James Baldwin maturée lors de son expatriation en France en 1948. Ces deux idées (libération des femmes et celle des Afro-Américains) avaient déjà étaient jointes, mais sans entrer dans les détails, par la Harlem Renaissance (Zora Neale Hurston 1891-1960, Claude McKay 1889-1948), et en France, par les sœurs Paulette (1896-1985) et Jane (1902-1993) Nardal dès avant-guerre, mais aussi après-guerre, par Boris Vian qui croise régulièrement le sexe et le racisme (Jazz Hot n°671), ou dans les Etats-Unis de la chasse aux sorcières et des combats pour les droits civiques, par le roman Doux oiseau de jeunesse (Sweet Bird of Youth) de Tennessee Williams en 1959 ou le film Intruder de Roger Corman (1961), à titre d’exemples non exhaustifs. Pour l’instant, seule l’intuition des artistes arrive à cibler clairement le rapport de domination comme un seul et même pivot des racismes (inégalités enchainant la liberté) du fait qu’il touche à un seul et même enjeu: le pouvoir (un ensemble de position/posture sociales, avoirs matériels, codes sociaux imposés jusque dans la langue parlée, dans les emplois, dans le droit à l’expression libre, dans la culture, les arts, dans la propriété du sexe et du ventre des femmes assurant la reproduction des inégalités). Pour les penseurs (souvent issus des classes favorisées ou formés à l’école académique reproduisant le système social), la jonction sera donc beaucoup plus lente et pour la société, n’en parlons pas; car trop de privilèges, même microscopiques, sont en jeu dans les tréfonds du cerveau reptilien (du rapport de couple à celui avec la planète), une prédation/soumission très efficacement relayées par les siècles de traditions, de religions et croyances, de pouvoirs qui n’ont jamais intérêt à avoir des libres penseurs (terme neutre de genre) trainer sur leurs chemins pathologiques de volonté de puissance: Un sacré bout de chemin aurait titré Claude McKay. Quant à solutionner tout ce fatras pour en arriver au seul aspect intéressant, le jazz en tant qu’art, quel que soit le genre qui le pratique parce qu’on s’en fout… l’éternité reste devant nous.

4. 
https://www.jazzhot.net/PBSCProduct.asp?ItmID=3655151
et 
https://www.jazzhot.net/PBSCProduct.asp?ItmID=3655152

© Jazz Hot 2020
LIBRARY © Jazz Hot 2019
Umberto Germinale, We Want Miles. Round About Jazz 1

We Want Miles!


par Umberto Germinale



We Want Miles!, Umberto Germinale, Round About Jazz 1,
Autoédition, Ospedaletti, 2019, 88p.
https://it.blurb.com/b/9503089-we-want-miles / www.umbertogerminale.com



Umberto Germinale, Like Sonny. Round About Jazz 2
Like Sonny



par Umberto Germinale


Like Sonny, Umberto Germinale, Round About Jazz 2,
Autoédition, Ospedaletti, 2019, 56p.
https://it.blurb.com/b/9503100-like-sonny / www.umbertogerminale.com


Umberto Germinale est notre fidèle et excellent photographe qui illustre les articles de Jazz Hot depuis bientôt 30 ans. C’est aussi un de ces amis qu’on ne voit pas souvent parce qu’il vit au-delà des Alpes, mais avec lequel on partage une passion, celle du jazz, dont il a fait le fil conducteur de sa vie, et cela nous suffit à maintenir intact un lien noué depuis tant d’années.

Il est né en 1960, et vit à Ospedaletti, une cité de Ligurie, où il organise son travail –il publie ses photos dans de nombreuses revues spécialisées dans le monde, et dans la presse en général– mais aussi un festival de jazz, à son image, convivial et de taille humaine, avec une programmation étudiée selon ses affinités, avec la chaleur qui le caractérise et avec la connaissance acquise dans une vie qui lui a permis de sillonner nombre de festivals, en Italie et en France en particulier, toujours muni de ses appareils photo, avec lesquels il participe à l’enrichissement de la mémoire du jazz.

Umberto, l’âge venant, vient d’entamer un long travail de mise en valeur de son œuvre de photographe, et au-delà des expositions, difficiles à organiser et à faire tourner (il en a fait un certain nombre), Umberto a maintenant choisi de construire une collection de beaux livres, format à l’italienne, dans laquelle il ouvre progressivement l’accès à ses archives, selon une sélection et dans une organisation choisies par lui, avec de courts textes de commentaires écrits par ses soins, rassemblant informations, souvenirs et anecdotes.

Voici les deux premiers volumes qui présentent ce qu’il a retenu à propos de deux musiciens essentiels pour lui: Miles Davis et Sonny Rollins.

We Want Miles! s’organise en chapitres autour des accompagnateurs, nombreux, qui ont un jour ou l’autre croisé la route de Miles Davis, dans ses orchestres ou dans son environnement, sur les mêmes scènes. L’ouvrage finit par une série de portraits de Miles lui-même.

Pour Sonny Rollins, qu’Umberto a croisé à de nombreuses reprises, notamment sur la côte méditerranéenne, le choix de la chronologie a été retenu. Le saxophoniste est une telle matière, un tel spectacle sur scène pour un photographe, par sa musique, ses attitudes, son allure d’homme, sa puissance d’artiste…

Umberto Germinale est un spécialiste des portraits, plus que des photos de groupes, en noir et blanc; c’est son choix, et vous trouverez ici des images aux noirs intenses, les blancs dessinant parfois comme des traits ou des éclats de lumières, rappelant inévitablement les blancs au noir que Charles Delaunay dessinaient en live

Le papier est de qualité et la structure des ouvrages répond à la fantaisie, au choix d’Umberto Germinale. La bonne photogravure et la qualité d’impression comme le soin apporté à ce travail d’édition rendent justice à la personnalité et aux photos d’Umberto.

Les amateurs du jazz trouveront dans ces deux ouvrages la matière à rêver à ces deux géants du jazz tels que nous les offre Umberto, et plus largement à tous ceux qui les ont côtoyés également, présents dans ces deux albums à leurs côtés. La série Round about Jazz, avec les photos d’Umberto Germinale, se poursuit au-delà de ces deux premiers numéros…

Yves Sportis
© Jazz Hot 2019
Lucio Fumo, Rapsodia in Blue Note: La storia di Pescara Jazz



Rapsodia in Blue Note

La Storia di Pescara Jazz



par Lucio Fumo











Lucio Fumo, Rapsodia in Blue Note: La storia di Pescara Jazz, Testi a cura di Marco Patricelli, Fondazione Pescarabruzzo, Ianieri Edizioni, Pescara, Italie, 2019, 202 p.


Le Pescara Jazz Festival est l’une des plus anciennes manifestations européennes. il a été fondé par un petit groupe d’amateurs de ce port de la mer Adriatique en 1969. A l’occasion de son 50e anniversaire, son président fondateur, Lucio Fumo vient de publier un livre intéressant, Rapsodia in Blue Note: La storia di Pescara Jazz, pour célébrer l’événement.

Cet ouvrage, de belle facture, retrace l’histoire ou plutôt propose une sorte de reportages photographiques commentés par les auteurs des différentes moments de ce festival qui en a compté pas moins de 44 éditions. En effet, comme beaucoup de festivals de jazz en Europe, il a connu une interruption de 1977 à 1980. Il n’a repris qu’après 1981 jusqu’à maintenant avec les vicissitudes de ce type d’activité culturelle. Ce beau livre est donc le reportage d’une sorte d’épopée musicale voulue et menée à bout de bras par un petit groupe de personnes, bénévoles pour une part, qui, chaque année, est obligé d’aller négocier devant les autorités locales et régionales pour parvenir à obtenir les subventions nécessaires à leur activité. L’originalité du festival tenait à son orientation organisationnelle visant à animer plusieurs endroits de la cité mais également de la région. Jazz in Città et Jazz in Provincia entendaient diffuser le jazz sur un ensemble géographique de manière cohérente. La synergie des différentes animations était tournée vers le public en même temps qu’elle lui permit non seulement de présenter des musiciens importants mais également de jeunes musiciens de talent promis à un bel avenir: c’est ainsi que le trompettiste Fabrizio Bosso ou le pianiste Stefano Bollani se sont faits connaître.

En feuilletant cet ouvrage, réalisé à partir des archives de la manifestation, on ne peut qu’être admiratif de la qualité de la programmation en 44 éditions: de Duke Ellington ou Ella Fitzgerald à Wynton Marsalis et le Lincoln Center Orchestra, il est peu de musiciens, de quelque talent ou représentatifs d’une école ou d’un mouvement significatif apparus dans l’univers du jazz depuis 1969 et d’avant, qui n’aient pas été, un jour de ces cinquante ans, invités à se produire dans l’une de ces soirées sur les bords de l’Adriatique.

Le travail réalisé par Lucio Fumo vise un lectorat de plaisir. Il ne prétend pas à l’érudition; les textes sont simples et abordables par des non spécialistes. Néanmoins, l’ouvrage comporte, si l’on veut bien ne pas s’arrêter au texte et aux photos, en annexes, quelques fac-similés de la correspondance avec les artistes intéressants à analyser. Les historiens et archivistes apprécieront particulièrement le récapitulatif de tous les programmes donnés depuis 1969 ainsi que la bibliographie des comptes-rendus de presse (p 141-190), accompagnés, pour chaque édition, de la fréquentation et des recettes. Ce genre de précisions, rares dans des publications de ce type, laisse entendre que les responsables de Pescara Jazz ont aussi conservé l’ensemble des documents comptables de la manifestation. Ces pièces sont indispensables à tout historien qui ultérieurement voudra écrire une histoire bien documentée de ce festival.

L’ouvrage est «bien en main» comme disent les imprimeurs. Si l’on ne saisit pas toujours toutes les subtilités de la langue italienne –ce qui est mon cas–, il présente la clarté indispensable aux lecteurs curieux, ce qui était, à n’en pas douter, l’un des objectifs premiers de ses concepteurs.

Félix W. Sportis
© Jazz Hot 2019




L'Homme qui fouettait les enfants

The Man Who Whipped Children



par Ernest J. Gaines







L’Homme qui fouettait les enfants/The Man Who Whipped Children, Editions Liana Levi Paris, 2016, Traduction Michelle Herpe-Volinsky, 112 p.
http://lianalevi.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=576
http://lianalevi.fr/f/index.php?sp=livAut&auteur_id=79




Le «petit» Louis Guérin, jeune journaliste afro-américain revenant de Californie et débutant à l’hebdomadaire du Bayonne Journal dirigé par un «Blanc» portant toujours un nœud papillon à pois, va devoir, en une journée chez le coiffeur, «agora-salon» improbable, ingérer l’histoire, les histoires de toute sa communauté ségréguée et de trop, pour comprendre les arcanes du drame auquel il vient d’assister, pour écrire un article «à résonance humaine avant le soir»: un père, afro-américain, Brady Sims, loqueteux et très respecté de tous, a interpelé son «Fils!», Jean-Pierre, pour l’exécuter au pistolet, à la fin de son procès au tribunal qui l’a jugé coupable. Et ce n’est pas tout. Brady fait demander «deux heures» au shérif Mapes, son ami «Blanc» qui doit l’arrêter, et peste de devoir l’envoyer au pénitencier d’Angola où il sera brisé.
La tragédie au sens antique est là: tous les éléments sont connus, confondants, consternants, mais Louis ne comprend pas les actes de chacun. S’en suit une série de portraits vivants des présents, comme celui de Sweet Sidney, cireur de soulier le nez dans son Bayonne Journal, puis démarre le récit implacable et méthodique du soupçonneux Jamison, pendant les coupes de cheveux, interrompu par les chamailleries cocasses hors contexte, les apartés obsessionnelles des participants-auditeurs, sous le regard des photos de Joe Louis, Martin Luther King, Mahalia Jackson, Malcolm X et Duke Ellington, dans les odeurs de lotion capillaire: un vrai film! Pourquoi Brady fouettait-il les enfants? Pourquoi il a tué son fils revenu depuis peu? Pourquoi le shérif Mapes lui accordera trois heures finalement avant son arrestation? Pourquoi Jean-Pierre a-t-il été condamné?
Du racisme au sexe en passant par le pouvoir, la corruption, la cruauté gratuite, la dureté subie et infligée, le dénuement total, la poussière, le coton, la canne à sucre, l’épuisement et la déchéance, Ernest J. Gaines ne nous épargne rien: il épluche chaque comportement, sonde chaque situation, décortique chaque «enchaînement», détaille les comptes jusqu’au bout, «conte» tout; dans sa poésie de la Louisiane, sa mélopée ancrée dans les racines, son phrasé blues en ode à la liberté, il est cinglant, factuel, limpide dans une analyse clinique de ce gâchis humain dû au besoin pathologique de domination: une horlogerie de précision à la Simenon avec des accents épicés, des femmes créoles et Noo’lens (New Orleans) en toile de fond.

«T’e
s devenu complètement fou Mapes? Ton père et ton grand-père doivent se retourner dans leur tombe. Dans ta famille, on est shérif de cette paroisse depuis la fin de la guerre civile, depuis cent ans. Tu veux que ça prenne fin?

- Ça dépend pas du vote des citoyens?
- Bien sûr, du vote des citoyens, jusqu’à ce que je leur dise quel grand ami des nègres tu es devenu.
»
A la fin, comme dans toute pièce classique avec l’unité de temps, de lieu, d’action, le griot conclut: «Derrière nous, Lucas Felix éteignait les lumières de son salon de coiffure». C’est alors qu’on voudrait que les histoires de Bayonne mijotées par Ernest J. Gaines, disparu en 2019 (cf. nécrologie), recommencent ou ne finissent jamais, comme les blues de John Lee Hooker1 ou de Lightnin' Hopkins2
: «Les Noirs ont fait la culture de ce pays, à leur manière, mais personne ne le sait puisque ce n’est pas écrit dans les livres.» Walter Mosley, La Musique du Diable (RL’s Dream), 1995. Très addictif…


1. John Lee Hooker. https://www.youtube.com/watch?v=AJnWdj7Km94

Hélène Sportis
© Jazz Hot 2019
LIBRARY © Jazz Hot 2018
Livre. Mahalia Jackson & the Black Gospel Fields, par Mark Burford





Mahalia Jackson

& the Black Gospel Field




par Mark Burford








Mahalia Jackson & the Black Gospel Field, par Mark Burford, Oxford University Press, New York, NY, 2018, 472p
https://global.oup.com/academic/product/mahalia-jackson-and-the-black-gospel-field-9780190634902?cc=fr&lang=en&


Mark Burford est professeur au Reed College, université d’arts à Portland, OR, et travaille sur la musique populaire américaine du XXe siècle, notamment la musique afro-américaine post Seconde Guerre mondiale, et sur la musique de concert autrichienne et allemande de la fin du XVIIIe au XIXe siècle. Son livre (un vrai travail d’archiviste) sur Mahalia Jackson nous plonge aussi bien dans sa vie, son art, sa voix dédiée à Jésus et donnée en partage à l’humanité, que dans l’Afro-Amérique, avec ses millions de micro-nuances de perceptions, de liens, de racines qui s’entrelacent, car se combinent la géographie d’un immense territoire allant jusqu’aux Caraïbes, les religions (notamment l’Eglise Baptiste) avec un détail méticuleux de traditions, mélanges, apports et abords multiples, les grandes migrations liées tant aux crises économiques et mutations technologiques qu’aux droits civiques (1) ou à la ségrégation: autant le dire, cette biographie liée à l’histoire est appétissante, savoureuse, dense, multidimensionnelle et pose donc beaucoup de questions sur le rôle pivot d’une (femme) artiste (afro-américaine) incontournable dans la société américaine de la Guerre froide contre le communisme mécréant, qui se sert de la radio, des shows TV CBS, du cinéma (3), des disques Apollo ou Columbia pour «prêcher» l’american way of life, mais sans jamais reconnaître qu’une partie de ses citoyens n’a pas les mêmes droits. L’immersion dans le gospel, réjouissante comme la ferveur qui émane de ses chorales, montre la pratique sociale et le développement économique d’un art et d’une culture populaires allant du spirituel au commercial, sans jamais rien lâcher de son irréductibilité socio-cultu(r)elle. Le livre comporte onze chapitres, avec un come back historique en 1763 sur le territoire de Pointe Coupée en Louisiane, nous transportant de New Orleans, son lieu de naissance, à Chicago où la famille émigre en raison de la Crise de 1929, met en évidence la dimension de l’expression corporelle du gospel jugée comme déplacée(2), ses liens avec Bill Russell (un musicien savant de New Orleans). Comme toute vraie artiste pétrie et habitée, quand le/la pianiste devant l’accompagner lui demande pour un morceau «en quelle clé?», Mahalia répond aimablement: «Don’t worry about that, honey. Just play it nice» (t’en fais pas pour ça, chéri/e, joue-le juste bien). L’approche musicale de Mahalia est naturelle, réelle, directe, évidente: «It’s a natural way of singing like I’ve been hearing since I was a child going to church».(c’est une façon de chanter naturelle comme je l’ai toujours entendue depuis que j’allais enfant à l’église).

Hélène Sportis
(1) 28 août 1963, March on Washington
https://www.youtube.com/watch?v=-hQeGDSB6Ss

https://www.youtube.com/watch?v=t9iQUIwAgus


During the Chicago Movement for Freedom (ca. 1965-1967), Mahalia Jackson joined his friend Rev. Martin Luther King Jr

https://www.youtube.com/watch?v=odHqG1rA4M8

Mahalia Jackson 1963 : Interviewed by Studs Terkel : Audio

https://www.youtube.com/watch?v=gghUKipCw0o

(2)
Newport Jazz Festival 1958
https://www.youtube.com/watch?v=rq7Kf25Dou0

Avec Louis Armstrong, 10 juillet 1970, Newport Jazz Festival

https://www.youtube.com/watch?v=3wX-YWOr8RQ

Avec Bobby Darin & Mike Douglas

https://www.youtube.com/watch?v=7ICOjq6LZ2M

(3)
Imitation of Life, Douglas Sirk, 1959, Usa, 124 mn, "Trouble of the World"
https://www.youtube.com/watch?v=KQhgAp4RBhQ

St. Louis Blues, Allen Reisner, 1958, Usa, 93 mn, "Noah Heist the Window"
https://www.youtube.com/watch?v=shMqAAH6oAw

St. Louis Blues, Allen Reisner, 1958, Usa, 93 mn, "He That Sows in Tears"
https://www.youtube.com/watch?v=zgnMPvnFwKo

© Jazz Hot n°686, hiver 2018-2019
Robert Mitchum, Nice Girls Don't Stay for Breakfast, Film par Bruce Weber



Robert Mitchum


Nice Girls Don't Stay for Breakfast


Film de Bruce Weber, produit par Nan Bush & Just Blue Films, 90 mn, USA, en version originale sous titrée, sortie en salles le 27 février 2019. http://www.larabbia.com/films/nice-girls-dont-stay-for-breakfast/




Ce portrait de Robert Mitchum (6 août 1917-Bridgeport, CT / 1er juillet 1997-Santa Barbara, CA) est le travail de Bruce Weber (29 mars 1946-Greensburg, PA) photographe et réalisateur, notamment connu par les amateurs de jazz pour Let's Get Lost, film-portrait sur le trompettiste Chet Baker (sortie 1988, USA, 120mn) ou ses photos du pianiste-chanteur de New Orleans, Harry Connick Jr. 
Le noir et blanc est l’un de ses moyens d'expression pour approcher, au plus près du grain, l'âme et l'art de ceux qu'il admire; là, pour Robert Mitchum, il met en relief ses facettes pour certaines moins sues (acteur, poète, auteur, compositeur, chanteur, entertainer de shows TV) en le faisant aussi se dévoiler, par ses propos, sa gestuelle, sa dégaine, ses regards, ses silences, ses masques, ses addictions, ses souvenirs et ceux de ses proches, personnels et professionnels. 
Ses fils conducteurs sont les femmes, une histoire du cinéma sur presque 60 ans, les deux intelligemment insérés en contrepoint du travail d'enregistrement d'un disque filmé en 1991: toutes ces dimensions révèlent une hypersensibilité cachée sous la brusquerie désinvolte, le cocktail captivant. Ce qui touche le plus chez Robert Mitchum est son sens direct du réel, sa façon d'affronter, produits de la fêlure d'une biographie de départ qui ne cessera de le tourmenter, mais aussi lui donnera l'épaisseur du vécu dans tout ce qu'il entreprendra. Ce n'est pas le courage qui lui manque car il s'est échappé à 14 ans d'un pénitencier de Géorgie;  déjà acteur, ce sera la prison pour drogue et il enverra paître la redoutable HUAC (Commission des activités anti-américaines de la chasse anti-communiste dite «chasse aux sorcières») à qui il dit qu'il ne répond jamais à des gens avec qui il ne prendrait pas un verre: un caractère bien trempé, plutôt dans le whiskey (ses racines irlandaises). Un film 100% Mitchum sans sucre ajouté, l'hommage rendu à un homme-artiste, plus que mérité, de la part d'un amateur d'art authentiquement populaire.
Livre Mitchum x Weber

Mitchum x Weber

par Bruce Weber



Mitchum x Weber, La Rabbia, Paris, parution 20 février 2019, édition numérotée 1500 ex., 68p, format 240mm x 315mm,  http://www.larabbia.com/books/mitchum-x-weber/

Afin de (re)garder une légende, de réfléchir sur des détails de sa personnalité, de pouvoir approfondir, s’attarder, ou revenir sur les expressions complexes de Robert Mitchum, Bruce Weber a conçu un recueil de photographies (en partie de lui-même), documents d’archives, phrases et textes, comme un journal de son film. C’est une idée pertinente car le temps de tourner les pages est plus lent que celui de l’image-cinéma, comme le grain de l’écran est plus gros mais aussi plus fugace que celui du papier cartonné, et les deux médias donnent ainsi  des perceptions complémentaires pour décrypter un taiseux complexe et très expressif dans son travail artistique qui puise dans son vécu.
Hélène Sportis

© Jazz Hot n°686, hiver 2018-2019
L'Oiseau du Bon Dieu par James McBride



L’Oiseau du Bon Dieu



par James McBride







L’Oiseau du Bon Dieu (The Good Lord Bird, 2013), trad. François Happe, Editions Gallmeister, Paris, 2015, 438p
https://www.gallmeister.fr/livres/fiche/146/mcbride-james-l-oiseau-du-bon-dieu

James McBride (11 septembre 1957, New York, NY) est saxophiste ténor, compositeur, journaliste, scénariste (pour deux films de Spike Lee dont le magnifique Miracle à Santa Anna sorti en 2008, 160mn, USA-Italie) et romancier. Son quatrième roman relate l’histoire, rythmée à la Alexandre Dumas, de John Brown (1800-1859), dit «le Vieux», abolitionniste blanc parti en guerre totale contre l’esclavage. L’histoire démarre par un retour en arrière de 1966, date de la découverte d’un récit d’esclave à l’occasion de l’incendie d’une église baptiste dans le Delaware (rien n’est laissé au hasard), à 1856 où un garçon de 10 ans, afro-américain –cet esclave alors cireur de chaussures– est pris pour une fille du fait de son accoutrement le jour où il est libéré de son maître sans avoir rien demandé par cet envoyé de Dieu qui l’embarque pour le sauver, presque malgré lui, car ce sauveur serait un bandit sanguinaire puisqu’il tue les riches esclavagistes blancs.
Henry (Henrietta) Shackleford, dit «Petite Echalote» puis «l’Echalote», mascotte du «Vieux», devient notre conteur pour traverser les quatre dernières années d’une épopée dantesque, dans laquelle «le Vieux» est pour lui une leçon de vie, pas toujours dans les clous, mais une ode à la liberté, sincère et habitée par la magie du tout-puissant qui, pour cet illuminé idéaliste sans concession, va se nicher là où on ne l’attend pas d’habitude. Henry trouve une famille auprès des enfants de son libérateur dont les garçons sont également engagés dans sa divine mission jusqu’au bout.
Le voyage de la petite troupe, parsemé de violence, de sauvagerie, de drôlerie, de tendresse se finit mal comme dans la vraie vie. Victor Hugo, lui-même en exil, écrit une demande de grâce dans la presse pour cet irréductible, le jour même de sa pendaison le 2 décembre 1859 en Virginie (l’Etat historique qui ne pardonne pas le combat contre le dominant), présageant la Guerre de Sécession:
« …Au point de vue politique, le meurtre de Brown serait une faute irréparable. Il ferait à l’Union une fissure latente qui finirait par la disloquer. Il serait possible que le supplice de Brown consolidât l’esclavage en Virginie, mais il est certain qu’il ébranlerait toute la démocratie américaine. Vous sauvez votre honte, mais vous tuez votre gloire. Au point de vue moral, il semble qu’une partie de la lumière humaine s’éclipserait, que la notion même du juste et de l’injuste s’obscurcirait, le jour où l’on verrait se consommer l’assassinat de la Délivrance par la Liberté. […] Oui, que l’Amérique le sache et y songe, il y a quelque chose de plus effrayant que Caïn tuant Abel, c’est Washington tuant Spartacus.» Lettre sur John Brown (Actes et paroles), Pendant l'exil, 2 décembre 1859, Hauteville House, Guernesey.
Mais l’Echalote nous raconte que, malgré la mort qui rôde, au milieu des chants traditionnels qui font sortir les esclaves d’Egypte, un oiseau du Bon Dieu, noir et blanc, sait comment faire pour qu’un «arbre malade tombe et nourrisse les autres.». James McBride sait comment nous  prendre dans ses filets bondissants et poétiques pour nous raconter la magie de certaines vies.

Hélène Sportis

© Jazz Hot n°685, automne 2018
James Baldwin, Harlem Quartet




Harlem Quartet



James Baldwin







Harlem Quartet
(Just Above My Head, 1979), trad. Christiane Besse, Editions Stock-la cosmopolite, Paris, 1987, rééd. 2017, 570p

http://www.editions-stock.fr/livres/la-cosmopolite/harlem-quartet-9782234084254


Ce sixième et tardif roman dans la vie courte (63 ans) de James Baldwin (2 août 1924, Harlem, New York, NY - 1er Décembre 1987, St-Paul-de-Vence, Alpes-Maritimes) est le récit d’un grand frère qui, à l’occasion du décès de son cadet, une voix du gospel, se rappelle trente ans plus tard des années cinquante à Harlem, d’un petit cercle également composé de l’amant de son frère et de la sœur de celui-ci, des destins  de chacun, avec une mise en perspectives en «poupées russes» de l’histoire et des évènements survenus aux Etats-Unis, mais aussi à des milliers de kilomètres en Corée, en Afrique ou à Paris.
L’écrivain engagé, lui-même échappé de l’enfance avec effroi, défroqué de la religion avec dégoût, évadé de l’Amérique de l’homme blanc «anti-tout» pour respirer l’air de Paris en 1948, utilise ses expériences pour peindre une histoire intime, sombre, réaliste et profonde, toujours ancrée dans le jazz. Une phrase symbolise l’atmosphère d’adversité (l’épée de Damoclès, «juste au-dessus de la tête» du titre original) dans laquelle les personnages se débattent avec plus ou moins de succès ou de courage: «La musique ne commence pas comme une chanson… Oublie toutes les conneries que tu entends. La musique peut devenir une chanson, mais elle commence par un cri. C’est tout. Ça peut être le cri d’un nouveau né, ou le bruit d’un cochon qu’on tue, ou celui d’un homme à qui on coupe les couilles. Et ce son est partout. Les gens passent des vies entières à essayer d’étouffer ce son.»
Comme Ernest J. Gaines, né le 15 janvier 1933 dans une plantation de Louisiane, ou d’autres écrivains afro-américains, James Baldwin a l’épaisseur de vie des auteurs qui comprennent la complexité des rapports humains et socio-historiques au travers de leurs perceptions pour recomposer une  réalité universelle, en utilisant la poésie et la musique pour rythmer leurs récits philosophiques, comme les chants de l’Odyssée nous embarquent dans les épopées d’Ulysse. La force de la pensée de James Baldwin réside dans l’énoncé clair et simple que le rapport de domination (raciste, sexiste, social, politique) est seulement l’expression violente du complexe de supériorité, seulement le fait de celui qui veut dominer pour se sentir exister, pas de «l’autre», quoi qu’il lui soit reproché à commencer par sa seule existence.
James Baldwin est retourné aux Etats-Unis se battre pour les droits civiques en 1957, puis est rentré à St-Paul-de-Vence en 1970. C’est neuf ans plus tard qu’il achèvera ce roman, comme aboutissement de ses premiers écrits, du début de sa réflexion dès 1953, il avait 19 ans.

Hélène Sportis

© Jazz Hot n°685, automne 2018
Martin Luther King, autobiographie




Martin Luther King

Autobiographie



Textes réunis par Clayborne Carson








Martin Luther King, Autobiographie, textes réunis par Clayborne Carson, traduction annotée soignée de Marc Saporta et Michèle Truchan-Saporta, Bayard Editions, Paris, 2008, réédition 2017, 480p (Edition originale de 1998 en anglais, Ed. The Heirs to the Estate of Martin Luther Kink Jr./Warner Books Inc. NY, NY)

Cette «auto»biographie est en fait le fruit collectif d’un travail impressionnant, intègre et passionnant, de l’équipe de Clayborne Carson qui, étudiant âgé de 19 ans, avait vu Martin Luther King, le 28 août 1963, prononcer le discours de clôture de la Marche sur Washington. Devenu historien à l’Université de Stanford, plus de 20 ans après, Coretta Scott King, l’épouse de Martin Luther King lui confie ce travail d’héritage en faveur de la justice sociale.

La dynamique des textes mise en place par Clayborne Carson, permet de donner vie à la formation, au combat, et à travers lui, de comprendre le trajet, finalement dantesque, d’un bon fils, étudiant discipliné devenu un humble pasteur (baptiste), qui, aspirant à une vie simple de devoirs et d’attention aux autres, se transforme en Don Quichotte de l’égalité des droits civiques et de la justice sociale, construit en opposition par les horreurs des ségrégationnistes eux-mêmes.

La clarté de la construction de l’ouvrage met en valeur et en relief, au fil des 32 chapitres1, de la documentation des sources et de l’index bienvenu tant la matière est dense, la mutation inévitable de l’humain pour peu qu’il ait une conscience, un objectif, le respect des autres et de lui-même, et du courage; et ce, quelles que soient ses aspirations de départ. L’ouvrage permet aussi de comprendre pourquoi et comment ses adversaires devront finalement l’assassiner pour arrêter le danger qu’il représente, étant passé du discours religieux de la soumission à celui bien trop subversif (pour des dominants et des soumis) qui intègre la vraie vie politique, sociale, morale, économique, en ralliant à lui la mémoire de tous les humains qui alors se mettent en action et contestent l’injustice de la loi pernicieuse antidémocratique. Il était parti de son église pour prêcher au monde, et en général, c’est un parcours fatal car il s’attaque directement à la racine très sensible du pouvoir: le rapport de domination.

Chaque chapitre porte un titre évocateur, quelques lignes de Martin Luther King en exergue  pour poser le sujet, une chronologie s’y rapportant directement, puis les textes (écrits de réflexion personnelle, prêches, lettres, message, télégrammes…) se déroulent et s’emboîtent comme un parfait puzzle. Le plus magique est que la pensée suit son cours également de façon chronologique, en fonction des événements, comme l’horlogerie huilée d’un roman d’Alexandre Dumas: la croyance qui, au fil des expériences du réel deviendra la pensée rationnelle, impacte des actions, et est directement impactée par réaction en retour: une vraie partie d’échecs. Le cheminement intellectuel pragmatique prend son rythme de croisière d’une fluidité implacable, draguant dans ses filets toutes les incohérences des traditions malsaines héritées de la mauvaise foi et de l’intérêt de ses détracteurs et contradicteurs, les édiles du pouvoir qui ont fait le monde à leur main.

