Err

PUB-Juan2024-BH.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Khan Jamal

10 jan. 2022
23 juillet 1946, Jacksonville, FL - 10 janvier 2022, Philadelphie, PA
© Jazz Hot 2022

Khan Jamal, Jazz Fort Napoléon, La Seyne-sur-mer, 27 juillet 2000 © Serge Baudot
Khan Jamal, Jazz Fort Napoléon, La Seyne-sur-mer, 27 juillet 2000 © Serge Baudot


Figure de la génération des lofts et de la scène jazz alternative de Philadelphie, Khan Jamal y est resté fidèle toute sa vie. Son attachement local, mais surtout l'esthétique post-coltranienne choisie,  expliquent un relatif déficit de notoriété comme c'est souvent le cas des artistes du free jazz afro-américain, alors qu'il fut l’un des vibraphonistes et marimbistes essentiels, évoluant dans une esthétique qualifiée d'«avant-garde» bien que culturellement très enracinée dans le blues et la tradition du jazz (il suffit d'écouter sa belle version de «In a Sentimental Mood» de Duke Ellington dans la vidéographie ci-dessous pour s'en persuader), à laquelle s'ajoute une dimension spirituelle et politique, une volonté créative dépassant les modes, comme pour l'ensemble des artistes du jazz depuis plus d'un siècle. Comme beaucoup d'artistes de jazz de sa génération, il a eu à subir la première démolition du jazz par les musiques commerciales et de modes, au moment où il émergeait sur la scène au début des années 1970.
Il est décédé,  le 10 janvier 2022 au Chestnut Hill Hospital de Philadelphie à l'âge de 75 ans.

 

 

Khan Jamal, Jazz Fort Napoléon, La Seyne-sur-mer, 27 juillet 2000 © Serge Baudot

Khan Jamal, Jazz Fort Napoléon,
La Seyne-sur-mer, 27 juillet 2000
© Serge Baudot


Warren Robert Cheeseboro est né à Jacksonville, FL, à l'été 1946, et a grandi à Philadelphie, PA. Son père, Henry McCloud, était entrepreneur et sa mère, Willa Mae Cheeseboro, assure un revenu complémentaire à la famille comme pianiste de bar. Lorsque ses parents se séparent, il vit avec sa grand-mère dans une maison face à celle qu’occupe sa mère avec son nouveau mari et leurs trois enfants.

Son environnement est baigné par le jazz.
«Vous entendiez toujours de la musique sortir de la maison de quelqu’un. Dans mon quartier, j’écoutais surtout du jazz», avait-il déclaré dans Philly Jazz Documentary de Jason Fifield (2009). Il a ainsi l’occasion d’entendre des musiciens localement, très nombreux au nord de Philadelphie, comme Lee Morgan ou John Coltrane qui habite à proximité, au n°33 Nord Street, jusqu’en 1958. L’adolescent assiste aux répétitions et aux jam-sessions qui se tiennent dans la maison de famille du ténor à l’invitation de Mary Alexander dite, «Cousin Mary»: «Beaucoup de musiciens venaient là-bas. J’avais l’habitude de m’asseoir sur les marches et de les écouter tout le temps. A partir de là, la musique était dans mon sang. Je suis né musicien.» Quelques années plus tard, Cousin Mary lui proposera de rejoindre sa John W. Coltrane Cultural Society pour y donner des master-classes.
 

Warren commence le vibraphone à la fin de son adolescence, principalement inspiré par Lionel Hampton. Après le lycée, il est enrôlé pour la guerre du Vietnam en 1965 et, à son retour, fréquente deux écoles de musique de Philadelphie: la Granoff School of Music et le Combs College of Music, par lesquels est passé John Coltrane, et prend des leçons privées avec le vibraphoniste Bill Lewis; il enregistrera en duo avec lui l’album The River en 1977 chez Philly Jazz.

