Err

pubentetesite.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Rudy Van Gelder

25 août 2016
2 novembre 1924, Jersey City, NJ - 25 août 2016, Englewood Cliffs, NJ
© Jazz Hot n°677, automne 2016

Rudy Van Gelder et Alfred Lion © Francis Wolff-Mosaic Images




The Art of Sound


Décédé à quelques centaines de mètres de son lieu de naissance, Rudy Van Gelder, en 56 ans de carrière, dont la quasi-totalité dans son propre studio, aura enregistré une bonne partie du gratin du jazz mais aussi énormément de musiciens de jazz, de toute notoriété, travail qui, avec le recul, restitue l’épaisseur et l’essence du jazz. La qualité de ses enregistrements a rendu justice à cette mémoire particulièrement prolifique du jazz à un âge d’or où se sont côtoyés des centaines d’artistes d’exception dans le seul jazz, connus ou moins connus, adulés ou moins chanceux. Mais tous ont eu la chance de rencontrer Rudy Van Gelder qui a donné à leur art toute son attention et son savoir-faire avec une égale exigence de perfection.

Blue Note



La particularité de Rudy Van Gelder est qu’il n’a pas eu besoin de se déplacer, à part pour quelques enregistrements live, ses qualités unanimement appréciées ont attiré dans ses rets, c’est-à-dire son studio fait sur mesure, un nombre incalculable des musiciens de jazz de talent, aînés, contemporains ou des générations suivantes. Le sorcier du son a marqué de sa patte l’histoire du jazz des années 1950 à aujourd’hui, non qu’il les ait tous enregistrés, car le jazz a produit des milliers d’artistes et de chefs-d’œuvre, y compris enregistrés dans d’autres studios ou sur d’autres scènes, mais il a grandement contribué à élever les standards de l’enregistrement, dont tous et partout ont bénéficié.

Blue Note



En 27 kilomètres, du salon de ses parents qu’il transforme en studio à Hackensack, dans le New Jersey, à son mythique studio d’Englewood Cliffs, toujours dans le New Jersey, Rudy est devenu une icône du jazz aux côtés des plus grandes figures qu’il enregistra: Horace Silver, Art Blakey, Jimmy Smith, Duke Ellington, Earl Hines, John Coltrane, Miles Davis, Sonny Rollins, Thelonious Monk, Charlie Mingus, Sonny Clark, Lee Morgan, Eric Dolphy, Dexter Gordon, Joe Henderson, Donald Byrd, Grant Green, McCoy Tyner, Bobby Hutcherson, Freddie Hubbard, Clifford Brown,  Max Roach, Bud Powell, Johnny Hodges, Herbie Hancock, Wayne Shorter, Jackie McLean, Hank Mobley, Lou Donaldson, Cannonball Adderley… et on en oublie énormément, forcément, la liste est interminable des grands artistes du jazz, aînés, contemporains ou cadets de Rudy Van Gelder, qui sont passés par son studio.

Blue Note


Sa marque de fabrique se retrouve gravée dans la cire des disques long play (LP) dont l’apparition au début des années 1950 permet de plus longs enregistrements et libère ainsi les musiciens des contraintes d’un minutage réduit. Si son premier enregistrement reconnu officiellement est une session de musique classique, la quasi-totalité de son travail sera consacrée au jazz. Plus de 3000 albums et plus de 20000 enregistrements jalonnent sa longue carrière.



Blue Note


Le tri reste impossible à faire si l’on voulait isoler des œuvres d’exception, tant il a su apporter aux musiciens un cadre et une collaboration toujours exceptionnelle, permettant à chacun de s’exprimer dans les meilleures conditions, et donnant une restitution parfaite des qualités de chacun. Il a été ainsi le prolongement de centaines d’orchestres, parfois même d’une certaine façon un membre à part entière, aussi responsable que les autres de la réussite de ces chefs-d’œuvre. Quelques noms, parmi les musiciens, peuvent être isolés, comme bien entendu John Coltrane (près de 70 enregistrements), car hormis la période chez Atlantic, Rudy Van Gelder a tenu les manettes de la plupart de ses enregistrements, chez Prestige, Blue Note et Impulse!, même parfois en live (Vanguard et Birdland). Mais Sonny Rollins, Miles Davis, McCoy Tyner, Jimmy Smith, Art Blakey, Horace Silver, Grant Green, lui sont redevables aussi d’un travail exceptionnel, et plus largement, le son des labels indépendants des années cinquante-soixante, au premier rang desquels, Prestige, Blue Note et Impulse!.

