Err

pubentetesite-OK.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Jeff Clayton

16 déc. 2020
16 février 1954, Venise, CA – 16 décembre 2020, Los Angeles, CA
© Jazz Hot 2020

Jeff Clayton, Jazzwoche Burghausen, Allemagne, 2011, vidéo YouTube, cliquez sur l'image
Jeff Clayton, Jazzwoche Burghausen, Allemagne, 2011, vidéo YouTube, cliquez sur l'image

Jeff Clayton

Alto caméléon

 
Le saxophoniste alto et flûtiste Jeff Clayton nous a quittés le 16 décembre 2020 à son domicile de Los Angeles, CA. Gail Boyd, son manager depuis plus de vingt-sept ans, a souligné le courage de son long combat contre la maladie, saluant le musicien qui privilégiait l’émotion et le partage dans sa musique comme dans sa vie. Un musicien «caméléon» comme Jeff Clayton aimait le rappeler, notamment dans le livre de Sheila E. Anderson, How to Grow as a Musician: What All Musicians Must Know to Succeed (Simon and Schuster, 2019), précisant que son background de jazzman issu des pupitres des meilleurs big bands, ceux de Woody Herman, Count Basie Orchestra et Lionel Hampton, l’avait aidé à être le musicien polyvalent et complet qui pouvait jouer n’importe quel style. Jeff Clayton était un altiste à l’expressivité affirmée, dans un esprit proche de Cannonball Adderley, avec une attaque franche et un vrai sens de la mélodie, doublée d’une sonorité où se mêlent fluidité et lyrisme qui en faisait un des meilleurs musiciens de studios de L.A. Au-delà des séances d’enregistrements et des tournées internationales auprès des artistes pop dont Madonna, Joe Cocker, Kenny Rogers ou Michael Jackson, mais aussi avec des figures importantes des musiques populaires afro-américaines, telles que Stevie Wonder, B.B. King, Ray Charles, Dr. John, Gladys Knight ou Earth, Wind & Fire, il restait avant tout un formidable musicien de jazz à la culture fortement ancrée dans la tradition.

Il cultiva son goût pour la mélodie et son rôle d’arrangeur en collaborant avec plusieurs grandes voix: Ella Fitzgerald, Nina Simone, Frank Sinatra, Sammy Davis, Jr. et plus récemment Dianne Reeves. Avec son frère John Clayton, contrebassiste et arrangeur, ainsi que le batteur Jeff Hamilton, il fut coleader d’un excellent quartet puis quintet sous le nom de Clayton Brothers qu’il prolongea sous la forme d’un big band, The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, qui devient une véritable institution des studios de Los Angeles, servant d’écrin à Milt Jackson, Dee Dee Bridgewater, Diana Krall, Kurt Elling, Benny Carter, Benny Golson, John Pizzarelli ou Nancy Wilson pour ne parler que du jazz. Il était, en outre, un excellent passeur de la mémoire du jazz à travers son rôle d’enseignant à l’Université de Cal States Long Beach Los Angeles, CA, mais aussi grâce à de nombreuses master classes à travers le monde. Ce sens du partage et de la transmission correspondait à sa nature profonde, comme l’a souligné son frère John dans un communiqué: «Je suis triste mais soutenu par l’esprit de Jeff, en me rappelant les six décennies où nous avons grandi ensemble et la musique que nous avons partagée dans une célébration permanente de la vie.»

Malgré l'éclectisme de sa carrière (le métier), Jeff Clayton a toujours privilégié son expression dans le jazz. Un jazz de culture qu’il allait puiser à la source de ses origines: celles d’une enfance passée sur les bancs de l’église baptiste de son quartier où le blues n’est jamais loin. Pour Jeff Hamilton, il était avant tout «un passionné de jazz. Son amour, sa joie, sa persévérance et son sens de l’humour avaient une influence sur beaucoup de monde. Il avait sa propre vision de la musique qu’il faisait passer dans ses compositions et il invitait souvent les autres à partager ses points de vue sur la musique. Il laisse un vide irremplaçable.»

David Bouzaclou
Images extraites de YouTube et livrets




Né le 16 février 1955 à Venise, CA, Jeffrey Leland Clayton a passé son enfance dans les faubourgs de Los Angeles dans un univers où la musique, et le gospel en particulier, font partie des traditions familiales. En effet, l’église baptiste a joué un rôle majeur dans son approche de la musique. Sa mère, chef de chœur, pianiste et organiste au sein de la paroisse,  encourageait ses enfants à pratiquer un instrument. Alors que son frère aîné John s’intéresse à la contrebasse, Jeff choisit la clarinette, à l’âge de 9 ans, puis le saxophone à 14 ans, et l’étude de la flûte avec son professeur Bill Green, un musicien de studio qui jouait également dans les meilleurs big bands de la ville. Il restera son professeur jusqu’à l’âge de 37 ans et deviendra son ami et mentor. Il prend également des cours avec Buddy Collette et Earle Dumler, un excellent musicien de studio pratiquant le hautbois. Outre le gospel, il écoute les musiques populaires de sa génération comme la soul du label Motown et les artistes de rhythm & blues de l’époque avant de tomber dans le jazz en participant aux orchestres de son lycée.

