Err

bandeau-anniv-2020.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Chick Corea

9 fév. 2021
12 juin 1941, Chelsea, MA – 9 février 2021, Tampa Bay, FL
© Jazz Hot 2021

Chick Corea, Monte Carlo, 2017 © Umberto Germinale-Phocus
Chick Corea, Monte Carlo, 2017 © Umberto Germinale-Phocus

Chick COREA

Le jazz , etc.

 
Chick Corea, qui devait fêter en cette année 2021 le bel anniversaire de ses 80 printemps, est décédé en Floride, alors qu'il faisait encore en 2019 l'affiche de nombreux festivals (Marciac, Vienne en France), paraissant alors en possession de tous ses moyens expressifs toujours aussi jeune et enthousiaste d'apparence, avec son physique d'éternel étudiant…
La disparition de Chick Corea dépasse largement le cadre du seul jazz, une musique qui a pourtant forgé sa renommée au fil du temps, Chick devenant dans les années 1970 une figure internationale du piano jazz contemporain, comme McCoy Tyner, parfois au-delà du jazz comme Herbie Hancock et Keith Jarrett… S'il ne s’éloigne jamais vraiment  du jazz (format de ses groupes, scènes, labels…), il existe une autre empreinte profonde de son expression qui lui vient de ses origines hispano-latines qu'il n'a cessé d'explorer comme un ressourcement nécessaire, comme l'ont encore fait penser ses dernières prestations en festival en 2019 avec Jorge Pardo, Michael Rodriguez, Steve Davis, Niño Josele, Carlitos Del Puerto, Marcus Gilmore, Nino de los Reyes, Luisito Quintero, peu avant l'épisode du Covid. Une tournée européenne de Trilogy (Belgique, Espagne, France, Luxembourg), avec Christian McBride et Brian Blade, programmée du 29 février au 16 mars 2020, avait été annulée en dernière minute…
Son toucher, sa virtuosité doivent aussi beaucoup à la musique classique, et s'il était un brillant interprète du blues et du swing, il a toujours eu le souci de rester lui-même, un brillant technicien dont l’objet est plus la musique dans sa globalité que le seul jazz, comme un grand concertiste et artiste musicien qu'il est, une expression qui correspond pleinement à son vécu, faisant appel à une variété d'inspirations qui n'excluent pas les curiosités les plus avant-gardistes, les recherches harmoniques, les audaces rythmiques, un classicisme certain et l'excellence pianistique. Ses influences multiples ne sont que le reflet d’une personnalité curieuse, investie dans la musique où l’on croise, pour se limiter au jazz, les apports de Bud Powell, Thelonious Monk, Bill Evans, Miles Davis, McCoy Tyner à ceux de formes plus libres dans l'esprit des années 1960-70. Mais ses influences sont à rechercher également dans l'ensemble de la musique, classique, moderne, contemporaine et des musiques populaires du monde.
Chick Corea était avant tout un musicien, inclassable, un artiste contemporain capable de s'intégrer avec brio à tous les contextes, jazz et autres. Son imposante discographie en leader et sideman, la vidéographie 
(après ce texte) témoignent tout à la fois d'une technique véritablement spectaculaire et de son plaisir toujours juvénile de la rencontre d'autres musiciens et des publics les plus divers. Ses inspirations étaient pleinement intégrées, assimilées et suggérées dans un jeu où la virtuosité n'exclut pas la musicalité. Son jeu était d’une grande limpidité, identifiable, avec des phrases longues de notes perlées, détachées, proche parfois de McCoy Tyner par le débit et l'esprit quand il s'agit de jazz, sans l'intensité et la puissance du martèlement de la main gauche du compagnon de John Coltrane. Chick Corea était un musicien polymorphe, difficilement réductible au seul jazz en raison de ses choix, même si c'est essentiellement dans le cadre du jazz que son talent a été mis en valeur.
Jazz Hot a consacré depuis 1974 beaucoup d'articles-interviews et de couvertures à Chick Corea. Il reste maintenant à les parcourir (cf. le rappel après ce texte) pour (re)découvrir son parcours.

David Bouzaclou
Photos Ellen Bertet, Umberto Germinale/Phocus,
Jose Horna, Pascal Kober, 
Jacky Lepage



