Err

bandeau-anniv-2020.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Louis Henry

3 juillet 2020
22 décembre 1925, France - 3 juillet 2020, France
© Jazz Hot 2020

Louis Henry dans Du rififi chez les hommes de Jules Dassin (1955)


Louis Henry dans Du rififi chez les hommes
de Jules Dassin (1955)




Louis Henry n'est sans doute pas le plus connu des trompettistes français si on le compare notamment à Guy Longnon et Marcel Bornstein, mais il a participé à la vague porteuse des années 1950 et de ce fait, il a côtoyé les artistes américains comme Mezz Mezzrow (aux Ambassadeurs), Lil Armstrong (en tournée), Sidney Bechet, Jonah Jones et Jimmy Archey.



Louis, «Loulou» pour les intimes, est un autodidacte. Il s'est toutefois trouvé dans le besoin de prendre des cours auprès de Jean Greffin (en 1954) et, bien plus tard, de consulter Fred Gérard (2003). A ce propos, il m'avait confié alors, qu'il ne connaissait pas Fred Gérard dans les années 1950. Ce qui est assez exemplaire des cloisonnements musicaux, car franchement entre Michel Attenoux pour l'un et le big band de Claude Bolling pour l'autre, il n'y a pas une révolution qui les sépare. Mais c'était ainsi.

Louis a découvert le jazz en 1939 par le disque «Really the Blues» de Tommy Ladnier. C'est aux Puces de Saint-Ouen qu'il achète un cornet en 1947. Puis, pour se produire, pendant toute une période, soit il loue un cornet chez Couillé, Boulevard Saint-Michel, soit on lui prête un cornet-trompette Selmer, incidemment le même instrument que Fred Gérard utilisait en 1950. Louis Henry fait des jams avec Jean Toupance pendant la guerre, puis il passe au Crazy Club, rue de la Pompe à Paris, en compagnie de Mowgli Jospin (vtb) et Bernard Poulain (cl). Il a le vent en poupe et joue ensuite pour le clarinettiste Jean Furet (1951, à Cannes), le pianiste Pierre Dieuzey & ses Capétiens (1952), les Dixie Jazz Pals du clarinettiste Piwi Bizouarn (1953-54). C'est vers 1953 que Louis Henry adopte une trompette Selmer modèle équilibré (balanced model). Il fait une télévision à Zurich pour le pianiste Armand Gordon (fin 1953, avec Luis Fuentes, tb, Raymond Fonsèque, tu). C'est comme membre de l'orchestre du clarinettiste André Réwéliotty qu'il joue avec Sidney Bechet et, en 1954, à Knokke-le-Zoute, avec Jonah Jones. En 1954, chez Réwéliotty, il a deux trompettistes, Guy Longnon et lui. Le trombone est Jean-Louis Duran. En 1955, Louis Henry, Claude Gousset (tb), Gérard Badini (cl), Georges Arvanitas (p), Guy Pedersen (b) et Moustache Galepides (dm) travaillent pour Michel Attenoux (ss). Ils laissent des disques recommandables le 24 janvier (dont un «Jungle Blues» dans lequel Attenoux est à la clarinette) et, le 27 du même mois, avec Jimmy Archey. On le voit aussi dans le film Du rififi chez les hommes de Jules Dassin en train d'accompagner Magali Noël avec Géo Daly (acc), Jean-Pierre Sasson (g) et Moustache (dm). L'année suivante, il est membre de l'éphémère Moustache's Band aux côtés de Roger Guérin (lead tp), Bernard Hulin (tp), Raymond Fonsèque (lead tb), Luis Fuentes et Claude Gousset (tb)! Un court extrait d'un concert de la formation au Vel’ d'Hiv’ de Paris, en mars 1956, se trouve étrangement dans le documentaire intitulé Antibes et le Jazz. Sur le disque paru sous le nom de «Sam Gordon» –un pseudonyme pour le banjoïste Jacques Rebreyand– Louis Henry côtoie Jean-Claude Naude (tp), Christian Guérin (tb), Gérard Badini (cl), Armand Gordon (p), Raymond Fonsèque (arr, tb) et Robert Péguet (dm). Louis Henry travaille ensuite longuement pour Marc Laferrière au Slow Club (1959-61). On a pu aussi l'entendre avec le sax soprano Pierre Braslavsky (octobre 1960, au Caveau de La Huchette avec Nino Ferrer, b).

En 1965-66, Louis Henry quitte un temps la musique et travaille dans une boîte de décoration (ébénisterie Guy Ray). Il réapparait au Slow Club, en 1972, avec Claude Gousset (tb), René Franc (cl, ss), puis il joue avec Raymond Fonsèque, Pierre Braslavsky de nouveau (1986, à Ramatuelle, avec Bernard Hérou, cl). Il utilisait alors une trompette Conn. Un passage qui ne mérite pas l'oubli.



Michel Laplace





Source: Le Monde de la trompette et des cuivres, par Michel Laplace (édition 2014, modifiée 2020)
 

SELECTION DISCOGRAPHIQUE

Sideman

CD 1955. Jimmy Archey/Michel Attenoux, Classic Jazz at Saint-Germain-des-Prés, Gitanes Jazz Productions 013 045-2

EP 1956. Armand Gordon et son Ragtime Band (Luis Fuentes, Raymond Fonsèque), Acropole SDE 40.016

LP 1956. Sam Gordon & Son Ragtime Band, BAM 319

LP 1956. Michel Attenoux et son Orchestre Nouvelle-Orléans, Vive le jazz!, Barclay 84.035

LP 1957. Michel Attenoux et son Orchestre Nouvelle Orléans, Musique contre le cafard, Barclay 84.026


1955-Jimmy Archey/Michel Attenoux (Barclay)1955-Jimmy Archey/Michel Attenoux, Classic Jazz at Saint-Germain-des-Prés (réédition Gitanes)1956-Sam Gordon & Son Ragtime Band1956-Michel Attenoux et son Orchestre Nouvelle-Orléans, Vive le jazz!


VIDEOS

1955. Louis Henry, Magali Noël (voc), Géo Daly (acc), Jean-Pierre Sasson (g), Moustache (dm), «Le Rififi», Du rififi chez les hommes de Jules Dassin

https://www.youtube.com/watch?v=1Fq-tmRGEOI

 

1956. Louis Henry, Moustache's Band: Moustache (dm), Roger Guérin, Bernard Hulin, (tp), Raymond Fonsèque, Claude Gousset, Luis Fuentes (tb), Gérard Badini, Bernard Hérout (cl), Raymond Fol (p), Pierre Michelot (b), «Bugle Call Rag» Vel’ d'Hiv’, Paris
https://www.dailymotion.com/video/xd0ial


*