Err

bandeau-anniv-2020.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Pierre Sim

15 juin 2020
23 mars 1929, La Seyne-sur-Mer, Var - 15 juin 2020, La Seyne-sur-Mer, Var
© Jazz Hot 2020

Pierre Sim en 2000 © Lionel Simonian by courtesy


Pierre Sim en 2000
© Lionel Simonian, by courtesy



Nous apprenons, le décès discret, chez lui, d'un nom familier de la contrebasse dans les années 1950 à 1970.

 

C'est plus qu'en autodidacte, en ne sachant strictement rien de l'instrument que Pierre Sim, né Simonian, se produit pour la première fois, grâce au président du Hot Club de Toulon, et déjà aux côtés d'André Persiani! Après quatre cours auprès d'un contrebassiste, il se débrouille seul avec une méthode de contrebasse (position des notes sur le manche) et une autre pour guitare (connaissance des accords). Ce n'est qu'en 1978 qu'il se perfectionne à la Schola Cantorum. Pierre Sim a utilisé une contrebasse Paul Clodot de 1840 (1958-83) qu'il cédera à Cameron Brown. Il a cédé une autre contrebasse à Thomas Bramerie.





Pierre Sim a débuté à Saint-Raphaël avec Jean Tordo (cl) puis, toujours en 1948, il se retrouve au sein du New Orleans Jazz Band de Toulon avec Bob Garcia. Bob Garcia et lui jouent ensuite pour Roger Chaput (Marseille, 1950). Puis, Pierre Sim est engagé par Léo Missir (p, vib) (1951). Son palmarès est glorieux car il a joué notamment avec Django Reinhardt (1953), Bib Monville, René Urtreger (1955), René Thomas, Bobby Jaspar, Roger Guérin, Zoot Sims, Sonny Grey, Michel Hausser (1956). En 1958, il fait son premier disque pour Joseph Reinhardt en compagnie de Pierre Ramonet (vln), Jean Maille, Paul Meyer, Savé Engelbert-Racine Schumacher (g). Sim est membre titulaire de l'Orchestre Jacques Hélian (1957). Au cours de sa carrière, ses plus fidèles employeurs sont Bill Coleman (à l'occasion, de 1960 à environ 1978), Stéphane Grappelli et, tardivement, les clubs Méditerranée. Pierre Sim fut aussi membre des premiers Swingers de François Guin. Il a eu l'occasion de côtoyer durant sa carrière, Sadi, Kenny Clarke (dès 1957), Jean-Claude Fohrenbach, Lucky Thompson, Martial Solal, Al Levitt, Georges Arvanitas, Henri Renaud, Tony Murena, Guy Lafitte, Jimmy Gourley, Jimmy Rushing, Maxim Saury, Bud Powell (l'un de ses préférés m'a-t-il confié), Johnny Griffin, Claude Bolling, Eddy Louiss, Mickey Baker, Memphis Slim, Phil Woods, Stan Getz, Sonny Stitt, Dominique Chanson, Geo Daly avec Pierre Baro Ferret, Jacques Montagne et Roger Paraboschi (1966), mais encore Slide Hampton, Luis Fuentes, Michel Sardaby, Jeanot Rabeson et son fils, Dany Doriz, Ted Curson, Sonny Criss, Dizzy Reece, George Coleman, Sam Woodyard, Michel Petrucciani, Glenn Ferris, Alain Bouchet, Michel Roques, Stéphane Guérault, Michel Attenoux, Maurice Meunier, Sir Charles Thompson, les frères Belmondo, Pierre Alain-Goualch et on en passe… quasiment dans cet ordre ce qui témoigne d'une souplesse d'approche. En 1970, il fait une émission télévisée pour Bernard Lion avec Hal Singer (ts), Dany Doriz (vib), André Persiani (p) et Roger Paraboschi (dm).


En 1990, Pierre Sim a joué en trio de contrebasses avec Jean-Marie Carniel et Thomas Bramerie qu'il estimait beaucoup. Bien sûr, comme tous les jazzmen professionnels de sa génération, Pierre Sim s'est parallèlement impliqué dans les variétés et a prêté son concours à René-Louis Lafforgue, Henri Salvador, José Bartel, Lucky Blondo, Eddie Constantine, Marlene Dietrich, Johnny Hallyday, Charles Aznavour (1963-64), Nicole Croisille, Nana Mouskouri, Mick Micheyl, Jacques Brel (1964-66), Alain Barrière, Sacha Distel, Colette Renard, Charles Trenet, François Deguelt, Nancy Holloway, John Littleton pour n'en signaler que quelques-uns. Il ressortait de nos conversations qu'il n'a pas trop aimé travailler pour Aznavour, alors que ses souvenirs de Brel restaient aussi vifs que conviviaux. Pour Aznavour, Pierre Sim travaillait en compagnie d'Henri Byrs (p), Pierre Urban (g), André Gérard (dm) et François Guin (tb, fl).