Blue Note


Sa carrière ne s’est pas arrêtée là, comme vous le verrez ci-dessous, mais Rudy Van Gelder est certainement un homme clé des années 1950-1960 pour le jazz et l’édition phonographique en général, et les labels indépendants en particulier. Il n’est pas innocent qu’après ces trois labels que nous avons évoqués, dans la période récente, HighNote, un des derniers indépendants de grande qualité dans le jazz ait fait si souvent appel à son talent. Sans être LE son du jazz, Rudy Van Gelder en est certainement l’un des sons les plus beaux, l’un des meilleurs artisans.





Blue Note



Lors de l’entretien qu’il accorda à Jazz Hot en 1992, il parle de plus de 20000 enregistrements auxquels il aurait collaboré (mastering, montage, supervision etc.) 1. Il faut dire que son travail traverse les grands mouvements du jazz contemporain. En même temps qu’il se met à leur service, il bénéficie de la dimension exceptionnelle des créateurs du jazz, et beaucoup, la plupart, quels que soient leurs instruments et les aléas de carrière, en sont.



Blue Note


L’affirmation de nouveaux labels indépendants dans l’après-Seconde Guerre, l’apparition de producteurs indépendants audacieux et talentueux (Norman Granz, Bob Weinstock, Orrin Keepnews, Lester Koenig, Nesuhi et Ahmet Ertegun, les Frères Chess…) contribuent à dynamiser une multiplicité de catalogues conséquents dont les buts allient créativité et rentabilité, permettant ainsi aux musiciens, leaders et accompagnateurs, de bénéficier de revenus complémentaires. C’est aussi la naissance d’un âge d’or du disque –non pas support pour un succès ou la diffusion, comme à l’âge du 78 tours, non pas support commercial ou promotionnel comme il l’est devenu plus tard– mais du disque «œuvre d’art», conjuguant l’excellence à tous les niveaux: créateurs, musique, production, photographie, graphisme, façonnage, pressage et bien entendu perfection du son. Même si ces enregistrements restent parfois d’un rapport financier limité, ils sont pour certains musiciens, devenant des habitués des studios, le complément nécessaire à une vie professionnelle basée sur les concerts en clubs et les tournées pas toujours rémunératrices. Les réussites économiques réinvesties dans la production permettent les audaces par ailleurs et la découverte des nouveaux musiciens. Les producteurs sont amateur d’art et pas hommes d’affaire, même s’ils savent gérer.

Blue Note



Rudy Van Gelder a collaboré avec de nombreux producteurs, mais c’est avec le duo de Blue Note, Alfred Lion et Francis Wolff, avec Bob Weinstock du label Prestige et avec le label Impulse!, Creed Taylor puis Bob Thiele, qu’il crée sa notoriété puis sa légende, lui permettant de créer son propre studio et d’y attirer ce que le monde du jazz a de meilleur.

Blue Note





Les fondateurs et producteurs de Blue Note, Alfred Lion et Francis Wolff, perfectionnistes dans leur production, recherchent un son «élégant» et fidèle à la hauteur de leurs exigences et de la musique exceptionnelle dont ils sont les promoteurs. Rudy Van Gelder, raffiné, précis et d’un perfectionnisme non moins grand, va constituer un complément idéal pour créer l’esthétique durable et légendaire du label. Les productions Blue Note d’Alfred Lion, avec Rudy Van Gelder au son, Francis Wolff à la photographie, Reid Miles, Paul Bacon, Andy Warhol, David Stone Martin à la conception graphique, et des textes de pochette de critiques de jazz bien documentés sur le plan discographique, constituent un sommet de l’art éditorial du disque, de jazz en particulier car très innovateur.


Blue Note



C’est grâce au saxophoniste Gill Mellé qui apporte quatre titres enregistrés par Rudy Van Gelder qu’il souhaite voir édités par Blue Note qu’Alfred Lion découvre Rudy Van Gelder à qui il restera fidèle, en raison en particulier de la vérité, de la présence du son. Il est à noter que pour la première fois un label paye les répétitions des musiciens, leur permettant ainsi de préparer les enregistrements. La cohésion des groupes et leur capacité à enregistrer en peu de prises assurent au label une qualité artistique indéniable qui le place en tête des labels indépendants, et constitue un catalogue artistique exceptionnel sans cesse ré-exploité, sous toutes les formes, en fac-simile de l’original, compilations, intégrales, avec ou sans bonus, c’est-à-dire les autres prises (alternate Take), avec des inédits… Quand Alfred Lion dit: «Rudy s’y connaît vraiment, c’est un être sensible. Il n’est pas de ces types qui se contentent de surveiller l’aiguille sur le cadran.», Rudy répond: «Alfred Lion savait exactement ce qu’il voulait et prenait le temps de l’obtenir.»