Chick Corea, La Spezia, Italie, 2010 © Umberto Germinale/Phocus



Chick Corea, La Spezia, Italie, 2010
© Umberto Germinale/Phocus


Chick Corea possède également une forme de romantisme et de lyrisme. Son album en trio Now He Sings Now He Sobs est une sorte de carte de visite, à seulement 27 ans, qui définit déjà des nouveaux codes qui influenceront toute une génération de pianistes. A cette époque –nous sommes en 1968– il signe pour le label Solid State l’album de piano en trio le plus remarqué des pianistes de cette fin des années 1960, même si on y décèle l’influence de McCoy Tyner. Entouré d’une rythmique de rêve, il dirige un trio porté par le génie de Roy Haynes aux baguettes et le jeune talent de Miroslav Vitous (b). Le trio récidive à l’aube des années 1980 pour deux albums chez ECM sous le nom de Trio Music et également sur la scène du Country Club en 1982 à Reseda, CA. Chick Corea explore déjà des formes plus libres au sein de ses formations dès son remarquable premier album Tones For Joan’s Bones. Son langage est un condensé de bebop, de racines latines, d'avant-garde, mises en valeur par sa formation classique qui lui a fait étudier entre autres Bartók et Scriabin. Sa participation à la période électrique de Miles Davis, période Bitches Brew, lui a permis de développer son goût pour le piano électrique Fender Rhodes qu’il avait déjà exploré lors de diverses sessions auprès d’Herbie Mann.





Herbie Hancock et Chick Corea, piano duo, Vitoria, 2015 © Jose Horna

Herbie Hancock et Chick Corea, piano duo
Vitoria, 2015 © Jose Horna


Ses collaborations avec Mongo Santamaria, Herbie Mann, Blue Mitchell, Stan Getz, Joe Henderson et ses duos avec Herbie Hancock et Gary Burton ont forgé un style aux multiples facettes, un éclectisme de principe, en perpétuelle évolution, qui a influencé plusieurs générations de pianistes où la forme, virtuose, est un préalable. Son dernier trio avec Christian McBride (b) et Brian Blade (dm) semble dans la droite ligne de la carrière de celui qu’on surnommait «The Chameleon», lui qui n’aimait pas les étiquettes bop, classique, avant-garde, musiques latines, etc. A l’annonce de son décès, cette affirmation de Chick Corea a fréquemment été reprise: «Ma mission a toujours été d’apporter la joie, de créer partout où je le pouvais, et de l’avoir fait avec tous les artistes que j’admire si profondément, ça a été la richesse de ma vie.» Un bon résumé de ses recherches de musiques, au pluriel, de sa motivation.


Armando «Chick» Corea est né à Chelsea, une banlieue de Boston, MA, le 12 juin 1941, d’une famille aux origines mixtes, italiennes de Sicile et de Calabre, mais aussi d’Andalousie. La musique a toujours fait partie de l’univers du jeune Armando dont le père Joe Corea joue de la trompette dans des ensembles de jazz traditionnel et «typiques» autour de Boston. Il installe son fils au piano dès l’âge de 4 ans et lui fait découvrir la batterie quatre ans plus tard dans une ambiance où les disques de Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Thelonious Monk et Bud Powell côtoient ceux de Bach, Chopin ou Mozart. Cette pratique de la batterie aura une répercussion sur son jeu de piano et son rapport au rythme. L’influence d’Horace Silver, le compositeur, semble une évidence pour le jeune musicien en devenir. Son professeur, le concertiste classique Salvatore Turro lui donne des cours de piano pendant 5 ans et lui ouvre de nouvelles perspectives en développant ses goûts pour la musique classique et l’écriture. Adolescent, il monte un trio et joue en club les thèmes d’Horace Silver. Bien que son jeu soit encore pétri de bop où plane toujours l’ombre virtuose de Bud Powell, il débute pourtant à Boston dans la formation de Phil Barboza qui l’initie à la culture musicale latine.


Chick Corea, La Louvière, Belgique, 1990 © Jacky Lepage
Chick Corea, La Louvière, Belgique, 1990 © Jacky Lepage


En 1959, alors tout juste diplômé de l’Everett High School, il déménage à New York et découvre les clubs de jazz et de latin jazz dans une frénésie de rythmes afro-cubains sur la scène du Palladium situé non loin du Birdland: deux univers qui s'interpénètrent depuis plusieurs décennies à New York et même à Paris. Il n’est pas rare d’entendre Joe Newman, Herbie Mann se frotter à la culture des musiques latines comme l’avait déjà fait Dizzy Gillespie avec Chano Pozo ou Doc Cheatham avec le Machito Orchestra. Ainsi peut-on voir à cette époque Manhattan tomber dans la fièvre du mambo et des clubs, tels que le Village Gate, prolonger leur programmation au-delà du jazz avec Mongo Santamaria, Tito Puentes ou Machito. Des clubs du South Bronx, le Blue Marocco, le Savoy Manor et autres 845, voient défiler sur leurs scènes aussi bien Miles Davis, Thelonious Monk, Art Blakey que Willie Bobo, Cachao ou Mongo Santamaria. C’est dans ce melting pot que le jeune musicien s’immerge, mettant à profit son bagage de batteur pour façonner son approche rythmique du piano. Il décroche un premier gig dans la formation de Mongo Santamaria où il rencontre les saxophonistes Al Abreu et Pat Patrick et le trompettiste Paul Serrano. Un soir, au Birdland, lors du passage de Mongo Santamaria, le pianiste Tommy Flanagan qu’il admire, est venu le complimenter, après le concert, sur son jeu. Il en a été tellement touché qu’il a utilisé ce compliment comme un moteur pour avancer. Il se fait rapidement un nom, collaborant avec la crème des musiciens de latin jazz dont les percussionnistes Candido Camero, Carlos Patato Valdes, Manny Oquendo mais aussi les saxophonistes Mario Rivera et José Chombo Silva, les bassistes Cachao et Bobby Rodriguez.