 

1978. The Clayton Brothers, Jeff & John



En 1973, il s’inscrit à la California State University-Northridge où il étudie le hautbois et le cor anglais, mais un événement va perturber son cursus, un semestre avant l’obtention de son diplôme: on lui propose d’intégrer la formation de Stevie Wonder, alors star de la Motown. Une opportunité qu’il ne laisse pas échapper et qui lui ouvre les studios d’enregistrement et les scènes des festivals durant trois ans avant de retourner à Los Angeles, préfigurant une carrière de musicien de studio prolifique. En 1978, son frère John est membre de l'orchestre de Count Basie et fait partie de la fameuse tournée au Japon qui donnera l'album Live in Japan (Pablo). Il lui permettra  de rencontrer Count Basie et d'intégrer sporadiquement l'orchestre peu avant le décès de l'illustre leader et de poursuivre ainsi l'aventure sous la direction de Thad Jones. Une filiation que l’on retrouve à la même époque avec la création The Clayton Brothers où Jeff Clayton est coleader avec son frère John qui compose et arrange la plupart des thèmes. L’orchestre propose un jazz hard bop marqué par le blues et le swing. S’y succèdent les guitaristes Ron Eschete, Emily Remler, les pianistes Patrice Rushen, Roger Kellaway, Bill Cunliffe ou plus récemment le talentueux Gerald Clayton, le fils de John, ou encore le trompettiste Terell Stafford et quelques invités comme le vibraphoniste Stefon Harris, le tromboniste Wycliffe Gordon ou le batteur Obed Calvaire.

 

1989. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Groove Shop



En 1985, les frères Clayton forment avec le batteur Jeff Hamilton, originaire de Richmond, IN, le Clayton-Hamilton Jazz Orchestra. Jeff Hamilton est une vieille connaissance de John Clayton avec lequel il a partagé le même cursus à l’Université d’Indiana et une première expérience professionnelle au sein du Tommy Dorsey Orchestra sous la direction de Murray McEachern. John Clayton et Jeff Hamilton ont d’ailleurs constitué la rythmique du Ray Brown Trio et celui de Monty Alexander durant de nombreuses années avant de se retrouver au sein des Clayton Brothers. Et c’est naturellement qu’ils poursuivent leur collaboration autour d’un big band auquel se joint naturellement Jeff Clayton en raison de cette passion commune et familiale pour les grands orchestres et d'abord ceux de Count Basie, Duke Ellington et Thad Jones & Mel Lewis. Au sein du Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, on remarque d'emblée quelques noms prestigieux ayant fait les beaux jours des studios de Los Angeles et des plus grandes formations de jazz, à l’image des trompettistes Bobby Bryant, Oscar Brashear et Snooky Young, un grand styliste de la trompette, ayant collaboré avec Jimmie Lunceford, Count Basie, Lionel Hampton, Gerald Wilson et Thad Jones & Mel Lewis. Le Clayton-Hamilton Jazz Orchestra devient au fil du temps une référence tant pour sa capacité à prolonger la tradition que pour la forme plus contemporaine de l’écriture de John Clayon donnant des couleurs singulières à l’ensemble. Les vocalistes Ernestine Anderson, Ernie Andrews, Barbara Morrison, Diana Krall, mais aussi des instrumentistes vedettes comme John Pizzarelli et Milt Jackson enregistrent avec le big band d’excellents albums.

 

1987. Ray Brown/John Clayton, Superbass. Tributed to Freddy Green


En 1987, les frères Clayton sont au côté de Ray Brown sur l’album Superbass: Tributed to Freddy Green, qui est certainement le dernier enregistrement du grand guitariste de Count Basie. Jeff Clayton retrouve Ray Brown en 1990, dans les studios de Los Angeles, autour de son West Coast All Stars Giants, en compagnie de Cedar Walton, Billy Higgins, Conte Candoli et Pete Christlieb. Entre 1989 et 1991, il fait aussi fait partie du fameux Philip Morris Superband dirigé par Ray Brown et Gene Harris (p). Le 10 novembre 1990 à l’Apollo Theater de Harlem, la formation donne un concert mémorable avec Ray Charles, B.B. King et d’autres vétérans comme Plas Johnson, Urbie Green, Kenny Burrell et Harry Sweets Edison, point d'orgue d’une tournée internationale sponsorisée par les cigarettes Philip Morris pour une vingtaine de dates(1). L’aventure avait commencé le 1er octobre aux Carol Studios de New York, pour une répétition (cf. vidéographie: concert du 12 octobre 1990 à Tokyo et cf. discographie pour le disque B.B. King Live at the Apollo). Jeff Clayton connaît d’autres belles collaborations en sideman, avec Milt Jackson, Quincy Jones, Henry Butler, McCoy Tyner, lesquelles donnent plus de relief et d’authenticité à une discographie très éclectique. Ceux qui ont eu la chance d’être au New Morning à Paris le 13 mai 1994, ont pu apprécier le sextet du trompettiste et tromboniste australien James Morrison immortalisé sur l’excellent Live in Paris (EastWest) où Jeff Clayton répond au lyrisme et à la fougue du leader avec brio et musicalité dans l’esprit de Cannonball Adderley avec un sens du blues naturel.

