Err

pubentetesite-OK.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Sam Reed

7 juillet 2021
18 octobre 1935, Kingstree, SC - 7 juillet 2021, Philadelphie, PA
© Jazz Hot 2021

Sam Reed, West Oak Lane Jazz and Arts Festival, Philadelphie, PA, 2009, image extraite de YouTube
Sam Reed, West Oak Lane Jazz and Arts Festival, Philadelphie, PA, 2009, image extraite de YouTube

Sam REED

Philly Jazz Hero

«Sam était parmi les tout meilleurs saxophonistes de Philly… Parler de Sam, c’est parler de l'héritage auquel il appartient: Les Frères Heath, Benny Golson, Trane, quand il est arrivé en ville pour la première fois, Odean Pope… Il faisait partie de ce groupe de jeunes musiciens qui ont grandi pendant cette période. La seule chose qui l'a empêché de devenir célèbre dans le monde entier, c'est qu'il a choisi de rester à Philadelphie.» 
                                                                                                      Lovett Hines, directeur artistique du Philadelphia Clef Club

Le saxophoniste Sam Reed, qui avait l'âge de Jazz Hot (1935), est mort le 7 juillet 2021 à Philadelphie. La cité a perdu dans ces deux années 2020-2021 beaucoup de ses artistes  majeurs du jazz, ceux qui ont fait l’histoire du jazz. Avec Sam Reed, comme on a pu le dire de Bootsie Barnes et de Jimmy Heath, c'est une véritable mémoire, une bibliothèque, qui disparaissent de la ville. Sa route a croisé celle de tous les artistes de jazz de premier plan qui ont fait de Philly l’un des foyers les plus remarquables des années d'après-guerre. Comme d'autres, il avait choisi de vivre son art dans sa ville, et c'est la raison pour laquelle sa réputation y est restée limitée, mais tous ceux qui l'ont connu gardent le souvenir d'une personnalité et d'un artiste exceptionnels au service du jazz et de sa ville.
Hélène Sportis
avec la complicité de Jérôme Partage et Yves Sportis
Images extraites de
YouTube
avec nos remerciements


«La première fois que j'ai rencontré Charlie Parker et son groupe, c'était chez les Heath. A cette époque, le groupe de Parker était composé de Miles Davis, Max Roach, Duke Jordan et Tommy Potter. Jimmy a dit à Charlie Parker que je voulais jouer du saxo.
Il m'a souri et m'a dit: "Entraîne-toi tout le temps"
», (vers 1947-1948)(1)


Sam Reed est né le 18 octobre 1935 à Kinstree en Caroline du Sud et avait migré en 1941 avec sa famille, dans le continuum de cette Grande Migration commencée en 1916 qui se poursuivait pour ceux toujours à la recherche incertaine d’une vie meilleure, entre Crise de 1929, crise du logement, du chômage, ségrégation, déni de justice, et deuxième conflit mondial. Comme la plupart des Afro-Américains arrivant du Sud, la famille Reed s’était installée dans le quartier de Point Breeze, au sud de Philadelphie, devenu du fait du regroupement communautaire, une scène musicale effervescente. Deux ans plus tard, John Coltrane déjà jeune homme, arrivera dans la ville avec sa famille venant de Caroline du Nord, dont Cousin Mary, qui elle aussi, œuvrera pour et dans le jazz, sa vie durant, aux côtés de toutes les énergies locales, dont Sam Reed et la famille Heath(2) native de Philadelphie dont Percy (b), Jimmy (ts), et Albert Tootie Heath (31 mai 1935, dm), le benjamin de la famille, de quatre mois l’aîné de Sam, l’ami d’une vie entière. Quant à Jimmy, le cadet, il a été son mentor-grand frère pour l’alto, le ténor, la flûte. Il apprend aussi le piano et la clarinette dans le cadre scolaire. Jimmy Heath qu’il accueillera plus tard au sein du Sam Reed Orchestra de l’Uptown Theatre pendant son année de restauration post-drogue et prison. Chez les Heath, la maman cuisinait et ouvrait son foyer pour tous les musiciens loin de chez eux, de J. J. Johnson au big band de Dizzy Gillespie, Miles Davis, Max Roach, Archie Shepp. C’est donc très naturellement dans cet environnement propice que la bande de copains de Sam (Ted Curson, Tootie Heath, Jimmy Garrison, Henry Grimes, Bobby Timmons, Robert Green, Mickey Roker, la plupart dans le même lycée) fonde un groupe, écoutant des disques, jouant dans des fêtes familiales, des centres communautaires, encore trop jeunes pour se produire en clubs. Le premier concert de Sam se tient dans son quartier au YMCA, un lieu d’accueil pour femmes de Catharine Street disposant d’un piano. En 1953,  le DJ  de WCMA Radio, Tommy Roberts (29 juin 1928, Camden, NJ, plus tard journaliste réputé dans le sport et les courses hippiques) crée des shows d’artistes déjà au sommet «Jazz at 11», puis en 1954, organise des jazz workshops de musiciens de moins de 21 ans à l’Heritage House, un centre communautaire au nord de Philadelphie, installé au 2e étage de l’actuel New Freedom Theatre de Broad Street(3), où il invitait ces stars programmées en ville (Johnny Hodges, John Coltrane, Art Blakey’s Messengers, Ella Fitzgerald, Roy Eldridge, Erroll Garner…) pour partager leur art, leurs expériences de  vie, et écouter les musiciens en herbe, le vendredi après-midi. Participent au groupe dit «Tommy Monroe Band», Wilmer Wise, Lee Morgan, John Splawn (tp), Kenny Rodgers, Sam Reed, Clarence Sharpe (as), John Coltrane (ts), Bobby Timmons, McCoy Tyner, Kenny Barron (p), Eddie Campbell, Lex Humphries (dm), Tommy Roberts-Monroe (b).