Tout est extraordinaire dans son destin, au sens étymologique des deux mots; sans doute du fait de la tension extrême de la situation, aussi à titre personnel, sa lettre du 16 avril 1963 –écrite depuis sa geôle de Birmingham en réponse à des mensonges et propos racistes énoncés dans un journal par huit religieux d’Alabama en forme de leçons de «sagesse» et de «morale», en fait d’injonctions de soumission de sa part– est une véritable leçon de morale politique (des institutions), publique (du pouvoir) et individuelle (des personnes) d’une clarté rejoignant les philosophes des Lumières et dont pourraient s’inspirer nos dirigeants du monde s’ils étaient touchés par la grâce humaniste.

Mais revenons à Martin Luther King: il était un infatigable ingénieur d’action, un fédérateur d’énergies (la description de son entourage, de ses frères de combat, de ses soutiens indéfectibles), un honnête homme qui ne prenait rien pour argent comptant, et un stratège de la justice sociale et de l’égalité, les deux conditions qui, seules, pouvaient amener à la liberté (alors que souvent, par intérêt personnel, les détenteurs de pouvoirs font passer une liberté de façade avant l’égalité qui en est pourtant la condition première et préalable). Son fil conducteur se nourrissait des autres et il les gratifiait en retour d’une pédagogie patiente: sa quête du chemin à ouvrir dans les esprits ne s’arrêta jamais quels que soient ses doutes ou ses désespoirs qu’il savait dépasser.
Enfin, revenons à l’homme, qui a compris d’emblée mais aussi de plus en plus au fil de l’escalade risquée, par une observation clinique des mouvements humains sur la planète, que le combat pour la justice sociale nécessitait de n’avoir plus peur: ni des coups, ni de la douleur, ni de l’ignominie, ni de la prison, ni de l’intense fatigue, ni du manque de vie privée, ni de la mort, car tout prenait sens au regard de la «situation» (comme la qualifiait Pier Paolo Pasolini la veille de sa mort en 1975) des Afro-Américains, des Etats-Unis, et du monde.

Une de ses dernières phrases dite le 3 avril 1968 à Memphis (la veille de son assassinat) nous renseigne sur son besoin d’aller au bout: «Quel que soit le nom qu’on lui donne, il se livre une lutte dans l’univers entre le bien et le mal… Sigmund Freud avait l’habitude de dire que cette tension était une tension entre ce qu’il appelait le ça et le surmoi… Dans chacun de nous, il y a une guerre qui se livre: une guerre civile… Et la question que je veux vous poser, c’est: "votre cœur est-il rempli de droiture?”… Car le monde est sens dessus dessous. Notre nation est malade… La confusion règne partout… Nous nous trouvons à un point où il faudra nous colleter avec les problèmes que les hommes ont tenté d’empoigner pendant toute leur histoire… Mais il y a va maintenant de notre survie… C’est la non violence ou la non existence. Voilà où nous en sommes aujourd’hui… Nous devons nous donner à ce combat jusqu’au bout… Nous devons en finir. Même si cela signifie que vous devez planter là votre travail, même si cela signifie que vous devez sécher l’école, soyez présents. Pensez à vos frères. Vous pouvez ne pas faire grève, mais, ou bien nous progresserons tous ensemble, ou bien nous coulerons tous ensemble…» Quelle phrase clairvoyante et contemporaine, 55 ans plus tard, car cher, très cher Martin Luther King, c’est un fait, nous coulons et avec la violence, presque tous ensemble, car comme pour le Titanic, certains petits malins se sont mis des chaloupes de côté.

*

1. Les chapitres: 1. Les premières années; 2. Le collège universitaire Morehouse; 3. Le séminaire Crozer; 4. L'université de Boston; 5. Coretta; 6. L'église baptiste de Dexter Avenue; 7. Le mouvement de Montgomery se déclenche; 8. La violence d'hommes désespérés; 9. La déségrégation enfin; 10. L'élargissement de la lutte; 11. Naissance d'une nouvelle nation; 12. À deux doigts de la mort; 13. Pèlerinage aux sources de la non-violence; 14. Le mouvement des sit-in; 15. Arrestation à Atlanta et politique présidentielle; 16. Le mouvement d'Albany; 17. La campagne de Birmingham; 18. Lettre de la geôle de Birmingham; 19. La liberté tout de suite!; 20. La Marche sur Washington; 21. La mort des illusions; 22. St. Augustine; 23. Le défi du Mississippi; 24. Le prix Nobel de la paix; 25. Malcolm X; 26. Selma; 27. Watts; 28. La campagne de Chicago; 29. Black Power, Pouvoir noir; 30. Au-delà du Vietnam; 31. La «Campagne des pauvres gens»; 32. Les rêves non réalisés.

• A propos de Martin Luther King (15 janvier 1929 Atlanta-Géorgie, 4 avril 1968, Memphis, Tennessee) :
Très complémentaire et si vous ne l’avez pas encore vu (en film sorti en salle  cet été et toujours en DVD): King, de Montgomery à Memphis: The Martin Luther King Film Project, 175 min., Réal. Ely Landau et Richard Kaplan, avec la participation de Joseph Mankiewicz et Sidney Lumet, Prod. Kino Lorber/Library of Congress, 1970, dist. France 2016 par ZED (www.zed.fr), cf. Jazz Hot, Editorial du n°681, automne 2017.

• Ecrits, sermons, textes, protestations et livres de Martin Luther King de 1955 à 1968 :
- Montgomery Bus Boycott, 1955-1956
- Prayer Pilgrimage for Freedom/Give Us the Ballot, 1957
- Stride Toward Freedom: The Montgomery Story, 1958
- What is man? The Measure of a Man, 1959
- Albany Movement 1961-1962
- The Second Emancipation Proclamation, 1962
- Birmingham Campaign, 1963
- Strength to Love, 1963
- Letter from Birmingham City Jail and The Negro Is Your Brother, 1963
- March on Washington for Jobs and Freedom/I Have a Dream, 1963
- St. Augustine Movement, 1963-1964
- Why we can’t wait, 1964
- Selma to Montgomery Marches/ How Long, Not Long, 1965
- Chicago Freedom Movement, 1966
- Mississippi March Against Fear, 1966
- Black Power, 1966
- Conscience for Change, 1967
- Anti-Vietnam War Movement/Beyond Vietnam: A Time to Break Silence, 1967
- Where Do We Go from Here: Chaos or Community, 1967
- Memphis Sanitation Strike/I’ve Been to the Moutaintop, 1968
- Poor People’s Campaign/March on Washington, (27 nov 1967-24 juin 1968), après son assassinat.

Hélène Sportis

© Jazz Hot n°685, automne 2018



Anatomie du Bison

Chrono-bio-bibliographie de Boris Vian



par Christelle Gonzalo et François Roulmann







Anatomie du Bison. Chrono-bio-bibliographie de Boris Vian, par Christelle Gonzalo et François Roulmann, Editions des Cendres, Paris, 2018, 216 p.



Il fallait deux amoureux de Boris Vian, dotés d’une remarquable constance, pour offrir un ouvrage tel que l’Anatomie du Bison aux autres amoureux de Boris Vian: Christelle Gonzalo (libraire à Paris, «compagnon de route» de Jazz Hot et longtemps cheville ouvrière de la Fond’Action Boris Vian) et François Roulmann (également libraire à Paris, spécialisé dans les livres musicaux et partitions anciens) tous deux également à l’origine, avec l’universitaire Marc Lapprand, de l’édition en Pléiade des œuvres romanesques complètes de l’écrivain (2 volumes, 2010). Les auteurs, au terme de plusieurs années d’un minutieux travail de recherche, notamment à travers des archives privées (correspondance entre Michèle et Boris Vian, notes, agendas…) nous livrent un travail de synthèse passionnant, inédit tant par sa forme que par son contenu. Afin de permettre au lecteur de suivre dans toute sa cohérence le parcours de Bison Ravi (un de ses multiples pseudonymes), une chronologie détaillée mêle événements privés, rencontres avec des personnalités du monde artistique et littéraire, étapes dans l’élaboration des œuvres littéraires et suites éditoriales, activités professionnelles diverses. Un enchevêtrement d’informations dont le détail permet d’approfondir la compréhension de l’homme, de l’œuvre et de son environnement, celle d’un Boris Vian multidimensionnel qui a sans cesse mené des vies parallèles entre littérature, jazz, presse, chanson, production phonographique, etc. remplissant davantage sa courte existence que bien des centenaires. Les auteurs parviennent par ailleurs à ne pas nous perdre dans ce foisonnement, en rien fastidieux, et où chacun peut tirer le ou les fils qui l’intéresse(nt) le plus et revenir ensuite à la chronologie par une autre entrée. La clarté de l’ouvrage (qu’on peut d’ores et déjà classer dans les travaux de référence sur son sujet) se trouvant renforcée par une mise en page très réussie et une grande richesse iconographique (comprenant quelques documents rares voire inédits).
Tirons, par exemple, le fil du jazz et promenons-nous à travers les années 1940. La chronologie établit que Boris a commencé à fréquenter les soirées organisées par le Hot Club de France dès 1937 (il en devient adhérent le 23 avril, à la suite d'un concert de Coleman Hawkins) et notamment plusieurs animées par le Quintette du HCF, tandis que l'agenda de sa fiancée Michèle (ils se marieront en 1941) garde la trace, en décembre 1940, d'une visite au siège de Jazz Hot, au 14 rue Chaptal (Paris, IXe), en présence de Charles Delaunay et de Django Reinhardt. A l’été 1942, Boris entre dans la formation de Claude Abadie (cl, Jazz Hot n°661) avec lequel il se produit durant toute la décennie, de concours pour musiciens amateurs (à la Salle Pleyel en janvier 1944 ou à Bruxelles en novembre 1945), en concert pour les GI’s à la Libération (par l’entremise de Charles Delaunay) et bien entendu dans les caves de Saint-Germain-des-Prés et du légendaire Tabou qui est inauguré le 11 avril 1947. Début 1944, Boris Vian participe à une sorte de concours organisé par la Circulaire du Hot Club de France (bulletin ayant remplacé la parution de Jazz Hot pendant l’Occupation) dont il sort lauréat avec un poème intitulé «Référendum en forme de ballade», non publié (Circulaire n°3, mars 1944). Et si le lien avec Charles Delaunay et Jazz Hot, comme on le constate, est déjà ancien, c’est seulement en mars 1946 (période à laquelle il entame la rédaction de L’Ecume des jours) qu’il y signe son premier article (alors que la revue reparaît depuis octobre 1945). La même année, en septembre, débute une autre collaboration importante (durant quatre ans), avec le quotidien Combat, par un article intitulé «Le Français Charles Delaunay est célèbre». Pour ce même journal, il couvre le premier festival de Nice de 1948, tandis que Michelle, dans sa correspondance, lui décrit les venues de Kenny Clarke et de Dizzy Gillespie au Tabou (qui est également visité par Maurice Chevalier en octobre 1947). Il est, en outre, l’un des contributeurs (par la nouvelle Méfie-toi de l’orchestre) avec Jean-Paul Sartre, Robert Goffin ou encore Hugues Panassié, du fameux 5e numéro de la revue AmericaJazz 47 (avril 1947), également illustré par Fernand Léger, Jean Dubuffet et Charles Delaunay, auteur du dessin de couverture. La concentration de talents, d’intelligences gravitant autour de Boris Vian donne le tournis. Parmi d'autres découvertes intéressantes, on apprend qu’il a croisé (au moins) par deux fois Yves Montand, en juin 1948, lors d’un gala sous la Tour Eiffel, au sein du chapiteau Bouglione (auquel participe également Jean Marais), ainsi qu’en janvier 1949 au cours d'une émission de télévision. Un beau livre tout à fait éclairant –au-delà de la seule personnalité du prolifique Bison– sur le maillage fertile qui irriguait encore la vie artistique parisienne dans l’après-Seconde-Guerre au XXsiècle.

Jérôme Partage

© Jazz Hot n°685, automne 2018
It's All Good, Colossal Conversations with Sonny Rollins


It's All Good

Colossal Conversations with Sonny Rollins


par Christine M. Theard





It's All Good: Colossal Conversations with Sonny Rollins, Christine M. Theard, Ed. They Are Divine Books, Dana Point, Californie, 2018, 192p.
[email protected]


Le Dr. Christine M. Theard, auteur de It's all Good que nous traduirons par «Tout va bien», est cardiologue praticienne de la méditation et des thérapies naturelles. Elle est la fille d'Yvonne Theard, une artiste peintre qui a fait le portrait en couverture d'après la photo de Chuck Stewart (qui servit de cover à Next Album, de Sonny Rollins, Milestone, enregistré en 1972), et de Les Theard, un ami et admirateur de longue date de Sonny Rollins (depuis 1976), du jazz, de Paris et des festivals de jazz en France.

De ce fait, un jour, Christine Theard rencontre Sonny Rollins; ils se recroisent, et Christine lui téléphone régulièrement: le livre peut se lire sous plusieurs angles selon le parcours de chaque lecteur; la quête des humains pour «faire» une meilleure humanité, la dimension philosophique de Sonny Rollins, ou la rencontre de deux personnes très différentes qui, par des chemins très éloignés, auront plaisir à échanger des propos plus approfondis sur la quête du sens de la vie.

Chapîtré par thème (15 au total), la respiration des propos de Sonny Rollins nous rappelle sa musique authentiquement enracinée, la profondeur modeste de son être et l'âme collective du jazz: rien que pour retrouver la perception sensitive de Sonny Rollins confronté aux étapes de la vie, ces conversations ont déjà un sens, en dehors même de l'aspect mystique de la voie/voix suivie par l'auteur qui voulait faire du Colosse un maître à penser pour les autres qu'il ne veut être en aucun cas...

Il est sage et sait qu'il a donné ce qu'il devait, du mieux qu'il pouvait, à tous ceux qui l'ont approché, écouté et souvent compris sans mot, juste par la qualité universelle de son expression.

Hélène Sportis

© Jazz Hot n°685, automne 2018
Kidi Bebey, Mon royaume pour une guitare




Mon Royaume pour une guitare



par Kidi BEBEY







Mon Royaume pour une guitare
, Kidi Bebey, Ed. Pocket/Univers Poche (première édition chez Michel Lafon, 2016), Paris, 2018, 350p.

Mon Royaume pour une guitare est un roman autobiographique de Kidi Bebey qui retrace –entre contes de l’enfance, récits à la manière de Jorge Amado et histoire politique internationale qui tourne au drame et au désastre national à l’heure de l’autodétermination des peuples– le chemin qui mena son père, le réputé Francis Bebey, guitariste (15 juillet 1929, Douala-28 mai 2001, Paris) du Cameroun au Carnegie Hall, en passant par Paris.
Loin du conte de fées, la voix et la voie choisies par Kidi Bebey (née à Paris en 1961) sont un entre-deux, voire un entre-trois et même davantage: entre colonisation, décolonisation et indépendance; entre Paris, France, Cameroun et mutations de la planète; entre traditions, révoltes et émancipations; entre besoin de sécurité, république familiale et combats politiques tous azimuts; entre serments d’enfance, conforts d’adultes et peurs viscérales; entre mythes, projets éternels et réalités; entre chagrins irréversibles, courages et respirations de lavande; entre besoin vital d’ancrage, de choix de racines et envie de conquête du monde; entre musiques, journalisme et littérature.
Une guitare apparaît par magie au XVe siècle sur les flots et disparaît par hasard à la fin du XXe siècle sur la terre: entre ces deux bornes du temps, entre ces deux éléments, Kidi Bebey raconte l’histoire de l’humanité.
Comment ce livre est arrivé jusqu’à Jazz Hot? Sans aucun doute par l’entremise bienveillante des esprits vaudous; aussi parce que Francis Bebey vécut à Paris dans l’âge d’or du jazz, qu’il s’en imprégna au point de collectionner des Jazz Hot, et sans doute d’en enrichir sa personne, son entourage pour élaborer une synthèse humaine, la sienne, dont rend compte avec beaucoup de sensibilité et de nuances Kidi Bebey, sa fille.
Hélène Sportis

Jazz Hot n°685, automne 2018
Oscar Alemán, La Guitarra Embrujada, par Sergio Pujol



Oscar Alemán

La guitarra embrujada



par Sergio Pujol








Oscar Alemán. La guitarra embrujada, livre de Sergio Pujol, Planeta 2015, 314 pages, en espagnol, disponible aussi en ebook

https://www.planetadelibros.com.ar/libro-oscar-aleman-la-guitarra-embrujada/200210


Ce livre captivant (que nous traduirons par Oscar Alemán, La guitare ensorcelée) est non seulement un bel outil documentaire sur la vie de l'artiste (1909-1980, cf. Jazz Hot n°283-1972 notamment) mais surtout un travail soigné de reconstitution des échanges, nombreux et denses à travers la planète et les événements (de Django à Duke Ellington, Svend Assmusen ou Josephine Baker, de Charles Delaunay à Ray Ventura pour n'en citer que très peu)... Quand les voyages étaient moins simples et plus longs, la «communication » virtuelle inexistante, mais que l'envie de se rencontrer et d’apprendre à se connaître dans la vraie vie était vitale, «urgente» aurait dit Pier Paolo Pasolini. Argentin comme Oscar Alemán, l'auteur Sergio Pujol est un historien spécialisé dans la/les musique/s populaire/s et passionné par le lien profond entre l'histoire politique des hommes et l'histoire biographique et culturelle des artistes: une évidence trop souvent oubliée par ceux pour qui la musique ne passe que par les oreilles, lui faisant ainsi perdre la quasi totalité de son sens. Indispensable!
Hélène Sportis

Jazz Hot n°685, automne 2018

Jazz Brushes, par Guillaume Nouaux


Jazz Brushes

Pictograms to improve your jazz drumming technique



par Guillaume Nouaux







Jazz Brushes. Pictograms to improve your jazz drumming technique de Guillaume Nouaux,
2Mc Editions, 2018,
ISBN 979-10-91635-06-6, format 30x30, 46p
www.2mceditions.com
https://www.facebook.com/guillaumenouaux.drums/videos/2084191341632979/



Nous avions déjà parlé du recueil de transcriptions (de Baby Dodds à Brian Blade) que Guillaume Nouaux fit paraître chez le même éditeur en 2012. Il nous propose une autre contribution à l'art de la batterie. Et elle est significative car l'approche pédagogique est nouvelle. Comme le titre l'indique (en anglais) il s'agit d'apprendre le jeu de balais dans les situations courantes de ce que l'on appelle jazz. Et comme le titre le précise, l'ouvrage est destiné à améliorer la technique de batterie. Ce qui veut dire qu'elle ne vise pas le débutant. En effet, d'après les batteurs que j'ai interrogé, dont Guillaume Nouaux, on commence l'étude du jeu de balais une fois que l'on a maîtrisé un minimum de technique de la batterie avec les baguettes (par exemple à 12-13 ans lorsqu'on a débuté à 7 ans). Cette méthode est un système pédagogique que Guillaume Nouaux a créé pour ses élèves afin d'enseigner les rudiments du jeu de balais jazz. S'il existe des méthodes pour le jeu de balais (cf p.45 les "selected books”), aucune ne propose cette approche sous la forme de pictogrammes dans des cercles reliés en forme de livre sur lequel on peut jouer directement. Vous partez en vacances? Il suffit d'une paire de balais et de ce livre pour travailler. La concrétisation iconographique est un compromis (format, aspect pratique et coût de réalisation). Au départ Guillaume Nouaux avait découpé en arrondi des feuilles de papier canson A3 pour figurer plusieurs motifs de jeu de balais afin qu'ils puissent jouer tous les types de tempo. Chaque feuille épousait la surface de la caisse claire. Guillaume Nouaux a remarqué qu'une fois  la feuille posée, c'était pour l'élève un moyen aisé de comprendre. Dès que le parcours de chaque main était mémorisé, Guillaume Nouaux enlevait la feuille et c'était parti! Au début Guillaume Nouaux a pensé faire réaliser un stock de grosses feuilles rondes, épaisses, à poser sur la caisse claire et à ranger dans une boîte. Mais c'était trop coûteux à réaliser. D'où l'aboutissement à ce recueil souple et relié. En testant sur un 33 tours vinyle, Guillaume Nouaux s'est rendu compte que le diamètre convenait pour s'entraîner au jeu de balais. Même si le diamètre est plus petit que celui d'une caisse claire: diamètre de 27 cm, c'est à dire environ 10,63 pouces alors que la caisse claire fait 14 pouces. Comme l'a expérimenté le jeune batteur Pierre Hurty: "travailler sur un espace restreint ne peut être que profitable par la suite, il est toujours plus facile d'agrandir les mouvements que de les rétrécir”. Ainsi conçu ce recueil propose 6 chapitres de travail: ballads & slow swing tempos, medium swing tempos, fast swing tempos, shuffle grooves, jazz waltz (¾), latin jazz grooves. Le parcours de la main gauche est en rouge, celui de la main droite en bleu (politiquement correct). La frappe est symbolisée par un rond, le frotté par une ligne. Enfin, le sens du mouvement est symbolisé. Tout ceci est clair. Il faut commencer "par travailler chaque main séparément avant de tenter de les jouer ensemble...Lorsque vous aurez mémorisé les mouvements à réaliser, vous pourrez alors transposer ces patterns sur votre caisse claire” (Guillaume Nouaux). L'auteur indique que ces exercices sont des accompagnements "qui sonnent” et qu'il utilise en situation réelle de jeu derrière les divers musiciens avec lesquels il joue. Contrairement à Freddie Keppard qui, dit la légende, mettait un mouchoir sur ses doigts pour qu'on ne lui vole pas ses doigtés, Guillaume Nouaux divulgue ses "secrets”...mais avant d'avoir sur scène beaucoup de "petits nouaux”, il leur faudra beaucoup travailler cette méthode, désormais indispensable dans l'art de la batterie. Notez que pages 44-45 vous trouverez une sélecton d'albums et de vidéos de batteurs (américains)
Michel Laplace

Jazz Hot n°685, automne 2018
Charles Mingus, Moins qu'un chien, Editions Parenthèses



Charles Mingus

Moins qu’un chien



traduction Jacques B. Hess









Moins qu’un chien, Charles Mingus, Editions Parenthèses, Marseille, 2018, 272p, 1e édition en 1971
www.editionsparentheses.com


La réédition du célèbre roman (certains noms et faits sont modifiés) autobiographique du légendaire contrebassiste/compositeur/pianiste/band leader et écrivain pour l’occasion (22/4/1922 Nogales, Arizona-5/1/1979 Cuernavaca, Mexique), fera ressentir, s’ils sont sensibles, à ceux qui ne l’ont jamais lu, car c'est un ouvrage très réédité depuis sa première parution en 1971, le monde d’injustices et de violences de la ségrégation ordinaire du quotidien, dont les résurgences actuelles de toutes les couleurs, religions, classes, castes et sexes rappellent que le combat pour l’égalité, la fraternité, la justice, la liberté n’est jamais gagné; la raison de ce «jamais acquis» est due à la pathologie psychiatrique du rapport de force dans la société. Et ce «jamais acquis» a fait naître la pensée de Martin Luther King, James Baldwin, Chester Himes, Ernest J. Gaines, Claude McKay pour n’en citer que cinq, philosophes pragmatiques, enfants des Lumières et de 1789. Comme disait Marlon Brando à Martin Luther King qui lui demandait lors d’un échange public pour faire avancer l’égalité des droits (avant 1964) ce qu’il pensait de l’action des Afro-Américains: «C’est à nous d’apprendre de vous.» Moins qu’un chien est aussi un témoignage cinglant qui rappelle à ceux qui voudraient toujours l’effacer (car la blessure de l’histoire réelle dérange) que le jazz (blues, gospel, musique afro-américaine), loin d’un divertissement ou d’une technique, est le «fruit étrange» des rapports (in)humains. «Apprendre, c’est partager l’expérience, c’est ça et que ça» disait Maxime Gorki en 1930. Claude McKay qui fera le voyage de Moscou, a écrit dans Un sacré bout de chemin en 1937 (paru chez un autre éditeur marseillais, André Dimanche): «La majorité d’entre nous ne fait que du sentiment au sujet des souffrances d’autrui. Mais c’est seulement quand une véritable expérience nous tord les tripes que nous comprenons vraiment.» A lire, à relire et méditer. Dommage que les dominants dominent (il y a même des tout petits dominants) plutôt que de chercher à comprendre ces auteurs, car, n’ayant pas les lynchages derrière eux, ils ont vraiment du mal à saisir ce qu’ils font aux autres, quels que soient leurs parcours et leurs niveaux d’instruction. A Marseille, un autre philosophe du feeling tone (la perception du réel), Marcel Pagnol, a écrit dans ses Confidences : «Nos idées et nos convictions prennent très vite la couleur de nos intérêts.» Ceci explique cela. Enfin, la philosophie du jazz pourrait s’exprimer, pour rester à Marseille, par la voix d’Edmond Dantès, dans Le Comte de Monte-Cristo, de Dumas qui a eu à pâtir du racisme: «Celui-là seul qui a éprouvé l’extrême infortune est apte à ressentir l’extrême félicité.». Transformer et transcender le malheur en art est sans doute la clé. Une livre de Charles Mingus toujours essentiel à la compréhension de ce qu'est le jazz.

Hélène Sportis

Jazz Hot n°685, automne 2018
Soul R&B, Photographs 1972-1982, par Bruce W. Talamon


SOUL R&B FUNK

PHOTOGRAPHS 1972-1982



par Bruce W. Talamon



SOUL R&B FUNK, photographs 1972-1982, Bruce W. Talamon, Taschen 2018, Paris, 376 pages, 35cm x 25cm, trilingue. 


«Le corps de mon travail a été de montrer le processus brut et entier, par opposition à cette seule partie que la publicité et les maisons de disques veulent que vous voyiez.» 
Cette phrase, extraite des propos denses et minutieux d'orfèvre de Bruce W. Talamon dans ce livre, de photographe mais pas seulement, met en évidence son parcours, sa recherche et son besoin d'atteindre l'essence de ce qu'il capte plutôt que d'enfumer le «Soul R&B Funk way of life» à des fins illusoires et/ou mercantiles. Il vous dit ses secrets d'excellence de perceptions (de feeling tone): «Toujours être prêt», savoir écouter et capter méticuleusement des «compétences sociales» ou techniques, puiser dans la proximité toujours vivante de ceux qui l'ont fait et ne sont parfois plus. 

Sa biographie consistante lui a évité la facilité d'un parcours classique d'étudiant en droit après Sciences Po et permis la richesse d'une vie remplie. Cet opus est aussi une somme d'excellences (les artistes, leurs entourages, leur histoire collective, le photographe, ses maîtres, ses rencontres, l'équipe éditoriale du livre), portée par l'exigence de chacun à chaque minute et sur un temps long, le contraire-même de notre quotidien actuel porté par nos élites aujourd'hui rivées au virtuel, aveuglée par les paillettes, droguées à la rentabilité, à la concurrence et à l'immédiateté.