Prestige



On pourrait en dire presqu’autant pour les productions Prestige de Bob Weinstock avec Rudy Van Gelder, qui ont beaucoup fait pour le jazz, sa transmission, son indépendance et sa rentabilité, comme en témoignent les nombreuses rééditions encore aujourd’hui de ces productions de ce temps. Le début des œuvres de Sonny Rollins, de Miles Davis, en leader, en particulier témoignent de l’intense travail de Rudy Van Gelder à Hackensack.



Impulse!


Impulse!, la «locomotive» John Coltrane, avec qui Rudy Van Gelder a entretenu une relation professionnelle et amicale d’une exceptionnelle densité, est enfin le dernier volet de ce triptyque que Rudy Van Gelder érige à l’Art du Son dans le jazz. Creed Taylor puis Bob Thiele dès le début des années soixante imposent une nouvelle ligne esthétique dans le jazz. C’est d’ailleurs à la demande expresse de John Coltrane, que Rudy Van Gelder devient le véritable complice de l’œuvre musicale du grand artiste.

Ce même Creed Taylor fera appel de nouveau à Rudy pour son nouveau label CTI (Creed Taylor Inc.) créé en 1967 au sein d’A&M Records, et devenu indépendant en 1970.

On peut encore citer Michael Cuscuna parmi les producteurs de talent qui sont liés à Rudy Van Gelder.


Impulse!




De 1952 à la fin des années 1970, Rudy Van Gelder réalise un très grand nombre d’enregistrements de ces labels en studio. On est presque «dérangé» parfois quand on ne trouve pas les quelques lignes au dos du disque qui signalent que le disque a été enregistré par Rudy Van Gelder à Hackensack ou à Englewood Cliffs, NJ. C’est comme de voir le générique d’un film de Federico Fellini sans le montage de Ruggero Mastroianni.



Impulse!



Malgré sa focalisation sur le jazz, la notoriété de Rudy Van Gelder dépasse largement ce cadre, car il est devenu la référence. Il défend un absolu de l’enregistrement, une forme d’honnêteté professionnelle rigoureuse qui confère à son travail un statut à part, celui de pionnier et en même temps d’idéal de l’enregistrement. Rudy Van Gelder travaillera régulièrement pour d’autres labels (Verve, Vox, etc.). Dès 1999, il assure la remastérisation de nombreux albums devenus des classiques pour le marché du CD qui se développe, mais il regrette que la majorité se fasse sans son avis, ne recevant même pas une copie sur ce nouveau support. Il aime à rappeler que la majorité des producteurs ne lui donnaient même pas une copie du LP ou du CD réédité; il fallait qu’il les achète…


Impulse!


Le Van Gelder Recording Studio, situé exactement au 445 Sylvan Avenue, Englewood Cliffs, New Jersey, ouvre en juillet 1959, et la première séance officielle sera consacrée à Ike Quebec, l’excellent ténor et conseil de la maison Blue Note, pour un single 2.  Depuis le petit génie qui expérimente avec beaucoup de flaire dans le salon de ses parents à Hackensack (NJ), plus tard transformé en studio pour des séances d’enregistrement, jusqu’à son mystérieux studio d’Englewood Cliffs, l’énigmatique Rudy Van Gelder a parcouru un chemin d’excellence. Il a voulu devenir ingénieur du son dès les années 1940. Ce jeune amateur de jazz parcourt les clubs et écoute les nombreuses émissions de radios tout en s’intéressant au son et à sa reproduction. Il réalise ses tout premiers enregistrements dans sa maison de famille du New Jersey, où les musiciens new-yorkais indépendants viennent rapidement car elle se trouve à proximité de la Grosse Pomme. Ses tarifs sont imbattables. Sa notoriété grandit au sein de la petite communauté musicale.  Pour se payer le matériel précis qu’il désire, il continue sa profession d’ophtalmologiste et s’intéresse à une nouvelle génération de micros, d’amplificateurs, de technique de gravure. Il utilisera en particulier les micros allemands Neumann U47 qui lui permettent de capturer et restituer l’essence des instruments et des musiciens.

Prestige


«En ce temps-là, y compris jusque dans les années 1950, la qualité de l’équipement et celle des disques eux-mêmes étaient totalement incapables de rendre ce que les musiciens jouaient sur scène.(…) J’ai dû expérimenter pour trouver le meilleur moyen de disposer musiciens et microphones de façon à ce que le son soit le plus chaud et le plus réaliste possible.» 3, avait-il souligné. Il est à noter que quand Rudy Van Gelder commence à enregistrer professionnellement à l’aube des années 1950, la bande magnétique apparaît tout juste dans les studios, et l’album microsillon devient vite le format dominant dans le jazz. Les deux technologies révolutionnent le jazz. En même temps, la diffusion et l’écoute progressent sur les innombrables radios commerciales. La qualité du matériel de reproduction (chaines, stéréophonie…) et la demande d’enregistrements se développe dans une période où le jazz lui-même jouit d’une notoriété grandissante.