Chick Corea, Tournai, 1994 © Jacky Lepage
Chick Corea, Tournai, 1994 © Jacky Lepage


Son arrivée à New York correspond également à son désir de connaissances musicales plus académiques pour lesquelles il s’inscrit, en 1962, à la Juilliard School of Music, après la Columbia University qu’il va délaisser rapidement pour des expériences de musicien, en live, de latin jazz et de jazz. Le déclic pour le jazz se produit un soir où il entend le quintet de Miles Davis au Birdland, avec John Coltrane, jouer «Autumn Leaves». De 1964 à 1968, à côté de nombreuses sessions d'enregistrement avec Cal Tjader, Sonny Stitt, Herbie Mann, Mercer Ellington, Dizzy Gillespie, Wes Montgomery, Donald Byrd (cf. discographie), il collabore avec le trompettiste Blue Mitchell de 1964 à 1966 pour trois albums Down With It, The Thing to Do et Boss Horn, en compagnie de Junior Cook (ts), Pepper Adams (bs) Julian Priester (tb). On découvre Chick Corea, le pianiste de jazz à la personnalité déjà affirmée et le compositeur de «Perception», «Chick’s Tune», «Tones For Joan’s Bone» et «Straight Up and Down». En 1965, il est sur la scène du Newport Jazz Festival et du Village Gate avec la formation d’Herbie Mann. Deux ans plus tard, il enregistre pour le batteur Pete La Roca l’album modal Turkish Women at the Bath, en compagnie de John Gilmore (ts). Son premier album en leader «Tones For Joan’s Bone» sort en 1966, entouré du grand Woody Shaw (tp), de Joe Farrell (ts, fl) et d’une belle rythmique avec Steve Swallow (b) et Joe Chambers (dm). Il remplace peu après Gary Burton dans le quartet de Stan Getz, le temps d’enregistrer Sweet Rain, avant de collaborer avec le quartet de Thad Jones (tp) –Richard Davis (b) et Mel Lewis (dm)–, puis Dizzy Gillespie au Village Vanguard. Il collabore au Total Eclipse du vibraphoniste Bobby Hutcherson chez Blue Note.



Miroslav Vitous, Roy Haynes et Chick Corea, La Spezia, Italie, 2010 © Umberto Germinale/Phocus
Miroslav Vitous, Roy Haynes et Chick Corea, La Spezia, Italie, 2010 © Umberto Germinale/Phocus

L’étape importante de sa carrière reste la création du trio avec Roy Haynes et Miroslav Vitous à la fin des années 1960, dont nous avons parlé. Now He Sings Now He Sobs reste un manifeste du piano moderne pour plusieurs générations de pianistes. C’est sur les conseils de Tony Williams que Chick Corea est engagé dans la nouvelle formation de Miles Davis, remplaçant au pied levé Herbie Hancock lors d’un concert dans le Maryland à Baltimore à la fin de l’année 1968. Il y reste plus de deux ans, le temps d’enregistrer un chapitre prolifique de l’œuvre de Miles Davis: Filles de Kilimanjaro, In a Silent Way, Bitches Brew, A Tribute to Jack Johnson, On the Corner ainsi que des enregistrements en concerts. Dans la formation all stars de Miles Davis, il côtoie John McLaughlin, Steve Grossman, Herbie Hancock, Keith Jarrett, Wayne Shorter, Ron Carter, Tony Williams, Joe Zawinul, etc., et explore le piano électrique.

Il s’octroie parfois une parenthèse en jouant de la batterie et du vibraphone sur l’album Super Nova de Wayne Shorter et met ses nouvelles conceptions du piano électrique au service de Larry Coryell (g) sur Space. Il sort son troisième album IS toujours chez Blue Note où il retrouve Woody Shaw, Dave Holland, Hubert Laws et Jack DeJohnette pour une musique modale avant-gardiste (sa composition, «Brain»).

