Err

pubentetesite-OK.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Gary Peacock

4 sep. 2020
12 mai 1935, Burley, ID – 4 septembre 2020, Olivebridge, NY
© Jazz Hot 2020


Gary Peacock, Festival Jazz à Juan, Antibes-Juan-les-Pins (06), 2007 © Umberto Germinale/Phocus
Gary Peacock, Festival Jazz à Juan, Antibes-Juan-les-Pins (06), 2007 © Umberto Germinale/Phocus

Gary PEACOCK

Tangents

 
Voix singulière à la sonorité caractéristique, Gary Peacock a été pendant soixante ans le contrebassiste phare d’une esthétique musicale à la lisière d’un free jazz inspiré par Ornette Coleman et des musiques improvisées européennes, particulièrement au travers de sa participation, durant plusieurs décennies, à deux trios majeurs pour cette mouvance: celui de Paul Bley (avec Paul Motian) et celui de Keith Jarrett (avec Jack DeJohnette). Une esthétique portée notamment par le label allemand ECM (Edition of Contemporary Music) pour lequel Gary Peacock a fréquemment enregistré avec ces formations, ou d’autres, de même qu’en leader. Celui qui fut un sideman fidèle dans ses collaborations et capable d’adapter sa personnalité à des contextes variés, était animé par une quête spirituelle et savante qui était pour lui au moins aussi importante que son engagement musical.  
me Partage
Photos: Umberto Germinale-Phocus





Gary George Peacock est né le 12 mai 1935 à Burley, dans le sud de l’Idaho et a grandi dans divers endroits du nord-ouest, en particulier à Yakima, WA, où il est allé au lycée. Son père, Edgar, consultant dans le commerce de l’épicerie, et sa mère, Laura, qui a occupé différents emplois, sont des passionnés de musique classique, et orientent le jeune Gary vers l’apprentissage du piano. Parallèlement, celui-ci joue de la batterie dans l’orchestre de son école et maîtrise également la trompette. A 15 ans, il découvre le jazz en voyant Oscar Peterson à un concert du Jazz at the Philharmonic (Norman Granz), avant de décider, quelques années plus tard, de se consacrer pleinement à cette musique. En attendant son incorporation dans l’armée, il s’inscrit à la Westlake School of Music de Los Angeles, CA, pour étudier le vibraphone et les percussions. Entre 1955 et 1956, il effectue son service militaire en Allemagne de l’Ouest où il dirige sa propre formation en tant que pianiste. Contraint de remplacer lui-même son contrebassiste quand ce dernier est démobilisé, Gary Peacock tombe amoureux de l’instrument, qu’il fait désormais sien. A son tour libéré de ses obligations, il reste un an supplémentaire en Allemagne, où il accompagne les jazzmen locaux (Hans Koller, ts, Attila Zoller, g, Roland Kovac, p, Albert Mangelsdorff, tb…) et des Américains de passage comme Bob Cooper (ts) et Bud Shank (as, fl) qu’il rejoint en 1958 en Californie où il reste au sein de son quartet durant deux ans.


Gary Peacock, Festival Jazz à Juan, Antibes-Juan-les-Pins (06), 2011 © Umberto Germinale/Phocus
Gary Peacock, Festival Jazz à Juan, Antibes-Juan-les-Pins (06), 2011 © Umberto Germinale/Phocus