Prestige


Rudy invente ses propres techniques pour reproduire l’intimité et la profondeur, le relief du jazz enregistré tout d’abord dans son salon puis en studio. Il veut restituer sur le vinyle le son qu’il entend. Il se démarque ainsi des autres techniciens de studio de l’époque qui derrière leur vitre s’assure simplement que les micros soient branchés, que leurs machines tournent et que le niveau ne soit pas saturé. Véritable aventurier du son, il imagine et teste diverses solutions de placement de micros, de types de micros, de bonnettes qui les enveloppent, d’acoustique… bref des astuces et des principes qu’il gardera souvent secrets. Très professionnel et tatillon, il s’assure aussi de la qualité des câblages, de leur parcours, de leur connexion.


Prestige


Ferme, il n’hésite pas à réprimander les musiciens s’ils se permettent de toucher ou de déplacer les micros, mais son excentricité apparente et sa rigueur sont acceptées. Il est devenu un personnage du jazz, aussi respecté et révéré des musiciens que le sont les grands artistes du jazz eux-mêmes. «Au cours de sa carrière et à travers ses nombreux enregistrements pour les grands labels, Rudy est devenu une idole pour les auditeurs du monde entier et les musiciens. Un album réalisé par Rudy semble riche d’une façon organique, intime, comme si tous les musiciens avaient enregistré dans son petit salon confortable avec des fauteuils en cuir. Aucun des musiciens ne semble éloigné ou plus bas, bien que les leaders soient bien distincts. Comme Rudy m’a dit pendant ma visite en 2012 à son domicile et studio, où il s’était installé avec sa femme en 1959, il luttait constamment pour un son naturel, réaliste.» Marc Myers-JazzWax 3

Ses seuls notables écarts d’avec le jazz seront pour le Label Prestige International où il grave de la musique appelée «folklorique» à l’époque, «world music» plus tard. On retrouve des albums du guitariste espagnol Fernando Sirvent, Flamenco Fantanstico, ceux du folksinger Tossi Aaaron, Tossi Sings Folksong and Ballads ou encore Los Indians Taba-Jarias… Dans le domaine de la musique classique, il signe un bon nombre d’albums dont plusieurs du pianiste Guiomar Novaes pour le label Vox ou encore Une symphonie Fantastique de Berlioz en 1959.

Prestige


Plus régulièrement, il enregistre sur le label Prestige Bluesville des grands noms du blues classique tels que Blind Gary Davis, Memphis Slim ou encore Brownie McGhee et Sonny Terry. Touché par la bossa nova, il se met aussi au service d’Astrud Gilberto, Tom Jobim, Walter Wanderley.

A part quelques autres écarts dans la soul, (Thornel Schwartz, Ester Phillips), de rares albums poétiques, sa carrière s’ancre totalement dans son art privilégié, le jazz.

A priori peu de cocorico pour des musiciens français: André Hodeir en 1957 pour les albums André Hodeir and the Jazz Group of Paris-The Paris Scene et American Jazzmen Play Andre Hodeir’s Essais parus chez Savoy, le pianiste Michel Sardaby pour «Gail» et «Going Places» sur le label japonais Mantra en 1990. Plus rare, on retrouve Georges Arvanitas derrière Yusef Lateef chez Impulse!. Côté label français, on note chez Dreyfus Jazz un album de Steve Grossman et Cedar Walton Trio en 1993 et un coffret (4 CDs) dédié aux chanteuses Jazz Ladies. Côté remastering, il s’occupera de l’album de Kenny Clarke-Francis Boland and Company The Golden Eight édité en 1961 par Music Matters et reparu sur Blue Note en 2015.


Prestige


Au-delà des labels déjà cités, il collabore avec une cinquantaine de majors, labels indépendants dont dans le désordre chronologique et alphabétique: Bethlehem, Regent, United Artists, Signal Records, Colpix, Moodsville, New Jazz, Atlantic, Mercury, Fantasy, Philips, East Bound Records, Amosaya, Uptown Records, Fontana, Criss Cross, Enja, GRP, Kudu, Elektra, ABC Records, Status Records, Delmark, Gatemouth, EMI, Flying Dutchman, Strateside, Turnabout, Muse Records, Milestones, Concord…
A partir de 1969, les enregistrements deviennent plus rares, et Rudy se consacre à la reparution d’albums complets, d’intégrales, l’édition d’inédits, de compilations. Il puise dans ses tiroirs et les stocks inexploités des maisons de disques. Il revisite la plupart des artistes majeurs qu’il a accueillis et complète de son savoir-faire la relecture plus ou moins commerciale des fonds de catalogue.