 


2018. Jeff Clayton, Listen Through The Looking Glass


A partir de 1998, entre deux enregistrements, il enseigne à l’University of California à Los Angeles (ULCA) dans le département jazz dirigé par un proche, Kenny Burrell, jusqu’en 2002, à l’University of Southern California avec Shelly Berg et le Dr. Ron McCurdy (avec lequel il enregistre en 2001) de 2000 à 2004, à la California State University de Long Beach de 2005 à 2007, et au Cal State LA (Université d'Etat de Californie à Los Angeles) dirigé par le Dr. James Ford. 


Au sujet de son rôle de transmission, il évoquait sur son site internet l’apport qu’avaient pu avoir certaines grandes figures du jazz sur sa vie de musicien: «De Thad Jones, qui dirigeait le Count Basie Orchestra, j’ai appris l’art de la répétition; comment donner aux musiciens le soutien dont ils avaient besoin pour créer sans restriction. Il avait un cœur merveilleux. De Ray Brown, j’ai appris à m’exprimer, à être moi-même quoi qu’il arrive et à faire ce que je fais de mieux. "Poussez la phrase musicale", disait Ray Brown, "amenez-la là-bas". J’ai passé de nombreuses années sur scène et en studio avec Frank Sinatra; on m’a montré comment embrasser de longues phrases et comment simplement énoncer la mélodie. Frank était un maître de la mélodie.»


Dernièrement, il donnait plus d’importance à ses activités de leader à la tête de son quartet, tout en continuant son rôle de soliste avec The Clayton Brothers  et The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra. Il avait publié en 2018 son unique disque sous son seul nom, Listen Through the Looking Glass, qui est une sorte d’autoportrait où il fait swinguer le blues à merveille avec la voix de l’ancienne raelette, Valerie Mz. Val Geason.


1. La tournée a parcouru Les Etats-Unis, 
Les Philippines, Taiwan, la Corée, le Japon, l’Australie, l’Allemagne, les Pays-Bas, la France, l’Italie et la Turquie.




SITE INTERNET: jeffclaytonmusic.com


*
DISCOGRAPHIE



Leader/coleader
LP  1978. The Clayton Brothers, Jeff & John, Concord Jazz 89
LP  1981. The Clayton Brothers, It’s All in the Family, Concord Jazz 138
CD 1989. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Groove Shop, Capri 74021-2
CD 1989. Ernestine Anderson with the Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Boogie Down, Concord Jazz 4407
1978. The Clayton Brothers, Jeff & John1981. The Clayton Brothers, It’s All in the Family1989. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Groove Shop1989. Ernestine Anderson with The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Boogie Down












CD 1991. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Heart and Soul, Capri 74028-2
CD 1991. The Clayton Brothers, The Music, Capri 74037-2
CD 1994. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Absolutely!, Lake Street Records 52002
CD 1996. The Clayton Brothers, Expressions, Qwest 9 46351-2
1991. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Heart and Soul1991. The Clayton Brothers, The Music1994. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Absolutely!1996. The Clayton Brothers, Expressions












CD 1999. Milt Jackson Meets The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Explosive!, Qwest 9 47286-2
CD 2000. The Clayton Brothers, Sib.ling.i.ty, Qwest
9362-47813-2
CD 2000. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Shout Me Out!, Fable 54395
CD 2003. The Clayton Brothers, Back in the Swing of Things, Hyena Records 9338

1999. Milt Jackson Meets The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Explosive! 2000. The Clayton Brothers, Sib.ling.i.ty2000. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Shout Me Out!2003. The Clayton Brothers, Back in the Swing of Things












CD 2004. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Live at MCG, MCG Jazz 1017 
CD 2008. Clayton Bros., Brother to Brother, ArtistShare 85
CD 2010. Clayton Brothers, The New Song and Dance, ArtistShare 107
CD 2012. Clayton Brothers and Friends, The Gathering, ArtistShare 118
2004. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Live at MCG2008. Clayton Bros., Brother to Brother2010. Clayton Brothers, The New Song and Dance2012. Clayton Brothers and Friends, The Gathering