«Il y avait beaucoup de grands musiciens natifs de Philadelphie… des stars… Ils nous ont transmis leur musique pour nous aider. Et on s’y est accrochés. Il y avait tant de musiciens talentueux à Philly quand j'étais jeune. Chacun semblait avoir ce qu'il faut pour être un bon musicien. Chaque fois que nous avions l'occasion de nous entraîner avec eux ou de nous réunir, c'est ce que nous faisions,
afin d’apprendre les airs et jouer aussi bien que nous le pouvions.»



Sam Reed, Philadelphie, PA, vers 2008, image extraite de YouTube
Sam Reed, Philadelphie, PA, vers 2008, image extraite de YouTube



A sa majorité (1956), Sam joue de plus en plus, en clubs aussi, et même une fois avec Billie Holiday pour un spectacle sur Roosevelt Blvd; il travaille très régulièrement à l’Uptown Theatre (qui fait partie du Chitlin' Circuit) à partir de 1957, puis en 1963, il en devient le chef d’orchestre-animateur-programmateur, renommant parfois son groupe de musiciens le «Sam Reed Band» avec Leon Mitchell (p), Jimmy Heath, Odean Pope, Bootsie Barnes, Leon Zakery, Morgan Frisby (s), Wilmer Wise, Cullen Knight (tp), Fred Joyner, Clarence Watson (tb), Ronnie Baker (b), Norman Harris (g), Earl Young (dm). Dans ce théâtre il fait venir James Brown, Cannonball Adderley, Nancy Wilson, Bobby Blue Band, les artistes de la Motown-Detroit, le très jeune Stevie Wonder, Aretha Franklin… En 1971, il devient directeur musical de Teddy Pendergrass (voc) et du nouveau label soul de Philly, Philadelphia International Records, fondé par les auteurs-compositeurs de R ’n’ B,  Gamble & Huff, contribuant à créer le «Sound of Philadelphia».

Sous l’impulsion de Sam, lui-même biberonné à la transmission de proximité, l’Uptown Theatre se transforme en pépinière de talents. L’apprentissage y est foisonnant, savoir jouer d’oreille une base indispensable, «ad lib’»  comme Sam disait. Mais le lieu, au bord de la faillite, ferme ses portes en 1978. Dans les années 1980, Sam reprend donc sa mission sur la scène jazz en indépendant, après une petite décennie d’absence, accueillant et guidant les nouveaux venus, telle Denise King qui avait relaté dans son interview à Jazz Hot, ses premiers pas avec et grâce à lui, et partage aujourd’hui ses derniers moments avec Sam: «Et j’ai continué à jouer avec lui les décennies suivantes. Quand j’étais à Philadelphie, c’était lui mon sax. Mon dernier concert avec lui était en mai 2021, pour la fête des mères. C’était un concert en souvenir de ma mère qui est décédée il y a un an… La nouvelle de la disparition de Sam a été un choc, il était comme mon "Tonton", nous étions très proches. Il aimait la musique et il aimait les gens. Je vais me battre pour qu’il ait son nom sur le Music Walk of Fame de Philly et qu’une rue porte son nom près de l’Uptown Theatre.»