Également disponible dans une édition d’art limitée à 500 exemplaires, comprenant un portfolio de quatre tirages signés par Bruce W. Talamon, n'attendez pas Noël pour découvrir SOUL R&B FUNK, une somme artistique visuelle, philosophique et sociologique sur une civilisation à part entière qui ouvre la réflexion et la rêverie à un monde entier, dans la tradition des Carnets d'enquêtes d'Emile Zola qui traqua et consigna lui aussi inlassablement toute sa vie chaque détail du réel perçu, et a su le rendre vivant par l'écrit, les dessins, les photos. Restituer le réel dans sa complexité, ses nuances et sa crudité est le travail des artisans-artistes.
Hélène Sportis

Jazz Hot n°685, automne 2018

La Beauté: Bud Powell, Livre par Jean-Baptiste Fichet

La Beauté

Bud POWELL

par Jean-Baptiste Fichet



La Beauté Bud Powell, par Jean-Baptiste Fichet, Editions Bartillat, 2017, 208 pages. http://www.editions-bartillat.fr/fiche-livre.php?Clef=442 



Né à New York en 1924, Bud Powell est l’un des acteurs majeurs du bebop. La vie erratique du pianiste a déjà suscité des exégèses, au premier rang desquelles le célèbre récit de Francis Paudras, La danse des Infidèles. Le joli premier livre de Jean-Baptiste Fichet n’esquive pas l’enjeu majeur associé à l’évocation d’un personnage génial, mais il choisit d’en donner une interprétation toute personnelle, ce qui est sans doute sa qualité cardinale. S’il meurt à Brooklyn en 1966, Bud Powell n’en est pas moins l’un des principaux ambassadeurs du bebop en Europe, et l’auteur ne craint d’ailleurs pas d’affirmer que l’ultime voyage aux USA de Powell est bel et bien le voyage de trop, responsable d’une mort précoce qui eut peut-être pu être évitée au contact de l’entourage amical de l’artiste à Paris. Quelque chose, chez Bud Powell, échappe en effet à l’appréhension du commun des mortels. Sur cet axiome, Jean-Baptiste Fichet a construit tout son livre, la rencontre avec Powell se faisant à la lueur des magnifiques compositions proposées par le pianiste, avant qu’un approfondissement du parcours, de la personnalité, ainsi que l’établissement d’une biographie sous forme de flashbacks, en filigranes du récit, n’établisse le parcours du pur styliste de jazz qu’était Bud Powell. 
Encore aujourd’hui considéré comme un musicien pour musiciens, cette relative méconnaissance du grand public laisse planer une large part de mystère sur le comportement parfois enfantin, parfois autodestructeur de l’artiste. Entre l’essai et le récit romanesque, le texte de Jean-Baptiste Fichet se veut tout d’abord narratif, avant que de se morceler toujours plus à mesure que la trajectoire du pianiste devient plus aléatoire, tel un météore voué à se consumer. Les propriétés stylistiques de l’art développé par le pianiste combinent exigence artistique et désir d’intégrité, conjugués avec une quête de l’absolu menaçant sa santé et son équilibre. 
Earl Rudolph Powell est, de ce point de vue, le véritable alter ego de Charlie Parker, tant il joue de son piano comme s’il était en proie à de véritables états extatiques. Sa liberté de ton, sa virtuosité, en matière d’exécution comme d’harmonisation, en font sans doute l’un des plus grands pianistes de tous les temps, génie foudroyé à la Antonin Artaud, que même son séjour en France, à la fin des années 1950 et débuts des années 1960, ne pourra sauver d’un destin que le profane devine tragique dès les premières pages du livre de Jean-Baptiste Fichet. 
Loin du traité musicologique, quoiqu’émaillé de citations de collègues musiciens qui viennent étayer la thèse de l’artiste génial finalement déchu; usant d’aphorismes et d’anecdotes, l’auteur restitue l’atmosphère fiévreuse et embrumée de  nuits intenses passées à honorer les engagements de managers à l’honnêteté douteuse, servant néanmoins la Musique avec un grand M à chaque chorus joué, quelle que soit la situation du moment. La culture du fragment permet à Jean-Baptiste Fichet d’approcher la nébuleuse qui entoure l’homme malade et incompris. Bud Powell ressort de ce livre comme le vecteur par lequel l’auteur est entré en jazz, les mots comblant les vides laissés par l’absence d’informations dans le sillage du pianiste d’exception. L’ambition de dresser une sorte de cartographie du génie artistique prend ici la forme déchiquetée d’une côte escarpée, archipélagique, comme une préfiguration d’un monde ouvert sur l’infini. Cette méthode tranche avec le discours d’expert habituellement privilégié pour parler des grandes figures du jazz, et relate la rencontre que tout un chacun, quel que soit son savoir et ses connaissances, peut faire avec un personnage multiforme qui le révèle à lui-même. L’œuvre comporte avant tout des aspects littéraires, et relève de portraits subjectifs tels ceux réalisés par Stefan Zweig des personnages illustres qui avaient sa faveur. Jean-Baptiste Fichet fait partager ici une fascination réelle pour le personnage de Bud Powell, renonçant à une entreprise d’analyse musicale d’un phénomène inaccessible au commun des mortels lorsqu’on l’aborde en témoin du processus créatif à l’œuvre chez un authentique génie. C’est en acceptant le principe de l’élaboration et du développement d’une passion qu’on tire le meilleur parti de la lecture de ce livre, esthétique fondamentale finalement très proche de celle du pianiste mythique, dont l’absence de calcul et la dévotion envers le moment présent demeurent la meilleure clé pour saisir une musique qui fait songer à la notion d’exil intérieur de Roland Jaccard En fin de compte, La beauté Bud Powell restitue à merveille le risque d’exemption encouru par tout créateur authentique, un processus de dépersonnalisation permettant d’atteindre à l’universel, mais qui, dans le cas de Bud Powell le poussait aussi dangereusement aux lisières de la maladie mentale.
Jean-Pierre Alenda

© Jazz Hot n°684, été 2018

LIBRARY © Jazz Hot 2017
Claude Ranger. Canadian Jazz Legend

par Mark Miller

Claude Ranger. Canadian Jazz legend, par Mark Miller, Editions Tellwell, Victoria, BC, Canada, 2017, en anglais, 280p. www.tellwell.ca

Mark Miller, basé à Toronto, journaliste de 1978 à 2005, auteur déjà réputé pour ses indispensables contributions à la découverte et à l’histoire du jazz au Canada, a par ailleurs abordé Charlie Parker (le passage de 1953 au Canada), Valaida Snow (2007), Herbie Nichols (2009), Lonnie Johnson (2011). Il poursuit ici son œuvre en nous faisant découvrir une légende locale, comme il en existe dans tous les pays qui ont une scène jazz active, Claude Ranger, batteur qui pour avoir essentiellement œuvré au Canada, n’en est pas moins un de ces musiciens talentueux et essentiels à la riche scène, voisine du grand réservoir des Etats-Unis, dont le phare n’est autre qu’Oscar Peterson.
Claude Ranger, son éternelle cigarette rivée au coin des lèvres, a une vingtaine de disques à son actif, en sideman, et, parmi les musiciens qu’il a accompagnés, on retrouve Michel Donato, Sonny Greenwich, Dave Liebman, Jane Bunnett, Don Thompson, Lenny Breau, Dewey Redman, George Coleman, Phil Woods, car il fut un élément de qualité de la scène montréalaise qu’il quitta en 1987 pour s’établir à Vancouver, et devenir un pilier du festival Du Maurier, et diriger ses formations du trio au big band (Jade Orchestra).
Compositeur, il s’est orienté vers une écriture élaborée. Ses orchestres ont aussi été un creuset pour nombre de musiciens locaux, Claude Ranger assumant le rôle d’ancien et de passeur. Ses qualités de batteur, qu’on rapproche de Max Roach, autant que sa biographie en ont fait une légende.
Claude Ranger est né à Montréal en 1941, et sa carrière s’est arrêté à la fin des années 1990, quand il a cédé ses instruments, se détachant progressivement du monde du jazz, et, après un retrait dans une communauté, il est, un jour de novembre 2002, parti de son domicile pour ne jamais y revenir. Personne ne sait ce qu’il est devenu, accentuant la légende du musicien qui accompagne parfois le jazz. Son destin, raconté par Mark Miller, qui l’a interviewé à plusieurs reprises, et qui tire une partie de son information d’un ami de Claude Ranger qui le côtoya jusqu’aux derniers jours précédant sa disparition, raconte aussi près de quarante ans de l’histoire de la scène canadienne. La sensibilité de Claude Ranger lui fit apprécier en particulier la musique de Deway Redman qu’il accompagna.
Voici donc un bon ouvrage de découverte d’une scène du jazz par l’un de ses meilleurs connaisseurs, et celle d’un musicien mystérieusement disparu, comme cela arrive parfois dans le jazz, après lui avoir consacré sa vie pendant une quarantaine d’années…

Yves Sportis

© Jazz Hot n°682, hiver 2017-2018

Good Things Happen Slowly

par Fred Hersch

Good Things Happen Slowly: A Life In and Out of Jazz, par Fred Hersh, Editions Crown Archetype, New York, NY, USA, 2017, en anglais, 310p. crownpublishing.com

Justement sous-titré sur le plan artistique «A Life In and Out of Jazz» et plus mystérieusement avec une texte de jaquette intitulé «Jazz could not contain Fred Hersh», cette autobiographie d’un encore jeune musicien, dédicacée à son compagnon, Scott, relate la vie, parfois complexe dans ses incertitudes, douloureuse (une longue et grave maladie) et les recherches artistiques de ce grand artiste du piano que nous avons rencontré (cf. Jazz Hot n°679). Il possède une remarquable discographie, en leader et en sideman, pour ceux qui n’ont pas eu la chance de l’écouter en live, à Paris ou ailleurs, car il est un habitué de la scène de jazz dans le monde, en particulier de celle du Village Vanguard (en solo et trio) dont il est devenu une légende vivante et régulièrement programmée. Il raconte cette relation dans l’interview. Vous l’avez deviné, à la lecture du titre, sous-titre et texte de jaquette, ce livre éclaire la personnalité et donc la musique d’un de ces artistes de talent, qui pour ne pas appartenir «a priori» à la tradition du jazz, ont su établir une synthèse personnelle, une sorte d’arrangement avec cette grande tradition culturelle, pour la fréquenter sans la trahir, sans l’accaparer ou la détourner, en invité savant capable de respecter les codes d’une culture, voire de les enrichir de sa différence.
Les exemples existent dans le jazz, pas si nombreux depuis Django Reinhardt, Lennie Tristano, Bill Evans, et peu importe au fond qu’on sente cette différence de culture native quand les invités sont aussi riches sur le plan personnel, artistique, culturel et si respectueux, curieux, généreux, enthousiastes, convaincus depuis leur plus jeune âge pour leur maison d’accueil, cette culture, pour la langue native, le jazz. Voilà, en résumé, comment décrire Fred Hersch: lire un ouvrage sorti de sa plume pour l’expliquer par des mots est une sorte de cadeau, sans doute aussi un exercice personnel de clarification qui aide à la maturation de son expression. On peut lire, pour commencer, le chapitre justement intitulé «To Begin» et malicieusement placé à la page 296, comme une sorte de clé cachée pour ceux qui n’aurait pas tout saisi de ce personnage sympathique au sens profond du mot, qui se définit en fin de compte, malgré le titre, le sous-titre et celui de la jaquette: «I’m a jaz
z musician».

Yves Sportis

© Jazz Hot n°682, hiver 2017-2018

Jazz et Franc-Maçonnerie. Une histoire occultée

par Yves Rodde-Migdal

Jazz et Franc-Maçonnerie. Une histoire occultée, Yves Rodde-Migdal, Editions Cépaduès, coll. de Midi, Toulouse, 2017, 80p. www.cepadues.com


Sujet intéressant, mais livre très décevant, qui laisse l’histoire aussi occultée qu’elle l’était, avec un contenu confus, insuffisant et approximatif, sur tous les plans: celui de l’information, de la franc-maçonnerie, du jazz et de la langue. On ne retiendra pas grand-chose de cette suite de généralités et de poncifs sur un sujet qui nécessite un travail beaucoup plus approfondi. L’auteur, qui semble pourtant bien placé pour le traiter puisqu’il est, paraît-il, franc-maçon et musicien de jazz, accumule généralités et lieux communs sur le jazz, sans apporter de fond à un sujet qui en demande puisqu’il est, par nature, quelque peu mystérieux et pour «initiés». Malgré la préface du Grand Maître du Grand Orient de France, ce n’est pas avec ce petit livre que «I’m Begining to See the Light» comme aurait dit Duke Ellington, grand maître du jazz, et c’est ce qui restera de lui plus que le tablier en coton blanc de l’initié qu’il fut. Cela dit, on aurait aimé avoir des informations approfondies et originales sur ce sujet car c’est une dimension de l’histoire afro-américaine et plus largement de l’Amérique.

Yves Sportis

© Jazz Hot n°682, hiver 2017-2018

Hugues Panassié, par Laurent Cugny



Hugues Panassié: L’œuvre panassiéenne et sa réception

par Laurent Cugny



Hugues Panassié: L’œuvre panassiéenne et sa réception, Laurent Cugny, Editions Outre-Mesure, Coll. Jazz en France, 2017, Paris, 168p. www. outre-mesure.net

Tentative de portrait-étude sur l’un des pionniers de la critique de jazz, jusque-là banni de l’histoire du jazz en France par l’institution culturelle du pouvoir, comme Charles Delaunay au demeurant, depuis quelques décennies par l’idéologie progressiste des tenants de l’institution (université, édition) et du commerce du jazz (à l’exception de Jazz Hot depuis bientôt 30 ans dont Delaunay et Panassié furent fondateurs), on pourrait se réjouir de la remise en perspective de l’histoire du jazz en France qui semblerait s’amorcer, peut-être parce que les cadavres sont suffisamment refroidis et qu’on espère qu’ils ne bougeront plus. 
Cette entreprise d’exhumation de personnages jusque-là soigneusement niés, initiée par une biographie partielle de Charles Delaunay en 2009 d’Anne Legrand (Charles Delaunay et le jazz en France, Ed. du Layeur), et aujourd’hui par cette collection sous la férule de Laurent Cugny, auteur, musicien, disciple de Gil Evans, professeur à la Sorbonne, inspire de prime abord la suspicion par son introduction.

«On pourrait se réjouir» (et non pas à l’indicatif présent), car finalement, malgré le travail partiel et partial de documentation effectué par l’auteur, superficiellement sérieux, qui sera toujours utile à ses élèves s’ils veulent bien creuser et interroger la matière plutôt que se conformer au dogme et aux préjugés du professeur, cet ouvrage souffre de tous les défauts des travaux universitaires publiés aujourd’hui en France, et depuis près de 40 ans, par une coterie qui occupe les strapontins universitaires ou de l’édition laissés au jazz, défauts qui se résument par une vision progressiste, déshumanisée, hors de l’histoire –et non pas culturelle du jazz, contextualisée dans l’époque– par des amalgames ou des affirmations de mauvaise foi qui rendent désagréable une lecture qu’on souhaiterait passionnante, car il s’agit de jazz et d'histoire.

Cela empêche Laurent Cugny dans son ouvrage, malgré d’extraordinaires contorsions de langage pour paraître «objectif», c’est-à-dire en fait «scientifique» et donc conforme aux codes de l’institution universitaire qui l’héberge, de comprendre même le personnage Hugues Panassié, au-delà de ses positions sur le jazz, de cerner ses partis pris politiques, esthétiques, philosophiques et autres, car il s’intéressa à beaucoup de choses; sa principale qualité étant la curiosité et l’imagination dont manquent ceux qui l’ont nié avec unanimité pendant plus d’un demi-siècle, à commencer par l’auteur.

L’auteur, qui dit ne pas être historien avec une «humilité» sans objet, qui étonne quant à une collection qui s’intitule «Jazz en France» et qu’il prétend en faire la relation, et pour un musicologue revendiqué qui enseigne à des néophytes sans comprendre le temps où se déroula l’action d’Hugues Panassié. Cela s’explique simplement parce que tous ces auteurs institutionnels (Ludovic Tournès, la source préférentielle de Laurent Cugny, est à mettre dans la même catégorie à la suite de quelques autres) n’ont pas vocation à éclairer l’histoire du jazz mais simplement à justifier leur place et leur action au sein de l’institution, et cela depuis des années. Au surplus, pour Laurent Cugny, lui-même musicien, son obsession à écrire sur le jazz, au-delà de la curiosité légitime de chacun, vient en complément justifier son œuvre et ses choix de musicien, dans la droite ligne de l’état d’esprit qu’André Hodeir imposa au jazz en France, y compris dans Jazz Hot, d’énormités sur le jazz par sa simple réalité de technicien de la musique, d’auteur et plus largement de gourou (en vrac, parce que ce n’est pas l’objet de cette chronique, cf. certaines des pensées d’Hodeir sur Duke Ellington et Art Tatum par exemple, articles parus dans Jazz Hot).

Dès l’introduction donc, le ton est donné, avec une certaine «candeur»: «(…) une œuvre importante, quel que soit le jugement que l’on peut porter à son endroit.», «(…) tenter d’évaluer, le plus sereinement possible, les apports d’Hugues Panassié à la connaissance du jazz?», «(…) l’influence du discours panassiéen et surtout de sa présence toujours identifiable dans les débats sur le jazz», «Au fil de l’exploration de ces questions, je finis même par me demander pour moi-même s’il était utile de consacrer autant de temps et de pages à un personnage à propos duquel ma propre opinion était aussi négative à maints égards, pour ne pas dire à tous – y compris sur le plan humain (…)», etc., ne sont que des précautions, presque des excuses auprès de ses pairs de l’institution, pour justifier de parler d’un homme aussi détestable: la tentation de la négation, si active depuis 40 ans, est renouvelée au passage.

Je dois dire qu’à cette même page l’envie prend de fermer le livre, car il y a aussi d’autres choses à faire dans la vie qu’une analyse politico-psychologique de la perversion d’un discours portant sur un personnage dont nous avons parlé dans Jazz Hot sans ce travers, en dépit de nos désaccords. Il a donc fallu trouver une motivation, et elle réside dans le fait que ce livre prête une proximité qui n’existe pas entre les idées de Panassié et celles de Jazz Hot, aujourd’hui, résumées aux miennes depuis que je l’anime (1991 à nos jours), car dans Jazz Hot tous les avis sont différents et souvent divergents, mais pour le savoir, il faut le lire et le comprendre. La seconde motivation, réside dans le pourquoi de ce livre –et non pas de son objet «Hugues Panassié»– dans le discours de pouvoir de l’institution dans le jazz dans les années 2010.

Il eût été plus sincère pour Laurent Cugny de se fier à sa première inspiration et d’en rester à la simple négation ou à une courte évocation factuelle scolaire et simpliste, habituelle de l'institution, plutôt que ces longues pages à faire un procès impressionniste à la Macron (avec de faux balancements de thèses-antithèses pour imposer ce qu’il faut penser sans alternative), avec le bon et le mauvais flic qui tour à tour accusent et défendent (mais sans volonté de défendre), avec les témoins à charge et à décharge (mais qui se contredisent, comme Coleman Hawkins, pour charger Panassié), l’enfonçant un peu plus, un pauvre Panassié plus en état de se défendre, pour finalement en faire un fou paranoïaque victime de sénilité précoce pour cause de handicap contracté à l’enfance (p. 142 et suivantes). 
Je dois avouer que cette conclusion m’a plutôt convenu (je précise: c'est de l’humour) car j’imagine volontiers Laurent Cugny en blouse blanche, sous les ordres de son chef de service Ludovic Tournès, dans le service du contrôle-qualité du jazz, dans un laboratoire tout blanc où il pèse dans une balance les mots choisis de Panassié sortis de leur contexte historique, d’époque en particulier car il n’est pas besoin d’être historien pour reconnaître qu’en 1930, on n’a pas le même vocabulaire et les mêmes préoccupations qu’en 2017. Ce que Cugny reproche à Panassié (en résumé: de faire de son étude du jazz une science sans en avoir l’autorité scientifique), c’est lui-même ce que fait Laurent Cugny, comme d’autres avant lui (Hodeir), avec, malgré ce, l’argument d’autorité –le contraire de l’esprit scientifique et critique–: sous-entendu «moi, je suis musicien, pas Panassié…» en se mettant au chevet de Panassié, compatissant parfois, avec autant d’hypocrisie (vu ce qu’il en pense) que de vanité (d’Hugues Panassié et Laurent Cugny, il n’est nul besoin d’être prophète pour apprécier l’importance critique dans l’histoire du jazz éternelle).

Je ne vais pas prendre la défense des positions de fond sur le jazz et le reste de Panassié, je ne les partage pas, mais Panassié me semble simplement indispensable, avec ses erreurs que je lui suppose (c'est une alternative de pensée), au débat sur le jazz (comme Laurent Cugny au demeurant s’il n’avait pas cette prétention à la science exacte et au pouvoir absolu), sans avoir besoin de le psychiatriser (ou il faudrait enfermer la quasi-totalité des Français), et certains de ses traits (un homme de pouvoir, de droite, doué de mauvaise foi mais aussi de conviction…) sont si conformes à sa pensée dans le jazz (un art primitif et donc ethnique selon lui, et lui un intellectuel français), que je n’ai pas besoin de l’accuser d’être fou ou sénile pour exprimer mon désaccord, et que je le laisse dans le seul débat d’idées plutôt que, comme le fait Laurent Cugny, de le renvoyer, avec le certificat médical de l’institution et la bonne conscience de lui avoir prodigué des soins inutiles malgré son état, dans sa cellule d’isolement d’où il regrette déjà de l’avoir sorti.

On note d’abord l’ironie de ces préjugés, de ce besoin de découper en tranches, en jetant une partie de la découpe, une personnalité aussi entière que cohérente en son temps qui est pourtant à bien des égards, avec les contorsions de langage, le «père siamois» de ces «progressistes en art»: par la pensée et la tournure d’esprit, une mauvaise foi certaine drapée dans le discours universitaire et/ou savant (Panassié avait parfois mais pas systématiquement ce même sens de l’instrumentalisation des faits et des personnes, du détournement et de la perversion, avec un autre vocabulaire, celui de son temps, et des finalités pas si différentes; dont celle de s’imposer comme LE théoricien du jazz, comme Cugny et Tournès, celle de se faire reconnaître par les musiciens comme tel, de jazz américains pour Panassié, de jazz français, académiques, pour Hodeir, Tournès et Cugny; de se faire «valider» par les musiciens «noirs» comme Panassié disait, le vocabulaire du temps, par des musiciens «essentiellement pas noirs» comme ne le disent pas Tournès et Cugny (pas correct même si c'est le but, le langage est aujourd’hui surveillé, et ils sont plus pervers).

Ce qui les sépare, par hasard, c’est que Panassié s’est intéressé au jazz comme art primitif en ethnologue apprenti (ce qu’il n’était pas, même en 1930), comme c’était la mode en son temps des arts primitifs, sans percevoir le côté civilisationnel nouveau du jazz (social, politique, culturel, artistique, en construction…). Tournès, Cugny et autres, eux, s’intéressent au jazz comme produit formel de segment de marché (musical) et de pouvoir (intellectuel), et leur seule manière de le «confisquer», au moins en France pays où le pouvoir, politique, académique, artistique s’exerce directement dans le champ culturel, sans filtre, est de le vider de son fondement civilisationnel afro-américain («l'essence noire» selon l'auteur), de le priver de sa réalité de culture occidentale contemporaine d’essence afro-américaine, en rupture avec l’académisme et les pouvoirs traditionnels, dont l’université est l'un des rouages. Car le jazz est sur le fond en opposition radicale avec l’académisme que Hodeir, Cugny, Tournès et autres qui se succèdent depuis 70 ans à tous les postes de pouvoirs institutionnels, académiques, tentent de lui imposer en France (la musique classique, contemporaine, improvisée, la variété ne leur suffit pas ou ne leur permet pas de dominer, ils se rabattent sur le jazz, malheureusement).

Cet état d’esprit d’appropriation européo-centré, de classe, a fait et fait beaucoup de tort au jazz, dans le monde et en France, car il fait partout des émules très intéressés à ce détournement; du tort à sa transmission, aux musiciens de jazz, à sa critique et aux amateurs de jazz condamnés à écouter et voir majoritairement des musiques sans rapport avec le jazz sur les scènes de jazz, malgré le travail d’enseignants du jazz, des musiciens de jazz souvent, qui tentent, y compris dans des conservatoires (tout n’est pas contrôlé et contrôlable) de reconnecter inlassablement les musiciens aux racines du jazz et son indispensable caractère populaire. Le désastre est évident sur le public qui ne sait plus, dans sa plus grande part, ce que le jazz signifie, même devant un concert de jazz.

Le résultat en a été une déperdition progressive de la culture jazz depuis 1960, acquise si difficilement, de manière si anarchique et pourtant si solide car librement choisie, grâce essentiellement aux labels indépendants (des années 1930 à 1967, il en reste quelques-uns), à Charles Delaunay, Norman Granz, aux revues (trop rarement), et quelques autres, à quelques organisateurs férus de jazz, aux amateurs qui ont gardé leur libre-arbitre, et bien sûr d’abord grâce aux musiciens de jazz eux-mêmes, les connus et les obscurs, cette masse incroyablement riche, qui ont fait et préservé cette dimension démocratique et culturelle du jazz. Cette longue construction indépendante commencée avec et grâce à Panassié et Delaunay lui permet encore de résister contre la pensée normalisatrice et académique de l’institution, en particulier depuis 1981 et le tandem Mitterrand-Lang, allié au rouleau compresseur de l’industrie musicale de grande consommation, qui se sont efforcés de faire de la bouillie de ce patrimoine, qui réécrivent, comme ici, a postériori, une histoire déconnectée de son contexte, une histoire virtuelle correspondant à leurs propres nécessités, leurs propres envies de pouvoir. Il est vrai que ça se pratique dans tous les domaines, et en politique en particulier.

Votre serviteur, animateur de Jazz Hot depuis plus d’un quart de siècle, ne partage pas les points de vue et l’abord sur le jazz d’Hugues Panassié. En rien, moins que Laurent Cugny qui lui partage l'état d'esprit. Nous avons déjà longuement évoqué le travail d’Hugues Panassié dans le jazz (Michel Laplace dernièrement pour le centenaire) et en synthèse, Hugues Panassié est un de ces grands amateurs et pionniers du jazz qui a permis avec d’autres, malgré ses erreurs parfois indignes de son oreille quand elles sont dues à cette recherche de pouvoir, «papal» comme on disait, de faire que le jazz soit ce qu’il est, et qu’il y a en 2017 encore un débat sur le jazz.

Heureusement, Hugues Panassié s’est imposé dans les années 1930, dans son meilleur âge, celui de leur jeunesse avec Charles Delaunay qui a apporté l'ouverture et le dynamisme de ce couple improbable, l’âge de sa plus grande ouverture d'esprit d'Hugues car celui de la découverte, et pas un ancêtre de Cugny ou Tournès; sinon pas de jazz du tout, pas de débat.

A propos de la revue Jazz Hot, pas consultée ou contactée pour cet ouvrage, comme c’est la règle presque sans faille dans l’institution universitaire et dans le monde éditorial (Anne Legrand avait aussi trouvé le moyen d’écrire sur Charles Delaunay sans contacter Jazz Hot), rarement citée en dehors des nécessités car Panassié est aussi à l’origine de Jazz Hot et pour un tel travail, c’est difficile à éviter, d’autant qu’une bonne part de son œuvre et de sa critique y figure: à notre sens la meilleure part avec sa production de disques pour le compte de Swing dès l'avant-guerre, le label créé par Charles Delaunay. Jazz Hot, parce que cette revue existe encore et qu’elle ne correspond pas à la pensée conformiste des serviteurs en jazz du pouvoir, est simplement niée, comme le furent Delaunay et Panassié de leur vivant et le restent d'une certaine façon par ce révisionnisme et ces anachronismes. Le pouvoir attendra que Jazz Hot soit mort pour lui faire dire ce qu’il souhaite de cette histoire et la réviser de manière conforme à l’institution, on n'en doute pas.

Dans cet ouvrage, Laurent Cugny s’est appuyé sur trois ouvrages d’Hugues Panassié (Le Jazz Hot, La véritable musique de jazz et Monsieur Jazz), des numéros d’une éphémère revue de Panassié reprise par Delaunay, et des citations reprises dans un large éventail mondial d’ouvrages. Il s’est peu appuyé sur les articles parus dans Jazz Hot, et a omis, pour l’appréciation de l’œuvre, toutes les chroniques de jazz et articles parus dans Jazz Hot, pourtant bien identifiées et repérées dans l’appareil documentaire (année par année, numéro par numéro, sous l’appellation «disques») dans une période du plein développement du jazz en France (les hot clubs, grâce justement à Jazz Hot, Pierre Nourry, Charles Delaunay (l’organisateur, le discographe) et Panassié (le théoricien, le diffuseur-promoteur des nouvelles parutions phonographiques). C’est dans ce creuset, dans cette matière pourtant que les amateurs, savants, éclairés ou simplement fans, de toutes les générations, ont fait leur chemin au quotidien, que le jazz a trouvé sa reconnaissance, sa promotion, son public et son développement, le berceau critique: en un mot, son futur et pas seulement français, car ce fut le miroir artistique du jazz, les outils élaborés par Delaunay-Panassié qui validèrent le jazz aux Etats-Unis comme art à part entière, le seul art occidental de création américaine du Nord.

Je vous laisse apprécier la nature de la démarche de Laurent Cugny, d’autant que les chroniques de disques, en particulier, ont été un modèle de méthode d’écoute et de la transmission de contenu entre amateurs, dans les hot clubs, par les bourses de disques, par la démarche pédagogique de Panassié lui-même, en live, au contact des amateurs. C’est ce que nous retenons de plus généreux et de majeur de l’œuvre de Panassié, sa manière intelligente et passionnée de transmettre ses connaissances. Difficile selon nous de passer sous silence ce contenu essentiel de l’œuvre de Panassié, d’autant que le texte mérite le détour.

Pour mémoire, depuis 30 ans, et même depuis plus longtemps pour mes prédécesseurs, Jazz Hot a consacré une multitude d’articles à cette histoire du jazz que prétend aborder Laurent Cugny dans sa collection, et très récemment un article à Hugues Panassié pour son centenaire, par un auteur, Michel Laplace, non cité dans cet ouvrage, comme le reste des articles de Jazz Hot consacrée à cette histoire. Michel continue d’ailleurs de partager, à ma différence, une plus grande proximité avec l’abord du jazz de Panassié, parce qu’il a eu aussi une fréquentation plus rapprochée du monde de Panassié, une question de génération, de hasard et de géographie. En résumé, prétendre écrire un ouvrage à caractère «universitaire» sur Hugues Panassié, en négligeant volontairement une partie des sources, est disqualifiant, mais révèle un état d’esprit, l’objectif profond de cet ouvrage.
Déformer la pensée ou faire de faux amalgames sont d’autres pratiques qui qualifient cet ouvrage, comme par exemple ce qui est dit p.82 dans le paragraphe «L’essentialisme afro-américain» : «(…) la revue Jazz Hot d’aujourd’hui (…) ne s’est jamais sur ce plan départie de ce tropisme largement d’origine panassiéenne, celui de l’essence noire (sic) du jazz.»

Arrêtons nous quelques instants sur ces quelques lignes significatives des insuffisances, approximations et/ou perversions de cet ouvrage:
- d’abord Jazz Hot n’a pas été un fleuve tranquille dans sa pensée sur plus de 80 ans. Et Laurent Cugny doit d’exister, de penser ce qu’il pense, de jouer sa musique, à l’une des époques de Jazz Hot, celle d’André Hodeir, et plus près de nous, il est très proche de sensibilités qui firent en partie la revue dans les années 1980, époque de connivence entre les revues, le jazz et l’institution culturelle mise en place par Jack Lang.
- Ensuite, depuis 30 ans, cette revue présente en son sein une pluralité de points de vue, allant d’une proximité parfois avec les thèses de Panassié, parfois avec celles de Laurent Cugny, avec celles des progressistes en art en général qui valorisent, quelles que soient les époques, a priori l’art contemporain (une vision simpliste des anciens et des modernes liée à la génération) même si par ailleurs, votre serviteur qui anime cette revue et cette équipe, et qui l’a choisie pour sa diversité, pour le débat, pense que le jazz est une musique d’essence afro-américaine (et non pas noire, car ce concept «d'essence noire» est raciste), et que l’art s’apprécie en absolu, quel que soit son âge, en fonction simplement des artistes et de leurs œuvres, des conditions d’élaboration (historiques, géographiques, culturelles, de civilisation, d'environnement même).
- C'est précisément ce que ne pensait pas Panassié, c’est une erreur majeure de Laurent Cugny, et pour le comprendre, il faut arrêter de découper Panassié en tranches dont on ne garde que celles qui alimentent le discours pré-conçu, se replacer dans l’époque, dans ce qu’étaient les discours politiques, critiques et autres, et ce que fut politiquement Panassié, un homme de droite, de cette «droite anarchiste», parfois artiste, comme on disait, où le sens critique a existé, conduisant même parfois à l’abject (au moins un texte de Panassié sous l'Occupation est de cette eau, même si on peut lui trouver une explication circonstencielle). Une étude de sa biographie n’est pas inutile. Pas besoin d’en faire un homme d’extrême-droite au sens actuel pour l’anathème habituel des années 2000, même si Laurent Cugny adoucit cette vision après avoir joint tous les fils qui y conduisent. C’est un anachronisme. Le point de vue de Panassié est ethnique, comme le pensait l’époque en général passionnée d’ethnologie, y compris dans ses manifestations les plus spectaculaires (Expositions universelles). «Les noirs», sans capitale, désignait sans nuance alors les Afro-Américains et les Africains, une couleur distinctive que reprend Laurent Cugny à dessein («essence noire») alors que le titre de son paragraphe était mieux nommé; aujourd’hui certains disent «les Blacks», et ça ne change rien, c’est regrettable, une insuffisance de langage due à une insuffisance de pensée. Il n’y a rien ici de politiquement correct dans cette contestation du langage, juste la pression légitime des Afro-Américains à une certaine époque pour qu’on arrête de les traiter de «noirs» de manière systématique, avec cette connotation péjorative dans le ton que toutes les victimes de racisme savent identifier, de faire référence à une couleur plutôt que de parler d’une histoire, d’hommes ou de femmes de biographies et de géographie pour définir les contours de leurs créations.

Les Afro-Américains ont, d’après Panassié, leur musique «dans leurs gènes», raccourci d’une époque et insuffisance de Panassié, mais il a l’excuse du temps, encore présents sous des formes plus policées dans les esprits, y compris chez les progressistes, dans une forme renversée (au nom d’un pseudo anti-racisme, on nie les conditions sociales, historiques et géographiques génératrices de la culture pour justifier de l'usurpation d'un art, c'est-à-dire de son économie, de ses lieux d'expression, de ses labels, de ses scènes, de son étiquette et plus grave de son héritage). 

Amiri Baraka, George Lewis et certains Chicagoans, parfois de l’AACM (pas tous car la réalité est toujours complexe), et ça ne se confond pas, ni dans l’époque, ni dans les motivations, avec les propos de Panassié, même si le point de vue ethnique domine, font effectivement référence à des notions de «black music», comme en Europe et en Afrique on parle, sans y voir de connotation négative, de «négritude» (Senghor, Césaire), dans la lignée de la pensée élaborée au moment de la décolonisation, où la couleur restait première dans l’analyse au détriment de la culture, de l’histoire et de la géographie. Un héritage encore.