Impulse!



Dans un concert de louanges unanimes, seul Charles Mingus a contesté le son et les mixages de Rudy Van Gelder pour proposer son propre «Sound of Jazz»… Rudy Van Gelder, grand amateur de jazz et acteur de tant de séances d’enregistrement avec des musiciens de légende, reconnaissait qu’il lui était parfois difficile de ne pas donner son avis sur la musique enregistrée, mais en professionnel, il ajoute :«Parfois, j’ai beaucoup de peine à me retenir. Cependant tel n’est pas mon rôle, car je ne suis ni musicien ni producteur. Bien sûr, il m’est arrivé d’exprimer un avis lorsqu’on me le demande, mais on vient me voir en premier lieu pour le son et non pour recueillir une opinion sur la musique.»

Son moment d’élection dans une telle carrière, était, disait-il, la version de «Lush Life» enregistrée par Johnny Hartman et John Coltrane: «Il y avait une telle émotion, une telle tristesse aussi, renforcée aujourd’hui par le fait qu’ils nous ont tous les deux quittés… Et puis, cette sonorité!» 2

Michel Antonelli

Photo : Rudy Van Gelder et Alfred Lion © Francis Wolff-Mosaic Images


1. Jazz Hot n° 491
2. Jazz Hot n° 460
3. Blog JazzWax en 20123


Rudy Van Gelder et Jazz Hot: n°460-1989, n°491-1992



SELECTION DISCOGRAPHIQUE

Cette sélection discographique n’est pas (comme le choix des illustrations), bien sûr, une intégrale, mais une évocation très partielle de l’œuvre de Rudy Van Gelder au hasard des recherches.


PrestigePrestigePrestigePrestigePrestige







1953
Clifford Brown. Hymn of the Orient/Easy Living, Prestige

1954
Miles Davis. Miles Davis with Sonny Rollins, Prestige

1955
Bud Powell. The Amazing Bud Powell Vol.1 et Vol2, Blue Note
Erroll Garner. Penthouse Serenade, Savoy
Charlie Parker. The Immortal Charlie Parker, Savoy
Duke Jordan. Duke Jordan, Signal
Jay Jay Johnson. The Eminent Jay Jay Johnson Vol.1, Blue Note
Kenny Dohram. Afro Cuban, Blue Note
Sidney Bechet. Jazz Classics Vol.1, 1958. Vol2. Blue Note

1956
Jimmy Smith. A New Star, a New Thing, Vol.2 Blue Note
Elmo Hope. Hope Meets Foster, Prestige
Thelonious Monk-Sonny Rollins. Thelonious Monk-Sonny Rollins, Prestige
Horace Silver. Horace Silver Quintet. Señor Blues, Blue Note
Charlie Mariano.Charlie Mariano, Bethlehem
Phineas Newborn Jr. Here is Phineas (The Piano Artistry of P. Newborn), Atlantic
Art Blakey. A Night at Birland Vol1 et Vol2, Blue Note
Lester Young. Young Lester, Savoy

1957
Dizzy Gillespie.The Dizzy Gillespie Story, Savoy
Sonny Rollins. A Night at the Village Vanguard, Blue Note
Sonny Rollins. Sonny Rollins Quartet. Tenor Madness. Vol1 et Vol2. Blue Note
Johnny Griffin-John Gilmore. Blowing in From Chicago, Blue Note

1958
Lee Morgan. The Cooker, Blue Note
Cannonbal Adderley. Something Else, Blue Note
Steve Lacy. Saxophone Solo, Prestige

1959
The Red Garland Trio–A Garland of Red, Metronome
The Amazing Nina Simone, Colpix
Donald Byrd. Off the Races, Blue Note
Ellegaard. Accordion Fireworks by Ellegaard, Vox

1960
Horace Parlan. Horace Parlan Quintet–Speakin’ My Piece, Blue Note
Jackie Mc Lean. Jackie’s Bag, Blue Note
Stanley Turrentine. Look Out, Blue Note
Benny Golson.Gettin’ With It, New Jazz

1961
Grant Green. Green Street, Blue Note
Roland Kirk with Jack Mc Duff. Kirk’s Work, Prestige
Dexter Gordon. Doin’ Allright.Blue Note
Art Blakey and the Jazz Messengers. A Night in Tunisia, Blue Note
Ron Carter with Eric Dolphy, Mal Waldrom. Where?, New Jazz
Ray Charles. Genius+Soul =Jazz, Impulse!
Olivier Neslon. The Blues and the Abstract Truth, Impulse!