1962. Prince Lasha Featuring Sonny Simmons, The Cry!

En 1960, il épouse brièvement la chanteuse et claviériste Annette Coleman (1941) dont les explorations musicales et spirituelles côtoient les siennes. Car durant cette période californienne, où il est très actif sur la scène locale (collaborations avec Barney Kessel, g, Terry Gibbs, vib…), le contrebassiste perfectionne sa technique et développe son style dont l’évolution, désormais sous l’influence de la musique d’Ornette Coleman, est notamment documentée dans l’album The Cry! (21/11/62, Contemporary) sur lequel il est aux côtés de Prince Lasha (fl) et Sonny Simmons (as); il y force la comparaison avec Mark Proctor qui tient la contrebasse après les trois premiers titres. Jazz Hot décrit ainsi son jeu en 1973: «ce qui frappe de prime abord, c’est la parfaite clarté de son discours: le niveau sonore de la basse est pratiquement à l’égal de celui des instruments mélodiques. (…) Peacock oppose une diction parfaite, même dans les aigus de l’instrument, des sauts de registre impressionnants, une présence sonore envahissante et une vélocité qui n’est pas sans évoquer Scott LaFaro»1. Quelques mois auparavant, il a enregistré pour la première fois avec Paul Bley (p) à l’occasion du disque de Don Ellis, Essence (15-17/7/62, Pacific Jazz) qui lui propose de rejoindre son groupe. C’est le début d’un partenariat musical et d’une amitié de cinquante ans, dont Gary Peacock a raconté la naissance dans Jazz Hot: «Je garde de notre première rencontre un souvenir très amusé. Il m’avait, en effet, déjà entendu jouer avant cette première expérience. Nous avons commencé par jouer un blues sur lequel j’ai pris un solo. Une fois le morceau terminé, il s’est tourné vers moi et il m’a dit: "Qu’est-ce que tu as besoin de jouer un solo de Red Mitchell là-dessus? Je sais que tu es capable de bien mieux que cela”. Je lui ai simplement répondu: "Mais j’aime Red Mitchell! J’aime ses solos et j’ai envie de les jouer!”»2. Cette relation ne sera pas mise à mal par le mariage de Paul Bley avec Annette Peacock (qui gardera le nom de son premier mari) en 1967 et Gary Peacock travaillera étroitement avec le couple.


1964. Paul Bley, Turns


En décembre 1962, il s’installe à New York. Cette nouvelle phase se caractérise par l’approche renouvelée de la contrebasse que propose Gary Peacock, à travers des collaborations aussi prestigieuses que variées pour lesquelles il déploie aussi ses qualités d’adaptation («une reddition sans condition à ce qui se passe musicalement»2 dit-il). Ces facultés se manifestent tout d’abord au sein du trio de Paul Bley (qui a également quitté Los Angeles pour New York), complété par Paul Motian (Paul Bley With Gary Peacock, 1963-68, ECM3): une section rythmique qui participe à l’élaboration d’un langage s’inscrivant dans l’esthétique free et dont la sonorité traversera les décennies. L’année 1964 est d’une extrême richesse (au point que Jazz Hot surnomme le contrebassiste «Monsieur 1964»
2) qui commence en réalité dès le 18 décembre 1963 avec l’enregistrement du Trio ’64 (Verve) de Bill Evans, en présence de Paul Motian qui a présenté Gary Peacock au pianiste (il restera un an dans ce trio). Conjointement, on retrouve le sideman chez Paul Bley, Gil Evans (deux titres sur The Individualism of Gil Evans, Verve), Tony Williams (Lifetime, Blue Note) qui le recommande à Miles Davis en remplacement de Ron Carter pendant deux mois: «Je répétais dans la journée avec Albert Ayler, Don Cherry et Sunny Murray, et le soir je jouais avec Bill Evans (…) nous jouions en club, au Village Vanguard… et à la même époque s’est offerte à moi l’opportunité de me rendre sur la Côte Ouest pour jouer avec Miles. Il n’était bien sûr pas question de laisser passer une telle chance. (…) C’est fou ce que j’ai pu apprendre dans cet orchestre grâce à lui!»2. Gary Peacock ne prolonge cependant pas cet engagement (qui ne laissera pas de trace discographique) préférant partager les expérimentations d’Albert Ayler (sept enregistrements entre juin et novembre).  