Cette opposition  valut d’ailleurs de fameux débats dans les années 1950-1960 entre les intellectuels afro-américains (universalistes) et africains (négritude), l’émancipation des Afro-Américains, sous toutes ses formes (universaliste comme Martin Luther King ou nationaliste, avec les Blacks Panthers) ayant déjà été confondue et amalgamée à tort avec la décolonisation et les nationalismes africains nouveaux, provoquant de multiples incompréhensions et errances idéologiques dont on n'est pas sortis en 2017.

La couleur (noire, négritude) détermine une culture séparée (conception ethniciste) pour les uns. Le vécu, les conditions historiques et géographiques pour les autres (la déportation des Africains en Amérique et la reconstruction d’une société afro-américaine à part, parce que ségréguée) déterminent un fait culturel de première importance, alternatif sur le plan culturel, social, économique, politique dans une Amérique en construction. Le fait que des musiciens et des publics de toutes les origines ont participé à l’histoire du jazz quand ils l'ont respectée, c'est-à-dire quand ils ont la conscience de l'essence afro-américaine pour qui le jazz n'est ni un jeu, ni une construction intellectuelle, mais une expression de vie, dit assez que les partisans du facteur ethnique ont tort, encore et toujours.

Donc Laurent Cugny, en amalgamant ces pensées, celle de Jazz Hot aujourd’hui et dans ses époques, et de Panassié hier, fait preuve de mauvaise foi et/ou d’inculture. Je ne pense pas comme Panassié sur ce plan, et donc une partie des collaborateurs de Jazz Hot ne pensent pas forcément ça; il aurait suffi de lire Jazz Hot ou de nous contacter pour le savoir. Charles Delaunay, qui baigne familialement dans la culture et l’art, a d’emblée compris le caractère culturel, universel, de civilisation du jazz, son œuvre et ses écrits en témoignent.

Quand Louis Armstrong, Duke Ellington, Benny Carter et Coleman Hawkins font le voyage de Paris à l’entre-deux-guerres, il est aisé de comprendre qu’ils veulent affirmer une vision universaliste et non ethniciste de leur art, même si Panassié est apprécié pour sa sensibilité sincère et son importance dans la définition par des mots de ce qu'est le jazz. La mauvaise foi de Panassié et sans doute ses partis pris politiques (c’est pour cela qu’il ne faut rien séparer pour une étude de la pensée de Panassié) l’empêchent au fond d’adhérer à ce point de vue universaliste, de gauche au sens philosophique, même si l’atmosphère de l’époque (les arts primitifs, Django et le génie «spontané», Matisse, le surréalisme…) conduit cet amateur d’art autodidacte à aimer la musique de son temps, à en discerner la particularité sans en comprendre la genèse. Ces oppositions de fond, ressenties très tôt entre les deux hommes, sont le principal facteur de rupture qui interviendra plus tard: ils se lisent, se côtoient, ont une curiosité culturelle profonde et savent ce que chacun pense, sans doute Delaunay plus que Panassié déjà égocentré. Ils n’ont tout simplement pas la même philosophie du jazz, de la vie. Cette opposition philosophique se traduit par une opposition de personnes, accentuée par des options diverses liées à l’environnement, la guerre, le milieu du jazz, etc.

Delaunay a d’ailleurs fait des articles très clairs, avec récit historique (non savant) et cartes de géographie, pour l’expliquer, pour relier ce fait de civilisation, le jazz, à l’histoire des Afro-Américains. Et ils ne sont pas simplistes comme la plupart des textes actuels, que ce soit la pensée des universitaires accrédités ou celle de Laurent Cugny. Il faut lire, Jazz Hot aussi, car beaucoup d’articles racontent mieux cette histoire, ça fait gagner du temps, et, à propos de Panassié, c’est sans doute aussi nécessaire et plus pertinent que Ludovic Tournès, car Jazz Hot a été écrit au jour le jour, par des acteurs essentiels du jazz, depuis 1935, ce n’est pas une réécriture révisionniste sans recul historique.

Les progressistes et les premiers activistes du marché du jazz prennent part à ce débat, prenant d’abord le parti de Delaunay contre Panassié, avant de marginaliser Delaunay qui n’a jamais été intéressé par cette lutte de pouvoir dans le jazz (malgré son ambition pour le jazz dont témoigne son activité) en avançant leurs pions, leurs intérêts personnels, souvent de musiciens français, à occuper la scène du jazz, voulant dès le début ramener le jazz à une musique et des notes, le réduire à des analyses, des techniques, une pratique académique, enseignable et opposable aux intrus, même américains. L’Angleterre a connu les mêmes pressions corporatistes, en plus dommageables pour la scène du jazz, en moins durables car la culture n’y était pas un enjeu du pouvoir régalien.

En fait, le rejet de l’essence afro-américaine par les progressistes, et Laurent Cugny ici, comme ce fut le cas aux Etats-Unis de manière décalée et différente, n’est qu’une autre vision raciste, comme celle de Panassié, de ce qu’est le jazz: la négation d’une histoire particulière, humaine, populaire et d'excellence, longue de plusieurs siècles, déterminant un art très prolifique au caractère expressif particulier. Le principal apport de Panassié est d’ailleurs d’avoir compris que le caractère expressif (hot) distinguait cette musique déjà en 1930 de ses «répliques» déjà commerciales ou déjà progressistes-savantes dès cette époque. Car ce débat, comme celui de la place des musiciens français dans le jazz, qui est à la base de ce livre et de la pensée qui le sous-tend, ne datent pas d’hier… Dès l’avant-guerre, le thème est évoqué dans Jazz Hot, comme le débat musiciens «noirs», musiciens «blancs» et jazz. Il y a une certaine éternité même dans ce registre comme le raconte Jean-Jacques Rousseau à propos de l’accueil de l’opéra italien en France autour de 1760… L’histoire, toujours l’histoire, est en France, avec cette culture de la polémique, une seconde nature…

Nier l’essence afro-américaine du jazz (ou caricaturer comme ici sa signification, en amalgamant la position de Panassié pour la dévaloriser, sans tenir compte de l’époque où vécut Panassié), est ni plus ni moins nier cette histoire qui a été écrite par des milliers de musiciens afro-américains, d’extraction populaire, qui ont établi les canons de cette expression très sophistiquée, dans laquelle des codes comme le blues, la respiration rythmique (swing) et l’expression sont trois piliers indispensables, sauf à faire une autre musique.

Des musiciens de toutes les origines l’ont compris et font partie de cette histoire. D’autres, les progressistes, Laurent Cugny, les musiques improvisées, actuelles, ont nui et continuent de nuire au jazz, pour des raisons complexes, conscientes (le marché du jazz, les subventions, le clientélisme, le pouvoir) ou inconscientes, racistes au fond, comme Panassié le fut, sans méchanceté personnelle, essentiellement par ethnicisme de principe, mais non sans dommages, la Seconde Guerre nous le rappelle; Panassié pour expliquer le caractère indispensable d’être «noir» pour faire du jazz; les progressistes et M. Cugny pour expliquer qu’on peut naître à Bécon-les-Bruyères et faire du jazz après être passé au conservatoire parce qu’on sait lire ou écrire une partition, et qu’on peut légitimement prétendre à un statut de musicien de jazz… Avec bientôt un diplôme d’artiste de jazz…

Cela nie également le caractère populaire du jazz, dans son inspiration, sa transmission, sa pratique, son fondement politique, social jusque dans son esthétique et son élaboration, et finalement ça modifie les conditions de sa création, de son contenu artistique, parfois jusqu’à le vider. Le jazz est aussi une lutte de classes sociales, un deuxième niveau d'expérience dirait James Baldwin.

Les noms (par milliers) qui font le jazz de King Oliver à Wynton Marsalis disent assez que le facteur d’appartenance à la civilisation afro-américaine, même aujourd’hui diluée dans l’ensemble indifférencié américain et mondial, a été et reste de première importance dans la détermination des artistes qui font sa légende et son actualité, aussi bien que son importance numérique en talents exceptionnels, dans le récit de la grande histoire du jazz.

Le jazz, et c’est son caractère universel, a aussi révélé très tôt Eddie Lang et Joe Venuti, Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, jusqu’à Philip Catherine ou Joe Lovano qui ont opéré leur propre synthèse à partir de leur vécu, de leurs racines et de leur rencontre avec le jazz, sans en nier les fondements. On pourrait encore faire une analogie facile avec l’opéra italien.

Le quotidien, le vécu, l’histoire populaire, sociale et politique restent les facteurs premiers de cette expression artistique, et c’est encore plus vrai pour le jazz que pour la musique classique et les arts en général, une particularité de l’histoire rendue possible par le miracle inattendu de la reconstitution dans la ségrégation d’une société particulière, indépendante, au-delà de l’esclavage, sur un continent neuf et pas aussi formaté, contrôlé (à l’époque) que la vieille Europe; un continent où la démocratie tentait de s’imposer, le jazz y contribuant au même titre que d’autres arts, mais certainement plus fondamentalement.

C’est en cela que Panassié aurait pu être questionné dans un débat d’un meilleur niveau, d’une plus grande dignité, gardant la perspective de l’histoire. On est loin de l’ouvrage de Laurent Cugny, et pourtant, c’est à Panassié, entre autres mais l’un des premiers, qu’on doit cette reconnaissance du jazz, «le vrai» comme il disait, même s’il ne savait pas, à mon humble avis (le débat reste ouvert), d’où lui venait son authenticité, à cause de sa biographie et de ses options politiques.

Cela n’en fait nullement un fou, un paranoïaque, un sénile ou un auteur secondaire comme tente de l’accréditer cet ouvrage réducteur et anachronique, dont le seul intérêt, on le redit pour les élèves de M. Cugny, est un appareil documentaire, même incomplet (une piste), et même si les sources n’ont pas été utilisées comme elles auraient pu et dû l’être, pour ce qu’elles sont.

On attend l’étude consacrée à Charles Delaunay qui devrait suivre, malheureusement sans impatience et avec inquiétude, car on y retrouvera tous les éléments constitutifs de ce discours de caste à coloration universitaire qui prétend raconter l’histoire du jazz en France et ailleurs.

C’est d’ailleurs les mêmes travers qu’on retrouve à l’Université française pour la réécriture de l’Histoire en général à la lumière des intérêts et des médiocrités du moment.

Yves Sportis
© Jazz Hot n°682, hiver 2017-2018

Jazz Art of Takao FujiokaJazz Art of Takao Fujioka

par Takao Fujioka

Jazz Art of Takao Fujioka, Way Out West, vol. 100 Anniversary, Editions JAZGRA, Osaka, Japon, 2017, 80p., www.jazgra.com

Voici 78 dessins réalisés de 2009 à 2017, par l’excellent Takao Fujioka, qui reprend à sa façon, l’héritage des très belles illustrations léguées par le légendaire David Stone Martin. Jouant sur des perspectives accentuées, utilisant un trait unique à l’encre noire, le plus souvent une couleur dominante (parfois deux) en aplat uni, plus le noir (trait ou aplat) et le blanc du papier à dessin, il y a un souci de stylisation du jazz, comme chez le grand devancier.

C’est très beau, avec une manière unique et reconnaissable au premier coup d’œil, comme le son des musiciens qu’il immortalise, et Takao Fujioka restitue à la perfection les attitudes des musiciens, les atmosphères, avec sa manière si particulière.

Il faudrait encore des 33 tours 30 cm pour qu’un tel talent puisse continuer à apporter sa richesse au jazz, car son imagination et la fulgurance de son trait conviennent parfaitement à l’art qu’il honore.

© Takao Fujioka

Takao Fujioka est un grand artiste et ce sobre livre en format ordinaire est un plaisir des yeux et du jazz, tout à fait dans la tradition. Indispensable!

Avec cette même imagination et ce même talent, l'artiste avait réalisé une belle œuvre en forme de dédicace pour les 80 ans de Jazz Hot en 2015 (ci-contre).  

 




Yv
es Sportis

© Jazz Hot n°682, hiver 2017-2018

Jazz en 150 fichesJazz en 150 figures

par Guillaume Belhomme

Jazz en 150 figures, par Guillaume Belhomme, Editions du Layeur, 2017, 360p.

Guillaume Belhomme, un ancien de l’équipe de Jazz Hot, bien qu’encore jeune, auteur par ailleurs de quelques ouvrages sur le jazz consacrés à Eric Dolphy, Jackie McLean, entre autres, propose ici un beau livre (format 25x25cm), pour une anthologie biographique de 150 musiciens qui, d’après l’auteur, sont des bornes de l’expression jazzique. L’ouvrage est bien imprimé et photogravé, illustré de photos et de pochettes de disques, donc plutôt attrayant sur le plan de la forme.

Sur le fond, comme l’auteur le remarque, ce genre d’exercice consiste à oublier beaucoup de musiciens très importants, voire essentiels au jazz, comme c’est le cas ici (la liste sera trop longue) et à mentionner beaucoup trop de musiciens secondaires (surtout quand on se limite à 150 fiches) qui n’ont pas leur place dans un panthéon de «la grande musique classique américaine» comme l’appelait Duke Ellington. Il y a donc un parti pris, c’est la règle du jeu.
La présentation est chronologique (fixée par la date de naissance des artistes).

Le ton est journalistique, donc plutôt synthétique, avec des sélections courtes discographiques pour orienter le lecteur. L’auteur publie quelques commentaires sur les disques qu’il pense essentiels du musicien. C’est en quelque sorte un best of de chroniques de l’auteur de disques qui sont le best of du musicien, le choix des musiciens étant un best of du jazz, selon l’auteur. Une idée à tiroirs. C’est un ouvrage de découverte pour les néophytes plus qu’un ouvrage de référence pour les amateurs. On tourne les pages, et on regarde les belles images. Un bibliographie générale se trouve en fin d’ouvrage. Enfin, on regrette l’absence d’une page de garde normalisée (titre, auteur, maison d’édition, adresse, année, etc., ce qui doit continuer à se faire) et l’absence d’un index alphabétique mentionnant les pages où retrouver les artistes.

Yves Sportis

© Jazz Hot n°681, automne 2017

Abécédaire Amoureux du JazzAbécédaire amoureux du jazz

par Pascal Kober

Abécédaire Amoureux du Jazz, Photographies Pascal Kober, Préface Marcus Miller, Editions Snoeck, 2017, 178 p. www.ancien-eveche-isere.fr

 

Ce beau livre (format 20x20), préfacé par Marcus Miller (Pascal est lui-même bassiste d’un groupe régulier depuis plusieurs années), qui existe aussi en version anglaise (An ABC for Jazz Lovers), est en quelque sorte le catalogue de l’exposition photographique de Pascal Kober * qui se déroule actuellement à l’Ancien Evêché de Grenoble, Isère, du 15 juin 2017 au 17 septembre 2017.
Pascal Kober est un compagnon de Jazz Hot de longue date (1987), et on découvre régulièrement ses photos et ses articles, interviews dans notre revue. Il se définit lui-même, avec humilité, comme un photoreporter du jazz. Depuis plusieurs décennies, il parcourt le monde, pour Jazz Hot ou pour sa belle revue, L’Alpe, dont il est le rédacteur en chef depuis l’origine.

Le jazz constitue l’une de ses portes d’entrées pour découvrir le monde, et ce bel ouvrage, qui immortalise son exposition, est un récit de vie d’un journaliste qui aime le monde, le jazz, les musicien(nes). De manière générale, il aime les rencontres humaines et les civilisations. Pascal a parcouru tous les continents; on retrouve donc, dans cet ouvrage et dans l’exposition, des personnages du jazz, au sens le plus planétaire, de tous les horizons, qu’il a photographié sur scène ou hors scène, toujours avec la bienveillance qui le caractérise, c’est-à-dire dans de belles attitudes. Il retrace aussi la mémoire d’une partie du festival Jazz à Vienne, très présent dans cette exposition, parmi beaucoup d’autres.

Chaque lettre est l’occasion d’un petit récit pour introduire quelques photos: ainsi le «A comme Afrique», avec Randy Weston et quelques autres, et ainsi de suite. Les photos sont bien légendées. La maquette est séduisante et la photogravure de qualité. Rien ne nous étonne, quand on connaît le perfectionnisme de Pascal. Comme vous l’avez compris, Pascal Kober croque la vie à pleines dents, et par tous les bouts, et cette belle exposition et ce beau livre sont en quelque sorte les cadeaux qu’il nous fait, un partage de ses émotions artistiques et jazziques. A nous d’en profiter…

Jérôme Partage
* Exposition: Abécédaire amoureux du jazz
, Musée de l'Ancien Evêché, Grenoble (38), du 15 juin au 17 septembre 2017. www.ancien-eveche-isere.fr
© Jazz Hot n°680, été 2017

Histoire du Rock à Marseille, 1960-1980Histoire du Rock à Marseille, 1960-1980

par Robert Rossi

Histoire du Rock à Marseille, 1960-1980, par Robert Rossi, Editions le Mot et le Reste, 2017, 329p., quartiersnord.com

Le chanteur historique de Quartiers Nord (le plus vieux groupe de rock marseillais) Robert «Rock» Rossi se double d’un érudit en histoire, et c’est en tant que titulaire d’un doctorat es histoire contemporaine qu’il traite cette époque charnière du rock dans sa ville de cœur. Son implication sur la scène locale mais aussi ses recherches, interviews et anecdotes font revivre une époque qui semble déjà lointaine, et qui nous fait voyager dans les «villages» de Marseille à travers des personnages truculents, souvent d’origine modeste, dont le rock est devenu le moyen d’expression. La carrière, souvent brève, d’une soixantaine de groupes est détaillée en douze chapitres qui traversent tous les styles, et qui atteste qu’aucun n’a véritablement atteint la notoriété nationale. On parcourt en même temps l’histoire du rock & roll en passant du twist au punk, et en visitant les quartiers marseillais qui se présentent comme autant de villages avec leur singularité. Le terme de musiques actuelles et les salles destinées à cette appellation n’existaient pas, les musiciens jouaient dans les cités, les amphithéâtres des facultés, les M.J.C, les bars et surtout dans les clubs-discothèques, notamment dans la première décennie. La plupart des contrats avec les managers étaient léonins et les musiciens jouaient souvent pour des cacahuètes. Un groupe avait même signé un contrat à vie. On revisite les célèbres dancings de la ville, de l’Arsenal des Galères (programmé un temps par Marcel Zanini) à la Licorne en passant par le Soupirail, le bar Le Central sur la Canebière, et les salles se nomment l’Alhambra (Bd Chave), la salle St-Georges, où il fallait même monter la scène, ou la Mutualité. On apprend que les Yardbirds, Eric Clapton, les Moody Blues se sont produits dans ces dancings, et que lors du fameux concert des Rolling Stones à Marseille, les organisateurs n’avaient pas prévu de sonorisation. 
De nombreux musiciens de rock ont été «épaulés» par des musiciens plus confirmés tels le guitariste Claude Djaoui, Roger Rostan, batteur qu’on retrouve auprès de Charles Aznavour, et le père de Michel Zenino (b), Charles Zenino (g), qui donna des cours à plusieurs jeunes musiciens.
Si la gloire n’a pas été au rendez-vous, on peut citer des personnages qui sortent du lot tels le chanteur Rocky Volcano, un court temps opposé à Johnny Hallyday, Guy Matteoni qui a fait une belle carrière de compositeur et d’arrangeur, les Cinq Gentlemen qui ont fait un tube national, Alain Caronna, un émule de Jimi Hendrix, ou encore le guitariste Claude Olmos qui refusa de partir aux Etats-Unis avec Percy Sledge.
La première décennie apparaît plus marquante, mais la galère de ces groupes se poursuit les années suivantes. A travers ces épisodes, on remarque le nom de musiciens qui choisiront une autre voie tels Hervé Bourde (sax), Michel Zenino (b), Jean-Marc Montera (g) ou Jacob Desvarieux (g), cofondateur de Kassav. Certains groupes ont plus marqué la scène non tant par leur musique mais pas leur réputation bonne ou mauvaise; on ne peut oublier les iconoclastes Barricades I et II, Les Serpillères Venimeuses ou encore Leda Atomica. A travers tous ces groupes et ces expériences, un musicien revient souvent: Jacques Menichetti qui apparaît dans plusieurs formations historiques (Caronna Machination, Gédéon, Goah, Au Secours, John Eddy Milton et les Parcmètres…) et qu’on retrouve aussi bien derrière Johnny Hallyday, Frank Fernandel, Claude François ou encore un bref moment Magma avant de signer des musiques pour le cinéaste Robert Guédiguian (Il pleut sur Marseille…).
Un CD de douze titres complète cette publication avec des titres phares tels «Engatse sur le 31» de Quartiers Nord ou «Marseille Bouche de Vieille» de Leda Atomica.

Michel Antonelli

© Jazz Hot n°680, été 2017

Montreux Jazz Festival/50 Summers of Music par Arnaud Robert et Salomé Kiner


Montreux Jazz Festival


50 Summers of Music


par Arnaud Robert et Salomé Kiner




Montreux Jazz Festival/50 Summers of Music, Arnaud Robert-Salomé Kiner, Editions Textuel/Montreux Jazz Festival, 400p., Montreux, 2016, www.montreuxjazzfestival.com




Avec une préface de l’actuel directeur du Montreux Jazz Festival, Mathieu Jaton, voici un imposant pavé grand format, illustré de 175 photos, pour commémorer ce que furent ces cinquante années de festival, sous la férule du créateur Claude Nobs dans cette Suisse Romande des bords du Léman, modeste station balnéaire décrépite privée de ses touristes anglais dans l’après-guerre, une station devenu carrefour médiatique estival du show business et de l’industrie du disque sous la férule de Claude Nobs, animateur et organisateur de talent, audacieux jusqu’à la démesure.

Pour cet anniversaire et cet ouvrage, on a fait appel aux témoignages d’une cinquantaine d’artistes ou témoins, pour certains qui ont le plus profité du passage du jazz de l’âge des amateurs de jazz à celui d’une professionnalisation et d’une mercantilisation à outrance qui font aujourd’hui sa faiblesse et la dérive de la plupart de tous les grands festivals, dans l’ensemble du monde, sur le modèle justement de celui de Montreux.

Il faut donc lire cet ouvrage, attentivement, rempli d’informations, car il raconte d’une certaine façon l’histoire du monde de cette époque née des trente glorieuses, un après-guerre où naît la société de consommation culturelle et du loisir, à l’échelle planétaire.
Il faut découvrir sous la plume de l’actuel directeur que Claude Nobs était au fond un gentil garçon, passionné et passionnant, et il n’y a pas à en douter, un éternel adolescent qui aimait la fête, plutôt le blues et le rock de cette période, et s’est bâti un projet à la taille de ses ambitions qui n’ont fait que grandir avec les années. Il savait recevoir et avait un réel pouvoir de séduction sur les artistes qui l’ont, d’après les témoignages, unanimement apprécié. Le pouvoir, la puissance et le gigantisme fascinent aussi. Il y a également pas mal de témoignages comme celui de Georges Braunschweig, photographe, qui rappelle une atmosphère et un état d’esprit.
Malgré l’étiquette «jazz», le projet est au départ plus un projet d’animation dans l’esprit de développer une ville, plus un projet pour l’industrie des loisirs. Le Jazz à Montreux, cette partie de la programmation, c’était en fait surtout Norman Granz qui s’installa en Suisse par ailleurs. La qualité a donc été au rendez-vous, car le carnet d’adresses était royal, et la troupe de Norman Granz un condensé de l’âge d’or du jazz.

L’authentification d’une forme d’art originale, le jazz en tant qu’art afro-américain, fruit de l’intuition critique des Charles Delaunay, Stanley Dance, Hugues Panassié, John Hammond, la construction d’une presse et d’une économie autonome fondée sur les amateurs de jazz, qui ont permis de faire du jazz ce qu’il est sur le plan artistique, et qui ont été à l’origine de la création des festivals de jazz, dont celui de Nice, d’Antibes, de Newport, de Nîmes, de Marciac, de San Sebastian, de San Remo, etc., et donc de Montreux en 1967, ont été détourné par les affairistes, en France les Barclay, Ténot, Filippachi, et en Europe ici par Claude Nobs, ailleurs en Hollande par des Paul Acket, etc., entraînant dans leur élan la dérive de programmation qu’on connaît aujourd’hui un peu partout à quelques exceptions près.

Montreux est une histoire en cours, et s’il est vrai que la programmation a mélangé le meilleur, grâce à Norman Granz, et une surabondance de musiques du monde, il a contribué à vider le jazz de son public de connaisseurs au profit des happy few et de consommateurs. Les amateurs de jazz se sont le plus souvent contentés d’acheter les disques produits lors de ces concerts pour les écouter chez eux, de financer à distance, car Claude Nobs a été le directeur local d’Atlantic en Europe.
Il est vrai que beaucoup des plus grands artistes du jazz s’y sont produits pour des concerts parfois mémorables, sous la baguette de Norman Granz, que certains artistes comme Quincy Jones et Miles Davis y avaient et y ont encore leurs pantoufles. Les concerts ont d’ailleurs été immortalisés par le son et l’image, et pour l’amateur d’aujourd’hui, l’accumulation des noms et de ces images ou disques peut donner l’impression déformée d’un grand festival de jazz. Car effectivement, les grands noms du jazz, blues compris, restent aujourd’hui la carte de visite, même quand ils n’ont pas été toujours les plus gros cachets.

Oui, de fait, c’est une des plus grandes offres du jazz sur la durée, et oui, de fait, c’était une des plus belles scènes du jazz. Dizzy qui fait la couverture, Aretha Franklin, Miles Davis, Eddie Harris, Sarah Vaughan, Nina Simone (plusieurs fois), Muddy Waters, B.B. King, Charles Lloyd , McCoy Tyner, Clark Terry, Roy Eldridge, et des centaines d’autres, il manque d’ailleurs à cet ouvrage un index des musiciens et un annuaire des programmes.

Pour autant, dans ce supermarché indifférencié, le jazz y a perdu une partie de son âme. Les derniers grands noms de l’histoire sont David Bowie, Leonard Cohen, Prince, Sting et toujours Quincy Jones, le parrain, pas souvent pour du jazz. Sa contribution dans cet ouvrage est d’ailleurs intéressante. Comme Claude Nobs et quelques autres, ils sont les produits d’une histoire où l’argent coule à flot, et on peut comprendre dans ces conditions, la perte des repères.

Pourtant, et c’est ce que nous raconte Ahmet Ertegun, dans ce livre, tout cela a débuté dans une forme de passion, naïve et touchante, celle du jeune Claude Nobs qui se rend à New York chez Atlantic pour rencontrer les personnes dont il a vu le nom sur les pochettes de ses disques. Mais sa passion, c’est un mélange de beaucoup de choses, la mondanité, la fête, l’argent, l’organisation, le blues-rock, et le souci de mettre le centre du monde sous sa fenêtre à Montreux. C’est ce rêve devenu réalité que raconte Arnaud Robert, mais où le jazz est loin d’être le centre, juste un hasard historique, même si les lettres de noblesse de Montreux viennent avant tout du jazz; au point qu’un moment, lassé des critiques venant d’amateurs de jazz sur la nature très éclectique de la programmation, Claude Nobs ait songé à supprimer le mot «jazz» de sa marque commerciale.

Claude Nobs filmait tout, paraît-il, et cette banque d’images est certainement le meilleur service qu’il ait rendu au jazz, le meilleur de son œuvre, n’en déplaise à Quincy...

Yves Sportis

© Jazz Hot n°679, printemps 2017

LIBRARY © Jazz Hot 2016
Jazzick par Michel Leeb et Jean-Pierre Leloir


Jazzick



par Michel Leeb et Jean-Pierre Leloir




Jazzick, Michel Leeb/Jean-Pierre Leloir, Editions Chêne-E/P/A-Hachette Livre, 2016, 242p.




Un beau livre, selon l’expression consacrée pour un ouvrage de photographie, et là il s’agit de celles d’un grand ancien de Jazz Hot, Jean-Pierre Leloir. Alors comme disait notre regretté Louis-Victor Mialy, autre grand ancien, il y a deux nouvelles: une bonne et une mauvaise. Par laquelle on commence? Par la bonne, puisqu’il faut bien aller de l’avant et qu’il s’agit d’un grand ancien. Les photos, dont certaines sont des «classiques», sont splendides, et la photogravure comme le papier leur rendent hommage. Jean-Pierre Leloir est une bibliothèque du jazz en images, et si un choix de qualité a été fait, nul doute qu’il en existe encore des milliers d’autres aussi extraordinaires. C’est le caractère infini du jazz, on n’est pas près d’en venir à bout, de tout connaître, le jazz comme le dit Michel Leeb, grand amateur et grand connaisseur, même s’il s’en défend, est la musique du XXe siècle et a généré tant de passions connexes (la photographie en particulier), qu’il est inépuisable, même s’il n’est pas immortel. Rien ne l’est, et c’est tout le travail qu’il convient de faire pour préserver, diffuser et faire aimer, et nul doute que des photos de cette qualité y contribuent.

Cela dit, si les photos sont exceptionnelles, et nous passons à la mauvaise nouvelle, les textes sont consternants: une réunion de toutes les lourdeurs qui se sont dites et pensées, à une heure tardive de la nuit, comme dit Léo Ferré, au moment du dernier pour la route, mauvais jeux de mots, dans une forme qui se voudrait surréaliste et/ou ludique, mais qui fait rarement sourire. Comme c’était la vocation du texte et une spécialité de Michel Leeb, remarquable showman, bon chanteur, parfois drôle d’ailleurs, mais parfois lourd aussi, et là, pas de chance pour lui et pour nous, il nous livre le moins bon. Cela dit, il est sympa, il offre ces belles photos et on ne va pas lui en vouloir, ça part d’un bon sentiment. Il y a un côté surréaliste malgré tout, c’est la proximité entre une expression de haut niveau (celle de Jean-Pierre Leloir) et la médiocrité des platitudes de Michel Leeb. Est-ce drôle? A vous de voir.

Comme le travail de réunir et de graver les photos est bien fait, en cas de seconde édition, si Michel veut bien revoir sa copie –il en a les moyens, il connaît le jazz–, il peut faire drôle, savant et léger, plutôt que pas drôle et balourd, et il a tant croisé de musiciens qu’il doit avoir de vraies anecdotes fort intéressantes (ici, il joue le modeste sur le sujet). Pour cette seconde édition, suggérons quelques corrections: Joe Williams plutôt que John William (p.213); Jerry Lewis plutôt que Jerry Lee Lewis (p.219); c’est Papa Jo Jones et non Philly Joe Jones (p.74); il semble bien que ce soit Michel Legrand (pas mentionné), jeune, face à Erroll Garner (p.95); et on se demande ce que vient faire Michael Jackson (sans photo, p.112), peut-être pour faire plaisir au mauvais génie Quincy Jones, déifié par Michel Leeb?
Bon, Michel Leeb ne s’est pas trompé dans le choix: il s’agit bien de musiciens de jazz sans exception, et quand ils ne le sont pas, ils ont quand même à voir avec. Les sidemen méritaient d’être nommés quand on les devine sur certaines photos. Pour être juste et pour mémoire, avant la refonte de l’ouvrage, retenons la meilleure blague de Michel Leeb (p.119, on garde l’essentiel) qui concerne d’ailleurs à moitié la musique classique: «Dans un bar à New York "Vous désirez? — Un baby", répond Bach. — "et vous, Monsieur?" En s’adressant à Mozart. — "un baby comme Bach".» On a un peu écourté. C’est la meilleure, mais il y a aussi celle là, qu’on oubliera volontiers:«"Excusez moi de vous demander pardon", a dit Maxim Saury.», et le reste ressemble plutôt à la seconde.