Jazzman autodidacte de Pierre Sim (couverture: Blue Note, Paris 1966)


Pierre Sim était resté jusqu'au bout passionné de jazz. Encore en décembre 2019, il était allé applaudir les trompettistes José Caparros, Nicolas Folmer avec, bien sûr, Thomas Bramerie. Un témoin d'une époque où la musique était encore possible s'en est allé.


Michel Laplace
photos: Lionel Simonian, by courtesy



Jazzman autodidacte
 de Pierre Sim 
(couverture: Blue Note, Paris 1966)




Source: cf. Jazz Hot n°674 (2015-16), Pierre Sim, Jazzman autodidacte, autoproduction
 

SELECTION DISCOGRAPHIQUE

Sideman

CD 1959, Joseph Reinhardt. Joseph Reinhardt joue...Django, Label Ouest 304022.2

CD 1960, The Golden Gate Quartet, From Spiritual to Swing 1955-1969, EMI ‎791569-2

CD 1960, The Golden Gate Quartet, From Spiritual to Swing 1955-1960. Volume 2, EMI ‎780573-2

LP  1961, Bernard Vitet. Surprise-Partie "D”, Guilde Européenne du disque SP53

LP  1962. Jacques Denjean, Jazz, Polydor 45585

LP  1962. Don Byas/Jacques Denjean, Amoureusement vôtre, Polydor 46125

CD 1962. Buck Clayton, Buck Clayton et sa trompette, Vogue 9409

LP  1966. Pierre Baro Ferret, Swing Valses d'hier et d'aujourd'hui, Vogue 90 30

LP  1968. Bill Coleman/Buddy Tate, Together at Last, Pathé 240 863

CD 1973. Bill Coleman, Paris 1973, Griffe 19031 2

1962-Don Byas-Jacques Denjean, Amoureusement vôtre1966-Pierre Baro Ferret, Swing Valses d'hier et d'aujourd'hui1968-Bill Coleman/Buddy Tate, Together at Last1973-Bill Coleman, Paris 1973


VIDEOS

1963. Pierre Sim, Charles Aznavour (voc), François Guin (tb), Pierre Urban (g), Henri Byrs (p), André Gérard (dm), «Et pourtant», Olympia, Paris

https://www.youtube.com/watch?v=g_hfQNMthC4

 

1955. Jacques Brel, Gérard Jouannest (p), Pierre Sim (b), Paris, ORTF, 11 juin 1965, « Amsterdam »

https://www.dailymotion.com/video/x75nh5l


1969. Bill Coleman (flh, voc), Christian Donnadieu (p), Pierre Sim (b), Franco Manzecchi (dm), Palais d'Orsay, 10 mars 1969: «Just a Gigolo», «Cute»

https://www.youtube.com/watch?v=MHLa8hLfVbE

https://www.youtube.com/watch?v=-Yq_3a6rEoE&t=5s


1972. Pierre Sim, Bill Coleman (tp, voc) Quintet, Jimmy Gourley (g), Marc Hemmeler (p), Michael Silva (dm), «Sunday», «I Want a Little Girl», «Hello Dolly», Jazz Harmonie (émission TV)

https://www.youtube.com/watch?v=1kpR_yEdmGc

https://www.youtube.com/watch?v=C3VJJz1vl-s

https://www.youtube.com/watch?v=e5gMrQxUGtA

 

1973. Bill Coleman (fgh solo), Loulou Vezant (lead tp), Georges Gay, Pierre Sellin, Vincent Casino (tp), Charles & Charly Verstraete, Francis Lussiez, Benny Vasseur (tb), Emile Vilain (btb), Jean Aldegon, Jo Hrasko (as), Georges Grenu, Georges Bessière (ts), Pierre Gossez (bs), Guy Boyer (vib), Alain Fougeret or Jacques Lalue (p), Pierre Cullaz or Francis Le Maguer (g), Alphonse Masselier or Pierre Sim (b), Jean-Marie Hausser or Andy Arpino (dm), conducted by Jerry Mengo, Paris November 15, 1973: «Blues Is How You Feel » (Bill Coleman-Raymond Fonsèque)

https://www.youtube.com/watch?v=QVF5uGA-51c


1990. Pierre Sim, Thomas Bramerie, Jean-Marie Carniel (b), «When the Saints Go Marching In», Toulon

https://www.youtube.com/watch?v=RiUXK_PsPF0

*