Herbie Hancock et Chick Corea, Jazz à Juan, 2015 © Umberto Germinale/Phocus
Herbie Hancock et Chick Corea, Jazz à Juan, 2015
© Umberto Germinale/Phocus


Il quitte Miles Davis pour former, dans l’esprit «musique improvisée», la formation Circle en compagnie de Dave Holland (b), Barry Altschul (dm), d’abord en trio puis en quartet (d’Anthony Braxton, as, ss, fl, bcl, perc), avec toujours cette soif d’exploration qui lui fait expérimenter à cette époque le piano en solo sur ses
Piano Improvisations, Vol.1&2. Il confirme ainsi la particularité de son approche, plutôt une soif de musique que d'approfondissement culturel, ce qui le distingue des novateurs du jazz de culture de cette période, de McCoy Tyner à Stanley Cowell, pour se limiter aux pianistes. Chick Corea, à l'instar d’Herbie Hancock, a cette capacité permanente de crossover, avec une facilité déconcertante, perceptible également dans son rôle de sideman où il côtoie simplement les musiciens qu'il admire dans le jazz et parfois ailleurs: Stan Getz, Elvin Jones, Joe Farrell, Frank Foster, Dave Liebman, Steve Grossman, Paco de Lucia… 

Chick Corea aime aussi les grandes scènes et le grand public, celui du rock et du jazz se réunissant parfois autour de la fusion: en 1972, Chick Corea crée la formation Return to Forever, un jazz fusion inspiré par Miles Davis aux rythmes et accents latino-brésiliens. Il est entouré de Stanley Clarke (b), Airto Moreira (dm, perc), Joe Farrell (fl, ss) et Flora Purim (voc), une formation plutôt mélodique. Un an plus tard, dans la nouvelle mouture avec Stanley Clarke, Lenny White (dm, perc), Pat Martino (g) puis Bill Connors (g), Earl Klugh et Al Di Meola (g), la musique est plus binaire et électrique posant les bases du jazz rock.

Chick Corea et Stanley Clarke, San Sebastian, 2014 © Jose Horna

Chick Corea et Stanley Clarke, San Sebastian, 2014
© Jose Horna

En parallèle, toujours aussi éclectique, il cultive l’art du duo en débutant une longue collaboration avec le vibraphoniste Gary Burton qui perdurera tout au long de sa carrière. Il étend cette formule du duo, la plus plus connue étant ses nombreuses rencontres avec Herbie Hancock.

La collaboration avec Stan Getz sur
Captain Marvel amène le saxophoniste sur les terres latines du pianiste et de ses compositions «La Fiesta», «Captain Marvel», enregistrement prolongé sur la scène au festival de Montreux de 1972 avec la présence de Stanley Clarke et de Tony Williams. Dans des années 1970 décidément éclectiques, le musicien de jazz cède parfois la place au musicien de fusion hispanisante (The Leprechaum, My Spanish Heart, Secret Agent, Friends) malgré de nombreux retours au jazz, comme cet hommage très Bill Evans à Dave Brubeck «Waltz For Dave». Sa soif de rencontres de musiciens confirme sa fascination pour la musique virtuose: Eddie Gomez (b), Steve Gadd (dm), Paco de Lucia (g) font partie de ceux-là.


Chick Corea et Paco de Lucia, Vitoria, 2013 © Jose Horna

Chick Corea et Paco de Lucia, Vitoria, 2013
© Jose Horna


Il quitte alors New York pour la Californie et multiplie les expériences en reformant Return to Forever et enregistre avec Friedrich Gulda le Concerto pour deux pianos et orchestre de Mozart. Continuant à brouiller les pistes, il poursuit ses collaborations avec Stanley Clarke, Al Di Meola, Eddie Gomez, Jeff Lorber ou ses duos aventureux avec Gary Burton, Tete Montoliu, Keith Jarrett, John McLaughlin, Steve Kujala ou Herbie Hancock. En cette année 1979, il est invité sur l'excellent disque de Joe Farrell, Skate Board Park (Larance Marable, dm et Bob Magnusson , b) où le pianiste signe «High Wire», ainsi que sur l’album Parade de Ron Carter et le Relaxin’ At Camarillo de Joe Henderson, un jazz plus straight ahaid. Chick Corea revient progressivement à un jazz post-bop acoustique, avec Joe Henderson encore, en 1980, (Mirror Mirror: Ron Carter, Billy Higgins), un Live in Montreux en 1981 (Joe Henderson, Gary Peacock et Roy Haynes). Roy Haynes y est magistral! Chick Corea retrouve Joe Henderson pour une session avec Freddie Hubbard avec la rythmique de Return to Forever –Stanley Clarke et Lenny White– sur l’album The Griffith Park Collection qui se produit peu après sur la scène du Circle Star Theater, en Californie, pour The Griffith Park Collection 2 in Concert. La même formation enregistrera un album lors d’un concert au Country Club de Reseda en Californie en compagnie de la chanteuse Nancy Wilson et un autre en studio avec Chaka Khan (voc). 