1971. Gary Peacock, Voices


En 1968, Gary Peacock a déménagé à Seattle, WA, où il étudie les principes de la macrobiotique, une philosophie venue du Japon dont la pratique passe notamment par l’alimentation. Pour approfondir cette matière, il entreprend un séjour de deux ans et demi à Tokyo (1969-72). Il n’en délaisse pas pour autant la musique puisque c’est là qu’il grave son premier album en leader (Eastward, CBS/Sony, 1970) avec Masabumi Kikuchi, autre pianiste avec lequel s’installera une collaboration au long cours et le batteur Hiroshi Murakami (ils sont également sur son deuxième disque, Voices, CBS/Sony, 1971). Au cours de cette ère nippone, le contrebassiste enregistre aussi en trio avec Mal Waldron et Hiroshi Murakami (First Encounter, Victor, 1971). De retour aux Etats-Unis, il met sa carrière entre parenthèses pour suivre un cursus de biologie à l’Université de Washington (située à Seattle). Diplômé en 1976, il renoue avec Paul Bley (Japan Suite, Improvising Artists Inc.) et enregistre un nouvel album en leader, pour ECM (Tales of Another, 1977) avec une autre rythmique appelée à prospérer: Keith Jarrett au piano, Jack DeJohnette à la batterie. Les musiciens partagent un sentiment d’osmose immédiate. Entre 1983 et 2009, le label de Manfred Eicher édite vingt-deux albums du trio, qui, sous le leadership de Keith Jarrett, devient l’une des formations vedettes des festivals (voir Vidéos) et confère à Gary Peacock sa notoriété auprès du grand public du jazz.




Keith Jarrett (p), Gary Peacock (b), Jack DeJohnette (dm), Festival Jazz à Juan, Antibes-Juan-les-Pins (06), 2005 © Umberto Germinale/Phocus
Keith Jarrett (p), Gary Peacock (b), Jack DeJohnette (dm), Festival Jazz à Juan, Antibes-Juan-les-Pins (06), 2005
© Umberto Germinale/Phocus


Outre les retrouvailles régulières avec Paul Bley, il débute d’autres collaborations durables: avec le guitariste Ralph Towner à partir des années 1980 (City of Eyes, 1986; Oracle, 1993; A Closer View, 1995) et, la décennie suivante, avec le jeune pianiste Marc Copland (All Blues at Night, 1990; Softly, 1997; Modinha, 2006…), tandis qu’il se réunit avec Masabumi Kikuchi et Paul Motian au sein du trio Tethered Moon (First Meeting, 1990-91; Play Kurt Weill, 1994; Experiencing Tosca, 2002…). Sa copieuse discographie de sideman est aussi parsemée de rencontres plus brèves avec Chick Corea (Live in Montreux, 1981), Michel Petrucciani (Michel Plays Petrucciani, 1987; One Night in Karlsruhe, 1988), Martial Solal (Just Friends, 1997) et de collectifs éphémères comme Endless Miles en 1998 (avec notamment Wallace Roney, Randy Brecker, George Coleman, Harold Mabern et Jimmy Cobb) ou l’album Enfants terribles (2011) en compagnie de Lee Konitz, Bill Frisell et Joey Baron.

2016. Gary Peacock Trio, Tangents



En 2014 et 2016, il gravait ses deux derniers albums en leader, encore pour ECM, à la tête de son trio composé de Marc Copland et de Joey Baron: Now This et Tangents. Toujours en quête de la spiritualité, Gary Peacock s’était consacré ces dernières années au bouddhisme zen, étudiant la discipline dans un temple du nord de l’Etat de New York, non loin de son domicile de Olivebridge, au milieu des forêts vallonnées de la région de Catskill Mountains. Dans JazzTimes, Jack DeJohnette a rendu hommage à son compagnon de plus de quarante ans:
«Ce qui m'a le plus plu dans le fait de jouer avec Gary, c'est son énergie, sa fluidité et son sens du tempo, ainsi que ses capacités mélodiques et harmoniques à effectuer les bons choix intuitifs au bon moment. (...) Il nous manquera, mais je suis content qu'il ait été parmi nous et qu'il nous ait laissé ses contributions.» 







Jazz Hot n°338-1977



1. Michel Lequime, Gary Peacock, Jazz Hot n°290, janvier 1973, p.14-17.

2. Laurent Goddet, Gary le magnifique, Jazz Hot n°338, juin 1977, p.8-15.
3. L’album n’est édité qu’en 1970 par le tout jeune label ECM. Il réunit deux séances: 13 avril 1963 (New York, NY) et 11 mai 1968 (Seattle, WA), sur laquelle Billy Elgart remplace Paul Motian.