1962
Shelly Manne. Shelly Manne 2-3-4, Impulse!
Curtis Fuller. Cabin in the Sky, Impulse!
Max Roach. It’s Time, Impulse!
Clark Terry. All American, Moodsville
Anita O’Day. Anita O’Day/ The Gary Mc Fraland Orchestra All the Sad Young Men, Verve
Horace Siver. The Horace Silver Quintet-The Tokyo Blues, Blue Note
Herbie Hancock. Takin’ Off, Blue Note
McCoy Tyner. McCoy Tyner Trio-Inception, Impulse!
Freddie Hubbard. Hub Tones, Blue Note
Count Basie. Count Basie and the Kansas City Seven, Impulse!
Roy Haynes. Roy Haynes Quartet – Out of the Afternoon, Impulse!
Eric Dolphy with Booker Little. Far Cry, New Jazz
Sheila Jordan. Portrait of Sheila, Blue Note
Mal Waldrom with Eric Dolphy and Booker Ervin. The Quest, New Jazz
Duke Ellington Meets Coleman Hawkins. Duke Ellington Meets Coleman Hawkins, Impulse!

1963
The Three Sounds. Black Orchid, Bue Note
Herbie Hancock. My Point of View, Blue Note
Joe Henderson. Page One, Blue Note
Chico Hamilton.The Chico Hamilton Quintet-Passin’ Truth, Impulse!
Charles Mingus. Mingus Mingus Mingus Mingus Mingus, Impulse!
Duke Ellington & John Coltrane. Duke Ellington & John Coltrane, Impulse!

1964
Eric Dolphy. Out of Lunch, Blue Note
Lalo Schiffrin. New Fantasy, Verve
Andrew Hill. Point of Departure, Blue Note
Wayne Shorter. Night Dreamer & Juju, Blue Note
Booker Ervin. The Freedom Book & The Song Book, Prestige
Archie Shepp. Four for Trane, Impulse!
Olivier Neslon. More Blues and the Abstract Truth, Impulse!
Yusef Lateef. Jazz’ Round the World, Impulse!
Elvin Jones/Jimmy Garrison. Elvin Jones/Jimmy Garrison Sextet featuring McCoy Tyner – Illumination, Impulse!
Anthony Williams. Life Time, Blue Note
West Montgomery. Movin’ Wess, Verve
Jimmy Smith. The Incredible Jimmy Smith – The Cat, Verve
Joe Henderson. In’ N Out, Blue Note
Horace Silver. The Horace Silver Quintet Song For My Father, Blue Note
Lee Morgan. Search For the New Land & the Sidwinder, Blue Note
Donald Byrd. A New Perspective, Blue Note
Johnny Hartman. The Voice That Is!, Impulse!
Lionel Hampton. Trick Or Treat/Cute, 1965. You Better KnowIt!!!, Impulse!

1965
Sonny Rollins. On Impulse!, Impulse!
Roland Kirk. The Roland Kirk Quartet-Rip Rig and Panic, Limelight
Bill Evans. The Bill Evans Trio – Trio 65, Verve
Stan Getz – João Gilberto. Getz/Gilberto #2, Verve
Johnny Hodges and Wild Bill Davis. Wings and Things, Verve
Archie Shepp. Fire Music & On this Night, Impulse!
Sam Rivers. Fuschia Swing Song et Contours, Blue Note
Lambert, Hendricks & Ross.  Sing a Song of Basie, Impulse!
Carl Tjader. Soul Sauce, Verve
Larry Young.  Unity. Blue Note
Gabor Szabo. Gypsy ’66, Impulse!
Shirley Scott. Queen of the Organ, Impulse!
Benji Aronoff. The Two Sides of Benji Aronoff, Prestige
Coleman Hawkins.  Wrapped Tight, Impulse!
Herbie Hancock. Maiden Voyage, Blue Note

1966
Attila Zoller & Don Friedman. Metamorphosis, Prestige
Sonny Rollins. Esat Brodaway Run Down, Impulse!
Wayne Shorter. Speak No Evil et Adam’s Apple, Blue Note
Don Cherry. Symphony For Improvisers et Complete Communion, Blue Note
Wes Mongomery. Tequila, Verve
Ornette Coleman. The Empty Foxhole, Blue Note
Bill Evans-Jim Hall. Intermodulation, Verve
Cecil Taylor. Conquistador et Unit Structures, Blue Note

1967
Roland Kirk. Now Please Don’t You Cry, Beautiful Edith, Verve
Stan Getz.Voices, Verve
Mc Coy Tyner. The Real Mc Coy, Blue Note
Jacky Byard. On the Spot!, Prestige
Marion Brown. Three For Shepp, Impulse!
Archie Shepp.Mama Too Tight, Impulse!
Pat Martino. El Hombre, Prestige
The Free Spirits featuring Larry Coryell. Out of Sight and Sound, ABC
Larry Young. Contrasts, Blue Note
Pharoah Sanders. Tauhid, Impulse!
Antonio Carlos Jobim. Wave, A&M, CTI