On comprend que Michel Leeb appartient à la génération des amateurs qui s’est amusée avec le jazz, mais on attend mieux, surtout au contact de Jean-Pierre Leloir.

Yves Sportis

© Jazz Hot n°677, automne 2016
Sugar Free Saxophone : The Life and Music of Jackie McLean par Derek Ansell


Jackie McLean


Sugar Free Saxophone: The Life and Music of Jackie McLean


par Derek Ansell




Sugar Free Saxophone: The Life and Music of Jackie McLean, par Derek Ansell (en anglais), Northway Publications, Londres, 2012, 216p., www.northwaybooks.com



L’excellent éditeur Northway Publications de Londres, qui propose bon nombre d’ouvrages consacrés au jazz, souvent des biographies (Johnny Griffin, Hank Mobley, Nat Gonella…) ou autobiographies (Peter King, Coleridge Goode, Ronnie Scott…) mais aussi des ouvrages traitant du jazz (John Chilton: Hot Jazz, Warm Feet, Graham Collier: The Jazz Composer), avait déjà collaboré avec le bon Derek Ansell dès 2012 pour une première biographie, celle du brillant et respecté saxophoniste alto, Jackie McLean, une légende du jazz, issue de Sugar Hill, Harlem, ce qui explique en partie le titre de l’ouvrage.

Avec la même méthode de travail que celle déjà présentée dans ces colonnes à propos de sa biographie d’Hank Mobley, Derek Ansell retrace le parcours beaucoup plus long et heureux de Jackie McLean, sxophoniste alto, de la même génération (il est né en 1931) qui connut pourtant les mêmes tourments que Mobley, mais qui –chance, hasard ou personnalité– surmonta ces périodes sombres pour rester non seulement le grand saxophoniste alto, héritier de Charlie Parker, mais plus tard un professeur respecté (Université d’Hartford, CT), même adulé de ses étudiants, et une personnalité du jazz de premier plan, un passeur, un messenger du jazz.

L’intensité de son jeu, qu’il partagea –comme certaines zones d’ombre de la biographie– avec nombre de musiciens de cette génération, l’après-guerre, l’ère du bebop-hardbop, donna un parcours encore plus fertile que celui d’Hank Mobley en matière de production discographique, encore une fois immortalisé par le label Blue Note d’Alfred Lion et Francis Wolff, maison de disques dont la caractère indispensable dans cette période n’est plus à démontrer.

Dans cet ouvrage, Derek Ansell avec ses outils habituels (lecture de la presse, écoute des disques et lecture des pochettes de disques, plus lecture des ouvrages consacrés au jazz, contribution de la famille de Jackie McLean, consultation de personnalités de qualité comme Ira Gitler, Ken Burns…), avec un souci de clarté, de précision et de concision (index, notes, discographie) a retracé la carrière, les rencontres, évoqué le style particulier du musicien mais aussi approfondi les traits d’une personnalité toujours soucieuse de trouver sa voie, de transmettre aux nouvelles générations, bien que lui-même se soit parfois senti floué du produit de son œuvre. Cela le rapproche d’Hank Mobley et de bien d’autres musiciens de jazz, mais la dernière période de la vie de Jackie McLean a sans doute apaisé un homme qui a enfin trouvé le moyen de faire reconnaître son Art à travers et par sa descendance, et  la reconnaissance, même tardive, des institutions.

Les deux biographies de Mobley et McLean, mises en parallèle, apportent des enseignements sur deux destins artistiques finalement proches sur le plan biographique mais qui ont trouvé deux issues différentes, seulement parce que l’un, Hank Mobley, est mort en 1986 quand la reconnaissance a commencé pour l’autre.

Ce qui sépare les deux musiciens est sans doute que Jackie McLean participa à la pièce The Connection en 1959 (musique de Freddie Redd), avec laquelle il vint au Royaume-Uni en 1961, puis fit le voyage de Paris dès 1961, et contribua davantage aux nouvelles aventures du jazz (Ornette Coleman), puis très tôt (fin des années 1960) participa à des programmes de réhabilitation pour toxicomanes après avoir lui-même touché le fond (séjour au pénitencier). Jackie McLean ne cessa de chercher des issues avec opiniâtreté. Sa personnalité est donc aussi pour beaucoup dans son parcours finalement heureux.

C’est de ces recherches dans toutes les directions de Jackie McLean que traite ce très bon livre biographique de Derek Ansell (belle couverture avec une photo de Francis Wolff comme pour la biographie d’Hank Mobley) qui aborde également les aspects stylistiques.

Il n’y a pas beaucoup d’ouvrages de qualité sur Jackie McLean, et nul doute que celui-ci est une contribution essentielle à la connaissance d’un monument du jazz –encore un, oui!– le jazz est une musique si riche en Artistes.

Yves Sportis

© Jazz Hot n°677, automne 2016
Workout: The Music of Hank Mobley, par Derek Ansell


Hank Mobley


Workout: The Music of Hank Mobley


par Derek Ansell




Workout: The Music of Hank Mobley, par Derek Ansell (en anglais), Northway Publications, Londres, 2014 (première édition en 2008), 180p., www.northwaybooks.com



Hank Mobley est sans aucun doute le plus mésestimé des saxophonistes ténors du bebop bien que sa carrière se soit déroulée sous les meilleurs auspices: un environnement familial favorable, des débuts sur la scène du jazz à 21 ans aux côtés de Max Roach, un court passage ellingtonien; il côtoya Charlie Parker, Thelonious Monk, Bud Powekll, Clifford Brown; il fut le saxophoniste des premiers Messengers avec Art Blakey et Horace Silver, musiciens auxquels il resta fidèle; il fut un musicien régulièrement enregistré en sideman ou leader du label Blue Note, immortalisé par les splendides photos de Francis Wolff, puis il accompagna ou fut accompagné par Miles Davis, Lee Morgan, Kenny Dorham, Donald Byrd, Freddie Hubbard, Cedar Walton, Muhal Richard Abrams… parmi beaucoup d’autres grands noms du jazz, car Hank Mobley n’a jamais côtoyé que l’excellence.

Tout donc, y compris des talents de compositeurs et une sonorité, une invention très originale, devrait faire de ce ténor une légende, à l’instar de Sonny Rollins, John Coltrane, Johnny Griffin, Ornette Coleman, musiciens de sa génération (il est né en 1930). Mais voilà, l’usage excessif des stupéfiants introduisit des perturbations répétées qui l’écartèrent de la scène du jazz pour perte de carte professionnelle autant que pour de sérieux problèmes de santé qui l’empêchèrent de manière précoce à interrompre sa carrière (1978). Il disparut d’une pneumonie encore jeune en 1986, à Philadelphie.
Il fit bien un séjour en Europe, mais un peu tardif (1969) pour acquérir la reconnaissance que ses contemporains y ont trouvé de 1958 à 1965, et, à l’apparition des grands festivals européens des années 1970-80, il n’était malheureusement plus en état de jouer.

Oublié puis redécouvert à l’occasion de rééditions chez Blue Note, il laisse une belle œuvre enregistrée cependant, et c’est à raison que Derek Ansell a entrepris la réévalution d’une des sonorités originales du ténor, très personnelle, moins spectaculaire que celle de ses célèbres contemporains, mais pas moins profonde, et la liste des musiciens qui l’ont sollicité témoigne assez que M. Hank Mobley était un musicien de très haut niveau.
C’est une excellente biographie détaillée, collant à la chronologie, fort bien documentée par de multiples intervenants dont les critiques et témoins de cette époque, musiciens inclus (Ira Gitler, Leonard Feather, Val Wilmer, Cedar Walton, …), le texte s’appuie également sur les textes de pochette, fort heureusement nombreux, car le ténor dont le parcours a été fait de disparitions périodiques, a été finalement beaucoup enregistré, essentiellement par le label Blue Note d’Alfred Lion et Francis Wolff, ce qui atteste encore une fois que pour les amateurs de jazz en mal de découverte, il y a en Hank Mobley, un fameux filon de beaux enregistrements à redécouvrir.

L’ouvrage intéressant et sérieux de Derek Ansell (notes, index, discographie…) a été rédigé par un connaisseur et un amateur de l’œuvre, ce qui n’a rien d’étonnant, mais on sent très souvent chez l’auteur une sensibilité au personnage, et le souci de réévaluer une œuvre, et on ne peut que partager une certaine amertume relevée dans une interview de John Litweiler en 1973:
«C’est dur pour moi de penser ce qui pourrait être ou aurait pu être. J’ai vécu avec Charlie Parker, Bud Powell, Thelonious Monk. J’ai sillonné les rues de haut en bas avec eux. Je ne savais pas ce que ça signifiait quand je les entendais pleurer –jusqu’à ce que ça m’arrive.»

On ne sait pas en effet la tragédie qui accompagna tant de grands créateurs du jazz faute de l’avoir vécue, on peut juste y être sensible et prendre la peine de comprendre un environnement, celui de cette époque en particculier. Hank Mobley est l’archétype du musicien de jazz, à côté d’autres vécus parfois plus heureux ou parfois plus dramatiques. Mais c’est aussi un musicien d’importance à redécouvrir, cet ouvrage sensible y contribue.


Yves Sportis

© Jazz Hot n°677, automne 2016
Uri Caine, Musica in tempo reale, par Enzo Boddi

Uri Caine


Musica in tempo reale

par Enzo Boddi



Uri Caine-Musica in tempo reale, par Enzo Boddi (livre en italien), Sinfonica Jazz, 2016, Brugherio (MI), 242p., www.sinfonica.com



Uri Caine commença sans enthousiasme le piano à 8 ans vers le milieu des années 1960. A 13 ans, il rencontra Bernard Peiffer (1922-1976) qui s’était établi à Philadelphie: pianiste influencé par Fats Waller et Art Tatum, qui avait joué en France avec André Ekyan, Django Reinhardt, puis aux USA avec Rex Stewart, James Moody, Don Byas, Kenny Clarke. Bernard Peiffer fait comprendre à Uri Caine que sans la connaissance de James P. Johnson et Fats Waller il n’aurait pas pu  comprendre Thelonious Monk. Puis il le convainc d’approfondir l’étude de la musique classique afin de pouvoir développer sa capacité à improviser. A l’université de Pennsylvanie il étudie avec le compositeur George Rochberg (1918-2005) qui le fait plonger dans le dodécaphonisme et le sérialisme. Quand on connaît la formation (développée en détail dans le chapitre premier : Philadelphie) de Uri Caine on  sait d’où viennent ses œuvres basées sur Bach, Beethoven, Mozart, Mahler, et d’autres.

Le livre se divise en six chapitres copieux renfermant une infinité de détails sur le cheminement du pianiste compositeur, tout son parcours musical, et une étude détaillée, morceau par morceau, des disques et des œuvres majeures d’Uri Caine, y compris ses origines familiales juives et l’importance du Yiddish et de l’hébreu, donc de la musique klezmer.

Le chapitre 1 nous emmène de Philadelphie où Uri Caine naquit le 8 Juin 1956 et fit ses études jusqu’à l’arrivée à New York. En passant, Enzo Boddi nous brosse l’histoire et la situation de la musique en général, ainsi que des liens d’Uri Caine avec Dave Douglas et Don Byron des années 1970 à aujourd’hui (liens qui seront affinés dans d’autres chapitres), sans oublier les  problèmes Noirs-Blancs.

Le chapitre 2 est consacré au pianiste, ses influences, son jeu, son ascendance ashkénaze qui explique son intérêt pour la musique klezmer. Boddi analyse les pianos solos, l’influence de la musique classique sur Uri Caine. Puis il aborde son art du trio, l’exploitation des standards, la référence au blues. Plus loin Boddi s’attaque aux duos, avec une analyse pointue du style et des morceaux.

Le chapitre 3 nous ramène à Philadelphie entre le sacré et le profane. L’étude de « The Philadelphia Experiment», puis de «Plastic Temptation», l’importance des racines de la «Soul».

Le chapitre 4 reprend l’étude des racines hébraïques d’une grande importance dans la poétique d’Uri Caine. Approfondissement de l’héritage, du klezmer, des rapports avec Don Byron, Mickey Katz, Joel Rubin et Bensoussan. Le tout avec une connaissance époustouflante du sujet.

Le chapitre 5 est consacré aux rapports d’Uri Caine avec la musique de Gustav Mahler, Richard Wagner, Robert Schumann, Johann Sebastian Bach pour des variations sur les Variations Goldberg, Ludwig van Beethoven pour les Variations Diabelli, et pour finir Wolfgang Amadeus Mozart. Puis après les musiciens allemands, Uri Caine, descend vers le sud à la rencontre de Verdi et le syndrome afro-américain d’Othello.

Le chapitre 6 traite du XXe siècle à travers le vieux et le nouveau continent, et tout d’abord de la double identité d’Uri Caine; d’un territoire à explorer, la Rhapsody in Blue; les nobles précurseurs (Nobili antesignani) de Tin Pan Alley avec Whitmark Marks et Stern; et la réalisation de The Sidewalk of New York: Tin pan Alley en 1999. Une étude sur l’œuvre pour quatuor à cordes (String Quartet) et son rapport avec ce genre de musique, exécutée par le Ardititi String Quartet et enregistrée en 2010. Puis quelques éléments sur le Berio Project.

Le chapitre, donc le livre, se termine sur les projets futurs, dont Uri Caine ne manque pas, en particulier les Moonsongs (Le Pierrot lunaire) d’Arnold Schœnberg, des œuvres pour chœurs, etc.

Et Enzo Boddi de conclure cette œuvre gigantesque:
« Et puis s’il est vrai, et c’est vrai, que la diffusion globale du jazz, même sous les latitudes les plus impensables, a valorisé et certifié la fonction de musique prompte à intégrer et à se confronter avec d’autres langages et patrimoines culturels, l’œuvre de Caine se propose comme un exemple significatif de ce processus par la capacité dialectique, la nature intrinsèquement multiculturelle et la vision ouverte et inquiète en même temps. Au delà des étiquettes, des classifications et des catégories, Caine a développé et continuera à développer son rôle de musicien contemporain avec l’attitude d’un consommateur frénétique de tout le savoir disponible et avec les intuitions d’un architecte lucide des musiques de "possiblilités”.»

Le livre d’Enzo Boddi, notre correspondant en Italie (cf. les comtpes rendus des festivals) est un beau travail de musicologue, d’historien et d’analyste; une somme exhaustive sur l’œuvre d’un musicien, il est vrai d’une richesse de création extraordinaire.
Notons en annexe une discographie et une bibliographie. Avec Uri Caine, sommes-nous toujours dans le jazz? Vaste question. Parfois, oui.


Serge Baudot


© Jazz Hot n°677, automne 2016

Jazz Palace, Mary Morris, Ed. Liana Levi


Jazz Palace


Quand Chicago swingue


par Mary Morris




Jazz Palace, Quand Chicago Swingue, par Mary Morris, traduction Michelle Herpe-Volinsky, Editions Liana Levi, Paris, 2016, 315 pages. www.lianalevi.fr




Ce livre, écrit en 2015, par Mary Morris, enseignante, écrivain et voyageuse, évoque le Chicago des années 1920-1930, dites «folles», celui raconté par ses parents, elle-même y étant née en 1947 mais n'y vivant plus depuis longtemps. Elle a écrit six romans (
The Waiting Room…), des récits de voyages (The River Queen…), des nouvelles (Vanishing Animals and Other Stories…) et c'est son premier roman édité en France (titre original: The Jazz Palace), chez Liana Levi, et traduit par l'excellente Michelle Herpe-Volinsky, «spécialistes» toutes deux et entre autres, de Ernest J. Gaines, magnifique romancier...

Ce livre, très documenté, porte sur une période particulièrement riche sur le plan musical, la grande migration depuis New Orleans et le long du Mississippi vers la métropole du Nord et ses usines, amenant dans ses bagages les musiciens, d'origine rurale et urbaine, de New Orleans en particulier.

Cet ouvrage ajoute une nouvelle touche au tableau impressionniste composé à plusieurs mains par tous les écrivains et réalisateurs américains passionnés de leur histoire naissante, chacun/e travaillant sa petite parcelle dans un luxe de détails, avec son melting pot spécifique, ses comportements communautaristes réglés comme des horloges jusqu’à la caricature, une histoire des Etats-Unis ponctuée de combats pour la survie, à la régulière, ou de combats de rue, dans une effervescence de nouveau siècle, le XXe siècle, de nouveau monde d'à peine 130 ans depuis son indépendance, à 50 ans de la Guerre de Sécession, rempli de jeunes vies toutes immigrées de quelque part, d'existences vieillies avant l'heure, cassées, recommencées, anéanties par le chagrin des pertes.

Dans de telles conditions de chaudron, comment chacun aurait-il pu attendre qu'on lui serve la soupe, ne pas prendre ou défendre âprement sa part, ne pas s'adapter, surmonter, à chaque nouveau coup du sort, ne pas braver sa peur, ne pas dépasser les limites et ses limites jusqu'à en perdre la vie ou mettre en danger celle des autres ? Voilà pour la ligne de basse des émotions que ce drame, déroulé au sein des moins favorisés, nous joue.

Mary Morris nous raconte Chicago entre 1915 et 1933, avant, pendant, après la prohibition, la crise de 1929, et se termine sur l’hypothèse d'un avenir meilleur avec l'Exposition Universelle, «new deal» du progrès et des lumières pour tous, même pour les plus rongés par la vie.

Enfin, la vitalité de sa fresque tient au jazz en musiques, danses, couleurs et chaleur, aux speakeasy, au touché et aux bruits des tissus, aux équipes de base-ball, aux lieux mythiques des fêtards alcoolisés, aux petits ou nouveaux métiers, à l'imagination pour ne pas mourir de faim, chaque groupe humain jouant sa partition dans une géographie repérable des quartiers, exposés aux vents froids de la Windy City (la ville des vents), près du Lac Michigan, mortifère dans la tragédie de l'Eastland (un navire qui coula en 1915) ou salvateur à la saison plus douce.

Le roman montre par les arrivées, les départs, les rencontres ratées, non dites ou improbables mais qui parfois deviennent magiques, comment «apprendre, c'est le partage de l'expérience» ainsi que l'avait écrit Maxime Gorki, à l'autre bout de la Terre, dans ces années de l'entre-deux-guerres où l'on devait apprendre très vite, et partager si on voulait survivre. Rendez-vous au Jazz Palace avec Benny, Napoléon et Pearl, des survivants.

Hélène Sportis


© Jazz Hot n°676, été 2016

René Urtreger, Le Roi René, 2016, Odile Jacob


René Urtreger

Le Roi René

par Agnès Desarthe



Le Roi René, René Urtreger, par Agnès Desarthe, Odile Jacob, Paris, 2016, 270p., www.odilejacob.fr




Agnès Desarthe est romancière, essayiste, traductrice d’anglais, sœur d’un chanteur d’opéra; elle avait donc toutes les expériences et qualités pour entreprendre cette biographie élogieuse, humble et sensible à la fois. L’écrivaine est fascinée mais lucide face à ce personnage riche sous sa face secrète, sauvage et rude par son vécu et ses échecs, timide devant le succès, mais si tendre et attendrissant tel qu’Agnès Desarthe nous le dépeint. Elle fouille en lui avec une acuité et une persévérance rares; tout est montré, détaillé, questionné, avec parfois des questions sans réponses: son enfance, son passé, son être, ses rencontres, sa carrière, sa musique, sa vie; elle traque le moindre détail mais sans curiosité malsaine, en parfait accord avec le pianiste, ayant pour seul but de faire advenir ce personnage énigmatique en personnage de roman, tout en brossant un portrait épique de ce grand pianiste de jazz, avec lequel elle aura passé neuf mois à le côtoyer en essayant de le mettre au jour.

«René Urtreger avait décidé de raconter sa vie lui-même, nous dit Agnès Desarthe, mais il s’est finalement laissé prendre. La suite est son histoire.»

J’avais eu le bonheur de rencontrer René Urtreger (né à Paris en 1934), du temps du regretté festival Jazz au Fort Napoléon, à La Seyne-sur-mer, où il m’avait accordé une longue interview parue en 2003 dans un hors-série de Jazz Hot, le numéro Spécial 2003, consacré à une inspiration majeure de René, le grand Bud Powell. Interview qu’Agnès Desarthe cite dans son avant-propos pour illustrer la définition du swing selon Urtreger, qui en même temps révèle l’homme: «Si on élargit le mot swing à la vie courante, c’est par exemple le bon mot placé au moment voulu. Vous allez raconter la même blague à dix personnes différentes, il y en a neuf qui vont ensuite la raconter comme des sagouins, ça va faire sourire poliment, et la dixième personne va avoir le don de placer les mots exactement où il faut, avec une mise en place hallucinante, et ça, c’est du swing.»
René nous avait encore récemment accordé une interview, avec sa gentillesse et simplicité habituelles, parue dans le Jazz Hot n°673 (automne 2015).
Agnès Desarthe rappelle aussi qu’il avait étudié avec André Hodeir, rédacteur en chef de Jazz Hot de 1947 à 1951.

Le livre se divise en neuf chapitres. L’enquête commence le 18 avril 2015 quand l’auteure va écouter René Urtreger à la Maison de la Radio. Elle l’imagine 70 ans plus tôt et va parcourir toute son histoire. Le père qui quitte la Pologne sur un coup de tête. Drôle de père qui joue de la balalaïka et des thèmes de jazz au piano, qui ouvre des boucheries, en donne à ses sœurs. Les sœurs de René qui étudient le piano, et il reproduit ce qu’il a entendu. L’enfance dans la guerre. La fuite en zone libre. Ils sont juifs, la mère arrêtée par la Gestapo. La fuite en Espagne puis au Maroc. Retour en Métropole en 1945. L’attente des déportés à la gare de l’Est, mais la mère ne reviendra pas.

Et la découverte du jazz. A 13 ans, il écoute Charlie Parker et les autres, les émissions de Simon Coppans à la radio, et il essaie de reproduire tout ça au piano.  Mais il faut gagner sa vie: apprentissage, petits boulots. Le jazz enfin avec la rencontre de Sacha Distel et Bobby Jaspar. En 1953, il gagne le Concours national de jazz amateur dont le président du jury n’était autre que Charles Delaunay. Il est engagé au Ring Side, ancêtre du Blue Note.

Hélas, avec le jazz, il rencontre la drogue et deviendra un junky carabiné, ce qui lui vaudra une longue descente aux enfers qui va durer 20 ans, avec plus de bas que de hauts. Entre temps il rencontre et joue avec tout le gratin du jazz de l’époque: grâce à son récit, on fait une plongée dans le Paris jazz des années 1950.
Pendant son service militaire de 1955 à 1957, Nicole Barclay réussit à lui faire faire une tournée européenne avec Lester Young et Miles Davis! Bien sûr, on aborde la musique d’Ascenseur pour l’échafaud, et René se plaint que cela fait 40 ans qu’on le bassine avec ça. On apprend quand même les détails de la chose. C’était la gloire avant la chute.

Arrivent les années 1960, les années yéyé et de Salut les Copains. Un soir de 1964, Claude François se rend au Blue Note pour écouter René. Coup de foudre réciproque; longue aventure commune, pas toujours facile. René quittera ce navire rutilant assez vite, mais il y reviendra. Il entre chez les Double-Six et revient au jazz, mais ce sont  des années de galère. Les amours chancèlent. Il quitte femme et enfants pour  la chorégraphe des Clodettes, ce qu’il ne se pardonne pas.

Il a 41 ans et s’installe à New York, à fond dans la coke, et se retrouve en Guadeloupe, toujours au fond du trou.

Il a des amis, Distel, Cloclo, une sœur dévouée Jeannette, un cousin, sa femme Françoise, des musiciens, et quelques autres qui vont l’aider. A l’anniversaire de Jacotte le 12 mars 1977 il décide d’arrêter ses «conneries», il avait l’âge auquel sa mère avait été arrêtée par la Gestapo: «coïncidence?», se demande Agnès Desarthe…
 
René revient au meilleur de lui-même et n’hésite pas à jouer avec la nouvelle génération: Airelle Besson, Géraldine Laurent, Stéphane Guillaume, Pierrick Pedron, Nicolas Folmer, etc. Il dit que quand il rencontre un jeune homme ou une jeune fille talentueux il a envie de l’aider.

Malgré sa gentillesse René Urtreger a toujours eu la dent dure contre certains styles, certains musiciens, et il constate: «qu’il a vu un tas de musiciens qui pouvaient jouer sans que ça swingue pendant quinze à vingt minutes...parce que le jazz est comme ça de nos jours. Mais c’était de la belle musique...» Ce qui l’irrite également, c’est quand il entend dire des trucs comme: «C’est le meilleur pianiste actuel!». Là, il a envie de casser la radio, car la musique n’est pas une compétition, conclut-il.

René Urtreger vit sa seconde vie de jazzman, serein et décontracté. A la fin du livre, il donne une autre définition du swing, plus technique: «Le swing c’est une interprétation de la croche, un mouvement à trouver quelque part, dans la décomposition de la croche, entre le binaire et le ternaire. Et tout ça sans perdre le son...»

Ce livre se lit comme un roman, passionnant de bout en bout. Outre la vie passionnée de René Urtreger c’est le récit des deux derniers tiers du XXe siècle et du début du XXIe, ceci avec une écriture limpide et riche, libre; ainsi Agnès Desarthe affirme: «Lorsque j’écris, les mots que je place dans la bouche du personnage ne sont pas toujours ceux que l’homme a prononcé...C’est un travail d’interprétation qui lui (René) est familier, qu’il m’a confié, qu’il accepte.»

Un choix de photos et une discographie complètent judicieusement le portrait de ce grand jazzman.

A l’issue de mon interview René Urtreger m’avait déclaré: «Vous m’avez fait dire des choses que je n’avais jamais dites.» Ce n’était que gouttes d’eau dans l’océan en comparaison de ce qu’Agnès Desarthe a su mettre en mots.

Serge Baudot


© Jazz Hot n°676, été 2016

Satyagit Ray



J'aurais voulu pouvoir vous les montrer



Conférences, notes de festivals, dessins


par Satyajit Ray





J'aurais voulu pouvoir vous les montrer, Satyajit Ray, G3J éditeur, traduction  par Christophe Joanlanne, Paris, 2016, 154p., g3jéditeur.com


Il s'agit d'un second recueil (après Our Films, Their Films, 1976, paru chez Ramsey poche cinéma en 1985) de conférences, notes de festivals et dessins
de Satyajit Ray, regroupés dans un très beau (parce que très bien conçu) livre édité chez G3J en 2016. Le fils de Satyajit Ray, Sandip Ray, réalisateur également, est à l'origine, en 2011, de cet ouvrage sur l'intelligence, la clairvoyance, le travail raffiné, quasi parfait, produit par l'immense «aussi» cinéaste indien qu'est Satyajit Ray; car il possède de nombreux talents, d'écrivain, de critique de cinéma, mais aussi de dessinateur, de concepteur d'affiches, de musicien, de pédagogue et de savant, bref une sorte d'encyclopédiste tel qu'on les rencontrait dans les siècles passés. Ce recueil reprend des articles remontant à 1949, avant le début de la carrière de cinéaste de Satyajit Ray.

La mise en forme de cet ouvrage, à la hauteur du bijou d'œuvre cinématographique, musical et sociologique que cet artisan d'art a légué à l'humanité, témoigne de son âme réaliste, pragmatique, lucide et sans concession.

Parler de l'œuvre filmée, écrite, dessinée d'un Indien (et pas d'Amérique) pourrait paraître étrange dans Jazz Hot, quoique...

La rencontre entre musique indienne et jazz est fréquente au fil du temps et dans les deux sens. Des hot clubs existent en Inde, et écrivaient encore à "Charles Delaunay" à la rédaction de Jazz Hot, il n'y a pas si longtemps; le temps n'existe pas quand on aime profondément; Sarah Petronio, fameuse tap dancer est née en Inde, pays de la danse avec percussion (cf. Jazz Hot Spécial' 2003) et a partagé un grand bout de chemin aérien avec Jimmy Slyde; Jazz Hot a publié plusieurs articles (n°97 en 1955, N°220/221 en 1966, N°385 en 1981, N°422 en 1985, N°514-en 1994), et Ravi Coltrane (Jazz Hot n° 585 en 2001) doit son nom à l'admiration de son père John Coltrane pour le sitariste Ravi Shankar avec qui il avait travaillé...

Un astrophysicien de Bengalore en visite à Paris qui passait par la rédaction et disait ne pas connaître le jazz, a demandé pourquoi le blues et la musique de Django étaient aussi proches... Sa question était pointue car lui-même jouait du tabla (percussion indienne).

Il semble que les déshérités habitant de vastes espaces aux cultures populaires orales se comprennent sans vraiment se connaître ni se côtoyer. C'est sans doute du fait de leurs vécus sans rien et si proches: du néo-réalisme italien du Voleur de Bicyclette (Vittorio de Sica, 1948) à Satyajit Ray, il n'y a pas même un pas. Pasolini et Moravia ont été invités pour des conférences en Inde, et en ont rapporté deux récits complémentaires, captivants, très fusionnels avec les écrits de Satyajit Ray qui admirait celui dont il était l'assistant en 1951, pour le film Le Fleuve, Jean Renoir, issu d'une famille d'artistes peintres.

La danse de Silvana Mangano et Vittorio Gassmann dans Riz Amer (Giuseppe De Santis, 1948) sur une musique de jazz est intense de survie, comme le chemin forcené d'Apu devra l'être pour sortir de sa condition, de quelques-unes de ses chaînes; les luttes pour la survie ont un point commun: arriver très vite et très profondément à l'essentiel. C'est sans doute cette urgence de «l'essentiel» qui a amené ce livre jusqu'à Jazz Hot où, finalement, il a totalement sa place, au milieu
des chants des champs de coton, au milieu des danses et des transes, entre surnaturel et sordide, dans la chaleur humide et le dépassement de soi: Satyajit Ray, dans sa pensée polymorphe et cohérente, est l'authenticité même, avec l'acharnement irréductible au travail de tous les vrais artistes, de ceux qui vont jusqu'au bout de chaque petit détail comme s'il était la seule planche de salut, «Straight, no chaser» comme le titre de la composition de Thelonious Monk.

Un point commun encore: le traitement de la photo dans les films
de Satyajit Ray et dans le jazz: expressions humaines sans fard, porteuses d'émotions.

Pour sortir du «factice inutile gratuit inconsistant», il faut se plonger dans ce livre, y trouver du sens, du ressourcement, de la richesse, une colonne vertébrale et de la beauté.

Il y a trois préfaces: celle (l'édition française) d'un érudit du cinéma indien, Charles Tesson, qui évoque l'œuvre dans son ensemble;
celle du fils (l'édition anglaise) qui résume rapidement les conditions de cette édition de textes inédits de son père, et celle (l'édition anglaise) d'un cinéaste héritier, Shyam Benegal, qui évoque l'importance de la découverte du néo-réalisme dans sa propre découverte du cinéma, avant qu'il ne tombe en extase devant le premier film de Satyajit Ray, Pather Panchali, qui ouvrait une nouvelle ère du cinéma indien.