Auparavant, Chick Corea avait déjà expérimenté le quartet acoustique avec brio mêlant l'improvisation sous forme de suites et compositions en hommage à Ellington et Coltrane sur l’excellent Three Quartets avec Michael Brecker (ts), Steve Gadd (dm) et Eddie Gomez (b). Ce dernier reste un fidèle des diverses expériences du pianiste dont il
 partage l'excellence technique. Un lumineux enregistrement du Benny Wallace (ts) Trio en 1982 avec le batteur de Charles Mingus, Dannie Richmond, pour le label Enja, en témoigne. Toujours dans ces années 1980, David Friesen (b) fait appel au pianiste pour un Amber Skies très réussi avec le batteur Paul Motian, Paul Horn (fl) et le fidèle Joe Henderson. Le Trio Music avec Miroslav Vitous et Roy Haynes reprend en 1982 par un double album thématique, l’un de musique improvisée et l’autre dédié au répertoire de Thelonious Monk. L’alchimie opère toujours. La quintessence de ce trio se manifeste en septembre 1984, pour le Trio Music Live in Europe, avec «The Loop», une valse raffinée.

A côté du développement de cette dimension acoustique, Chick forme l’Elektrik Band en 1986, soit neuf ans après la fin de Return to Forever. Entouré de John Patitucci (b), Dave Weckl (dm), Scott Henderson (g) et Carlos Rios (g), guitaristes bientôt remplacés par Frank Gambale (g) et Eric Marienthal (as), le groupe s’exprime dans un registre expérimental virtuose, le pianiste étant aussi brillant et inventif aux claviers synthétiques qu'il l'est au piano acoustique («Trance Dance») dans un registre de musique étranger au jazz de culture mais brillant, avec parfois quelques reminiscences hispaniques.

Chick Corea, John Patitucci et Dave Weckl, Marseille, 2018 © Ellen Bertet


Chick Corea, John Patitucci et Dave Weckl
Marseille, 2018 © Ellen Bertet

L’Akoustic Band est l’alternative nécessaire de l’Elektric Band dont a besoin ce boulimique de musique. Avec John Patitucci et Dave Weckl, la virtuosité associée à une mise en place touchant à la perfection, donne un sentiment d’une musicalité un peu froide malgré un jeu de piano toujours aussi brillant. Un deuxième album studio Alive en 1991 confirme les qualités du trio. Un concert au SPC Music Hall de St. Petersburg, FL en 2018 donnait, il y a peu, l’album Akoustic Band Live.


Au début des années 1990, Chick Corea cultive toujours l’art du duo avec Play, sur le label Blue Note, en compagnie de Bobby McFerrin avec une version de «Spain». Son Elektric Band II reprend les mêmes codes où seul Eric Marienthal fait le lien avec l’ancienne formule. Autour de Chick Corea qui alterne au piano et au synthétiseur, Gary Novak est moins souple que Dave Weckl mais tout aussi virtuose, le reste du groupe comprenant désormais Mike Miller (g) et Jimmy Earl (b). Il fait encore un détour en cette année 1993 où il se livre à un très réussi piano solo au titre évocateur, Expressions. Dans un jeu droit et brillant, il revisite quelques standards et compositions dont le magnifique «Blues For Art» dédié à Art Tatum. Il forme par la suite un éphémère quartet acoustique avec le saxophoniste Bob Berg qui a fait ses armes chez Horace Silver puis dans l’Eastern Rebellion de Cedar Walton.


Chick Corea Quartet: Bob Berg (ts, ss), John Patitucci (b) et Gary Novak (dm),  Maison de la culture de Tournai, Belgique, 26 octobre 1994 © Jacky Lepage
Chick Corea Quartet: Bob Berg (ts, ss), John Patitucci (b) et Gary Novak (dm),
Maison de la culture de Tournai, Belgique, 26 octobre 1994 © Jacky Lepage

Par la suite, Chick Corea côtoie la nouvelle génération, Christian McBride, sur son Number Two Express (1996), avec les confirmés Jack DeJohnette et Kenny Garrett. La fidélité à Joe Henderson est de mise pour big band. en 1997, Remembering Bud Powell est la réunion d'un compagnon de Bud –le vétéran Roy Haynes– à la nouvelle génération: Wallace Roney, Kenny Garrett, Joshua Redman et Christian McBride. Bien que le répertoire soit de Bud Powell, la musique est bien celle de Chick Corea, brillante sans posséder l'intensité de l'original, plutôt aérienne, avec une virtuosité quasi classique du piano de Chick Corea. La présence de Roy Haynes et Christian McBride offre un tapis de swing sans faille.


A l’aube du nouveau millénaire, Chick Corea est à la tête d’une nouvelle formation acoustique qui rassemble tous les aspect de sa riche personnalité musicale. Origin est un sextet ambitieux qui restitue les conceptions musicales du leader en magnifiant ses compositions, quelques rares standards et des thèmes de Monk. Elle comprend Steve Wilson (as) et, à la rythmique, Avishai Cohen (b) et Adam Cruz ou Jeff Ballard (dm). En décembre 2001, il est sur la scène du Blue Note à New York pour 60 heures d’enregistrement autour de neuf formations où l’on retrouve le trio avec Miroslav Vitous et Roy Haynes, les duos avec Gary Burton, Gonzalo Rubalcaba, Bobby McFerrin, l’hommage à Bud Powell avec Terence Blanchard, Joshua Redman, Roy Haynes et Christian McBride, L’Akoustic Band original, le groupe Origin, le New Trio et le Three Quartets Band avec Steve Gadd, Eddie Gomez et Michael Brecker. Le tout a été filmé et est publié dans un coffret DVD, et quelques extraits sont disponibles sur un double album Rendezvous in New York (cf. discographie).

