Err

pubentetesite.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Blue Smoke, the Recorded Journey of Big Bill Broonzy

15 mars 2011
par Roger House
Blue Smoke, the Recorded Journey of Big Bill Broonzy Blue Smoke, the Recorded Journey of Big Bill Broonzy, par Roger House, Louisiana State University Press, Baton Rouge 70808, 256 p., en anglais-américain. www.lsu.edu/lsupress
Cet ouvrage est une somme sur William "Big Bill" Broonzy, avec non seulement un biographie recherchée, mais également une excellente discographie, une bibliographie précise et bien sûr un index.
Roger House est professeur assistant du Départemen des Etudes américaines de l'Emerson College de Boston, Massachusetts, bien que cet ouvrage soit édité dans le cadre des Editions d’une autre université, celle de Louisiane. Dans cet ouvrage, recommandé à juste titre par Paul Oliver, il rédige une belle biographie documentée d’un personnage emblématique du renouveau du blues dans l’après-Seconde Guerre, qui fit énormément pour la première reconnaissance internationale de cette musique, autant par ses enregistrements, que par ses interviews et ses voyages dans le monde, en Europe en particulier. C’est un des pionniers du blues enregistré. Contemporain des premiers grands noms du blues, Big Bill Broonzy influença toute une série de musiciens d'après-guerre, notamment Muddy Waters, Memphis Slim et JB Lenoir, Junior Wells, Buddy Guy…
Né dans une plantation au cœur du Mississippi de parents métayers, au sein d’une famille de 21 enfants ( !), selon les sources le 26 juin 1893 ou 1898 (l’auteur opte pour 1893), Big Bill Broonzy disparaît à Chicago le 15 août 1958, après avoir fait le tour du monde, et influencé le cours de cette musique, établit sa notoriété notamment en Angleterre où pour la première fois les musiciens donnèrent un bénéfit au profit d’un musicien étranger. Il fut l’un des principaux artisans de la vitalité du blues dans ce pays, et plus largement en Europe, en France, en Belgique en particulier, participant grandement à l’établissement d’une "culture" du blues de ce côté de l’Atlantique.
Blue Smoke est aussi un voyage dans l’Amérique du XXe siècle, un regard sur les transformations sociales auxquels sont confrontés en particulier les Afro-Américains pendant la première moitié de ce siècle, à un moment où leurs droits sont encore largement en question, au moment de leur lutte pour l’accession à la dignité.
Big Bill Broonzy semblait destiné à rester paysan quand il s’est installé en Arkansas comme métayer, prédicateur, jouant de violon dans le cadre domestique. La Première Guerre mondiale lui ouvre un autre destin, et après son service à l'étranger, Broonzy, comme des milliers d'autres soldats, se retrouve à voyager dans un pays toujours marqué par le racisme. Après avoir appris à jouer de la guitare, il participe à des fêtes de quartier à Chicago et en 1927, enregistre pour Paramount Records ("House Rent Stomp", "Blues Big Bill").
Au cours des décennies suivantes, Broonzy poursuit ses voyages aux Etats-Unis et en Europe, sans renoncer à son travail d’ouvrier. Son œuvre reflète sa condition sociale, évoquant les luttes, la détermination de la classe ouvrière afro-américaine en milieu urbain.
Pour les amateurs de blues, Big Bill Broonzy est un personnage clé de la compréhension de cette histoire, comme Alan Lomax à un autre bout du micro. Car Big Bill, au-delà de ses enregistrements, donna des interviews, écrivit et apporta une contribution de premier ordre à la connaissance de l’Amérique de son temps. Il est à ce titre l’un des musiciens essentiels, et pas seulement pour les " folkloristes ", mouvement critique qui lui doit tant, mais plus largement pour tous les amateurs de l’histoire artistique populaire américaine du XXe siècle, car son voyage, l’évolution de sa condition humaine, en font un archétype de l’Amérique de ce temps. Indispensable.
Yves Sportis