A la fin des années 1960, il intègre l’univers de Sun Ra avec le groupe Cosmic Forces et le Sun Ra Arkestra qui s’est installé à Philly en 1968. Il rejoint ensuite, avec quelques autres des membres de l’Arkestra, la formation de Sunny Murray, Untouchable Factor. C’est probablement à cette époque qu’il adopte le nom musulman de Khan (celui qui dirige) Jamal (beauté), comme Ahmad, à l'image de beaucoup de jeunes Afro-Américains, qui depuis le début du siècle continuent de rompre avec le christianisme hérité de la période de l’esclavage.

 

1972. Sounds of Liberation, New Horizons, Dogtown1972. Khan Jamal, Drum Dance to the Motherland, Dogtown



En 1970, il cofonde le collectif Sounds of Liberation avec Omar Hill (perc) qui rassemble des jeunes musiciens en quête de création artistique portant une expression politique ancrée dans le contexte pesant de l'époque (mort de Coltrane, assassinat de Martin Luther King, Jr., guerre du Vietnam): Monnette Sudler (g), Billy Mills (b), Dwight James (dm), Rashid Salim (perc), rejoints par Byard Lancaster (as). Le groupe, sur le modèle du Sun Ra Arkestra, évolue en une coopérative implantée dans le quartier de Germantown, toujours au nord de Philadelphie, mais peine à se faire connaître hors des limites de la ville. Sa musique expérimentale, empreinte de spiritualité, donne lieu à un LP en mars 1972, The Sounds of Liberation-New Horizons, édité sur le label du collectif, Dogtown, dans une période où les musiciens cherchent à reprendre le contrôle de leur production.

La même année, en octobre, Khan Jamal enregistre, live au Catacombs Club de Philadelphie, à la tête de son Creative Arts Ensemble, Drum Dance to the Motherland (Dogtown). En 1974, à l’occasion d’un séjour à Paris, il enregistre Give the Vibes Some (Palm) où il joue aussi des marimbas. Acteur engagé du free jazz de Philadelphie, durablement marqué par l'héritage coltranien, il participe à divers orchestres où il retrouve régulièrement Monnette Sudler et Byard Lancaster avec lesquels il accompagne Sunny Murray (dm) sur la série d’albums Wildflowers (1976, Douglas/Casablanca) qui comprend également David Murray (ts).


1984. Khan Jamal, Dark Warrior, SteepleChase





Dans les années 1980, parallèlement à ses propres formations et à son travail de compositeur, Khan Jamal fait partie du Decoding Society de Ronald Shannon Jackson (dm), joue avec Billy Bang (vln) et Charles Tyler (s). A partir de 1984, à l'occasion de fréquents séjours en Scandinavie, il effectue avec Dark Warrior (SteepleChase) le premier enregistrement d’une belle série de quatre albums pour les labels scandinaves: Three, The Traveller (SteepleChase), Thinking of You (1986, Storyville), pour lesquels il croise la route de Johnny Dyani (b) et de nouveau celle de Charles Tyler, entre autres. Johnny Dyani n'est sans doute pas étranger à la couleur africaine qu'a développée Khan Jamal utilisant le marimba et le balafon à cet effet.

En 1988, il retrouve Sunny Murray et Dave Burrell, avec également William Parker (b), sur Speak Easy (Gazell). 
Il participe aussi au big band collaboratif initié en 1985 par Sunny Murray et Philly Joe Jones (dm), Change of the Century Orchestra, et à l’album éponyme live à Berlin (1987, J.A.S.) avec notamment Romulus Franceschini (lead, arr), Ted Curson (tp), Grachan Moncur III (tb), Odean Pope (ts), Dave Burrell (p), Monnette Sudler et Byard Lancaster. L'orchestre comprend aussi Archie Shepp.


Khan Jamal, Jazz Fort Napoléon, La Seyne-sur-mer, 27 juillet 2000 © Serge Baudot
Khan Jamal, Jazz Fort Napoléon, La Seyne-sur-mer, 27 juillet 2000 © Serge Baudot


Il commence à être sollicité par des musiciens de la jeune génération à la fin des années 1990, comme Roy Campbell, Jr. (tp) et Matthew Shipp (p) qui tentent ensemble des rencontres avec le hip hop. Pour le label CIMP, il poursuit son cheminement créatif au balafon (Balafon Dance, 2002), en compagnie de partenaires de longue date comme Odean Pope (Nothing Is Wrong, 2003), Grachan Moncur III et Byard Lancaster (Black Awarness, 2005) ou du violoncelliste Dylan Taylor (Fire & Water, 2007).