Chick Corea propose, en 2007, un enregistrement de cinq trios différents, un coffret intitulé Five Trios, sur le label Stretch Records avec Jack DeJohnette, Antonio Sanchez, Airto Moreira, Jeff Ballard et Richie Morales (dm) et  Eddie Gomez, John Patitucci, Hadrien Féraud et Christian McBride (b). Il intensifie sa relation avec Christian McBride pour divers projets allant du Super Trio, avec Steve Gadd au Freedom Band avec Kenny Garrett et Roy Haynes (dm), mais aussi le Five Peace Band avec Kenny Garrett, John McLaughlin et Vinnie Colaiuta (dm).


Chick Corea et Jorge Pardo, Vitoria, 2005 © Jose Horna

Chick Corea et Jorge Pardo, Vitoria, 2005
© Jose Horna

En 2009, il fait une tournée mondiale en compagnie de Stanley Clarke et Lenny White, invitant Bill Connors, Jean-Luc Ponty et Chaka Khan pour une évocation de Return to Forever. L’année suivante, il est sur la scène du Blue Note à New York en trio pour deux semaines avec Eddie Gomez et Paul Motian, le partenaire idéal d'un hommage à Bill Evans. Sa version de «Hot House» de Tadd Dameron est un subtil équilibre entre langage bop et musique contemporaine.

Il cultive jusqu’à la fin ce goût pour les formations durables et les rencontres éphémères, avec par exemple The Vigil, un quintet de jazz fusion au sens large avec Tim Garland (ts, ss, bcl, fl), Charles Altura (g), Hadrien Féraud (b) et Marcus Gilmore (dm) –le neveu de Roy Haynes– ou le Spanish Heart Band, également au programme de ses derniers projets en 2019, mettant en lumière son inspiration hispanique perceptible depuis My Spanish Heart (Verve) paru en 1976, mêlant jazz et flamenco.

En avril 2018, Chick Corea avait rendu hommage à Thelonious Monk, soutenu par le big band de Jazz at Lincoln Center Orchestra dirigé par Wynton Marsalis, témoignant une nouvelle fois de cette capacité à aborder toutes les dimensions  du jazz avec l’aisance et la connaissance profonde qui caractérisent le musicien d'exception (cf. vidéographie).

En novembre 2019, on avait encore pu apprécier le pianiste virtuose en soliste et dans un duo de piano extraordinaire avec son exact contemporain, un autre pianiste d'exception, Chucho Valdés, au Lincoln Center où les deux musiciens avaient mêlé le jazz, les couleurs latines, avec le brio qu'on leur connaît tant au plan instrumental, qu'harmonique et rythmique (cf. vidéographie). 


Trilogy est le dernier projet de qualité avec Christian McBride et Brian Blade, sans aucun doute l'un de ses grands trios (cf. chronique dans le numéro de 2020).

2010. Chick Corea/Christian McBride/Brian Blade, Trilogy-2A l’annonce de son décès, Christian McBride a publié un émouvant message: «La musique de Chick Corea a rendu le monde entier heureux et a été une source d’inspiration pendant plus de 60 ans. Où étiez-vous lorsque vous avez entendu la musique de Chick pour la première fois? Où que vous soyez, je suis sûr que cela a attiré votre oreille et votre cœur. En tant que musiciens, nous voulions tous jouer avec lui, écrire comme lui, monter des groupes comme lui, innover comme lui. Son héritage est si vaste et si profond qu'il faudra probablement toute une vie pour l'absorber en totalité, tout du moins en grande partie. De son travail de sideman avec tout le monde, de Mongo Santamaria au groupe Blue Mitchell/Junior Cook en passant par Stan Getz, Sarah Vaughan, Miles Davis et Gary Burton et ses nombreux groupes légendaires et innovants, je me considère assez chanceux d'avoir fait partie de son univers musical. La première fois que j'ai joué avec Chick, c'était en 1995 sur mon deuxième album, Number Two Express, avec Kenny Garrett et Jack DeJohnette. À partir de là, ce furent 26 années d'expériences totalement heureuses. Chick est devenu immédiatement un ami pour moi. Si jamais vous avez eu la chance de le rencontrer, de jouer ou simplement de partager avec lui sa musique, je sais que vous vous sentez aussi chanceux que moi.»