GARY PEACOCK & JAZZ HOT
n°290-1973,
n°338-1977, n°342-1977






*


SELECTION DISCOGRAPHIQUE

 

Leader/coleader
LP  1967. Barry Altschul/Paul Bley/Gary Peacock, Virtuosi, Improvising Artists Inc. 373844 (=CD 123844-2)
LP  1970. Gary Peacock Trio, Eastward, CBS/Sony SONP-50237 (=CD Sony SRCS 9333)

LP  1971. Gary Peacock, Voices, CBS/Sony SOPC-57126-J (=CD Sony SRCS-9334)

LP/CD 1971. Helen Merrill With Gary Peacock Trio, Sposin’, Storyville 1014

LP  1972. Masahiko Sato/Gary Peacock, Samadhi, Express ETJ-9003 (=CD TOCT-9735)

LP/CD 1977. Gary Peacock/Keith Jarrett/Jack DeJohnette, Tales of Another, ECM 1101

LP/CD 1977. Gary Peacock, December Poems, ECM 1119

LP/CD 1980. Gary Peacock, Shift in the Wind, ECM 1165

LP/CD 1981. Gary Peacock, Voice From the Past-Paradigm, ECM 1210

CD 1987. Gary Peacock, Guamba, ECM 1352

CD 1988. Quartett (Julian Priester/Gary Peacock/Jerry Granelli/Jay Clayton), No Secrets, New Albion 017

CD 1988. Markus Stockhausen/Gary Peacock, Cosi lontano…quasi dentro, ECM 1371

CD 1993. Wolfgang Muthspiel /Gary Peacock/Christian Muthspiel/Paul Motian, Muthspiel/Peacock/Muthspiel/Motian, Amadeo 519676-2

CD 1993. Gary Peacock/Ralph Towner, Oracle, ECM 1490

CD 1994. Gary Peacock and Bill Frisell, Just so Happens, Postcards 1005

CD 1995. Ralph Towner/Gary Peacock, A Closer View, ECM 1602

CD 1996. Marilyn Crispell/Gary Peacock/Paul Motian, Nothing Ever Was, Anyway. Music of Annette Peacock, ECM 1626/27

CD 1998. Endless Miles (Wallace Roney/Randy Brecker/George Coleman/Dave Liebman/Harold Mabern/Gary Peacock/Jimmy Cobb…), A Tribute to Miles Davis, N2K Encoded Music 10027

CD 2011. Gary Peacock/Marilyn Crispell, Azure, ECM 2292

CD 2011. Lee Konitz/Bill Frisell/Gary Peacock/Joey Baron, Enfants Terribles, Half Note 4552

CD 2014. Gary Peacock Trio, Now This, ECM 2428

CD 2015. Robert Kaddouch/Gary Peacock, 53rd Street, Odradek Records 507

CD 2015. Robert Kaddouch/Gary Peacock, High Line, Odradek Records 508

CD 2016. Gary Peacock Trio, Tangents, ECM 2533


1970. Gary Peacock Trio, Eastward1971. Gary Peacock, Voices1971. Helen Merrill With Gary Peacock Trio, Sposin’1977. Gary Peacock/Keith Jarrett/Jack DeJohnette, Tales of Another
1980. Gary Peacock, Shift in the Wind1981. Gary Peacock, Voice From the Past-Paradigm1987. Gary Peacock, Guamba1988. Quartett (Julian Priester/Gary Peacock/Jerry Granelli/Jay Clayton), No Secrets
1993. Gary Peacock/Ralph Towner, Oracle1994. Gary Peacock and Bill Frisell, Just so Happens1995. Ralph Towner/Gary Peacock, A Closer View1998. Endless Miles, A Tribute to Miles Davis
2011. Gary Peacock/Marilyn Crispell, Azure2011. Lee Konitz/Bill Frisell/Gary Peacock/Joey Baron, Enfants Terribles2014. Gary Peacock Trio, Now This2016. Gary Peacock Trio, Tangents



avec Paul Bley

LP/CD 1963-68. Paul Bley With Gary Peacock, ECM 1003
LP  1964. Paul Bley, Turns, Savoy 1192 (=CD 9011)

LP  1964-68. Paul Bley/John Gilmore/Paul Motian/Gary Peacock, Turning Point, Improvising Artists Inc. 373841 (=CD 123841-2)
LP  1968. Paul Bley, Mr. Joy, Limelight 86060