CD 2013. Ernie Andrews/Barbara Morrison/The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, The L.A. Treasures Project, Capri Records 74132-2
CD 2015. The Clayton Brothers, Soul Brothers, ArtistShare 144
CD 2018. Jeff Clayton, Listen Through the Looking Glass, Claytonomics Music 5639280801.2
CD 2019. James Morrison & Jeff Clayton, Beautiful Friendship, Birdland Records 60250838869
2013. Ernie Andrews/Barbara Morrison/The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, The L.A. Treasures Project2015. The Clayton Brothers, Soul Brothers2018. Jeff Clayton, Listen Through The Looking Glass2019. James Morrison & Jeff Clayton, Beautiful Friendship













Sideman
LP  1981. Creative Arts Ensemble, One Step Out, Nimbus West 579 (=CD 913 C)
LP  1981. The Leslie Drayton Orchestra, Turning a Corner, Esoteric Records 1002
LP  1983. Tsuyoshi Yamamoto, Zephyr, Concord Jazz 218
LP  1983. Leslie Drayton, Close Poursuit, Esoteric Records 3450
1981. Creative Arts Ensemble, One Step Out1981. The Leslie Drayton Orchestra, Turning a Corner1983. Tsuyoshi Yamamoto, Zephyr1983. Leslie Drayton, Close Poursuit












CD 1986. Henry Butler, Fivin’ Around, MCA/Impulse! 5707
CD 1987. Ray Brown/John Clayton, Superbass:
Tributed to Freddy Green, Capri 74018-2
CD 1990. Dee Daniels, Let’s Talk Business, Capri 74027-2
CD 1990. Gene Harris and the Philip Morris Superband, World Tour 1990, Concord Jazz 4443
1986. Henry Butler, Fivin’Around1987. Ray Brown/John Clayton, Superbass. Tributed to Freddy Green1990. Dee Daniels, Let’s Talk Business1990. Gene Harris and The Philip Morris Superband, World Tour 1990












CD 1990. B.B. King, Live at the Apollo, GRP 9637
CD 1990. Ray Brown and His West Coast All-Star Giants, Evergreen 4403, GML 20181
CD 1991. Ruth Brown, Fine and Mellow, Fantasy 9663-2
CD 1992. Norman Brown, Just Between Us, MoJazz 530 091-2
1990. B.B. King, Live at The Apollo1990. Ray Brown and His West Coast All-Star Giants, Evergreen 44031991. Ruth Brown, Fine and Mellow1992. Norman Brown, Just Between Us












CD 1992. Diane Schurr, In Tribute, GRP 2006
CD 1993. James Morrison, This Is Christmas, Warner Music 4509938632
CD 1993. Nina Simone, A Single Woman, Elektra 9 61503-2
CD 1993. Milt Jackson, Reverence and Compassion, Qwest/Reprise 9-45204-2
 1992. Diane Schurr, In Tribute1993. James Morrison, This Is Christmas1993. Nina Simone, A Single Woman1993. Milt Jackson, Reverence and Compassion












CD 1994. James Morrison and the Hot Horn Happening, Live in Paris, EastWest 4509-99260-2
CD 1995. Christopher Luty, It’s Good to Be Seen, Upright 55101
CD 1995. Quincy Jones, Q’s Jook Joint, Qwest/Warner Bros. 9362-45875-2
CD 1995. Dr. John, Afterglow, Blue Thumb Records GRB70002

CD 1996. John Pizzarelli, Let’s Share Christmas, RCA 07863 66986-2
CD 1997. Dee Dee Bridgewater, Dear Ella, Verve 537896-2
CD 1997. Dave Grusin Presents West Side Stories, N2K Encoded Music 10021
CD 1997. The Fred Karlin Group, Cool & Classic: Great Film Themes From the '70s, Varèse Sarabande 5760
1994. James Morrison and The Hot Horn Happening, Live in Paris1995. Quincy Jones, Q’s Jook Joint1995. Dr. John, Afterglow1997. Dee Dee Bridgewater, Dear Ella












CD 1999. Anthony Wilson, Adult Themes, Mama Foundation 1026
CD 1999. Collectif, Goin’ Home… Duke Ellington: a Benefit for the Duke Ellington Foundation, Over the Edge Entertainment 54461-2
CD 1999. Diane Schuur, Music Is My Life, Atlantic 83150-2
CD 2000. Julie Kelly, Into the Light, Chase Music 8061
CD 2001. Kurt Elling, Flirting With Twilight, Blue Note 31113-2
CD 2001. Ron McCurdy, Once Again for the Fist Time, Innova 562

CD 2005. Diana Krall featuring The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Christmas Songs, Verve 0602498821213
CD 2005. John Pizzarelli with The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Dear Mr. Sinatra, Telarc 83638
1999. Collectif, Goin’ Home… Duke Ellington. A Benefit for the Duke Ellington Foundation2001. Kurt Elling, Flirting With Twilight2001. Ron McCurdy, Once Again for the Fist Time2005. John Pizzarelli with The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Dear Mr. Sinatra