Pendant le confinement, il donnait régulièrement des concerts de piano solo depuis son lieu de résidence (cf. vidéographie), invitant en 2020 des inconnu-e-s à le rejoindre en ligne, dialoguant en toute simplicité et improvisant des portraits à leur adresse, un autre témoignage de cet amour du public, malgré l'enfermement qu'il a contourné avec son habituel sourire et un talent d'invention qui nous font regretter encore davantage sa disparition prématurée.

Jazz Hot partage la peine de sa compagne Gayle Moran Corea et de ses deux enfants, Thad et Liana.



CHICK COREA ET JAZZ HOT


*


DISCOGRAPHIE

Chick Corea, Istanbul, 1996 © Pascal Kober
Chick Corea, Istanbul, 1996 © Pascal Kober


1968. Chick Corea, Now He Sings, Now He Sobs, Blue NoteLeader/coleader
CD 1966. Chick Corea, Tones for Joan’s Bones, Rhino 81227969448
CD 1968. Chick Corea, Now He Sings, Now He Sobs, Blue Note 5382652
CD 1969. Chick Corea, The Complete «Is» Sessions, Blue Note 7243 5 40532
LP  1970. Chick Corea, The Sun, Express 9016
CD 1970. Chick Corea, Early Circle, Blue Note 7 844 65-2 
CD 1970. Chick Corea, The Song of Singing, Blue Note 7 84353 2
CD 1971. Chick Corea, Circle 1: Live in Germany Concert, Stretch Records 237
CD 1971. Chick Corea, Piano Improvisations vol. 1, ECM 1014
CD 1971. Chick Corea/Dave Holland/Barry Altschul, A.R.C., ECM 1009
CD 1971. Chick Corea, Circle 2: Gathering, Stretch Records 238
CD 1971. Chick Corea, Piano Improvisations vol. 2, ECM 1020
CD 1971. Circle, Paris-Concert, ECM 1018/1019
CD 1971. Chick Corea Featuring Lionel Hampton, Bellaphon 289-07-004
CD 1972. Chick Corea, Return to Forever, ECM 1022
CD 1972. Chick Corea & Return to Forever, Light as a Feather, Verve 557 115-2
CD 1972. Gary Burton & Chick Corea, Crystal Silence, ECM 1024
CD 1973. Return to Forever Feat. Chick Corea, Hymn of the Seventh Galaxy, Polydor 825 336-2
CD 1974. Return to Forever Feat. Chick Corea, Where Have I Known You Before, Polydor 825 206-2
CD 1975. Return to Forever Feat. Chick Corea, No Mystery, Polydor 537 246-2
CD 1975. Chick Corea, The Leprechaun, Verve 519 789-2
CD 1976. Chick Corea, My Spanish Heart, Verve 2-9003
CD 1976. Chick Corea, Return to Forever, Romantic Warrior, Columbia CK 65524
CD 1977. Chick Corea, Return to Forever, Musicmagic, Columbia/Sony 285
CD 1977. Chick Corea, Return to Forever, Live, Columbia 47479
CD 1978. Chick Corea, The Mad Hatter, Verve 519 799-2
CD 1978. An Evening With Herbie Hancock & Chick Corea in Concert, Columbia 65551
LP 1978. Chick Corea, Secret Agent, Polydor 6176
CD 1978. Chick Corea, Friends, PolyGram 849 071-2
CD 1978. Gary Burton & Chick Corea, Duet, ECM 1140
LP  1978. Herbie Hancock and Chick Corea, CBS/Sony 613
LP  1979. Chick Corea, Delphi 1 Solo Piano Improvisations, Polydor 6208
LP  1979. Chick Corea, Delphi 2 Solo Piano Improvisations, Polydor 3011
LP  1979. Chick Corea, Delphi 3 Solo Piano Improvisations, Polydor 3012
CD 1979. Chick Corea, Tap Step, Stretch Records 1109
LP  1979. Chick Corea and Gary Burton, In Concert, Zürich, October 28, 1979, ECM 1182/83
CD 1981. Chick Corea, Three Quartets, Stretch Records 9000-2
CD 1981. Chick Corea/Miroslav Vitous/Roy Haynes, Trio Music, ECM 1232/33
CD 1981. Chick Corea/Joe Henderson/Roy Haynes/Gary Peacock, Live in Montreux, Stretch Records 198
CD 1981. Chick Corea/Lee Konitz/Jack DeJohnette/Miroslav Vitous, Creative Music Studio, Woodstock Jazz Festival 1, Douglas Music ADC8
CD 1981. Chick Corea/Lee Konitz/Pat Metheny, Jack DeJohnette, Miroslav Vitous,Anthony Braxton, Creative Music Studio, Woodstock Jazz Festival 2, Douglas Music, ADC9
CD 1982. Chaka Khan/Freddie Hubbard, Joe Henderson, Chick Corea, Stanley Clarke, Lenny White, Echoes of An Era, Elektra Musician 27360