La première partie, la plus longue, «Le métier du cinéaste», propose des textes très directs sur le métier et l'art, dans un langage d'une clarté exceptionnelle, sans doute parce qu'ils sont sincères et sans concession. Les thèmes (Les styles nationaux, Un cinéaste doit-il être original?, Ce mot de technique, La question de la réalité, L'art du silence, etc.) sont des synthèses précieuses d'une pensée complexe et d'une expérience très riche, et on y retrouve en effet de nombreux éléments autobiographiques. Parmi ces textes, il y a l'article  de 1980 qui sert de titre à l'ouvrage (J'aurais voulu pouvoir vous les montrer), et qui relate le drame de la disparition dans deux incendies de la mémoire du cinéma muet autochtone, à l'époque cantonné aux salles les plus pauvres, et que
Satyajit Ray regrette de ne pouvoir montrer au monde entier et aux Indiens comme élément fondateur de la richesse du cinéma indien. Sous le regard de l'Occident (1982) est un regard critique de ce que l'Occident n'a pas non plus vu de l'Inde, avec des éléments d'autobiographie qu'il met en perspective pour expliquer ce qui est universel dans le cinéma –le récit– et ce qui doit rester particulier, l'authenticité, l'individu dans son environnement. Un récit, indien ou autre, peut être apprécié par le monde entier, mais il doit rester indien ou autre. C'est la problématique de l'art, en général, du jazz en particulier.

La seconde partie, «Portraits à la plume» est constituée de critiques et d'hommages. Un mot sur Godard (un regard lucide), Le nouvel Antonioni (une critique sans concession), Le nayak, un portrait dé l'acteur prolifique Utam Kumar qui sert de fil conducteur à sa pensée sur l'art et l'artiste: «Un artiste doit toujours être jugé à l'aune de ses meilleures œuvres», une réflexion sur la difficulté de vivre en ne faisant que de l'art. Il y a aussi un très beau et bref portrait d'Ingmar Bergman, à l'occasion de ses 70 ans («Il a épuré son style jusqu'à lui donner la sobriété de la musique de chambre.») Un bref hommage à Charlie Chaplin, Le Vagabond immortel.

La dernière partie, Célébrations du cinéma.
Toujours sur fond autobiographique,
Satyajit Ray nous raconte son expérience des festivals de cinéma, de Moscou à Venise, Cannes, Bruxelles, etc., et tire comme toujours de son expérience des idées sur ce que pourrait être en Inde la vocation d'un festival, et des réflexions sur l'ensemble du cinéma qui devraient être méditées par l'ensemble des responsables culturels et politiques, qui sont aujourd'hui malheureusement à des années-lumière de la pensée du cinéaste, parce que justement il n'ont pas l"honnêteté essentielle d'un Satyajit Ray, d'un artiste vrai: «Nous savons aujourd'hui qu'un modèle économique défaillant contribue à miner le talent artistique.»

Le regard sur l'art de
Satyajit Ray, toujours fondé sur son expérience, sa biographie, sa vie d'artiste, est passionnant pour tous; pour les amateurs de jazz aussi. C'est pourquoi, au-delà de cette évocation rapide de ces textes, il est fondamental de retourner aux mots-mêmes de Satyajit Ray, parus dans ce livre si précis, si précieux.

Yves Sportis


© Jazz Hot n°675, Printemps 2016
 
LIBRARY © Jazz Hot 2015
Free Verse and Photos in the Key of Jazz

Free Verse and Photos
in the Key of Jazz



Gloria Krolak et Ed Berger


(Autoproduction, http://www.blurb.ca)


Ce curieux beau livre, grand format à l’italienne 28 x 33cm, est un projet d’activistes du jazz qui œuvrent depuis longtemps pour la promotion de leur musique préférée, qui se sont offert un plaisir et ont voulu le partager. L’idée est généreuse. Est-ce suffisant?

Gloria Krolak est l'animatrice de Good Vibes, un programme radio original présentant en particulier les vibraphonistes. Elle contribue également à Jersey Jazz, le journal de la New Jersey Jazz Society. Elle tient sa chronique dans le site All About Jazz, et elle est membre de vibesworkshop.com parmi beaucoup d’autres casquettes et activités.

Ed Berger est un écrivain et photographe indépendant qui a pris ses premières photos de jazz en 1966 à 16 ans lors d’un concert de Louis Armstrong. Il est consultant au Jazz Studies Institute de Rutgers University depuis une quarantaine d'années. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, récemment Softly With Feeling: Joe Wilder. Ses photographies ont été publiées dans de nombreuses publications et sur de nombreuses couvertures d'album. Il collabore entre autres à JazzTimes et au Jazz Museum d’Harlem.

Dans cet ouvrage de 74 pages, il y a seulement 36 photos, ce qui indique que l’ouvrage peut sembler, par certains côtés, minimaliste bien que les photos soient très belles. Les textes sont constitués presque exclusivement de titres du répertoire du jazz, d’ailleurs répertoriés dans l’index en fin d’ouvrage. 1049 titres servent ainsi à composer par collage des sortes de vers avec une thématique face à une photo. Il faut sans doute être parfait anglophone pour en apprécier certaines subtilités qui ne sautent pas aux yeux.

La construction de cet ouvrage, en dépit du soin apporté (beau papier, belle reliure, belles mise en page et photogravure) peut sembler quelque peu artificielle. Oui, les photos de Benny Carter, Louis Armstrong, Warren Vaché, Ron Carter, Roy Hargrove, etc., sont splendides, et donc un amateur de jazz va y trouver une partie de son compte. Mais le projet en lui-même paraît faible, ludique pas plus. On dira que c’est une manière de découvrir les photos d’Ed Berger et de recenser des standards du jazz.
Yves Sportis

© Jazz Hot n°674, hiver 2015-2016

 

Willem
Jazz à Deux


Willem-Baudoin



Par Willem et Baudoin (Collection Cagnotte, Super Loto Editions, Concots (46), 2015, www.imprimerietrace.fr)



Rencontre entre le jazz et le dessin, cet ouvrage est aussi celle de deux dessinateurs qu’on ne présente plus, Willem et Baudouin avec l’équipe du Festival de jazz de Foix, une petite ville capitale de l’Ariège, dominée par les vieilles pierres d’un château moyenâgeux. Le hasard des amitiés et des sentiments, a fait que sa compagne, professeur d’arts plastiques et militante du festival, a eu l’idée d’une rencontre jazz et dessin, et que le cercle des relations amicales a permis d’inviter Willem et Baudouin dont la plume trempe parfois dans le jazz et depuis des décennies (la fille de Willem est elle-même un bonne chanteuse de jazz). Willem, invité et parrain depuis de longues années, a croqué quelques affiches du festival, et a eu l’idée d’associer Baudoin pour les éditions 2013 et 2014 à cette aventure toute de convivialité. La couverture et la quatrième de couverture de cet ouvrage sont d’ailleurs inspirées de deux affiches du festival.

BaudoinVoici donc le condensé de cette aventure très humaine, sous la forme d’un ouvrage de 84p. grand format, en noir et blanc, comme leurs dessins et comme le jazz, qui fait la part belle à ce que les deux dessinateurs ont croqué de ces instants fugaces porteurs de tant de chaleur.

La préface est de la main d’Eric Baudeigne, fondateur et directeur jusqu’à 2014, le Dr. Jazz de la cité (son métier est de soigner les gens et parfois avec des mots ou du jazz), un amateur de mots aussi dans une région durablement marquée par Claude Nougaro. Eric a depuis abandonné ses fonctions, un peu trop vite car c’est une énergie singulière de cette ville et du jazz qui se gaspille, mais la vie continue et le festival aussi.

La cheville ouvrière de cette rencontre entre arts, Michèle Ginouilhiac-Baudeigne, est présente sous la forme d’une interview à trois voix avec Baudoin et Willem qui racontent leur histoire d’amour avec le jazz, le dessin et le reste.

Enfin, le corps principal de ce livre est constitué par les dessins de nos deux compères, saisissant avec réalisme, simplicité ou complexité selon le tempéramment, mais aussi vérité du trait, imagination et ressenti, ces soirées festivalières. Cela rappelle les moments où ils étaient, avec leur crayon et leur pinceau, directement impliqués dans la création d’un soir, que ce soit de leur place ou sur la scène (Baudoin a ainsi réalisé deux performances en direct et en compagnie des musiciens).

Le trait minimaliste de Willem (monkien?) contraste avec la profusion de noir de Baudoin (coltranien?), on ne fera pas de «blindfold test» ou son équivalant pictural pour savoir qui fait quoi.

Il restera donc de cette aventure un bel ouvrage et c’est tant mieux ! Car Jazz à Foix allie les qualités essentielles de ce que doit être un festival de jazz : découverte, racines, rencontres, convivialités, expression, qualité, exigence, transmission, risque, liberté et parfois improvisation, on peut leur faire confiance à tous sur ce sujet…

Yves Sportis



© Jazz Hot n°674, hiver 2015-2016



Pierre Sim


Jazzman autodidacte





par Pierre Sim
(Books on Demand, autoproduction, tél. 04 94 87 70 86)  




Tout d'abord, il est très intéressant que tout artiste ayant copieusement œuvré dans son domaine rédige ses mémoires ou, au moins, laisse les traces essentielles de sa vie; il y a toujours là, matière à prendre, ne serait-ce qu'au-delà des anecdotes, quelques faits significatifs (rencontres, etc.). Certains s'y sont mis (Fred Gérard, Dominique Chanson, etc.), mais c'est resté inédit ou alors publié en extraits ici ou là, donc dispersé et sans effet.

Pierre Sim, né en 1929, contrebassiste bien connu dans le milieu jazz, a été poussé par ses petites-filles à rédiger ce livre de 160 pages. Le seul point ennuyeux est que la reproduction des photographies (p.156-160) est trop petite. Sinon la mise en forme est limpide.

Pages 152 à 153, il y a des listes de musiciens de jazz avec lesquels Pierre Sim a joué, des vedettes pour lesquelles il a enregistré et même une liste des musiques de films auxquelles il a contribué.

Après une introduction (p.6-10), les têtes de chapitres sont les années, de 1948 à 2012. Arménien d'origine, de son vrai nom Vartan Simonian, Pierre Sim parle d'abord de sa génèse familiale et de celle de son goût pour le jazz: «Un jour de 1946, quelle surprise! Dans une boutique, je vois une revue intitulée Jazz Hot. Je l'achète et, de retour chez moi, je la lis d'une traite, du début à la fin. Je commence alors véritablement, à cette période, à baigner dans ce qu'on appelle le jazz et dans son environnement.» (p.9). Jusque-là, le jeune homme avait découvert ce genre expressif grâce à la radio (BBC) et d'emblée perçu une sensibilité pour la contrebasse. Il poursuit: «Je deviens adhérent du Hot Club de Toulon, où se tiennent de nombreuses auditions et réunions.» On ne dira jamais assez combien ce type de passage de flambeau éducatif et bénévole a été efficace pour former (formater aussi) des générations successives d'amateurs, ce que confirme Pierre Sim: «Via ces organes, le jazz se diffusera largement dans la France d'après-guerre.»

C'est plus qu'en autodidacte, en ne sachant strictement rien de l'instrument que Pierre Sim se produit pour la première fois, grâce au Président du Hot Club de Toulon, et déjà aux côtés d'André Persiani! Après 4 cours auprès d'un contrebassiste, il se débrouille seul avec une méthode de contrebasse (position des notes sur le manche) et une autre pour guitare (connaissance des accords). Ce n'est qu'en 1978 qu'il se perfectionne à la Schola Cantorum. Pierre Sim a utilisé une contrebasse Paul Clodot de 1840 (1958-83) qu'il cédera à Cameron Brown.

On constate dans les citations ci-dessus que son style d'écriture est simple, donc parfaitement intelligible, contrairement à celui d'une multitude de prétentieux de la plume qui peuplent le monde des «critiques de jazz» qui ont, de ce fait, rendu ce genre musical repoussant car hermétique au commun des mortels. Le texte contient peu de fautes de nom (Paul Piguilem ne prend qu'un "l” ; Bacqueville se prénomme Patrick et non Claude, quant à Grenu c'est Georges et non Gérard-p.134-135) ou de dates (p.82, c'est en 1973 et non 1977 qu'eut lieu la séance de Bill Coleman en big band). Enfin, il y a quelques sauts à la ligne mal venus.

Pierre Sim a débuté à Saint-Raphaël avec Jean Tordo (cl) puis, toujours en 1948, il se retrouve au sein du New Orleans Jazz Band de Toulon avec Bob Garcia. Bob Garcia et lui jouent ensuite pour Roger Chaput (Marseille, 1950). Pierre Sim est ensuite engagé par Léo Missir (p, vib) (1951). Puis, il nous apprend qu'il a joué notamment avec Django Reinhardt (1953), Bib Monville, René Urtreger (1955), René Thomas, Bobby Jaspar, Roger Guérin, Zoot Sims, Sonny Grey, Michel Hausser (1956).

En 1957, il fait son premier disque pour Joseph Reinhardt. Il est membre titulaire de l'Orchestre Jacques Hélian (1957). Au cours de sa carrière, ses plus fidèles employeurs sont Bill Coleman (à l'occasion, de 1960 à environ 1978), Stéphane Grappelli et, tardivement, les clubs Méditerranée. Mais Pierre Sim a aussi l'occasion de côtoyer Sadi, Kenny Clarke (dès 1957), Jean-Claude Fohrenbach, Lucky Thompson, Martial Solal, Al Levitt, Georges Arvanitas, Henri Renaud, Tony Murena, Guy Lafitte, Jimmy Gourley, Jimmy Rushing, Maxim Saury, Bud Powell (l'un de ses préférés m'a-t-il confié), Johnny Griffin, Claude Bolling, Eddy Louiss, Mickey Baker, Memphis Slim, Phil Woods, Stan Getz, Sonny Stitt, Dominique Chanson, Slide Hampton, Luis Fuentes, Michel Sardaby, Hal Singer, Jeanot Rabeson, Dany Doriz, Ted Curson, Sonny Criss, Dizzy Reece, George Coleman, Sam Woodyard, Michel Petrucciani, Glenn Ferris, Alain Bouchet, Michel Roques, Stéphane Guérault, Michel Attenoux, Maurice Meunier, Sir Charles Thompson, les Belmondo, et on en passe… quasiment dans cet ordre qui témoigne d'une souplesse d'approche.

Nous retrouvons ces musiciens au fil des pages. Bien sûr, comme tous les jazzmen professionnels de sa génération, Pierre Sim est parallèlement impliqué dans les variétés et donne son concours à René-Louis Lafforgue, Henri Salvador, José Bartel, Lucky Blondo, Eddie Constantine, Marlene Dietrich, Johnny Hallyday, Charles Aznavour (1963-64), Nicole Croisille, Nana Mouskouri, Mick Micheyl, Jacques Brel (1964-66), Alain Barrière, Sacha Distel, Colette Renard, Charles Trenet, François Deguelt, Nancy Holloway, John Littleton pour n'en signaler que quelques-uns.

Parmi ses meilleurs disques: le 25 cm de Jacques Denjean (1962, Jazz, Polydor 45585), Don Byas/Jacques Denjean (1962, The Big Sound, Polydor 46125), Bill Coleman (1968, Together at Last, Pathé CPTX 240 863). Ces pages démontrent un fléchissement progressif du métier, même si le ton du récit révèle que Pierre Sim a gardé un enthousiasme pour la jazz. Un livre optimiste. Le témoignage intéressant et utile d'un musicien comblé. Il nous laisse des vidéos avec André Persiani (1970) et Bill Coleman (1972) qui complèteront agréablement cette lecture.
Michel Laplace

VIDEOS
1972. «Hello Dolly», Bill Coleman (tp, fgh, voc), Marc Hemmeler (p), Jimmy Gouley (g), Pierre Sim (b), Michael Silva (dm), Jazz Harmonie
https://www.youtube.com/watch?v=e5gMrQxUGtA


© Jazz Hot n°674, hiver 2015-2016




Bons Temps Roulés

Dans la Nouvelle-Orléans noire disparue 1979-1982


par Bernard Hermann




Bons Temps Roulés, dans la Nouvelle-Orléans noire disparue 1979-1982, par Bernard Hermann, Albin Michel, Paris, 2015, www.albin-michel.fr



Préfacé par l’écrivain Sylvain Tesson, c’est un beau livre (24 x 29,5cm) sur le principal berceau du jazz, d’abord et essentiellement un livre de photographies. New Orleans est une ville qui attire, qui fascine, et Bernard Hermann, photographe de talent, n’a pas échappé à cette séduction. Dans la ville du Tramway nommé Désir, rien n’est ordinaire, et sans doute parce que le temps y a déposé des couches et des couches d’histoire(s), avec une densité et une abondance rares, comme le Mississippi, en bout de course, dépose ses tonnes d’alluvions.

Les présences y sont multiples, depuis les Indiens d’origine jusqu’aux différentes présences européennes, française, espagnole, caribéennes de proximité, américaine du Nord, jusqu’à ces improbables Cajuns venus du Canada jusque-là après un exode mouvementé. Il existe même une présence asiatique.

Crescent City –un de ses surnoms, il en existe d’autres comme Big Easy–  présente même, phénomène rare aux Etats-Unis, une forme de mixité, malgré une réalité historique pas si lointaine où les Afro-Américains ont été les esclaves des Euro-Américains. La société, comme aux Antilles, offre ainsi un caléidoscope nuancé dont les Indiens, les Cajuns ne sont pas totalement absents: si l’on devait définir une «couleur» commune pour New Orleans, on parlerait de couleur créole… ou de couleur musicale. Malheureusement, le redoutable passé de l’esclavage, celui plus tardif de la ségrégation, ont entravé ce qui aurait pu être un modèle du vivre ensemble et, si New Orleans en présente certaines facettes, plus que son environnement louisianais, il n’en existe pas moins encore un fonctionnement très marqué par la ségrégation, chaque groupe, y compris les Créoles, conservant une sorte de fierté identitaire cultivée, parfois jusqu’à l’exclusion, la violence et l’horreur. C’est aussi, paradoxe, l’une des raisons du maintien d’une certaine authenticité et d’une richesse de traditions sur place avec peu d’équivalent dans le monde. New Orleans est un port, mais où l’on s’installe, séduit par le cadre, un rythme de vie, un art de vivre, une forme de liberté, ou plus exactement de souplesse de fonctionnement, que le reste des Etats-Unis n’offre pas toujours, une ville de mystère aussi, de légendes.

Cette petite introduction pour dire que Bernard Hermann n’a pas fait exception: bien qu’ayant des attaches locales, c’est lors d’un voyage en 1979, prévu pour quelques semaines, qu’il décida de s’installer. Il nous donne ainsi aujourd’hui le résultat d’un livre de photographies exceptionnelles, techniquement et artistiquement parfaites, bien traités dans ce livre par une bonne photogravure, mais aussi socialement justes, car il connaît bien «sa Nouvelle-Orléans». Un texte en fin d’ouvrage, reprenant le classement thématique du découpage choisi, en témoigne. Il possède les connaissances et la sensibilité pour faire mieux et plus détaillé, mais on ne va pas le lui reprocher car cette force et cette sensibilité se retrouvent dans d’extraordinaires photos, dignes de ce qui s’est déjà fait de mieux à New Orleans dans le genre (on pense à William Claxton). Toutes ces images sont en noir et blanc, d’origine argentique, et les cadrages, les atmosphères sont souvent exceptionnels, comme cette descente au Mississippi pour un baptême, ces portraits de dockers, ce reportage hors norme sur Angola, le pénitencier, ces scènes de fêtes, de familles ou de ferveur religieuse…

Percevoir le jazz, la musique afro-américaine, exige une qualité: le feeling. Bernard Hermann a un véritable feeling pour New Orleans. Ses photos le disent et constituent des documents exceptionnels pour qui veut découvrir des pans de cette histoire multiple, pour qui veut comprendre également ce qui fait l’originalité du son de New Orleans dans le jazz et de toutes ses inspirations ou descendances. Il faut s’arrêter sur chacune des images, sur les détails, les ensembles. Tout est constitutif d’une atmosphère, d’une expérience de vie.

Bien entendu, ce livre nous parle de New Orleans de 1979 à 1982, et Bernard Hermann, comme d’autres, a une certaine nostalgie de cette époque. Il pense qu’après l’ouragan Katrina New Orleans n’est plus New Orleans.

Pourtant, sans faire preuve d’optimisme, on constate que la ville a continué d’être musicalement très active, riche en nouveaux talents parfois d’exception, après 1982, avec une véritable renaissance musicale qui a rejailli sur l’ensemble du jazz aux Etats-Unis et dans le monde. On pense bien sûr à la famille Marsalis, mais ils ne sont qu’une partie, active il est vrai, d’un véritable renouvellement musical, avec une ouverture sur le reste de l’Amérique que New Orleans n’avait plus connu depuis la fermeture du quartier réservé de Storyville en 1917.

En 2005, Katrina a effectivement été une catastrophe pour la ville, mais il en sort encore de l’énergie, et l’excellente série Treme, très socialement orientée mais également assez aboutie dans sa description des strates sociales ou ethniques néo-orléanaises, décrit également une atmosphère qui reste celle de New Orleans, avec ce petit côté de «laisse bons temps roulés» (qui plaît tant à Bernard Hermann), accepté et revendiqué malgré la pression productiviste et quantitativiste de l’époque.

D’autres facteurs, plus universels comme la société de consommation et l’uniformisation planétaire sont plus à craindre que Katrina pour New Orleans. Comme pour Paris.

Cela dit, voici un grand et beau livre de photos par un véritable artiste de la photographie, Bernard Hermann, et ça ne mérite pas un détour mais un arrêt indispensable…
Yves Sportis
© Jazz Hot n°674, hiver 2015-2016

Ecoutez moi ça !


par Nat Shapiro et Nat Hentoff
© Jazz Hot n°673, automne 2015




Ecoutez moi ça!
par Nat Shapiro et Nat Hentoff, Buchet Chastel, coll. Musique, 2015, Paris. www.buchetchastel.fr


Voici la réédition d’un ouvrage qui a bercé des générations d’amateurs de jazz, sorti en 1955 sous le titre Here Me Talkin’ to Ya, collecte par deux critiques de jazz «de la nouvelle vague», Nat Shapiro (1922-1983) et Nat Hentoff (1925), de fragments d’interviews des musiciens qui ont fait le jazz et de quelques autres qui y ont contribué plus modestement.

Conçu comme un dictionnaire de citations, plus ou moins longues, de quelques lignes à quelques pages (moins de cinq), classées par grands thèmes (1/Là-bas, dans le Sud, à la Nouvelle-Orléans, 2/ En remontant le fleuve paresseux, 3/Voyageurs sans bagages, 4/Indécision), avec des sous chapitres abordant des thèmes plus précis sous la forme d’une phrase, c’est un ouvrage très intelligemment conçu, fondé sur des interviews dont les auteurs, Nat Shapiro et Nat Hentoff, se sont exclus, laissant la parole aux seuls musiciens.

C’est donc une belle histoire du jazz qui se déroule sous nos yeux, racontée depuis ses débuts, commentée et débattue par les musiciens, en particulier les fondateurs, selon le parcours proposé, vaguement chronologique sans excès, par le découpage aussi thématique combiné.

Un régal de lecture, ou de relecture, notamment sur ce qu’est ou n’est pas le jazz, sur ce qu’est la musique et ce qu’est l’art, où l’on voit également que beaucoup d’artistes du jazz sont capables de disserter sur le jazz, avec compétence et hauteur, et transmettent dans ces interviews, que nous continuons de pratiquer, le vécu d’une histoire qui ne se comprend pas sans sa dimension humaine dans son entièreté. La préface de cette édition est écrite par Jacques Réda. Sortie octobre 2015.
Une lecture indispensable pour l’amateur de jazz, d’art et de culture, débutant ou confirmé.

Yves Sportis

Music to Silence to Music, A Biography of Henry Grimes


par Barbara Frenz
© Jazz Hot n°673, automne 2015




Music to Silence to Music, A Biography of Henry Grimes
par Barbara Frenz, Northway Publications-London et Parkwest-Miami, Florida, 322p., 2015. www.northwaybooks.com et www.parkwestpubs.com


Barbara Frenz, historienne et poétesse allemande, née en Suisse, contributrice chez Jazz Podium, publie une biographie très approfondie du grand bassiste de jazz Henry Grimes, né à Philadelphie le 3 novembre 1935, ce qui fait du jour de sortie de l’ouvrage un beau cadeau d’anniversaire pour Henry Grimes. Ce détail n’en est pas un puisqu’il a fallu l’opiniâtreté d’une recherche exceptionnelle, avec, on le devine par la richesse de cet excellent ouvrage, un investissement personnel, affectif comme cela se produit parfois, souvent, dans le jazz quand on produit un travail de cette qualité. Nul doute que la poésie, expression partagée par Henry Grimes et Barbara Frenz, y a joué un rôle déterminant.

Doté d’un appareil documentaire précis et précieux (notes, références bibliographiques, index), il ne manque à cette biographie qu’une discographie détaillée et illustrée. L’iconographie, sobre et recherchée, notamment auprès d’archivistes photos de haut niveau comme CTS Images, est à l’image de ce livre: de qualité.

L’ouvrage détaille le beau et long parcours d’Henry Grimes, né dans une des capitales du jazz, Philadelphie, la même année que Jazz Hot, en 1935, une ville qui respire le jazz, en particulier dans ces années 1950 où les créateurs du jazz se bousculent dans les jam-sessions locales devenues légendaires (cf. le Jazz Hot n° spécial 2006 consacré à Clifford Brown), et où s’élaborent les nouveaux accents du jazz.

Une des rencontres essentielles pour Henry Grimes est celle de Sonny Rollins qui préface avec chaleur le livre de Barbara Frenz, avec lequel Henry Grimes va jouer et tourner jusqu’en Europe. Jazz Hot et l’auteur le rappellent avec précision dans divers comptes rendus. Philadelphie est un creuset d’une telle richesse que les rencontres sont nombreuses et riches, et le parcours d’Henry Grimes est emblématique de celui des musiciens apparus dans les années 1950, et qui développent leur art dans les années 1960, au cœur d’un maelström artistico-socialo-politique, car c’est aussi la période de la lutte pour les Droits civiques aux Etats-Unis, de la reconnaissance, sur tous les plans, politique, artistique, des aventures créatives les plus incroyables. Le parcours de Philadelphie à New York, à l’Europe, les rencontres musicales avec Cecil Taylor, Steve Lacy, Don Cherry, Archie Shepp, Pharoah Sanders, Sunny Murray, Albert Ayler, Charles Mingus, McCoy Tyner, musiciens parfois déjà croisés à Philadelphie, et l’ombre tutélaire de John Coltrane, font d’Henry Grimes un grand témoin et un grand acteur de cette période d’ouverture.

Puis c’est l’éclipse, la disparition, épisode aussi très américain, et présent dans nombre de biographies de musiciens de jazz, plus ou moins bien vécu (Sonny Rollins, Miles Davis, Thelonious Monk, Lucky Thompson, etc.) et où beaucoup de musiciens se sont perdus. Pendant trente ans, Henry Grimes s’installe à Los Angeles, quitte les cordes de la basse, se consacre essentiellement à la poésie et semble survivre difficilement, dans la pauvreté, même s’il assume le choix comme une découverte de soi. Le chapitre consacré à ces trente années de disparition est finalement très bref, très concentré comme un trou noir, car le bassiste est peu prolixe sur ce sujet. Il reste de cette période sa poésie.
La redécouverte par Marshall Marrotte en 2002 est le début d’un nouveau parcours musical qui n’a plus cessé depuis et curieusement, il est présent comme un aîné pour les jeunes musiciens de jazz, surtout dans l’esthétique free (William Parker…), qui le reconnaissent comme un précurseur, comme s’il n’avait jamais disparu, phénomène analogue chez les anciens (Fred Anderson…) qui rejouent avec lui comme s’il n’avait jamais quitté la sphère musicale du jazz.

Voici en résumé ce que vous pourrez découvrir détaillé avec beaucoup de témoignages dans cette bonne biographie réalisée par Barbara Frenz. Un ouvrage qui raconte à sa façon le jazz depuis les années cinquante. Sortie le 3 novembre 2015.

A noter enfin que Northway Publications offre une excellente collection d’ouvrages sur le jazz.
Yves Sportis

AM JAZZ (Three Generations Under the Lens)


par Adriana Mateo
© Jazz Hot n°673, automne 2015

AM JAZZ (Three Generations Under The Lens),
Adriana Mateo, Peruzzo éditeur, 2015- www.adrianamateo.com


Adriana Mateo est née en Argentine à Buenos Aires. Elle fut dès son plus jeune âge  attirée par la photo, son père, Roberto Mateo, étant directeur de la photo au cinéma et lauréat  du Lion d’Or de Venise en 1970, du Festival de Biarritz et de Cannes en 1980.
Adriana commença dans la publicité. A 23 ans, elle était directrice artistique de la campagne de Marlboro pour l’Amérique du Sud. Voulant être réalisatrice au cinéma, elle émigra à New York en 1992 où elle obtint le diplôme de la New University Film School en 1996. Puis, elle travailla avec les directeurs de la photographie Rob Draper (ACS) et Andrew Laszlo. Elle réalise des documentaires.

En plus de la photo,  elle a trois passions dans la vie : l’art, le jazz et les relations humaines. Pour ce livre elle a choisi des musiciens et musiciennes de jazz de trois générations, qui se connaissent tous, et font en quelque sorte partie de la même famille. En plus d’être une artiste photographe, elle couvre aussi des festivals à travers le monde, dont celui de Newport
Elle est maintenant photographe free lance et directeur de la photographie professionnelle.

Ce magnifique livre s’ouvre sur la préface et la photo du  pionnier, Jimmy Heath, né en 1926, dont le portrait pris en 2012 montre un homme heureux, beau, les mains croisée sur une partition, et va jusqu’au plus jeune, le pianiste Joey Alexander, né en 2003 en Indonésie, un petit génie paraît-il, en passant par Esperanza Spaulding, née en 1984, lumineuse derrière sa basse électrique.

Les photos sont en noir et blanc, un noir et blanc en clair obscur, profond, contrasté en douceur, traité comme à la façondes noirs de Soulages, car ces noirs captent la lumière qui les décline sur toute la palette des gris jusqu’aux blancs.

Il y a des photos d’objets comme par exemple le chapeau de Roy Hargrove, des photos d’instruments en situation particulière, des portraits, des groupes, bref une infinie variété, qui fait qu’on ne cesse de feuilleter et re-feuilleter ce livre, découvrant à chaque fois quelques chose de nouveau.

Ce sont parfois des photos posées, mises en scène, mais sobrement, la photographe ayant su capter le naturel, voire l’aura qui se dégage de ces artistes. Elle a su accomplir une mission impossible, rendre l’atmosphère, la vie du jazz par l’image fixe. Certainement grâce à sa proximité avec les artistes, ayant développé une véritable amitié avec tous.

Ce qui fait un photographe, c’est avant tout l’œil; Adriana possède cet œil qui à travers l’objectif sait capter l’essence d’une scène, d’un personnage, le parfait cadrage.

A son vernissage à Padoue, elle me confiait combien il lui était pénible de savoir que depuis la prise de ses photos, plusieurs musiciens étaient déjà décédés: Cedar Walton, Dave Brubeck, Lew Soloff, Mulgrew Miller.
Ce livre est un chef d’œuvre. On peut y admirer la plupart des grands et des moins grands de la scène du jazz, de Sonny Rollins aux Marsalis père et fils, en passant par Herbie Hancock, Chick Corea, Wayne Shorter, Dizzy Gillespie All Stars Big Band, etc.