CD 2006. Diana Krall, From This Moment, Verve 0602517050426
CD 2006. Kenny Burrell, 75th Birthday Bash Live!, Blue Note 374906-2
CD 2008. Nathalie Cole, Still Unforgettable, DMI Records, ATCO R2 512317
CD 2008. B.B King, One Kind Favor, Geffen B0011791-02
CD 2008. Bill Cunliffe, The Blues and the Abstract Truth, Take 2, Resonance Records 2003

CD 2009. Charles Aznavour & the Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Capitol Jazz 5099945859021
CD 2011. Trijntje Oosterhuis featuring the Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, Sundays in New York, Blue Note 50999 0714602
2006. Diana Krall, From This Moment2006. Kenny Burrell, 75th Birthday Bash Live!2008. Nathalie Cole, Still Unforgettable2008. B.B King, One Kind Favor











*


VIDEOGRAPHIE

Jeff Clayton (as), Wycliffe Gordon (tb), Vail Jazz Party, CO, 2009, vidéo YouTube, cliquez sur l'image
Jeff Clayton (as), Wycliffe Gordon (tb), Vail Jazz Party, CO, 2009, vidéo YouTube, cliquez sur l'image



Chaîne YouTube de Jeff Clayton:


1990. The Parliament American Blue Concert: Ray Charles & B.B.King Super Band, Gene Harris (p,lead), Ray Brown (b), Kenny Burrell (g), Harold Jones (dm), Jerry Dodgion (as), Plas Johnson/Ralph Moore/Jeff Clayton (ts), Gary Smulyan (bar), Urbie Green/George Bohanon/Robin Eubanks/Paul Faulise (tb), James Morrison/Harry Sweets Edison/Joe Mosello/Glen Drewes (tp), Parc Yoyogi,  live in Tokyo, 12 octobre

1999. Clayton-Hamilton Jazz Orchestra feat. Milt Jackson, Umbria Jazz Festival, Perugia, Italie, ©Paolo Massoli 9-18 juillet
https://www.youtube.com/watch?v=gFQ8mfWm6lY

2009. Jeff Clayton (as), Wycliffe Gordon (tb), «Amazing Grace», Vail Jazz Party, CO
https://www.youtube.com/watch?v=VicmRMN7cJY

2011. Jeff Clayton solo, Big Band Blowout, Esperanza High School, Anaheim, CA
https://www.youtube.com/watch?v=c--2fStuyrY

2011. Jeff Clayton (as) & The Stanford Jazz Orchestra dirigé par Fred Berry, Dinkelspiel  Auditorium, Stanford University Campus, Stanford, CA, 16 novembre
https://www.youtube.com/watch?v=AZdn2xx1lYs

2011. The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra feat. John Pizzarelli, John Clayton (lead,b), Jeff Clayton (s), Jeff Hamilton (dm), 42e Jazzwoche Burghausen, Allemagne, BRalphaKlassik
https://www.youtube.com/watch?v=eE2m_4HpMqk

2012. Clayton Brothers, Jeff Clayton (as), Terell Stafford (tp), Gerald Clayton (p), John Clayton (b),  Obed Calvaire (dm), Pittsburgh International Jazz Festival, Pittsburgh, PA
https://www.youtube.com/watch?v=s6nqVbvJ9eE

2013. Clayton Brothers, Jeff Clayton (as), Terell Stafford (tp), Gerald Clayton (p), John Clayton (b), Outpost Weil Hall, Albuquerque, NM, 25 octobre
https://www.youtube.com/watch?v=36sj1_Ra84I

2014. Jeff Clayton (as), «Walkin Blues», Notre Dame’s Collegiate Jazz Festival, University of Notre Dame, South Bend, IN
https://www.youtube.com/watch?v=Ufhdwjo5ROw

2017. Clayton Brothers, «Song For My Father», «Summertime», «Jazzy Bluesy Bossa Nova», Teatro Ocampo, Cuernavaca (Morelos), Mexique
https://www.youtube.com/watch?v=AN4au27Yerg
https://www.youtube.com/watch?v=HNdQa8TnUiM

2018.  Jeff Clayton (as),  Josh (ts), Rodrigo (g), Yuri (p), Vincenzo De La Rosa (b), Scott (dm), «Cool Eyes»,  Live au CSULA, Los Angeles, CA, 12 avril
https://www.youtube.com/watch?v=l29QJF0jC40

2019.  James Morrison (tp, flh,tb), Jeff Clayton (as, voc), Konrad Paszkudski (p), Phil Stack (b, voc), Gordon Rytmeister (dm), «Beautiful Friendship», «I Love You», «Target Practice», album Beautiful Friendship, ℗ 2019 Morrison Records (Universal), 22 novembre
https://www.youtube.com/watch?v=d4UT2AKAYIc
https://www.youtube.com/watch?v=du0n9Oj3zRs
https://www.youtube.com/watch?v=KVPyfzZEPJk
https://www.youtube.com/watch?v=d4UT2AKAYIc&list=OLAK5uy_mHsKSjrHWpd7yq9wyZmiKWzopo54Uj1Zs


*

Jeff CLAYTON

In Memoriam

Nous avons recueilli des réactions sur les espaces personnels de musiciens en ligne qui témoignent de la personnalité affirmée et chaleureuse de Jeff Clayton, de sa générosité dans toutes les dimensions de la vie et de son talent d'artiste. Car Jeff Clayton, un musicien parfait pour tous les orchestres qui ont eu le privilège de le compter dans leurs rangs, laisse aussi le souvenir de son humanité et de son élégance.