LP  1969. Paul Bley/Annette Peacock, Revenge: The Higher the Love, the Greater the Hate, Polydor 2425 043

LP  1976. Paul Bley/
Gary Peacock/Barry Altschul, Japan Suite, Improvising Artists Inc. 373849 (=CD 123849-2)
CD 1989. Paul Bley/Gary Peacock, Partners, OWL 380058-2

CD 1989. Paul Bley/Gary Peacock, Mindset, Soul Note 121213-2

CD 1991. Paul Bley/Gary Peacock/Tony Oxley/John Surman, In the Evening out There, ECM 1488

CD 1992. Paul Bley/Franz Koglmann/Gary Peacock, Annette, Hat Art 8118

CD 1998. Paul Bley
/Gary Peacock/Paul Motian, Not Two, Not One, ECM 1670
CD 1999. Paul Bley/Gary Peacock/Paul Motian, When Will the Blues Leave, ECM 2642


1963-68. Paul Bley Trio, With Gary Peacock1976. Paul Bley/Gary Peacock/Barry Altschul, Japan Suite1989. Paul Bley/Gary Peacock, Mindset1999. Paul Bley/Gary Peacock/Paul Motian, When Will the Blues Leave



avec Albert Ayler

LP/CD 1964. Albert Ayler, Prophecy, ESP 3030 (14 juin)
LP/CD 1964. Albert Ayler, Spiritual Unity, ESP 1002 (10 juillet)

LP/CD 1964. Albert Ayler, New York Eye and Ear Control, ESP 1016 (17 juillet)

CD 1964. Albert Ayler, The Copenhagen Tapes, Ayler Records (3 septembre)

LP  1964. Albert Ayler Quartet, Ghosts, Debut 144 (=LP Vibrations, Freedom 40117) (14 septembre)

CD 1964. Albert Ayler, Live in Europe 1964-1966, Landscape 2-902 (5 novembre)

LP  1964. Albert Ayler Quartet, The Hilversum Session, Osmosis 6001 (=CD Coppens 6001) (9 novembre)

LP/CD 1965. Albert Ayler, Spirits Rejoice, ESP 1020

 
1964. Albert Ayler, Prophecy1964. Albert Ayler, New York Eye and Ear Control1964. Albert Ayler Quartet, The Hilversum Session1965. Albert Ayler, Spirits Rejoice



avec le trio Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette
LP/CD 1983. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Standard Vol. 1, ECM 1255

LP/CD 1983. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Standard Vol. 2, ECM 1289
LP/CD 1983. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Changes, ECM 1276

CD 1985. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Standards. Live, ECM 1317

CD 1986. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Still Live, ECM 1360/91
CD 1987. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Changeless, ECM 1392

CD 1989. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Standards in Norway, ECM 1542

CD 1989. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Tribute, ECM 1420/21

CD 1990. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, The Cure, ECM 1440
CD 1991. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Bye Bye Blackbird, ECM 1467
CD 1992. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, At the Deer Head Inn, ECM 1531

CD 1994. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, At the Blue Note, ECM 1575/80

CD 1996. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Tokyo ‘96, ECM 1666

CD 1998. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, After the Fall, ECM 2590/91

CD 1999. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Whisper Not. Live in Paris 1999, ECM 1724/25

CD 2000. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Inside Out, ECM 1780

CD 2001. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Always Let Me Go, ECM 1800/01

CD 2001. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Yesterdays, ECM 2060

CD 2001. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, My Foolish Heart. Live at Montreux, ECM 2021/22

CD 2001. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, The Out-of-Towners, ECM 1900

CD 2002. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Up for It, ECM 1860

CD 2009. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Somewhere, ECM 2200


1983. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Standard Vol. 11983. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Standard Vol. 21986. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Still Live1991. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Bye Bye Blackbird
1994. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, At the Blue Note1998. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, After the Fall2001. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, My Foolish Heart. Live at Montreux2009. Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, Somewhere
 

avec Marc Copland
CD 1990. Marc Copland, All Blues at Night, Jazz City/Bellaphon 660.53.026