En 2011, sur la recommandation de Al Tootie Heath qui avait fait plusieurs disques avec Roberto Magris, Sam Reed enregistre avec le pianiste un album intitulé 
Sam Reed Meets Roberto Magris: Ready for Reed, pour le label JMood, à Kansas City.


Sam Reed au Clef Club, Philadelphie, PA, 2009, image extraite de YouTube
Sam Reed au Clef Club, Philadelphie, PA, 2009, image extraite de YouTube


C’est ainsi que Sam Reed devient un héros historique adulé et incontournable de la scène jazz de Philadelphie (cf. Clef Club) qu’il avait investie dès son adolescence en 1948, dans une construction de parcours solide, nourri et mûri de ferments humains, depuis les groupes amateurs, apprenant près des talents confirmés, jusqu’à lui-même transmettre aux suivants, comme tout bon jazz messenger inscrit dans ce tout collectif du jazz, et ce, jusqu’au samedi 4 juillet précédant son décès, car il honorait toujours ce rendez-vous des jams hebdomadaires du Top Shelf Lounge à Philadelphie.


«Je suis très satisfait de ma vie de musicien. Je me sens le plus chanceux du monde d’avoir  joué avec tous les grands noms:
Bill Cosby, Teddy Pendergrass, Charlie Parker, Miles Davis, Max Roach, Johnny Carson. Citez quelqu’un, j’ai joué avec.
J'ai apprécié chaque minute.»


Sam a profondément chéri son expérience de vie, célébrant la mémoire collective par le jazz (cf. vidéographie), que ce soit pour des hommages à John Coltrane, pour le Centenaire de la Grande Migration ou les droits civiques.

«Mon père aimait sa musique, probablement plus que tout… C'était sa vie. Je savais qu'il connaissait beaucoup de monde. 
Mais maintenant qu'il est parti, c'est accablant, avec des gens qui appellent, écrivent et posent des questions 
auxquelles je ne peux pas répondre, je sais qu'il était vraiment, vraiment aimé.»
                                                                                                                                            Tamika Lucas (fille de Sam Reed)

Sam Reed avait été marié en septembre 1967 avec Sarah Dash, chanteuse du groupe vocal de Patti LaBelle. Il s’est éteint dans son sommeil à son domicile au nord de Philadelphie, auprès de ses enfants, Tamika et Yerodin Lucas, de six petits-enfants et dix arrière-petits-enfants. Un hommage «Jam for Sam» a eu lieu au Community Education Center le 20 juillet, animé par Leo Gadson, Stephen Braylock, Lovett Hines, Webb Thomas et Denise King. Jazz Hot partage la peine de ses proches.

1. Joy Ride! The Stars and Stories of Philly's Famous Uptown Theater, Kimberly C. Roberts, Xlibris Corp., 2013
2. Heath Brothers: interview de Jeb Patton, Jazz Hot n°680, été 2017
3. Site All That Philly Jazz: https://phillyjazz.us/2015/03/09/heritage-house-jazz-workshop
et https://jazzstudiesonline.org/files/jso/resources/pdf/McMillanLeeMorgan_0.pdf


SOURCES    






Jeffery S. McMillan sur Lee Morgan
- Musical Education: Lee Morgan and the Philadelphia Jazz Scene of the 1950s, N°Printemps 2001-2002, Revue Current Musicology
- DelightfuLee: The Life and Music of Lee Morgan, University of Michigan Press