Scotty BARNHART (tp)

RIP Jeff Clayton. So saddened to hear of the passing of a dear friend and incredible musician, Jeff Clayton, brother of the great bassist/arranger John Clayton, and uncle to pianist Gerald Clayton. I had the great pleasure of doing a few tours to Europe and Japan years ago with the Clayton-Hamilton Jazz Orchestra and got to know both brothers even better. Jeff and I were seat mates on a few of those 12 hour flights and we talked at length about a variety of subjects and laughed till we cried. I’ll also never forget when he told me that one of his former students called him up in a panic one day to see if he could get an emergency flute lesson from Jeff over the phone!!  He had me in the floor laughing at that and I use that story today with students where necessary  Do yourselves a favor and get any and all recordings featuring Jeff with The Clayton Brothers or The Clayton-Hamilton Jazz Orchestra. He was a true giant on the alto saxophone and flute and will be missed even more for the wonderful gentleman that he always was. RIP my friend.

Repose en paix, Jeff Clayton. Tellement attristé d'apprendre le décès d'un ami cher et d'un musicien incroyable, Jeff Clayton, frère du grand bassiste/arrangeur John Clayton et oncle du pianiste Gerald Clayton. J'ai eu le grand plaisir de faire quelques tournées en Europe et au Japon il y a des années avec le Clayton-Hamilton Jazz Orchestra, et j'ai appris à mieux connaître les deux frères. Jeff et moi étions assis à côté l'un de l'autre sur quelques-uns de ces vols de 12 heures, et nous avons longuement parlé de divers sujets et avons ri à en pleurer. Je n’oublierai jamais non plus quand il m’a dit qu’un de ses anciens élèves l’a appelé un jour, paniqué, pour voir s’il pouvait obtenir une leçon de flûte d’urgence de Jeff par téléphone!! Je me suis roulé par terre de rire, et j'utilise cette histoire aujourd'hui avec des étudiants si nécessaire. Faites-vous un cadeau et trouvez tous les enregistrements mettant en vedette Jeff avec les Clayton Brothers ou le Clayton-Hamilton Jazz Orchestra. C'était un vrai géant du saxophone alto et de la flûte, et le 
merveilleux gentleman qu'il a toujours été nous manquera encore davanatage. Repose en paix, mon ami.

 

 

Billy CHILD (p)

Rest in peace to the great Jeff Clayton, who passed away a few hours ago. Jeff was not only a brilliant saxophonist and musician, but was also an extraordinary human being. One story comes to mind where a friend of ours became very ill and temporarily lost his sense of sight and hearing at the same time. Jeff dropped everything so that he could care for him round the clock, until he got better - taking him to the hospital, getting his meals, running errands for him, etc. Thats the kind of person he was. He was a formidable force on the saxophone as a soloist whose playing revealed a beauty, a pain, a mischievousness, and a constant searching. He was a dear friend of mine and the first saxophonist I ever played in a band with (along with Larry Klein on bass and Rick Zunigar on guitar - I was 17 at the time). He also played oboe on a recording of mine called "Lunacy/The Coming of Spring", two extended compositions that I'm very proud of (I could only pay him a pittance, but he gladly did the session to help me out). My prayers are with the Clayton family in this difficult time - John, Gerald, Gina, Tineke.


Repos en paix pour le grand Jeff Clayton, décédé il y a quelques heures. Jeff n'était pas seulement un brillant saxophoniste et musicien, mais aussi un être humain extraordinaire. Une histoire me vient à l'esprit où l’un de nos amis est tombé très malade et a temporairement perdu la vue et l'ouïe en même temps. Jeff a tout abandonné pour pouvoir prendre soin de lui 24h/24h, jusqu'à ce qu'il aille mieux –l'emmener à l'hôpital, l'aider à prendre ses repas, faire des courses pour lui, etc. Voilà la personne qu'il était. Il était une force formidable sur le saxophone en tant que soliste dont le jeu révélait une beauté, une douleur, une espièglerie et une recherche constante. C'était un ami très cher et le premier saxophoniste avec qui j'ai joué dans un groupe (avec Larry Klein à la basse et Rick Zunigar à la guitare, j'avais 17 ans à l'époque). Il a également joué du hautbois sur un de mes enregistrements intitulé «Lunacy/The Coming of Spring», deux longues compositions dont je suis très fier (je ne pouvais que lui payer une bouchée de pain, mais il a volontiers fait la session pour m'aider). Mes prières accompagnent la famille Clayton en cette période difficile: John, Gerald, Gina, Tineke.