1968
John Lewis. The John Lewis Piano, Atlantic
George Benson. Shape of Things to Come, A&M, CTI
Paul Desmond. Summertime, A&M, CTI
Herbie Hancock. Speak Like a Child, Blue Note

1969
Don Cherry. Where Is Brooklyn?. Blue Note
Milton Nascimento. Courage, A&M, CTI
Quincy Jones. Walking In Space, A&M, CTI
Gato Barbieri. The Third World, Flying Dutchman

1970
Randy Brecker. Score. Solide State
Antonio Carlos Jobim. Stone Flower et Tide, CTI
Freddie Hubbard. Red Clay, CTI
Leon Thomas. The Leon Thomas Album, Flying Dutchman
Lou Donaldson. EverythingI Plays Is Funky, Blue Note
Quincy Jones. Gula Matari, A&M
Stanley Turrentine. Sugar, CTI

1971
Bill Evans. Montreux II, King, CTI
Kenny Burrell. God Bless the Child, CTI

1972
Georges Benson. White Rabbit, CTI
Randy Weston.  Blue Moses, CTI
Hank Crawford. Help Me Make It Through the Night, Kudu
Mongo Santamaria. Afro Roots, Prestige
Grover Washington, Jr. All the King’s Horses, Kudu
Airto Moreira. Free, CTI ,
Roy Ayers. Roy Ayers Ubiquity – He’s Coming, Polydor
Joe Farrell. Outback CTI

1973
Joe Henderson. In Japan, Milestone
Deodato. Deodato 2, CTI
Evin Jones. Mr Jones, Blue Note
Gary Bartz, Lee Konitz,Charlie Mariano, Jackie Mc Lean. Altissimo, Philips

1974
Georges Benson. Bad Benson, CTI
Joe Beck. Joe Beck, Kudu
Jim Hall.1974. Concierto, CTI

1975
Esther Phillips. What a Différence a Day Makes. Kudu

1976
Patti Austin. End of a Rainbow, CTI
Bob James. Three, CTI
Ron Carter. Yellow and Green, CTI
Allan Holdsworth. Vevet Darkness, CTI

1977
Urbie Green. The Fox,  CTI

1978
Horace Silver. Silver’N’ Percussion, Blue Note
Roland Kirk. Pre-Rahsaan, Prestige
Charles Tyler. Saga of the Outlaws, Nessa
Roscoe Mitchell. L-R-G/The Maze/S II Examples, Nessa
Johnny Otis. The Original Otis Show (Compilation), Savoy

1979
Jon Faddis. Good and Plenty, Buddah
Wayne Shorter.  The Soothsayer et the Collector, Blue Note
Jim Mc Neely. The Plot Thickens, Gatemouth
Ricky Ford. Manhattan Plaza, Muse
Jack Walrath. Demons In Pursuit, Gatemouth

1980
Mc Coy Tyner.  4X4, Milestone
Leo Parker. Rollin With Leo, Blue Note,
Harold Land. Take Aim, Blue Note
Eddie Daniels. Brief Encounter, Muse
Dannie Richmond. Dannie Richmond Quintet, Gatemouth

1981
Mel Lewis. The Mel Lewis Quintet – Mellifluous, Gatemouth
Ray Barretto. La Cuna, CTI

1982
Roland Hanna. Gershwin Carmichael Cats, CTI
Chet Baker/Jim Hall/Hubert Laws. Studio Trieste, CTI
Meredith D’Ambrosio. Little Jazz BIrd, Palo Alto
Elvin Jones/McCoy Tyner. Elvin Jones = McCoy Tyner Quintet, Trio

1983
Abdullah Ibrahim. Ekaya (Home), Ekapa
Malachi Thompson. Spirit, Delmark
Jimmy McGriff. Countdown,  Milestones

1984
Claudio Roditi. W/Kenia – Red On Red, CTI
Larry Coryell. Coming Home, Muse
Ursula Dudziak. High Horse, CTI

1985
Woody Shaw. Setting Standards, Muse
Freddie Hubbard/Woody Shaw. Double Take, Blue Note
Kenny Garrett. Kenny Garrett Quintet Featuring Woody Shaw – Intoducing Kenny Garrett, Criss Cross Jazz
Chuck Wayne. Chuck Wayne Featuring Zoot Sims, Brew Moore – The Jazz Gutarist, Savoy