Serge Baudot

Des livres de jazz



© Jazz Hot n°673, automne 2015






Eddie Condon on Record 1927-1972
. www.italianjazzinstitute.com. Genova, Italie, 2015.
Giorgio Lombardi propose la 3e édition de sa discographie détaillée d’Eddie Condon (bj, g, voc, leader), un ouvrage de 134 pages, préfacé par Ed Polcer, Maggie Condon, la fille, augmentée d’une biographie de présentation, et maintenant doublé d’un CD reprenant les mêmes éléments.
Ce beau travail de discographe est (ré)édité par l’Italian Jazz Institute, Genova (Gênes).

Yves Sportis








Coltrane sur le vif.
www.lenkalente.com. Nantes, 2015.
Luc Bouquet propose, chez cet éditeur qui s’intéresse régulièrement au jazz dans des formats «rapides», un ouvrage de 152 pages, une redécouverte de John Coltrane à travers les enregistrements édités mais non préorganisés, baptisés «pirates», terme bien connu des amateurs de jazz. Il écrit n’avoir retenu que les enregistrements ayant donné lieu à une édition phonographique et commercialisés, y compris chez Impulse! – et en fait qui ne sont pas tous «pirates», ce terme sous-entendant qu’ils ne sont pas autorisés, ce qui n’était pas le cas. Le terme de «live» aurait mieux convenu. C’est une suite de chroniques d’enregistrements, qui retracent un parcours «vivant» du saxophoniste et de son légendaire quartet, souvent en tournée, qui s’augmenta d’autres illustres compagnons, Eric Dolphy ou Pharoah Sanders par exemple. C’est peu intéressant sur le plan de l’analyse musicale, en dehors de l’idée de rassembler les enregistrements live, mais ça n’est pas non plus original, le numéro spécial de Jazz Hot 1998 listant déjà ces enregistrements dans une discographie détaillée. Inutile de vous dire que les discographies de John Coltrane parues dans Jazz Hot (n°491-492, Spécial 1998 en particulier pour les plus récentes qui sont de plus illustrées) ne sont citées et donc sans doute connues, pas plus que la discographie fondatrice de David Wild (The Recordings of John Coltrane), ni celle aboutie de Yasuhiro Fujioka (John Coltrane: A Discography and Musical Biography), et comme l’auteur trouve fastidieuse la discographie en général (p.133), on s’interroge sur sa motivation à écrire un livre fondé sur la matière disque. Sans doute une maladresse d’expression mais qui en dit long sur le contenu et sur le manque d’approfondissement quand on prétend s’intéresser à John Coltrane, sujet déjà fort bien étudié.
Yves Sportis






Mulgrew Miller, The Book
(English-Français). www.henry-lemoine.com. Paris, France, 2015.

Les Editions Henry Lemoine, Collection HL Music, propose ce beau volume de 166 pages, réunies par Armand Reynaud et Jérémy Brun, une collection de master classes et de transcriptions du merveilleux et regretté Mulgrew Miller, l’un des très grands pianistes de notre temps disparu prématurément en 2013, en pleine force de la création. Préfacé par Laurent de Wilde, qui fréquenta Mulgrew Miller, c’est un ouvrage indispensable, un cadeau fait aux pianistes de jazz, aux musiciens, de jazz et pas seulement, parce qu’il évoque stylistiquement, par l’angle de la technique et de l’écriture musicale, le parcours d’un grand pianiste contemporain, aussi bien par ses influences et son parcours ou sa création personnelle que par sa manière de transmettre à d’autres. Belle idée. Mulgrew Miller Lives!
Yves Sportis






De Briques et de Jazz, le jazz à Toulouse depuis les années 30. www.atlantica.fr. Biarritz, 2014.

Charles Schaettel propose la mise à jour de son premier récit sur le sujet datant de 2001. C’est un bel ouvrage grand format (25x25cm), de 338 pages, préfacé à l’origine par Michel Laverdure, aujourd’hui par Jacques Aboucaya. Le contenu est d‘une grande richesse sur la vie du jazz dans le sud-ouest, avec une focalisation sur Toulouse et Montauban, comme sur la personne d’Hugues Panassié, grande figure locale d’importance internationale pour la diffusion du jazz, et sur Guy Lafitte, autre figure essentielle de la grande histoire du jazz à Toulouse et dans sa région. Beaucoup d’autres noms, célèbres et moins connus, émaillent ce récit, car Toulouse a été un des foyers du jazz, et à ce titre, de grands musiciens, américains, européens et français, s’y sont produits, ou parfois y ont vécu.
Cette histoire, un peu désordonnée et fâchée avec la chronologie, non qu’elle soit fausse, mais parce que le récit ne la suit pas et fait d’incessants allers-retours, est une collection de récits et d'anecdotes de multiples témoins, et a le mérite de les réunir ici pour la mémoire. Une iconographie exceptionnelle, des documents de toute nature, précieux, des témoignages et des citations nombreuses font de ce grand livre une belle découverte des racines du jazz en France, à Toulouse, et qui explique la résistance encore forte de cette belle aventure artistique et sociale du jazz en France. Le récit des vingt dernières années est moins «pittoresque» car moins passionné, mais reste précieux pour se souvenir que le jazz a encore une descendance active, même si ce type d’ouvrage incline à la nostalgie.
Yves Sportis






Melba Liston, in Black Music Research Journal
, vol. 34, No 1, printemps 2014, Chicago, 170p. www.press.uillinois.edu/journals/bmrj.html
.
Cette revue universitaire semestrielle consacre un numéro entier à l’œuvre et à la personnalité exceptionnelle de Melba Liston, à sa place et son importance dans le monde (afro) américain. Melba Liston est surtout connue des amateurs de jazz en France pour sa longue collaboration avec Randy Weston, comme musicienne et arrangeuse. C’est d’ailleurs Randy Weston lui-même, grand admirateur et collaborateur de la tromboniste qui nous a fait parvenir ce numéro spécial, avec une petite dédicace.
Pour rappel, en dehors de son parcours aux côtés de Randy Weston qui s’étend de la fin des années 1950 aux années 1990, Melba Liston, est née à Kansas City, Missouri, le 13 janvier 1927 et elle est décédée le 23 avril 1999 à Los Angeles, où sa famille s’était installée en 1937, et où elle a étudié le trombone, et écrit ses premiers arrangements pendant la Seconde Guerre. Elle a fait partie des orchestres de Gerald Wilson (1944-47), Count Basie (1948-49), Billie Holiday (1949, 1955), Dizzy Gillespie (1950, 1956-57), Quincy Jones (1959), dirigé aussi diverses formations, féminines parfois, puis se consacre à l’arrangement (Dexter Gordon, Johnny Griffin, Milt Jackson, Mary Lou Williams, Elvin Jones, Archie Shepp, Art Blakey, Oliver Nelson, Freddie Hubbard, Jimmy Smith, Shirley Scott…) et à l’enseignement (Brooklyn, Harlem, Watts).
Ce rappel situe l’importance musicale de cette grande arrangeuse du jazz, et explique aussi sa relativement faible notoriété, puisqu’elle est une femme…
C’est cet oubli coupable que répare ce bon numéro de la BMR, institution qui a hérité des archives de la grande Melba Liston. Plusieurs contributions de tous ordres, sociologique, politique, artistique, musical, viennent rappeler l’importance de la grande femme que fut Melba Liston, femme du jazz mais aussi qui a joué un rôle dans l’émergence des femmes afro-américaines dans le monde du jazz, dans le monde afro-américain dans son ensemble et dans le monde américain tout court au fond.
On rappelle d’abord de quoi est constitué le fonds Melba Liston, puis plusieurs contributions viennent rappeler les étapes de cette vie hors du commun: les collaborations avec Dexter Gordon (par Maxine Gordon), avec Randy Weston, par Lisa Barg, mais aussi le séjour de cinq ans en Jamaïque dans les années soixante où elle enseigne à l’Université, et encore des partitions écrites par Melba Liston et analysées par Geof Bradfield, ou enfin son enseignement politique dans la lutte des femmes («D'abord vous êtes musicienne de jazz, puis vous êtes noire, puis vous êtes une femme. Je suppose que ça descend comme ça. Vous êtes le bas du tas…» Melba Liston, 1983).
Le monde du jazz comme le monde afro-américain sont des mondes d’hommes, et cette lutte implicite pour la dignité humaine que constitue cette expression ne s’est pas toujours étendue aux femmes, si ce n’est quand certaines d’entre elles, les plus fortes, comme Bessie Smith, Mary Lou Williams, Billie Holiday, Rosetta Tharpe, Melba Liston, etc. –elles sont nombreuses– sont venues étendre cette revendication à leur réalité de femmes dans une cercle d’hommes. A cet égard, le fonds Melba Liston témoigne, mieux que tout autre car c’était une femme de caractère et d'archives, de ce qu’était la condition des femmes afro-américaines, y compris dans le jazz. Une autre facette de ce que dépeint dans ses romans Toni Morrison. Il est vrai que les musiciens, les musiciennes afro-américaines en particulier, envisagent leur expression sous un angle particulier dont les racines sont encore et pour quelques années ou siècles encore, à vif. Ce qui explique aussi, c’est une évidence, la différence d’expression entre tous ceux et celles qui «pratiquent le jazz», selon qu'ils appartiennent à l'une ou l'autre de ces strates sociales, ou parfois à l'ensemble (jazz, afro-américaine, femme).
Yves Sportis






The Freedom Principle, Experiments in Art and Music, 1965 to Now
.
www.mcachicago.org et www.press.uchicago.edu. Museum of Contemporary Art Chicago/University of Chicago Press, Chicago-London, 2015, 266p.
Si on ne comprend pas la diversité et la complexité du jazz (quelles que soient ses appellations) depuis ses origines, il faut parcourir cet ouvrage de Naomi Beckwith et Dieter Roelstraete, une autre histoire de l’AACM (Association for the Advancement of Creative Musicians) depuis 1965, cette fois écrite sous l’angle de l’esthétique et du politique, dans ce savant mélange, frisant le vaudou, globalisant toutes les expériences et les expressions sans classement, du moment qu'elles émanent d'une communauté devant être reconnue, ici la communauté afro-américaine de Chicago, sans appréciation, dont a le secret le monde américain et afro-américain.
Cet ouvrage reprend donc en vrac, autour de l’aventure creative déjà polymorphe de l’AACM, 50 ans d’histoire de la création expérimentale à Chicago (musique, peinture, sculpture…), le tout resitué dans le contexte politique local, tendu entre communautés.
L’organisation de la pensée européenne, et française en particulier, a du mal à se repérer dans ce type d’ouvrage, exubérant et dépaysant comme l’Amérique, bien qu’une chronologie-bouée de sauvetage existe en fin d’ouvrage, bienvenue donc, remontant à 1922 où l’inventeur du jazz autodésigné Jelly Roll Morton débarque à Chicago (pourquoi pas l'arrivée de Joe King Oliver?). Son contenu est à lui seul explicatif de l’aspect éclaté de la pensée des auteurs.
Mais le mérite de ce beau livre, richement illustré, est bien là, de faire sentir (plus que comprendre) que le monde afro-américain, et donc le jazz, sont d’une complexité extraordinaire et qu’il faut parfois beaucoup d’humilité, de recul, de hauteur et de connaissances, dans un spectre très large (politique, économique, artistique, historique, culturel, etc.) pour l’aborder sans dire trop de bêtises, sans se perdre ou y perdre les autres, ce qui n’est pas forcément le cas de ce livre.
Quoi qu’il en soit, cet ouvrage totalement «free» (The Freedom Principle) est une performance (au sens américain) en soi et un bon témoignage de cette peu ordinaire histoire de l’AACM et plus largement de Chicago, du jazz et des Etats-Unis.
Yves Sportis

De Christophe Colomb à Barack Obama 1492-2014


Interview de Jean-Paul Levet
© Jazz Hot n°673, automne 2015



Jean-Paul Levet, Daniel Léon, Préface William R. Ferris, De Christophe Colomb à Barack Obama 1492-1919 – Une Chronologie des musiques Afro-américaines (Blues, Spirituals, Gospel, Rhythm and Blues, Soul, Funk, Rap) - CLARB – Soul Bag, Paris 2015, 538 p


Jean-Paul Levet n’en est pas à son premier travail. Nous connaissons son fameux premier ouvrage, Talkin’ That Talk 1, qui en est à sa quatrième édition révisée, mais également son second opus illustré de superbes photos, Rire pour ne pas pleurer: Le Noir dans l'Amérique blanche 2, qui traduisent son implication dans l’archéologie du parler ordinaire au sein du monde musical noir des Etats-Unis.

De Christophe Colomb à Barack Obama 1492-1919 – Une Chronologie des musiques Afro-américaines (Blues, Spirituals, Gospel, Rhythm and Blues, Soul, Funk, Rap) constitue le premier volume de sa dernière tentative visant à replacer les musiques afro-américaines dans leur contexte socio-historique.

La préface, due à la plume de William R. Ferris, fondateur du Center for the Study of the American South in the University of North Carolina at Chapel Hill (NC), par ailleurs auteur de plusieurs ouvrages consacrés au Sud étatsunien et à ses pratiques culturelles, met l’accent sur le caractère ambitieux de cet ouvrage, qu’il inscrit dans la continuité de la tradition encyclopédiste française du XVIIIe. 3







Jazz Hot: Comment et pourquoi en êtes-vous arrivé à concevoir cet ouvrage?



Jean-Paul Levet: En 2010, quand est sortie la quatrième édition de mon livre, Talkin’ That Talk chez Outre Mesure, je savais que cette même maison avait publié, en 2005, l’ouvrage de Philippe Baudoin, Une Chronologie du Jazz. Or j’avais constaté que, mis à part le jazz au sens large, cet ouvrage ne faisait pratiquement jamais référence aux autres musiques afro-américaines; ce qui laissait un vide important préjudiciable à la compréhension globale des formes musicales des Noirs américains. J’ai donc proposé à Claude Fabre, son directeur, de rédiger un ouvrage qui complèterait l’ouvrage de Philippe Baudoin. Il en a accepté le principe et nous sommes mis d’accord sur un livre de même importance.

Dans ces conditions, pourquoi votre ouvrage n’est-il pas publié traditionnellement sous la forme papier?

C’est qu’en avançant dans notre travail mon collaborateur, le journaliste Daniel Léon, et moi-même, nous sommes aperçus qu’un ouvrage correspondant à nos ambitions dépasserait très largement les 300 pages que représentait celui de Baudoin. Nous en avons parlé avec Outre Mesure et Claude Fabre nous a rendu notre liberté aux fins d’envisager une publication numérisée, moins tenue par les obligations de place. De sorte que, lorsqu’il sera terminé, l’ouvrage représentera 5 volumes numérisés de plus de plus de 500 pages chacun, ce qui n’était guère envisageable dans une édition papier. Par ailleurs, comme vous avez pu le constater en l’achetant sur Amazon, son prix rend chaque volume financièrement abordable à 9,50€; sur papier, son prix aurait été multiplié par quatre!

Comment s’articulent les cinq tomes de cet ouvrage?

Le Tome I, le seul actuellement en vente sous forme d’ouvrage numérique dématérialisé proposé sur Amazon, concerne la période 1492-1919; le second, actuellement en relecture, intéressera celle de 1920-1942; le tome III traite de celle 1943-2014;  le tome IV concerne les nouvelles formes musicales nées hors de la communauté noire, «de Jimmie Rodgers à Eminem, et les "autres” interprètes»; quant au tome V, il explore l’élaboration du mythe de Robert Johnson.

Vous placez votre premier volume sous l’égide d’une réflexion de Fernand Braudel concernant le temps: «Le temps court est la plus trompeuse et la plus capricieuse des données», écrivait-il; pourquoi?

Notre ouvrage couvre cinq siècles d’histoire américaine, sans s’arrêter spécifiquement sur le jazz, par ailleurs traité par la Chronologie de Philippe Baudoin. Il convenait, par conséquent d’envisager notre approche dans la relation temps court/temps long, d’autant que les musiques afro-américaines y sont replacées dans leur contexte politique, économique et sociologique: l’Histoire côtoie ici l’histoire de vies qui constituent la chair de ces musiques.

Néanmoins, l’optique de votre ouvrage est de type «histoire quotidienne», et moins musicologique que celle de Philippe Baudoin, qui lui n’aborde
jamais cette problématique et ses implications quant au fait musical jazz 4. Votre approche concerne les musiques afro-américaines alors que le jazz, qui en est l’expression la mieux connue, dans l’ouvrage de Baudoin, intègre des formes musicales qui, non seulement en sont fort éloignées mais aussi étrangères à la culture afro-américaine.

Effectivement. Mais notre propos étant centré sur les Etats-Unis, il nous était plus facile, plus normal et même indispensable d’envisager l’aspect civilisation; la référence à l’économie, à la démographie, à la politique, aux faits de société assoit même notre exposé sur les formes musicales que nous présentons. Au demeurant, le découpage retenu (Tome I 1492-1919, Tome II 1920-1942 et Tome III 1943-2014) est traité selon la chronologie, année par année, celle-ci étant étayée d’informations concernant les aspects économiques, sociaux et politiques associés aux faits de société, présentés sous forme de rubriques qui constituent la conjoncture du moment, auxquelles sont attachés les évènements concernant les Afro-américains, sujet de l’ouvrage, réunissant conditions sociales, économiques, techniques, technologiques, culturelles… En revanche, les deux derniers volumes étant thématiques, l’aspect sociologique en sera renforcé.

Le travail étant énorme, dans quels délais envisagez-vous la sortie de ces volumes?

Le second (1920-1942) est à la relecture; il devrait être disponible cet automne. Les suivants pourraient être publiés à raison de un tous les six ou huit mois.

Félix W. Sportis
photo X © by courtesy of Jean-Paul Levet



1. Cf. Philippe Rousselot - Jean-Paul Levet, Talkin'that talk, la langue du blues et du jazz, Langage et société, 1993, vol. 63, n°1, p79-81: 
www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lsoc_01814095_1993_num_63_1_2604).
Cf. également, William Labov,
Le parler ordinaire, la langue dans les ghettos noirs des Etats-Unis, Trad. Alain Kihm, Les Editions de Minuit, Paris, 1993, 520p.
2. Parenthèses, Marseille, 2002, 176p.
3. «It should come as no surprise that the authors of this impressive work, Jean-Paul Levet and Daniel Léon, are French. We have, after all, learned to expect encyclopedic projects from the French. In the 18th century Denis Diderot and Jean le Rond d’Alembert’s massive encyclopedia challenged future generations to bring a broad, embracing vision to their subjects», écrit-il p3
4. Cf. Félix W. Sportis:
Une Chronologie du Jazz par Philippe Baudoin (avec la collaboration d’Isabelle Marquis), Outre Mesure, Paris 2005, 302p.», [email protected] on line, supplément au Jazz Hot n°624, octobre 2005, p4-5.


Editions Parenthèses


Collection Eupalinos
© Jazz Hot n°673, automne 2015


La maison d'édition marseillaise propose, dans la collection Eupalinos dirigée par l’excellent Philippe Fréchet (cf. Jazz Hot n°669), trois nouvelles parutions, dont deux rééditions.
www.editionsparentheses.com/




Le célèbre Hommes et problèmes du jazz (238p., 2014), d’André Hodeir, fondateur de la «nouvelle critique» de jazz, publié pour la première fois en 1954, chez Flammarion, à la base d’une vision progressiste du jazz (et de l’art) qui a irradié dans tous les secteurs de la culture, soit qu’il en soit une influence majeure soit qu’il participe d’un mouvement de fond. Ces conceptions ont été à l’origine d’un véritable divorce de pensée au sein des amateurs de jazz et correspondent aussi, fortuitement mais finalement pas autant que ça, à la création, la même année de notre confrère Jazz Magazine.
Dans cet ouvrage, le critique devient un technicien analyste musical de haut niveau (plus un critique d’art, le cas des Charles Delaunay, Hugues Panassié, Stanley Dance, etc.) dont la compétence interdirait toute alternative de pensée (ce dont souriait avec humour Boris Vian dans Jazz Hot). C’est un ouvrage historique pour l’histoire de la critique de jazz en France mais pas essentiel pour le jazz, à notre sens, car la vision hodeirienne a participé de la négation d’une partie monumentale de l’histoire du jazz sous couvert de critique «compétente».
Hodeir reste ici encore proche de la critique d’origine, au moins sur le plan de ses choix, qu’il consigna d’ailleurs dans Jazz Hot (dont il reprend même quelques articles publiés, comme celui consacré au Concerto for Cootie).
Dans sa préface de 1979, il rappelle la préface d’origine dans laquelle il citait Paul Valéry: «L’amateur de Musset s’affine et l’abandonne pour Verlaine. Tel nourri précocement de Hugo se dédie tout entier à Mallarmé.» (etc.), citation qui dit assez l’incroyable gâchis qui a consisté à nier des pans entiers de Basie, Ellington, Armstrong, Eldridge et de milliers d’autres musiciens déterminants du jazz, sous prétexte qu’il faudrait ne s’intéresser qu’à l’évolution de l’art, l’invention ou l’inoui à tout prix. Au demeurant, un lecteur de Victor Hugo n’aurait pas assez d’une vie pour parvenir à une connaissance-compréhension de l’œuvre et cela ne l’empêcherait nullement d’apprécier Mallarmé. La vision progressiste figée en système a été un malheur de la pensée dans la France de la seconde moitié du XXe siècle, une déperdition de culture considérable, contribuant à nier toutes les dynamiques de l’art et du jazz en particulier, musique de racines et de l’échange dialectique entre générations, racines et actualités, valorisant ce qui n’aurait pas dû l’être au seul pretexte d’une pseudo-modernité.
La critique disciple d’Hodeir perpétua d’ailleurs la dérive au moment du free jazz, parlant de révolution, de rupture (Free Jazz-Black Power) même si Hodeir lui-même ne suivit pas, aboutissant aux musiques improvisées et à un malentendu profond et littéral de ce qu’est le jazz.
Yves Sportis





La seconde réédition est le West Coast Jazz d’Alain Tercinet (384p., 2015), paru à l’origine en 1986 chez le même éditeur. Mais l’auteur prévient, en avertissement, que ce travail a été «sérieusement révisé» en raison des modifications des sources (les rééditions discographiques), du temps qui passe (les points de vue), de nouvelles rencontres (interviews de musiciens). Tout cela fait de cette réédition une mise à jour intéressant même les lecteurs de l’édition originale. C’était et cela reste un bon panorama partiel de l’activité jazzique sur la Côte Ouest des Etats-Unis et d’une partie des musiciens qui en émergèrent. Bien que l’atmosphère d’après-guerre ne soit apparemment pas si tendue entre communautés euro et afro-américaine, l’histoire, car le ton est celui du récit, est davantage focalisée sur les musiciens blancs, comme le veut l’image «traditionnelle» du jazz sur la Côte Ouest, même s’il y eut dans l’histoire de cette musique sur la Côte Ouest des monuments comme Charles Mingus et Eric Dolphy, mentionnés parfois ici, et de beaucoup d’autres, mais pas à la place où on les attendrait quand on parle de jazz et de musiciens majeurs. Horace Tapscott par exemple n’est pour sa part même pas cité. C’est sans doute que le West Coast Jazz est ici défini plus comme une esthétique où le blues est moins présent voire absent (Woody Herman, Stan Kenton, Art Pepper, Chet Baker, Shorty Rodgers, Shelly Manne, Lee Konitz, Bill Holman…) que comme l’histoire du jazz sur la Côte Ouest. On peut constater le choix, même s’il est quelque peu réducteur et qu’on peut redéfinir les contours d’une histoire avec des arguments, et bien qu’il soit aujourd’hui difficile de réécrire une histoire plus large dont la mémoire n’a sans doute pas été bien sauvegardée pour cause de préjugés. Cela nécessiterait une révision, pour cette fois sérieuse, du fondement du sens de cette simple étiquette de promotion qu’a été le West Coast Jazz comme le remarquait avec bon sens Hampton Hawes et sur laquelle s’interrogeait lucidement Lee Konitz («Qu’est-ce que c’est?»).
Un ouvrage travaillé, précieux, avec des index intéressants (musiciens et titres) mais une discographie très insuffisante, même dans la vision réduite de ce que fut le jazz sur la Côte Ouest au XXe siècle.

Yves Sportis





Enfin, troisième parution, et là c’est une nouveauté, le consistant ouvrage d’Alexandre Pierrepont (448p., 2015), La Nuée - L'AACM: un jeu de société musicale, consacré à l’Association for the Advancement of Creative Musicians, l’association chicagoane qui se donna pour mission en 1965 de redéfinir ce qu’est ou n’est pas la musique afro-américaine dans une pratique renouvelée, dans une veine communautaire propre à Chicago, même s’il exista plus tard une antenne new-yorkaise, car «il faut bien vivre» (c’est ce qui ressort des témoignages).
A l’image de ce que nous évoquions dans la chronique du livre d’André Hodeir dont Alexandre Pierrepont est un disciple, sans le savoir peut-être (mais ça m’étonnerait, il semble tout savoir), c’est un ouvrage qui se définit comme savant, universitaire, a priori, par le langage, par certains développements, par certaines exclusions (de source, de musiciens…), par un pédantisme certain.
Dénué de sens critique, c’est le récit hagiographique d’une expérience associative communautaire, où la musique est le point de départ, le jazz dirons-nous car nous n’avons pas peur d’être excommunié de la communauté (laquelle ?, celle de Chicago, celle des «universitaires» du jazz, celle des gens de système, etc.).

Au demeurant, cette histoire est passionnante, autant pour la connaissance du jazz (j’insiste), que pour celle de la société et de l’histoire américaine. Et cet ouvrage regorge de témoignages et de renseignements passionnants. On n’est pas obligé d’adhérer à la énième réécriture de l’histoire du jazz par PierrePont ou Jacques –le péché des amateurs de jazz, il faut le reconnaître– pour apprécier aussi le travail documentaire réellement fait. Le moins intéressant et le plus dur à avaler est bien sûr la posture universitaire par l'enflure de l’écriture et les analyses générales toujours aussi contestables dans leur ethno-centrisme, en dépit de la bonne implantation locale de l'auteur. La postface de George Lewis confirme les partis pris de cet idéologue, accessoirement son enflure de l’ego tout aussi développée, et succintement son racisme ordinaire, déjà aperçu dans son propre ouvrage sur cette même aventure chicagoane vue de l’intérieur puisqu’il en est un des membres.

L’AACM est une longue histoire communautaire, très variée comme il est dit, mais pas seulement en matière musicale, car tous les participants n’ont pas défendu les mêmes thèses et principes, et avec la même rigidité que celle de George Lewis, ou celle par ailleurs de l’auteur, digne enfant, par l’esprit de système de ses maîtres, Hodeir en particulier mais pas seulement, même si l’enfant prétend toujours dépasser les maîtres dans ce système, et d’abord en longueur(s) et en capacité à exclure.

Cela dit, il suffit de lire la masse de citations tirées d’interviews, et c’est la matière essentielle, excellente, de cet ouvrage, pour se faire une idée de ce que fut et reste l’AACM, un lieu de rencontre, une coopérative, où chacun peut faire et penser ce qu’il veut, où les discours les plus contradictoires coexistent, et où quelques plus actifs que d’autres affirment des principes généraux parfois péremptoires, pas respectés ou partagés par d'autres, parce qu’au fond, l’important reste de vivre et de s’exprimer, c'est déjà difficile. La musique afro-américaine en particulier, qu’on l’appelle «jazz» ou  «blues» ou autrement, reste le plus bel héritage, la plus grande richesse pour la communauté qui l’a créée. L’aspect communautaire et coopératif est un trait de solidarité, fort dans la communauté afro-amércaine qui a eu à souffrir de l’esclavage et de ses héritages encore actuels (racisme, ségrégation, exclusion, pauvreté plus que proportionnelle…), autant d’éléments qui font de l’AACM une histoire très (afro) américaine.
Le tableau dressé par l’auteur des collaborations musicales «extérieures» à l’AACM de certains membres de l’AACM parle mieux que l’auteur lui-même de cette réalité évidente que les musiciens de Chicago, ceux de l’AACM y compris, ont vécu leur musique dans le monde du jazz, du blues, au sens le plus ouvert, dans ce grand courant d’expression du XXe siècle.

C’est pourquoi le sous-titre est finalement bien trouvé: L’AACM: un jeu de société musicale. Un jeu de société tout court comme il en a existé des milliers dans une société afro-américaine en construction depuis près de cinq siècles. Le fait qu’elle soit née dans cette forme à Chicago est une donnée qui s’explique autant pas l’histoire de Chicago que par l’époque de naissance et le mode de vie chicagoan, comme on peut expliquer d’autres histoires pour New Orleans, Kansas City et New York, et les dynamiques inter-cités ne sont pas inexistantes (le lien qui unit Chicago à New Orleans et au Mississippi en général).

Voilà donc un ouvrage intéressant, un bon travail de collecte également, parfois passionnant quand il s’agit d’histoire et de témoignages, fastidieux quand il s’agit des analyses de l’auteur et de sa prétention à la reconnaissance universitaire par le discours ou les références (mais c’est un travers universel), et soit un peu long parfois, soit trop court sur d’autres aspects.
A noter l’absence de référence aux récents articles de Jazz Hot, essentiellement des interviews de musiciens de Chicago, l’absence de discographie et de bibliographie (ça ne doit plus se faire à l’Université), mais cela ne doit pas vous décourager, car dans cet ouvrage bien fourni en témoignages, on découvre un portrait impressionniste (par touches) d’une des villes majeures des Etats-Unis en matière de jazz et une des grandes aventures du jazz née en 1965 au moment de la lutte pour les droits civils, et cela n’est pas non plus un hasard.

Yves Sportis
 


Spirit of New Orleans

par Monique Bornstein

© Jazz Hot n°672, été 2015

Monique Bornstein, Spirit of New Orleans, Villefranche-sur-Mer, 2014, 170 p. ([email protected])

Les habitués des festivals de Juan, Nice, Ascona, Marciac ou New Orleans ont forcément remarqué Monique Bornstein. Le plus souvent assise à même le sol au plus près de la scène, tenant sur ses genoux peintures, flacons d'encres, pinceaux, plumes et feuilles de papier. Elle croque les jazzmen à qui, ensuite, quand c'est possible, elle demande de parapher ses œuvres. A New Orleans, où elle s'est rendue plus d'une douzaine de fois (avec Paul, son époux et traducteur, et souvent aussi ses petites filles) entre 1994 et 2014, les musiciens l'ont adoptée. C'est une artiste reconnue, une amie, mieux, elle fait partie de la famille, tout spécialement dans le quartier de Tremé (magnifiquement évoqué aussi, dans la série TV qui s'y déroule). Ce livre, sélection de quelques uns de ses nombreux travaux, est gorgé de souvenirs, d'anecdotes et d'impressions de l'esprit de New Orleans. On y retrouve, quelques unes des grandes familles qui étaient l'âme du jazz jusqu'à l'ouragan Katrina : les Batiste, les Andrews (dont Troy, alias Trombone Shorty, qu'elle a connu enfant), les Paulin, les Boutté, les Neville, les Brunious, les Brooks, les Marsalis au grand complet, plus quelques autres grandes figures comme Leroy Jones, Dr Michël White, Nicholas Payton,Terence Blanchard, Donald Harrison, Jacques Gauthé (clarinettiste varois qui vécut longtemps à New Orleans). Tous croqués sur le vif dans les petits clubs de la ville (Joe's Cosy Corner, Dona's, Palm Court Café, Preservation Hall), à l'église Ste Augustine, au New Orleans Jazz & Heritage Festival, ou au cours des parades des fanfares « second line ». Dirty Dozen Brass Band, Young Tuxedo Brass Band, Rebirth Brass Band, Original Tuxedo et Tremé Brass Band, bien sûr...Voilà une bien belle série de portraits, d'autant plus émouvants, que parmi les quelques 180 œuvres reproduites, figurent un grand nombre de musiciens aujourd'hui disparus...…).