Benny GREEN (p)

Heavenly rest to our beloved friend Jeff Clayton, a big bro to me and many, and a devoted lifelong servant of Music as well as of Justice.

Many of us knew and loved Jeff. He believed in me and he'd ask in so humble a way like my dad used to do, why I wasn't digging in as hard as I'd been on another occasion, or why was I sounding more or less like I was thinking about McCoy Tyner than I'd been another time. He listened and was always interested in what was going on in my life and how it correlated with the music.

He couldn't and wouldn't hold back his emotion, his tears, pain and exaltation whenever he played. Jeffrey was so dedicated to playing his saxophone and flute that he re-taught his embouchure several times in his life, as he'd been stricken more than once by Bell's Palsy.

I'm crying because I know that people aren't here forever, but there's always more that could have been said. I'm remembering the last show I played with Jeffrey, it was a GOOD one! Jeffrey led a tribute to Horace Silver with Sean Jones, me, John Clayton, Jr., and David Alvarez III on The Jazz Cruise in 2018. It was an unforgettable set! I have the tape and knowing that I have it, somehow makes me feel like I've packed a little suitcase for this day.

I'm remembering how when he saw Niki Haris and I having dinner, rather than interrupt our quiet conversation, Jeff had a bottle of wine sent to our table. The sweet things he did that others didn't always see. Such a heart, he'd keep it close to the vest and professional around folks he didn't know, and pour it all out on the bandstand for all to feel.

It's a sad day to know we won't laugh and cry with Jeffrey in the same ways ever again, but it's a beautiful day to know that my friend is in Peace.

Jeff now joins Marshall Royal in the great saxophone section. "One More Time!" 
Sending love and wishing comfort for Gerald, Gina, Tinika, John and the Clayton family

Repos céleste pour notre ami bien-aimé Jeff Clayton, un grand frère pour moi et pour beaucoup, et un serviteur dévoué de la musique et de la justice tout au long de sa vie.

Beaucoup d'entre nous connaissaient et aimaient Jeff. Il croyait en moi, et il demandait d'une manière si humble comme le faisait mon père, pourquoi je n’attaquais pas aussi fort que je l'avais fait en une autre occasion, ou pourquoi je sonnais plus ou moins comme McCoy Tyner d’une fois à l'autre. Il écoutait et était toujours intéressé par ce qui se passait dans ma vie, et comment cela était en corrélation avec la musique.
Il ne pouvait pas et ne voulait pas retenir son émotion, ses larmes, sa douleur et son exaltation chaque fois qu'il jouait. Jeffrey était tellement dévoué à jouer de son saxophone et de sa flûte, qu'il a réappris son embouchure plusieurs fois dans sa vie, car il avait été frappé plus d'une fois par la paralysie de Bell.
Je pleure parce que je sais que les gens ne sont pas là pour toujours, mais il y a toujours plus à dire. Je me souviens du dernier concert que j'ai fait avec Jeffrey, c'en était un BON! Jeffrey a rendu hommage à Horace Silver avec Sean Jones, moi, John Clayton, Jr. et David Alvarez III sur The Jazz Cruise (La Croisière du Jazz est un festival «sur mer» très réputé dans les Caraïbes, à la programmation très relevée) en 2018. C'était un set inoubliable! J'ai la cassette, et sachant que je l'ai, je sens en quelque sorte comme si j'avais fait une petite valise pour ce jour.
Je me souviens comment quand il a vu Niki Haris (une actrice, danseuse et chanteuse célèbre, présente souvent dans ce festival) et moi en train de dîner, plutôt que d'interrompre notre conversation silencieuse, Jeff a fait envoyer une bouteille de vin à notre table. Les tendres attentions que les autres ne voyaient pas toujours. Quel cœur, il a gardé sous son gilet et quel professionnalisme avec les gens qu'il ne connaissait pas, et il en faisait don sur scène pour que tout le monde le ressente.
C'est un triste jour de savoir que nous ne rirons plus et ne pleurerons plus avec Jeffrey comme toujours, mais c'est une belle journée de savoir que mon ami est en paix.
Jeff a rejoint maintenant Marshall Royal dans la grande section de saxophones. «One More Time!»
J'envoie amour et réconfort à Gerald, Gina, Tinika, John et la famille Clayton.



Tamir HENDELMANN (p)

Dear friends: Our dear friend Jeff Clayton has transitioned. I feel so fortunate for all the memories we've shared- we've enjoyed two decades on the band bus.. and on musical stages, rehearsals, and recordings with him; to hear his stories of hanging out with Harry Sweets Edison or Gene Harris, to feel his passion and virtuosity and deep soulfulness, how he would play one note with so much feeling, he knew how to have fun –he raised the bandstand and the roof every time on stages around the world with the Clayton Brothers and the Clayton-Hamilton Jazz Orchestra. And those bus rides: climbing the alps, trekking across Japan- making the hang, all in the name of the groove, and the melody. My deep love to Jeff- wherever his spirit roams now. Peaceful blessings to John Clayton, to Jeff's wife, Chelia, his whole family and our whole musical family. Travel gently our friend...