CD 1992. Marc Copland, At Night, Sunnyside 1059

CD 1995. Marc Copland Trio, Paradiso, Soul Note 121283

CD 1997. Marc Copland, Softly…, Savoy CY-18076

CD 2002. Marc Copland/Gary Peacock, What It Says, Sketch 333040

CD 2005-07. Gary Peacock/Marc Copland, Insight, Pirouet 3041

CD 2006. Marc Copland With Gary Peacock and Bill Stewart, New York Trio Recordings Vol. 1. (Modinha), Pirouet 3018

CD 2006. Marc Copland With Gary Peacock and Bill Stewart, New York Trio Recordings Vol. 2. (Voices), Pirouet 3023


1990. Marc Copland, All Blues at Night1995. Marc Copland Trio, Paradiso2002. Marc Copland/Gary Peacock, What It Says2006. Marc Copland With Gary Peacock and Bill Stewart, New York Trio Recordings Vol. 1



avec le trio Tethered Moon (Masabumi Kikuchi/Gary Peacock/Paul Motian)
CD 1990-91. Tethered Moon, First Meeting, Winter & Winter 910 016
CD 1991. Tethered Moon, Paddle Wheel KICJ-93

CD 1991. Tethered Moon, Triangle, Paddle Wheel KICJ-130

CD 1994. Tethered Moon, Play Kurt Weill, JMT 514021-2

CD 1999. Tethered Moon, Chansons d’Edith Piaf, Winter & Winter 910 048

CD 2002. Tethered Moon, Experiencing Tosca, Winter & Winter 910 093
 


1991. Tethered Moon1991. Tethered Moon, Triangle1994. Tethered Moon, Play Kurt Weill2002. Tethered Moon, Experiencing Tosca



Sideman
45t.
1957. Hans Koller/Roland Kovac, Jazz Salon Dortmund 1957, Metronome 1138
LP  1957. Southwest German Radio Jazz Studio Concert, Delta JL20.828 (1 titre avec Hans Koller/Don Menza/Joki Freund/Willie Sanner/Pepsi Auer/Gary Peacock/Rudi Sehring)

CD 1957. Albert Mangelsdorff With the Jazz Sextet, European Tour ’57, Lonehill Jazz 10248

LP  1957. Hans Koller Septet, Hello Baden-Baden, Jazzline 20828 (=CD 11300)

LP  1957. Gary Crosby, Orchestra Conducted by Bud Shank, World Pacific 2006

LP  1958. Bud Shank, Holiday in Brazil, World Pacific 1259 (=CD Ubutuqui Records
313)
LP  1959. Bud Shank, Latin Contrasts, World Pacific 1281
(=CD Ubutuqui Records 313)
LP  1959. Bud Shank Quartet, Slippery When Wet, World Pacific 1265 (=CD Fresh Sound 606)
LP  1959. Steve Allen, At The Roundtable, Roulette 2053

LP  1960. Barney Kessel's Swingin’ Party at Contemporary, Contemporary S7613

LP  1960-61. The Bob Rogers Orchestra, All That and This Too, Indigo GBM1501

LP  1961. Bud Shank, New Groove, World Pacific 21
(=CD Fresh Sound 678)
LP  1961. Carmell Jones Featuring Harold Land, The Remarkable Carmell Jones, Pacific Jazz 29

LP  1961. Jimmy Woods, Awekening!, Contemporary M3605 (=CD Original Jazz Classics 1859-2)

LP  1961. Dennis Budimir, Some Day My Prince Will Come, Revelation 4

LP  1961. Bud Shank Sextet, Barefoot Aventure, World Pacific 35
(=CD Fresh Sound 678)
LP  1962. Clare Fischer, First Time Out, Pacific Jazz 52

CD 1962. The Shorty Rogers Quintet With Guest Vocalist Jeri Southern, Studio West 101

LP  1962. Don Ellis, Essence, Pacific Jazz 55 (=CD Mighty Quinn Productions 1101
)
LP  1962. Pete & Conte Candoli, There Is Nothing Like a Dame, Warner Bros. 1462