*

DISCOGRAPHIE
Jérôme Partage

2011. Sam Reed Meets Roberto Magris, Ready for Reed

Coleader
CD 2011.
Sam Reed Meets Roberto Magris, Ready for Reed, JMood 006

Sideman
LP  1959. Lee Lovett and his Orchestra, Jazz Dance Party, Wynne 108
LP  1972. Grady Tate, She Is My Lady, Janus 3050
CD 1985. The Odean Pope Saxophone Choir, The Saxophone Shop, Soul Note 121129-2
CD 1990. The Odean Pope Saxophone Choir, The Ponderer, Soul Note 121229-2
CD 1993. The Odean Pope Saxophone Choir, Epitome, Soul Note 212279-2
CD 1995. Denise King, Now… Ain't That Love, R.E.D.D. King 541031
CD 1996. Denise King, Simply Mellow, R.E.D.D. King 314-8089
CD 2000. Denise King, Fever, R.E.D.D. King 4501

1959. Lee Lovett and his Orchestra, Jazz Dance Party1972. Grady Tate, She Is My Lady1985. The Odean Pope Saxophone Choir, The Saxophone Shop1990. The Odean Pope Saxophone Choir, The Ponderer












1993. The Odean Pope Saxophone Choir, Epitome1995. Denise King, Now… Ain't That Love1996. Denise King, Simply Mellow2000. Denise King, Fever













*


VIDEOGRAPHIE
Hélène sportis

Sam Reed, Top Shelf Lounge, Philadelphie, PA, 2012, image extraite de YouTube
Sam Reed, Top Shelf Lounge, Philadelphie, PA, 2012, image extraite de YouTube


1959. Leroy Lee Lovett and his Orchestra, big band de Philadelphie dont Leroy C. Lovett Jr. (p,arr,comp), Kent Pope (cl,as), Sam Reed (as), Bob Brown (ts), Al Hall (b), George Edward "Butch » Ballard (dm), album Jazz Dance Party, Wynne Records, NY

2008. Sam Reed parle de l’Uptown Theatre de Philadelphie, projet de documentaire Philly Pop Music de George Manney
https://www.youtube.com/watch?v=b5eIexkou3M

2009-2010. Sam Reed, documentaire Philadelphia Education in Jazz, paroles et musique au West Oak Lane Jazz and Arts Festival de Philadelphie, avec Adam Faulk (kb), Khary Shaheed (dm), Jon Michel (b), Chaîne YouTube Philly Jazz
https://www.youtube.com/watch?v=GPHXrsv0xN8

2011. Sam Reed, Joey Harrison (perc) Group, musique, paroles sur le jazz, et politique à Philadelphie, Philly’s Platinium Grille, Eye Jazz.tv, 11 décembre, 25 septembre
https://www.youtube.com/watch?v=GjW4lwEFh8g
https://www.youtube.com/watch?v=V_qDQwyWtTA
https://www.youtube.com/watch?v=xl62rfmHIuI


2012. Sam Reed, hommage de la Jazz Journalists Association, Top Shelf Lounge, Philadelphie, PA, eye jazz.tv, 24 juin
https://www.youtube.com/watch?v=CJJGiwqY8Yg
https://www.youtube.com/watch?v=j44pMzAbr1k


2012. Sam Reed, Sonny Keaton (org), George Perakis (g), Wayne Morgan (dm), «Angelica» (Duke Ellington), Live in Collingswood, décembre, Chaîne YouTube Philly Jazz
https://www.youtube.com/watch?v=nZ3WSi12cVw

2016. Sam Reed, Will Wright (tp), March Johnson (p), Kenny Davis (b), Jeff Johnson (dm), Arch Street Meeting House, concerts pour le centenaire du début de la Grande Migration, Philadelphia Jazz Project, contributions musicales de la Caroline du Sud, 3 juin
https://www.youtube.com/watch?v=huYgBaB4yB4
https://www.youtube.com/watch?v=G0LKT8dE7Y4
https://www.youtube.com/watch?v=KX0IeaL4uDE
https://www.youtube.com/watch?v=ITluQUgGA2E


2016. Sam Reed, George Barron & Julian Pressley, 90
e anniversaire de John Coltrane, Church Of The Advocate, Philadelphie, PA, WRTI/Philadelphia Jazz Project/Temple University Libraries/PhillyCAM/Jazz Near You, 23 septembre
https://www.youtube.com/watch?v=4Q8wD28u4Co


*