Chers amis: notre cher ami Jeff Clayton est parti. Je me sens si chanceux pour tous les souvenirs que nous avons partagés –j'ai apprécié de passer deux décennies dans le bus du groupe… et sur les scènes musicales, les répétitions et les enregistrements avec lui; d'entendre ses histoires de virées avec Harry Sweets Edison ou Gene Harris, de ressentir sa passion, sa virtuosité et sa profonde émotion, comment il jouait une note avec tant de feeling, il savait comment s'amuser –il a galvanisé les scènes à chaque fois dans le monde entier avec les Clayton Brothers et le Clayton-Hamilton Jazz Orchestra. Et ces promenades en bus: escalader les Alpes, faire du trekking à travers le Japon –faire des coups pendables, tout cela au nom du groove et de la mélodie. Mon amour profond pour Jeff –partout où son esprit erre maintenant. Bénédictions et paix à John Clayton, à l'épouse de Jeff, Chelia, à toute sa famille et à toute notre famille musicale. Voyage en paix, ami ...



Byron STRIPLING (tp)

Loving Reflections on Jeff Clayton

Jeff Clayton Could Cook…

Macaroni and Cheese, Fried Chicken, Corn Bread, Collard Greens, Smothered Pork Chops, Rice & Beans and then top that off with homemade ice cream and peach cobbler - all from scratch. Cooking was Jeff’s way of saying, "I love you” and you felt the love in each and every bite.

Jeff Clayton Could Preach…

He’d start with a Bible verse and then crescendo into a joyous, poetic language that anyone could understand and agree. Atheists, agnostics, and even heathens would nod their heads as Jeff encouraged us to love one another and endeavor to become our best selves. However, he saved the best sermons for when he picked up his horn, because

Jeff Clayton Could Play…

Saxophone, Clarinet, Flute, Piccolo, Oboe, Recorder and a whole lot more. His real pulpit was the bandstand and his best sermons began when the reed touched his lips. He could tease, tickle, and titillate you with a slow, a capella blues, then when it felt good to him, he would rip the mouthpiece away and start moaning and shouting like a man possessed. Moments later, he’d triple the tempo while slashing and burning through complex chord changes.

Most of all, an encounter with Jeff made you feel invigorated. He always left you with a good word, a humorous poem or joke to lift your spirits and brighten your day. That’s why it’s impossible to dim a light as bright as Jeff’s. Those of us who loved him can still taste his delicious food, repeat his profound teachings and feel his music echoing through our bodies.

So when you see me dancing and ain’t no music playing, know that Jeff is playing in my ear…and for sure, I’m gonna press repeat. Lovingly.


Réflexions amoureuses sur Jeff Clayton
Jeff Clayton savait cuisiner… Macaroni et fromage, poulet frit, pain de maïs, choux verts, côtelettes de porc à l’étouffé, riz et haricots, puis ajoutez de la crème glacée maison et de la tarte aux pêches –le tout à partir de rien. La cuisine était la manière de Jeff de dire: «Je t'aime» et tu ressentais l'amour dans chaque bouchée.
Jeff Clayton savait prêcher… Il commençait par un verset biblique, puis allait crescendo dans un langage joyeux et poétique que tout le monde pouvait comprendre et accepter. Les athées, les agnostiques et même les païens hochaient la tête quand Jeff nous encourageait à nous aimer les uns les autres et à nous efforcer de devenir le meilleur de nous-mêmes.
Cependant, il a gardé ses meilleurs sermons pour son biniou, parce que 
Jeff Clayton savait jouer… Saxophone, clarinette, flûte, piccolo, hautbois, flûte à bec et bien plus encore. Sa vraie chaire était la scène, et ses meilleurs sermons commençaient lorsque le roseau (l'anche) touchait ses lèvres. Il pouvait vous taquiner, vous chatouiller et vous titiller avec un blues lent et a capella, puis, quand il le sentait bien, il machouillait l'embouchure et se mettait à gémir et à crier comme un possédé. Quelques instants plus tard, il triplait le tempo, taillant et mettant le feu au moyen de changements d'accords complexes.
Plus que tout, une rencontre avec Jeff vous revigorait. Il vous remontait toujours avec un bon mot, un poème humoristique ou une blague pour vous remonter le moral et égayer votre journée. C’est pourquoi, il est impossible de masquer une lumière aussi brillante que celle de Jeff. Ceux d'entre nous qui l'ont aimé peuvent encore goûter sa délicieuse nourriture, répéter ses enseignements profonds et sentir sa musique résonner à travers leur corps.
Alors, si vous me voyez danser et qu’il n’y a pas de musique, sachez que Jeff joue dans mon oreille… Et bien sûr, je vais le répéter. Avec amour.


*