LP  1962. Carmell Jones, Business Meetin’, Pacific Jazz 53

CD 1962. Jeri Southern With The Shorty Rogers Quintet, Studio West 101

LP  1962. Prince Lasha Featuring Sonny Simmons, The Cry!, Contemporary M3610
(=CD Original Jazz Classics 1945-2)

1957. Hans Koller/Roland Kovac, Jazz Salon Dortmund 19571958. Bud Shank, Holiday in Brazil1960. Barney Kessel's Swingin’ Party at Contemporary1962. Don Ellis, Essence, Pacific Jazz 55


LP  1963. Bill Evans, Trio '64, Verve 6-8578 (=CD 815 057-1)
LP  1964. Gil Evans Orchestra, The Individualism of Gil Evans, Verve 6-8555 (=CD 833 804-2)

LP  1964. Tony Williams, Lifetime, Blue Note 4180 (=CD 84180-2)

LP  1964. Misha Mengelberg, Driekusman Total Loss, Vara Jazz 210

LP/CD 1965. Lowell Davidson Trio, ESP 1012

LP  1965. Tony Williams, Spring, Blue Note 4216
(=CD 7 46135 2)
LP  1970. Jack DeJohnette, Have You Heard?, Epic 64692

LP  1970. Hohzan Yamamoto, Ginkai, Philips BT-5319
(=CD Universal Music UCCJ-4070)
LP  1971. Sadao Watanabe, Paysages, CBS/Sony SOPL-57135-J
(=CD SRCS-9329)
LP  1971. Masabumi Kikuchi, Poesy, Philips FX-8518
(=CD Universal Music UCCJ-4072)
LP  1971. Mal Waldron & Gary Peacock, First Encounter, Victor SMJX-10122

1963. Bill Evans, Trio '641964. Gil Evans Orchestra, The Individualism of Gil Evans1964. Tony Williams, Lifetime1971. Mal Waldron & Gary Peacock, First Encounter


LP/CD 1977. Bill Connors, Of Mist and Melting, ECM 1120
LP  1978. Masabumi Kikuchi, But not for Me, Flying Disk 6016 (=CD VICJ-77044)
LP  1981. Chick Corea, Live in Montreux, Stretch Records 1112 (=CD 9009-2)

LP  1984. Allen Youngblood, Selah, Griot 7771

CD 1986. Ralph Towner, City of Eyes, ECM 1388

CD 1986. Masahiko Togashi, Wave, East Wind 32JD-10008

CD 1987. Masahiko Togashi, Wave II, Paddle Wheel K28P-6477

CD 1987. Jay Clayton, Live at Jazz Alley, ITM Pacific 970065

CD 1987. Michel Petrucciani, Michel Plays Petrucciani, Blue Note 48679

CD 1988. Masahiko Togashi, Wave III, Nec Avenue N32C-1002

CD 1988. Marc Cohen, My Foolish Heart, Jazz City D28Y0206

CD 1988. Michel Petrucciani Trio, One Night in Karlsruhe, Jazz Haus 476

CD 1988. Don Pullen With Gary Peacock & Tony Williams, New Beginnings, Blue Note 91785