Daniel Chauvet



Sidney Bechet en Suisse


par David Hadzis

© Jazz Hot n°671, printemps 2015


Sidney Bechet en Suisse, Edition bilingue français-anglais, United Music Foundation, Genève, Suisse, 2014, 218 p.,www.unitedmusic.ch

Voici un travail éditorial extraordinaire liant texte et musique, conçu et réalisé avec des moyens importants par David Hadzis, qui a obtenu le concours de deux spécialistes, Fabrice Zammarchi (Sidney Bechet) et Roland Hippenmeyer (Le «cas» Bechet), relatant le passage en Suisse d’un des grands artistes de la musique du XXesiècle, Sidney Bechet. Ne manque que Guy Demole, auteur en Suisse toujours en 1996 (réédition en 1998) d’une belle discographie d’un maître qui reste très apprécié chez nos voisins mais aussi dans le monde du jazz, tant il est un artiste toujours essentiel du jazz, même si les médias d’aujourd’hui n’en sont plus curieux, même quand il prétendent parler de jazz.

Signalons pour information que ce beau livre (format 33 tours, 31cm x 31cm) contient 4 disques compacts avec des enregistrements pour beaucoup inédits des passages en Suisse de Sidney Bechet. Il a été préparé et présenté pour la 8e journée mondiale du patrimoine de l’Unesco le 27 octobre 2014 à Genève et soutenu par l’Unesco. Heureux Suisses qui arrivent à débloquer de tels projets en nos temps d’économie, et pour cette fois, on va les féliciter, car la musique est tout simplement magnifique – montrant tout ce que la bêtise a incité à penser d’un aussi grand artiste – musique très bien restituée ici sur le plan technique avec les présentations et interviews d’époque, ce qui apporte une autre information sur la notoriété exceptionnelle de Sidney Bechet, fêté avec une certaine naïveté et un amour certain du jazz qui font plaisir à entendre. Le public n’a pas été conditionné par une quelconque propagande, il est simplement là parce que la musique de jazz, celle de Bechet en particulier, sans complaisance aucune, provoque une vraie liesse populaire, phénomène authentique aujourd’hui impossible car la propagande commerciale a depuis perverti la relation directe entre public et artiste, l'a canalisée, organisée en phénomène de mode.

Nous voici donc devant un magnifique livre, fourmillant de documents incroyables comme le contrat d’engagement de novembre 1954 où l’on peut voir que Sidney est domicilié chez Delaunay, 14 rue Chaptal à Paris, les billets d’entrée, les affiches, les coupures de presse, les contrats, etc., trésors amassés par la mémoire collective des amateurs de jazz de tous les pays, dont on mesure dans ce genre d’ouvrage le caractère unique, précieux presque sacré.

Il y a des centaines de photos originales de Sidney, seul ou en compagnie, des photos aussi des concerts donnés en Suisse, avec une photogravure de très grande qualité, qui donnent une meilleure idée de l’importance de Sidney Bechet en son temps.

Il n’est pas inutile de rappeler que Sidney Bechet fut très tôt distingué par le grand chef classique, grand musicologue également, Ernest Ansermet, dans un article fameux paru en 1919 en Suisse (La Revue Romande) et repris dans Jazz Hot (n°28 de novembre-décembre 1938), et que si Duke Ellington, Louis Armstrong en ont fait un pair, c’est que Sidney Bechet est tout sauf un musicien commercial, étiquette collée par une bande d’abrutis épris de musiques forcément nouvelles, déjà, dans des années cinquante-soixante qui ont installé la musique commerciale la plus absurde à grand renfort de publicité et de pression médiatique et commencé à détruire l’écosystème du jazz.

Sidney Bechet a réussi, comme Ellington mais plus fréquemment que lui, à entraîner dans ses grandes interprétations des musiciens européens de talent, à les faire jouer dans l’esprit d’une musique que visiblement tous ces gens aimaient suffisamment pour en connaître profondément les éléments constitutifs. Ils ont pour nom ici René Franc, Eddie Bernard, Pierre Braslavsky, Henri Chaix, Guy Longnon, Claude Luter, André Réweliotty et beaucoup d’autres. La puissance de Bechet est telle qu’elle dynamise tout. Bechet n’a jamais, comme Louis Armstrong, sacrifié une once de son authenticité, y compris dans ses recherches classiques ou populaires les plus éloignées du corps principal de son œuvre.

Enfin Bechet, c’est un son d’une telle intensité qu’on comprend l’admiration des musiciens modernes de toutes les époques, les plus grands n’ayant jamais caché l’impact, la puissance qui se dégage de ce bonhomme.

Les enregistrements permettent aussi d’entendre la voix tranquille de Sidney Bechet s’exprimant en bon français et avec beaucoup d’intelligence sur sa tradition, sur Jelly Roll Morton, c’est très émouvant.

Le livre est préfacé par Daniel Sidney Bechet, son fils, par Bob Wilber, grand héritier du saxophoniste néo-orléanais et par Claude Wolff, son manager, qui rappelle le rôle joué par Charles Delaunay pour lui permettre de revenir en France après l’épisode «fait divers» qui lui avait valu une interdiction de séjour.

Les textes des deux spécialistes sont passionnants et informatifs, étalés dans un enchaînement chronologique de 1949, et ce premier concert en Suisse, à 1959, année de la disparition de Sidney Bechet. Ils fourmillent de témoignages de proches, comme Claude Luter, évidemment, mais aussi de beaucoup d’autres musiciens qui ont côtoyés le génie du grand saxophoniste et clarinettiste.

Il y a en 1959, une année difficile pour le jazz en raison de multiples disparitions d’importance (Lester Young, Billie Holiday, Sidney Bechet donc), deux belles couvertures de Jazz Hot avec Sidney Bechet, l’une en juin, l’autre en juillet-août avec Charlie Parker dans le bus de la tournée. Elles auraient pu figurer dans ce bel ouvrage consacré à un génie de la musique de jazz. Un ouvrage indispensable à tous les amateurs de grande musique.

Yves Sportis


LIBRARY © Jazz Hot 2014


When Lights Are Low. Portraits in Jazz


par Esther Cidoncha

© Jazz Hot n°670, hiver 2014-2015


When Lights Are Low. Portraits in Jazz, par Esther Cidoncha, Editorial La Fabrica. Madrid, 2014, 232 pages

Au moment où l’édition de livres en numérique se multiplie il est bon de pouvoir manipuler, toucher, feuilleter un vrai livre, avec du papier de qualité, une couverture épaisse et soignée, une esthétique à la hauteur d’un livre d’art, ce qui convient à l’art qu’est le jazz. On ne se lasse pas d’accomplir les gestes correspondant aux trois verbes ci dessus mentionnés. L’entrée dans "l’œuvre" elle-même laisse place à l’exercice d’autres sens. C’est sur un magnifique Ron Carter, avec un immense sourire, que s’ouvrent les 232 pages et quelques 180 photographies qu’Esther Cidoncha a sélectionnées parmi celles qu’elle a ravies au jazz au cours des 25 dernières années.

Les yeux sont alors sollicités par une mise en page et une typographie recherchées. Outre un texte de l’auteur, quatre autres textes sont offerts en espagnol et en anglais (le bilinguisme est d’ailleurs bien mis en page). Wadada Leo Smith, Antonio Muñoz Molina, Chema García Martínez et José María Díaz Maroto en sont les auteurs. Les réflexions s’avèrent intéressantes, particulièrement celles de José María. Le texte d’Esther Cidoncha apporte des précisions sur sa passion pour le jazz et la photographie.
Plusieurs citations en pleine page s’intercalent entre ce qui est l’objet du livre, les 180 photographies. Ces citations viennent de Monk, Armstrong, Parker, Lacy, Griffin… des références en matière de jazz.
L’excitation visuelle se poursuit chaque fois que les doigts effleurent le papier pour découvrir à la page suivante un nouveau cliché. Tous sont en noir et blanc, la couleur du jazz, et en pleine page ou demi-page. Etant donné le format du livre ces photographies apparaissent bien comme de véritables œuvres d’art !
Evidemment les géants du jazz qui ont offert les citations sont pour la plupart absents des photographies. Esther Cidoncha travaille alors qu’ils ont presque tous disparus. Pas de Armstrong, Basie, Gillespie ni Ellington… mais les noms de ceux qu’elle a pu écouter, d’abord en Espagne, puis en Europe et ensuite aux Etats-Unis depuis 1989. Des chefs de file, Roney, Curson, Hank Jones, Harris, Arvanitas, Sir Hanna, Hargrove, Payton... des dizaines d’autres, mais aussi des artistes moins connus. Les premières, jusqu’en 1999 sont de l’époque "argentique". On trouve de remarquables clichés de Flanagan, Mc Pherson, Cobb, Griffin, Taylor, Terry, Farmer… investis dans leur interprétation. L’arrivée du numérique et du Nikon d’Esther à partir de 2006 ne perturbent en rien la qualité des tirages : Holland, Payton, Zawinul, Konitz, DeJohnette, Lovano, Ron Carter … On apprécie quelques portraits classiques ou en pied, américain ou en taille : Hampton, Mercer Ellington, Doc Cheatham, Siankope, R. Glasper, Lacy, Brown, Milt Jackson, Sweet Edison, … mais dans une majorité des photographies le jazzman, en action, se détache nettement sur un fond noir.

Près de la scène, Esther Cidoncha travaille en serrant les plans, en jouant avec la lumière dont elle dispose – le flash est exclu – et consacre, dans son laboratoire digital, le temps nécessaire à l’obtention du résultat qu’elle attend. L’œil alors ne se disperse pas. Il se concentre sur l’expression d’un visage, sur un geste, un regard… McPherson, Hargrove, Cobb, Atkinson, Eddie Henderson, Ron Carter, Russel Malone, Stanko, Wadada Leo Smith, C. Scott, Blake, Shepp, Sonny Simons… Dans plusieurs cas, la photographe offre un ensemble plus large, deux, trois musiciens avec un protagoniste bien mis en évidence ou encore un arrière plan qui resitue l’artiste : Cedar Walton quartet, Rashaan, Carter, Regie Johnson, Leroy Williams, Benny Green, Mercer Ellington… Excitation visuelle mais pas seulement... Ces photographies et quelques-unes prises à la Nouvelle Orléans au Preservation Hall et au Spotted Cat dépassent alors l’art de la photographie pour devenir partie intégrante du jazz. Les regarder c’est entendre le jazz, c’est en suivre l’histoire, la pénétrer, en remonter le fil… C’est se heurter de plein fouet au génome du genre qu’un Ray Brown, un Wynton Marsalis, un Yusef Lateef possèdent au même titre qu’un Buddy Bolden, King Oliver, Louis ou Bird.
When Lights Are Low. Portraits in Jazz : un livre d’art pour jazzophile.

 

Patrick Dalmace



Jazz et complexité, Une compossible histoire du jazz


par Michel-Yves Bonnet

© Jazz Hot n°670, hiver 2014-2015


Jazz et complexité. Une compossible histoire du jazz, par Michel-Yves Bonnet, L’Harmattan, Paris, 2010, 223 p.

Sans aucune méthodologie discernable, ce fatras d’intuitions plus ou moins mystiques n’interroge jamais le jazz pour ce qu’il est, à savoir justement, la manifestation artistique d’une condition historique complexe. Bref, un texte qui devrait s’intéresser au jazz pour lui-même comme réalité artistique ou sociologique cède au nombrilisme verbeux à la française : des lectures, du Derrida, des concepts, de l’idéologie (le pluriel ou l’innovation comme concepts sacrés - comme si l’intérêt du jazz était ce qui lui est extérieur).On retrouve les postures habituelles, comme de nier l’existence du jazz ou la possibilité de sa définition : comme Shlomo Sand qui nie l’existence du peuple juif, Bonnet nie que le jazz soit advenu ! Cela doit être très chic, ce genre de négationnisme paradoxal de l’évidence - cela montre qu’on pense… On voit mal l’intérêt pour le lecteur d’un texte s’appropriant le jazz comme objet de discours pour en faire une dissertation de khâgne (citations obligatoires des penseurs à la mode : Morin, Deleuze, Foucault, Sloterdijk ; casage de mots savants indépendamment de toute argumentation : « l’improvisation est récursive et hologrammatique, etc. »). Quand on mélange sur la même page Miles Davis, Charlie Parker, Marc Ducret, Steve Coleman et John Zorn, qu’on écrit une histoire chronologique du jazz en quatre pages, une discographie arbitraire (de Mahalia Jackson à Sébastien Texier !), et qu’on cite autant de poètes et de philosophes sans aucun lien argumentatif autre que l’incantation intellectualisante, c’est qu’on est victime d’une grande confusion rédactionnelle.

 

Jean Szlamowicz


Le Trompettiste de Staline


par Patrick Anidjar

© Jazz Hot n°670, hiver 2014-2015


Le Trompettiste de Staline par Patrick Anidjar, Plon, Paris, 2014, 414 p

Disons-le tout de suite, je ne suis pas un critique littéraire. Par ailleurs, je ne suis pas partisan des romans prenant « le jazz » pour alibi. Ce domaine expressif est déjà assez parasité par les clichés, les rêves qui masquent les réalités pour que l’on en rajoute. Etant contre le libéralisme économique et dingue de trompette, l’objet m’a donc été attribué car l’auteur l’écrit : « ce roman est très librement inspiré de la vie du trompettiste russe Ady Rosner ». Librement en effet, car Ady Eddie Rosner (alias Adolf Roznir) (1910-1976) n’est pas russe1. Ce trompettiste influencé par Bix, puis Louis Armstrong et Harry James est né et décédé à Berlin. Sa vie est en effet un roman sans qu’il soit nécessaire de s’en écarter. Oui, il fut une vedette en URSS en 1940-46 et 1955-73, sa carrière ayant été interrompue par un internement dans un camp (1947-55). L’autre sujet du livre est l’antisémitisme qui a régné en URSS (pas que sous Staline). Nous avons bien connu l’un des plus extraordinaires trompettistes russes, Timofey Dokshitser qui eut à souffrir (comme d’autres) de cet état de fait, ce qui a bridé sa carrière internationale. Rosner devient ici un Izzy Grynberg, Juif originaire d’Odessa à qui Staline demande de donner naissance à un « jazz purement soviétique » (!). Il est malgré tout fait allusion à Rosner lui-même, à Moscou en 1945 (p.267). Ce Izzy Grynberg qui, bien sûr, s’est retrouvé au goulag, aurait eu avec une danseuse du Bolchoï un fils, Jacques Linhardt, Français adopté par des communistes et qui, à 50 ans découvre grâce à un oncle, Alexandre, que son père fut un trompettiste célèbre. Il y a en arrière-plan, l’URSS de Staline. Dans le première partie, le récit alterne un chapitre consacré à Linhardt en 2001, avec un consacré aux Grynberg. D’abord le père, Lazare, « bolchevik, sympathisant du Bund, infirme et amateur de djhazz » (Odessa 1914, Paris 1919, 1929), puis Izzy. La deuxième partie du livre est le roman d’amour entre Elsa et Izzy, puis la vie d’Izzy à Moscou jusqu’à son arrestation. La troisième partie avant l’épilogue, nous ramène à la construction du récit qui alterne les révélations faites à Linhardt et la vie d’Izzy (mort au goulag contrairement à Rosner) puis de son frère Alexandre, rescapé d’Auschwitz, également trompettiste et oncle de Linhardt.

Indépendamment de toute valeur littéraire, ce roman soufre de nombreuses coquilles et d'erreurs factuelles : Billy Arnold n’est pas afro-américain (p.79) ; l'auteur assimile 78 tours et microsillons (alors que ce second terme est synonyme de disque vinyle 30 cm ou LP, support qui a remplacé le 78 tours à partir du milieu des années 50) ; La Revue du Jazz (p.209) n’existe plus en 1937 (ni même en 1934), etc. Et quand il parle de trompette, l’auteur n’est pas crédible : quand on a été blessé aux lèvres, on ne joue pas (sans warm up) sur une trompette et une embouchure qu’on ne connait pas, « West End Blues »… « en, grimpant dans les aigus à des hauteurs stratosphériques » (p.194) ; on est dans le rêve (tout comme p.356-357, avec une embouchure glacée alors que ça « faisait une éternité qu’il n’avait pas porté sa trompette à la bouche ») ; la Selmer « balanced action » pouvait être de « petite perce » (et non « étroite »), ce qui n’impose pas de « souffler plus fort » ; la lésion de l’orbiculaire (ici, « muscle du baiser ») n’est pas « une blessure courante chez les grands trompettistes » ; les grands instrumentistes savent gérer la pression de l’embouchure sur les lèvres et de grands jazzmen (pas forcement grands instrumentistes) ont pratiqué le « strong arm system » d’où parfois une crevasse et/ou un cal labial ; de même, l'auteur accorde beaucoup d’importance aux poumons pour le jeu de trompette, or la respiration ne fait pas tout. Même si c’est un roman, le détail importe.

Au fil des pages, on croise des évocations, en principe familières au jazzfan (Bucky Pizzarelli, Norman Granz, Will Marion Cook, Bricktop, Joséphine Baker, Django, Duke Ellington, Louis Armstrong et même Morris Karnofsky, Chet Baker, Hugues Panassié, Sam Wooding, Leonard Feather, Tsfasman, Leonid Utyesov –ici Outessov-, etc…). Ce qui peut suffire à certains d’entre eux pour acquérir ce roman, d'autant que ce texte, à l'écriture simple et directe, pourrait être qualifié d' « easy reading ».

 

Michel Laplace

1. Voir sa biographie dans le DVD-Rom de Michel Laplace, Le Monde de la trompette et des cuivres.

 



Philojazz. Petites ritournelles entre souffle et pensée


par Jean-Marie Parent

© Jazz Hot n°670, hiver 2014-2015


Philojazz. Petites ritournelles entre souffle et pensée, par Jean-Marie Parent, L’Harmattan, Paris, 2012, 223

Une caractéristique lancinante d’une bonne partie de la production livresque autour du jazz en France est qu’elle est soit le fait d’universitaires qui s’approprient le sujet de manière aride, soit le fait de nobles amateurs auxquels le jazz inspire une envie d’écriture que rien de vient discipliner. La philosophie et la poésie (car tout est philosophie et tout est poésie) sont souvent les écrins plus ou moins scolaires qui s’offrent pour donner forme à ce désir d’écrire sur le jazz. Le danger est grand de céder alors à l’impressionnisme des perceptions personnelles et aux grandiloquences métaphysiques – dont le jazz n’est plus alors que le prétexte – sans se soucier de la nature du discours que l’on produit. Car parler de jazz, c’est a priori, vouloir en rendre compte. Tel est du moins le postulat du discours critique, qu’il soit historique, esthétique, social, musicologique et, si possible, un peu de tout cela.

Qu’en sept pages sur Coltrane on arrive à citer Sartre, les haikus, Bergson, Tati, Heidegger (signalons au passage que son fameux appel à la terre n’a rien de poétique et renvoie aux racines du Volk germanique…), Pascal, Perec, Ponge, Robbe-Grillet, Cukor et le bouddhisme, mais pas McCoy Tyner ni Philadelphie, est symptomatique. Pour Louis Armstrong, à peine évoqué « Cornet Chop Suey », il sera question d’Epicure, Nietzsche, Kant, Socrate, Hans Jonas, Spinoza, Clément Rosset… en moins de trois pages ! On n’aura vu New Orleans que dans le titre du chapitre… Clairement, le jazz est ici un prétexte – peut-être même à l’insu de l’auteur dont l’enthousiasme est évident.

Le discernement fléchit nettement (Michel Portal égal de Spinoza dans la quête de liberté est une pensée trop audacieuse pour nous) et l’abord du jazz rejoint ainsi les poncifs les plus rebattus (l’Afrique, le Silence, la liberté, le métissage…) et ils n’aident en rien à la compréhension du jazz. Penser le jazz n’est pas l’« intellectualiser » à coups de références scolaires. Un problème de point de vue, sûrement, qui part du jazz pour en faire l’illustration de concepts plutôt que ce se concentrer sur le jazz lui-même…

 

Jean Szlamowicz


Une année sabbatique


par Alain Gerber

© Jazz Hot n°669, automne 2014


Une Année sabbatique, par Alain Gerber, Editions de Fallois, Paris, 2013, 300 p.

La publication en 2013 du roman d'Alain Gerber, Une Année sabbatique (Editions de Fallois) est l'occasion de revenir sur un épisode particulier de la vie de Sonny Rollins, son internement de dix mois, en 1952, à la prison de Lexiton (Kentucky) où il suivit un traitement expérimental qui le délivra de la drogue.

Gerber retrace l'épreuve que le ténor a affrontée au travers d'une fiction, dont le héros, véritable alter ego de Rollins, se nomme Sunny Matthews. Le récit est en fait celui d'un double affranchissement : vis-à-vis de l'héroïne mais également de l'influence tutélaire et stérilisante du "maître", le Bleu, alias Charlie Parker. Un processus d'individuation qui nous mène à une réflexion plus large sur la culture afro-américaine.

Je n’entrerai pas dans le contenu même du roman d’Alain Gerber écrit en 2009, qu’il convient de ne pas déflorer ; il comporte en lui-même une part de surprise, et même de suspens, qui n’est pas la moindre qualité de ce texte. Par ailleurs, je partage, pour l’essentiel, l’appréciation que Jacques Aboucaya a portée sur le contenu littéraire de cet ouvrage1. En revanche, j’explorerai ici la part de véridique que comporte cette fiction : pour en apprécier plus que le cours littéraire, les ressorts et les démarches individuels, en relation avec le contexte socio-historique que ce récit très riche délivre sous forme de constructions de personnalités.

Ce roman à clés, dans lequel figure, sous des noms d’emprunt, la plupart des acteurs emblématiques de la génération bebop, évoque un épisode relativement peu connu de la vie de Sonny Rollins, sa "retraite" de la scène jazzique au début des années 1950. Les lecteurs les plus âgés de Jazz Hot et de Jazz Magazinese souviennent certainement des discussions évoquant sa démarche, en forme de recherche de soi, de quête, qui ne concerna pas le seulNewk ; Coltrane, par exemple, emprunta une autre voie en explorant les formes du mysticisme de l’Inde. Néanmoins, s’il reprend des éléments authentiques de la vie de Rollins, ce récit ne respecte ni les circonstances ni la chronologie historique réelle, telle que la biographie factuelle du musicien la révèle et que la discographie confirme.

En effet, l’action se déroule – sans que l’auteur la spécifie explicitement mais au regard des situations relatées – sur une période de moins d’un an se situant entre février 1955 (avant la mort de Charlie Parker, le 12 mars 1955) et l’été 19552.Or, s’il était plausible que la cure ait eu lieu quelques mois avant son retour sur scène dans le Clifford Brown-Max Roach Quintet (le jeune trompettiste, Scott Lloyd, dans la seconde partie du roman n’est pas sans évoquer le jeune Clifford), à l’automne 1955, en remplacement d’Harold Land – ce que respecte le récit, en revanche, ni les dates ni les circonstances de sa présence à Lexington ne correspondent à celles du roman : Rollins avait, en effet, été arrêté une seconde fois en 1952, pour usage d’héroïne3et pour n’avoir pas respecté les conditions de sa libération sur parole en 1951. Il fut donc affecté, en 1952 et non en 1955, de manière autoritaire, et non volontaire, au Federal Medical Centerde Lexington, même s’il semble avoir accepté d’y suivre le traitement expérimental à la méthadone qui le libéra de l’emprise de la drogue. Au demeurant, l’action n’aurait donc pu se situer en 1952 car, la disparition du Bleu, alias Charlie Parker, un des ressorts majeurs du récit, n’était pas envisageable. De même, n’auraient pu être invoqué l’album enregistré avec le « Maître », un second élément important du romanesque de ce texte : ses cinq sessions avec Bird se sont déroulées entre janvier 1953 et janvier 19544. Comme Denis Diderot, qui soutenait ne pas avoir d’imagination et préférait s’en remettre aux choses de la vie, Gerber se sert d’évènements pour recomposer, reconstruire une fiction du réel susceptible d’éclairer sur l’objet de son sujet : la démarche du musicien Sunny Matthews, un autre lui-même, comme illustration de la quête de l’artiste dans sa recherche du Vrai, du Bien, du Beau. Ambition platonicienne seulement ?

Sunny Matthews est dans cette fiction un « modèle idéal »5de l’artiste, en l’espèce un musicien de jazz, sensé représenter, au-delà de lui-même, le jazzman en recherche d’authenticité. En cela, le personnage romanesque n’est pas dominé par ses émotions ; il ne doute ni de sa décision ni de sa manière ! Bien au contraire, il est déterminé et manifeste un volontarisme, allant de l’ascèse (refus de participer aux activités de l’établissement de cure) à la mortification (rejet des sollicitations : du praticien comme de sa compagne jusqu’au contact avec la musique et la pratique de son instrument). Mais cette apparente autopunition ne relève en rien d’une quelconque attitude rédemptrice, mais bien au contraire d’une intention réfléchie, raisonnée : le retrait de la pratique musicale comme autodiscipline dans sa réflexion sur les fondements même de la musique, pour l’évitement de la médiocrité et la quête d’une vérité dans son art. Qu’est-ce être vraien musique ? Est-ce jouer en imitant, en se coulant dans la manière du Bleu s’interroge Sunny ? Non, bien sûr ! Et « aucunement », lui répond en écho Diderot à propos du comédien. Et d’ajouter : « Le vrai en ce sens ne serait que du commun »6. Et la meilleure façon d’éviter l’écueil de ce commun, d’exister – dans la musique comme dans le « noble art » qu’il lui substitue au sortir de sa cure – consiste à créer les conditions, à se donner les moyens pour dominer la question en écartant toute forme d’aléa, comme la sensiblerie, qui pourrait le détourner de son projet, de lui faire perdre son self contrôle lors de la réalisation de son œuvre.

Ce roman interpelle ainsi le lecteur sur la solitude réelle ou ressentie de l’artiste. Orgueil ou lamentation ? Fierté et souffrance ? Le thème n’est pas nouveau. Le récit romantique a servi un certain nombre d’histoires, du Chopin de midinette au Liszt de chapelle en passant par le Paganini de salon, qui ont renvoyé l’image de créateurs mus par leurs émotions, par leurs passions, par leurs drames personnels, sans que le contenu même de leur création n’ait été susceptible d’être obérée par l’ombre tutélaire d’un maître castrateur. S’ils ont reconnu le talent et le génie de leurs prédécesseurs, ni Bach, ni Mozart, ni Beethoven, ni Schubert… et plus près de nous Debussy, Ravel, Schoenberg, Bartók et les autres ne semblent en avoir souffert. Les acteurs de la civilisation occidentale européenne ont parfaitement intégré l’historicité de leur art. Même s’ils ont explicitement marqué des ruptures avec leurs prédécesseurs, ses créateurs se sont intégrés dans le cursus sans en avoir été meurtris et exprimé le besoin de s’en libérer. Dans ces conditions, comment donner sens à cette Année sabbatiquequi, pour être fictive, n’en est pas moins construite sur une réalité dans les milieux du jazz.

Que de fois n’avons-nous pas, en effet, entendu le discours récurrent de jeunes musiciens de jazz invoquant leur identité, leur originalité, et plus encore leur différence pour justifier de ne « faire » que leur propre musique. Sunny Matthews en est un représentant emblématique.

Il convient, en premier lieu, de revenir sur le contexte historique de ce récit. Nous sommes dans les années 1950, en une période où le bebop a atteint son épanouissement avec ses grands maîtres en pleine maturité. Cette situation met la génération suivante, dont fait partie Sunny Matthews, en concurrence avec celle de ses devanciers connus et reconnus, alors que la société américaine, après les chocs de 1929 et de la Seconde Guerre mondiale, se reconstruit, se réorganise. Car si la guerre a contribué à résoudre la crise, elle a généré un cortège de changements internes. Les boppers ont d’ailleurs, eux aussi, agi d’une façon semblable pour se libérer de la domination des maîtres du jazz mainstream dans les lieux de musique à la fin des années quarante. Si, d’un point de vue idéologique7, la « bataille du jazz » eut lieu en France, la réalité s’est aussi soldée aux Etats-Unis, comme en Europe, par des conflits peu amènes.

Le domaine économique trouva, avec le temps, des solutions empiriques. En revanche, l’aspect esthétique immédiat et prégnant fut violent et beaucoup plus lent à réduire les fractures. Il fallut attendre le début des années 1960 pour voir s’éteindre les tensions et constater un retour à l’amalgame des générations8. Par conséquent, en ce milieu des fifties, l’angoisse était grande pour des jeunes gens de 20 à 25 ans (en 1955, Sonny Rollins a 25 ans !) de se mesurer à des maîtres encore jeunes : Parker n’avait que 35 ans ! Coltrane, son aîné de quatre ans, connaissait aussi ce même doute ; il orienta beaucoup de ces jeunes musiciens vers le créneau du rhythm & bluesen pleine explosion, où beaucoup ont fait leur trou. Si Charlie Parker fut souvent l’idole et le modèle des nouveaux arrivants, beaucoup, et non des moindres, s’inspirèrent de Louis Jordan ou d’Earl Bostic. Comment exister sur un marché du travail musical sans justifier d’une différence d’avec ce qui se pratique dans une si grande perfection ? Sunny Matthews ne manifeste pas seulement le doute, l’insatisfaction, l’angoisse du créateur, il est à la recherche de la justification de sa propre place sur la scène jazzique au regard de concomitances fortes.

Le jazz, dans les années 1950, voyait cohabiter des musiciens représentant quatre siècles d’histoire musicale occidentale : de la polyphonie de la Renaissance (musique de New Orleans avec des artistes de première grandeur comme Louis Armstrong ou Sidney Bechet) à la musique contemporaine (bebop avec des personnalités puissantes comme Charlie Parker – le Bleu – ou Thelonious Monk – le Serrurier…), sans compter le classicisme (le jazz mainstream des grands orchestres de Fletcher Henderson, Duke Ellington, Count Basie avec ses solistes Benny Carter, Johnny Hodges, Willie Smith, Coleman Hawkins, Lester Young…). Il est à souligner que jusqu’à la guerre en 1939, les acteurs de cette musique ont accepté l’héritage du passé, les musiciens se reconnaissant des filiations implicites : Fats Waller de James P. Johnson, Duke Ellington de Fats Waller et de Willie The Lion Smith… Dans sa signification, en tant que vecteur d’idéologies, la Seconde Guerre mondiale semble avoir rompu le fil du temps, provoqué l’implosion de la chronologie jusqu’à recomposer la matière même. Le train paisible des établissements de Harlem d’après la Grande guerre avait cédé la place au bouillon de culture des clubs de la 52nd Streetd’avant le début de la Seconde9dans des structures aussi contradictoires que troublantes : les clés de la modernité baro