2008. Khan Jamal, Impressions of Coltrane, SteepleChase





En 2005, il grave, pour le label français Discograph, Return From Exile (cf. chronique dans Jazz Hot Supplément 634) et revient jouer en Europe l’année suivante avec Sounds of Liberation, qui s’est reformé, et suscite un nouvel engouement avec la réédition de New Horizons en 2010 par Porter Records et la sortie en 2019 d’un live inédit de 1973 à l’Université de Columbia: Unreleased (Dogtown/Brewerytown).

En 2007, d’ultimes retrouvailles discographiques avec les deux saxophonistes de Philadelphie, Byard Lancaster et Odean Pope, donnent lieu à un album-hommage à l'inspirateur: Impressions of Coltrane (SteepleChase).

 

Khan Jamal laisse deux fils: Khan II et Tahir, rappeur qui apparaissait sur l’album Cubano Chant (2000, Jambio). Le Clef Club de Philadelphie, belle institution dirigée par Lovett Hines, lui rendra hommage dans les prochains mois.

rôme Partage et Hélène Sportis
Photos Serge Baudot
images extraites de YouTube
avec nos remerciements



*


DISCOGRAPHIE

Leader/Coleader
LP  1972. Khan Jamal, Drum to the Motherland, Dogtown (=CD Eremite Records MTE-050)
LP  1974. Khan Jamal, Give the Vibes Some, Palm 10
LP  1977. Khan Jamal/Bill Lewis, The River, Philly Jazz 1002
LP  1982. Khan Jamal, Infinity, Con Brio 001 (=CD Jambrio 1001)
1972. Khan Jamal, Drum to the Motherland, Dogtown1974. Khan Jamal, Give the Vibes Some, Palm1977. Khan Jamal/Bill Lewis, The River, Philly Jazz
1982. Khan Jamal, Infinity, Con Brio













LP  1984. Khan Jamal Quartet, Dark Warrior, SteepleChase 1196 (=CD 31196)
LP  1984. Khan Jamal/Pierre Dørge/Johnny Dyani, Three, SteepleChase 1201 (=CD 31201)
LP  1985. Khan Jamal Trio, The Traveller, SteepleChase 1217 (=CD 31217)
CD 1986. Khan Jamal, Thinking of You, Storyville 4138
1984. Khan Jamal, Dark Warrior, SteepleChase1984. Khan Jamal/Pierre Dørge/Johnny Dyani, Three, SteepleChase1985. Khan Jamal Trio, The Traveller, SteepleChase
1986. Khan Jamal, Thinking of You, Storyville













CD 1987. Khan Jamal/Sunny Murray/Romulus Franceschini, Change of the Century Orchestra, J.A.S.
CD 1988. Khan Jamal, Speak Easy, Gazell 4001
CD 1989. Khan Jamal, Don’t Take No!, Stash 20
CD 1989. Khan Jamal, Cool, Jambrio 1008
1987. Khan Jamal/Sunny Murray/Romulus Franceschini, Change of the Century Orchestra, J.A.S.1988. Khan Jamal, Speak Easy, Gazell1989. Khan Jamal, Don’t Take No!, Stash
1989. Khan Jamal, Cool, Jambrio













CD 1997. Khan Jamal, Percussion & Strings, CIMP 143
CD 2000. Khan Jamal, Cubano Chant, Jambrio 1002
CD 2002. Khan Jamal Quintet, Balafon Dance, CIMP 267
CD 2003. Odean Pope & Khan Jamal Quartet, Nothing Is Wrong, CIMP 294
1997. Khan Jamal, Percussion & Strings, CIMP2000. Khan Jamal, Cubano Chant, Jambrio2002. Khan Jamal Quintet, Balafon Dance, CIMP
2003. Odean Pope & Khan Jamal Quartet, Nothing Is Wrong, CIMP