CD 1989. Niels Lan Doky/Gary Peacock/Alex Riel, Close Encounter, Storyville 4173

CD 1989. Vince Mendoza, Start Here, Fun House 9001

CD 1990. Franck Amsallem, Out a Day, OMD 1532

CD 1990. Jeff Gardner, Alchemy, WMD 622016

CD 1991. Han Ulrik, Day After Day, Storyville 4189

CD 1991. John Surman, Adventure Playground, ECM 1463

CD 1992. Toninho Horta, Once I Loved, Verve 513561-2

CD 1992. Charles Licata featuring Gary Peacock, Plain Talk, Charles Publishing 1

CD 1993. Niels Lan Doky, Manhattan Portrait, Maracatu 940009

CD 1993-94. Peter Delano, Bite of the Apple, Verve 521869-2

CD 1994. Masabumi Kikuchi, Begin the Beguine, Aeolus AJCD-S002

CD 1995. Michael Hornstein, Innocent Green, Enja 9099

CD 1995. Ralph Simon & Magic Club, Music for the Millennium, Postcards 1015

CD 1996. Annette Peacock, Nothing Ever Was, Anyway, ECM 1226

CD 1996. Francesco Nastro, Trio Dialogues, Jazz Club Bill Evans 001

CD 1996. Ravi Shankar, Improvisations, Word Pacific 1416

CD 1997. Martial Solal, Just Friends, Dreyfus 36592-2

CD 2000. Marilyn Crispell, Amaryllis, ECM 1742

CD 2001. Yuri Honing, Seven, Jazz in Motion 75086-2

CD 2002. Steve Kuhn, Waltz, Venus 35306

CD 2003. François Carrier, Travelling Lights, Justin Time 203-2

CD 2006. Gordon Grdina, Think Like the Waves, Songlines 1559

CD 2009. Alexandra Grimal, Owls Talk, Hôte Marge 03

CD 2014. Richard Poole, In Motion, Intakt 264

1981. Chick Corea, Live in Montreux1986. Ralph Towner, City of Eyes1987. Michel Petrucciani, Michel Plays Petrucciani1988. Don Pullen With Gary Peacock & Tony Williams, New Beginnings
1990. Jeff Gardner, Alchemy1993. Niels Lan Doky, Manhattan Portrait1996. Annette Peacock, Nothing Ever Was, Anyway1997. Martial Solal, Just Friends
2000. Marilyn Crispell, Amaryllis2002. Steve Kuhn, Waltz2006. Gordon Grdina, Think Like the Waves 2009. Alexandra Grimal, Owls Talk

*


VIDEOGRAPHIE
par Hélène Sportis


Gary Peacock, Festival Jazz à Juan, Antibes-Juan-les-Pins (06), 2004 © Umberto Germinale/Phocus
Gary Peacock, Festival Jazz à Juan, Antibes-Juan-les-Pins (06), 2004 © Umberto Germinale/Phocus


 

1985. Gary Peacock, Keith Jarrett (p), Jack DeJohnette (dm), dont «Georgia On My Mind»,  Jazz Jamboree Festival, Varsovie, 27 octobre
https://www.youtube.com/watch?v=N0SejD3-Aec

 

1985. Gary Peacock, Keith Jarrett (p), Jack DeJohnette (dm), Standards I, Tokyo Kōsei Nenkin Kaikan, 15 février
https://www.youtube.com/watch?v=aTfLwOeJsiA

 

1986.Gary Peacock, Keith Jarrett (p), Jack DeJohnette (dm), Festival de Jazz d’Antibes-Juan-les-Pins, juillet, Antenne 2-SFP France
1986. Gary Peacock, Keith Jarrett (p), Jack DeJohnette (dm), Standards II, Hitomi Memorial Hall, Tokyo, 25-26 octobre
https://www.youtube.com/watch?v=QIEEOZDM-eM

 

1993. Gary Peacock, Keith Jarrett (p), Jack DeJohnette (dm), «Basin Street Blues», «Oleo»,  «In Your Own Sweet Way», «I Thought About You», «I Fall In Love Too Easily», «If I Were A Bell», Open Theater East, Tokyo, 25 juillet
https://www.youtube.com/watch?v=CZp0MuiR6H0

 

1999. Gary Peacock, Toninho Horta (g), Nivaldo Ornellas (s,fl), Jack DeJohnette (dm), «Francisca», «Profunda emoção», «Stella by Starlight», «Sem você», Teatro Alfa, São Paulo, Heineken concerts
https://www.youtube.com/watch?v=uiC4lOVmne8

 

1999-2005. Acoustic Bass by Gary Peacock, Parts 1 à 6, Mike DeMicco (g), Utopia Studio, Bearsville, NY, Homespun
https://www.youtube.com/watch?v=e48ZYSNreB4

 

2017. Gary Peacock, Marc Copland (p), Joey Baron (dm), «Stella by Starlight», «Like Someone in Love», «I Loves You Porgy» Festival International de Jazz, Córdoba, Argentine, Teatro del Libertador, 17-18 novembre
https://www.youtube.com/watch?v=rlOPrO0Pj7M

 

2019. Gary Peacock, Marc Copland, interview à Olivebridge, NY, Septembre, ECM
https://www.youtube.com/watch?v=KN5nnQKg0L8

*