1986
Lonnie Liston Smith. Make Someone Happy, Doctor Jazz
Sam Rivers. Dimensions & Extensions, Blue Note
Mark Murphy. Living Room, Muse
Kirk Lightsey. Kirk Lightsey Quintet Featuring Marcus Belgrave – Kirk’ N Marcus, Criss Cross Jazz

1987
Santi Debriano. Obeah, Free Lance
Ralph Moore. Round Trip, Reservoir
Ray Anderson. It Just So Happens, Enja Recoirds
Valery Ponomarev. Means of Identification, Reservoir

1988
Wallace Roney. Intuition, Muse
Charlie Haden. The Golden Number, A&M
Diane Reeves.The Nearness of You, Blue Note
Billy Hart. Enchance, Horizon

1989
Ornette Coleman. Dancing In Your Head, A&M
Buster Williams. Something More, In+Out
Don Cherry. Brown Rice et Art Deco, A&M
Herb Alpert /Hugh Masekela. Herb Alpert / Hugh Masekela, A&M
Helen Merril + Ron Carter. Duets, EmArcy

1990
James Spaulding. Gotsabe a Better Way, Muse
Charles Lloyd. Waves, A&M
Michel Sardaby. Going Places, Mantra

1991
Charles Frambrough. The Proper Angle, CTI
Frank Wess. The Frank Wess Septet – Opus De Blues, Savoy

1992
Cindy Blackman. Code Red, Muse

1993
Steve Grossman, Cedar Walton Trio. A Small Hôtel, Dreyfus Jazz
Jay Hoggard. In the Spirit, Muse
Jackie Mc Lean. The Jackie Mac Attack-Live, Birdology

1994
Kenny Baron Trio. The Moment, Reservoir
Mc Coy Tyner. McCoy Tyner Trio Featuring Michale Brecker – Infinity, Impulse!

1995
Steve Turre. Rhythm Within, Antilles
Sonny Fortune. A Better Understanding, Blue Note

1996
Idris Muhammad. Legend of Acid Jazz, Prestige
Carlos Garnett. Resurgence, Muse

1997
Thelonious Monk Jr. Monk on Monk, N2K Encoded Music

1998
Cindy Blackman. In the Now, HighNote

1999
Charles Earland.Cooking’ With the Mighty Burner, HighNote
Gil Mellé. Gil Mellé Quintet With Don Butterfield-Five Impressions of Color, Blue Note
Joey De Francesco. The Champ (Dedicated to Jimmy Smith, HighNote

2000
Eric Alexander. Eric Alexander the Great, HighNote
Harris/Moran/Osby/Shim. New Directions, Blue Note
Jackie Mc Lean.Nature Boy, Blue Note

2001
Scott Whitfield. Hidding In Plain Sight, Amosaya
Mose Allison. Mose Allison Sings and Plays, Prestige

2002
Don Sickler. The Don Sickler Quintet – Reflections, HighNote

2003
Ned Otter. Powder Keg, Two and Four Recording Company

2004
Eric Loss. First Class, Prestige
Horace Silver. The United States of Mind, Blue Note

2005
Reuben Wilson. Fun House, Savant
Mike LeDonne. Night Song, Savant

2006
Cedar Walton. One Flight Down, HighNote
Solomon Ilori. Solomon Ilori & His Afro-Drum Ensemble–Igbesi Aiye / Gbogo Omo Ibile, Honest Jon’s

2007
Tom Harrell. Light On, HighNote
Jim Snidero. Tippin’, Savant

2008
Scott Hamilton. Scott Hamilton & Friends, Concord Jazz

2009
Eric Alexander. Revival of the Fittest, HighNote
Houston Person. Mellow, HighNote
John Irabagon. The Observer, Concord Jazz

2010
Christian Scott. Yesterday You said Tomorrow, Concord Jazz
Houston Person. Moment To Moment, HighNote

2011
Eric Alexander. Don’t Follow the Crowd, HighNote
Cedar Walton. The Bouncer, HighNote
Rob Mostert. Englewood Cliffs Sessions, Music On Vinyl

2012
Houston Person. Naturally, HighNote
Joey DeFrancesco. Wonderful Wonderful, HighNote

2013
Eric Alexander. Touching, HighNote
Ithamara Koorax. Ithamara Koorax Sings Getz/Gilberto, Jazz Vision

2014
Eric Alexander. Chicago Fire, HighNote

2015
Eric Alexander. The Real Thing, HighNote

Apparemment son dernier enregistrement…

A la rencontre de Rudy Van Gelder

http://pitchfork.com/news/67812-renowned-jazz-recording-engineer-rudy-van-gelder-dead-at-91/  

http://amhistory.si.edu/jazz/VanGelder-Rudy/Rudy_Van_Gelder_Interview_Transcription.pdf
 
http://www.jazzwax.com/2016/08/rudy-van-gelder-1924-2016.html


*