CD 2005. Khan Jamal Quintet, Black Awareness, CIMP 322
CD 2005. Khan Jamal, Return From Exile, Isma’s 612458-2
CD 2007. Khan Jamal & Dylan Taylor, Fire and Water, CIMP 364
CD 2007. Khan Jamal, Impressions of Coltrane, SteepleChase 31666
2005. Khan Jamal Quintet, Black Awareness, CIMP2005. Khan Jamal, Return From Exile, Isma’s2007. Khan Jamal & Dylan Taylor, Fire and Water, CIMP
2007. Khan Jamal, Impressions of Coltrane, SteepleChase













Sideman
LP  1972. Byard Lancaster, The Sounds of Liberation-New Horizons, Dogtown (=CD Porter 1508)
LP  1976. Collectif, Wildflowers 1: The New York Loft Jazz Sessions, Douglas 7045
(1 titre avec Sunny Murray & The Untouchable Factor)
LP  1976. Collectif, Wildflowers 5: The New York Loft Jazz Sessions, Douglas 7049
(face A: Sunny Murray & The Untouchable Factor)
LP  1977. Monnette Sudler Quintet, Brighter Days for You, SteepleChase 1087 (=CD 31087)
LP  1977. Ted Daniel, Tapestry, Sun 112 (=CD Porter 1503)
LP  1981. Ronald Shannon Jackson & The Decoding Society, Nasty, Moers Music 01086 (=CD Cymbata Music)
LP  1981. Jemeel Moondoc Sextet, Konstanze's Delight, Soul Note 1041 (=CD 121041-2)
LP  1981. Dwight James, Inner Heat, Cadence Jazz 1014
LP  1982. Billy Bang, Outline no. 12, Celluloid 5004 (=CD Charly Records 256)
LP  1985. Joe Bonner, Suite for Chocolate, SteepleChase 1215 (=CD 31215)
LP  1987. Art Webb/Omar Hill, Caribbean Breeze, Gaslight 525 (=CD Jambrio 1004)
CD 2000. Jemeel Moondoc Vtet,  Revolt of the Negro Lawn Jockeys, Eremite 28
CD 2001. Roy Campbell, It's Krunch Time, Thirsty Ear 57107-2
CD 2002. Matthew Shipp, Antipop, Thirsty Ear 571120-2
CD 2002. Matthew Shipp, Equilibrium, Thirsty Ear 571127-2
CD 2005. Byard "Thurnderbird" Lancaster, Soul Unity, Isma’s 612896-2
1972. Byard Lancaster, The Sounds of Liberation-New Horizons, Dogtown1976. Collectif, Wildflowers 1: The New York Loft Jazz Sessions, Douglas1985. Joe Bonner, Suite for Chocolate, SteepleChase
2001. Roy Campbell, It's Krunch Time, Thirsty Ear













*


VIDÉOGRAPHIE

Khan Jamal, Cheney University of Pennsylvania, 15 avril 1992, image extraite de YouTube
Khan Jamal, Cheney University of Pennsylvania, 15 avril 1992, image extraite de YouTube



Chaînes YouTube de Khan Jamal

https://www.youtube.com/channel/UCLRuWG9FeuDn5XGgphg26Jw/playlists

https://www.youtube.com/playlist?app=desktop&list=PLfysgdM2KWxNmoz3cbkFWYlR06DX4c-Rq
https://www.youtube.com/playlist?list=PLeNqS_wzIYmboZwd4tuZLQRgmqA7eqq-8


1992. Khan Jamal, Dan Klyman (p,kb), Kenny Kellum (b), Dwight James (perc), Cheyney University of Pennsylvania, 15 avril

https://www.youtube.com/watch?v=2ecWdu-YnOI

 

2005. Khan Jamal, Grachan Moncur III (tb,voc), Byard Lancaster (as), Dylan Taylor (b), Rob Henderson (dm), album Black Awareness, CIMP, Spirit Room, Rossie, New York, NY, 10 et 11 janvier 2005

https://www.youtube.com/watch?v=wggZd_sqQ1w

 

2011. Khan Jamal, Dylan Taylor (b), Rob Henderson (dm), André Café Acoustique, Chester, PA, 9 septembre

https://www.youtube.com/watch?v=YOElurS1UG0



*