CD 1982. Chick Corea/Nancy Wilson/Joe Henderson/Stanley Clarke/Lenny White, Echoes Of An Era 2 (The Concert), Atlantic Records 27361
CD 1982. Chick Corea/Stanley Clarke/Joe Henderson/Freddie Hubbard/Lenny White, The Griffith Park Collection 2 In Concert, Elektra Musician/Wounded Bird 6262
CD 1982. Chick Corea, Touchstone, Stretch Records 1104
LP  1982. Chick Corea & Friedrich Gulda, The Meeting, Philips 410 397
CD 1982. Chick Corea & Nicolas Economou, On Two Pianos, Deutsche Grammophon 028947900115
CD 1982. Chick Corea, Again and Again: The Joburg Sessions, Elektra Musician 7559-60167-2
CD 1982. Chick Corea & Gary Burton, Lyric Suite For sextet, ECM 1260
CD 1982. Chick Corea, The Trio Live From Country Club, Stretch Records 243
CD 1983. Chick Corea/Quincy Jones/Hubert Laws, Blanchard-Telemann, CBS Masterworks, MK 39858
CD 1984. Chick Corea, Children’s Songs, ECM 1267
CD 1984. Chick Corea & Steve Kujala, Voyage, ECM 1282
CD 1984. Chick Corea, Septet, ECM 1297
CD 1984. Chick Corea/Miroslav Vitous/Roy Haynes, Trio Music, Live in Europe, ECM 1310
CD 1985. Chick Corea Elektric Band, Live From Elario’s: The First Gig, Stretch Records 239
CD 1986. The Chick Corea Elektric Band, GRP 9535
CD 1987. Chick Corea Elektric Band, Light Years, GRP 9546
CD 1987. Chick Corea Akoustic Band, Summer Night-Live, Jazz Door 1265
CD 1987. The Chick Corea Elektric Band, Live in Tokyo 1987, GRP 1062
CD 1988. Chick Corea Elektric Band, Eye of the Beholder, GRP 9564
CD 1988. Chick Corea/Dave Grusin/Lee Retenour/Diane Schuur/Tom Scott, GRP Super Live in Concert, GRP 9027-28
CD 1989. Chick Corea Akoustic Band, GRP 9582
CD 1989. Chick Corea Akoustic Band, Alive, GRP 9627
CD 1990. Chick Corea Elektric Band, Inside Out, GRP 9601
CD 1990. Bobby McFerrin & Chick Corea, Play, Blue Note 5 95477
CD 1991. Chick Corea Elektric Band, Beneath the Mask, GRP 9649
CD 1992. Chick Corea Elektric Band II, Paint the World, GRP 9741
CD 1992. Chick Corea Akoustik Band, Live From the Blue Note, Tokyo, Stretch Records 240
CD 1994. Chick Corea, Expressions, GRP 9561
CD 1995. Chick Corea Quartet, Time Warp, Stretch Records 219
CD 1996. Chick Corea/Bobby McFerrin/The Saint Paul Chamber Orchestra, The Mozart Sessions, Sony Classical 88843047122-2
CD 1997. Chick Corea & Friends, Remembering Bud Powell, Stretch Records 9012-2
CD 1998. Chick Corea and Origin, Live at the Blue Note, Stretch Records 9018-2
CD 1998. Chick Corea and Origin, A Week at the Blue Note, Stretch Records 9020-2
CD 1999. Chick Corea, London Philharmonic Orchestra Feat. Origin, Corea Concerto: Spain For Sextet & Orchestra/Piano Concerto N°1, Sony Classical 61799
CD 1999. Chick Corea & Origin, Change, Stretch Records 9023-2
CD 1999. Chick Corea, Solo Piano: Originals (part One), Stretch Records 9029-2
CD 1999. Chick Corea, Solo Piano: Standards (part Two), Stretch Records 9028-2
CD 2000. Chick Corea and Trondheim Jazz Orchestra, Live in Molde, MNJ Records 001
CD 2001. Chick Corea New Trio, Past, Present & Futures, Stretch Records 9035-2
CD 2001. Chick Corea, Rendezvous in New York, Stretch Records 038 023-2
CD 2004. Chick Corea Elektic Band, To the Stars, Stretch records 9043-2
CD 2005. Corea/Gadd/McBride, Super Trio (Live at the One World Theatre, April 3rd, 2005), Stretch Records 3014
CD 2005. Chick Corea & Touchstone, Rhumba Flamenco, Chick Corea Productions 001
CD 2006. Chick Corea, The Ultimate Adventure, Stretch Records 9045-2
CD 2006. Chick Corea/Eddie Gomez/Jack DeJohnette, From Miles, Stretch Records 3018
CD 2007. Chick Corea, John Patitucci, Antonio Sanchez, Dr. Joe, Stretch Records 3017
CD 2007. Chick Corea And Béla Fleck, The Enchantment, Concord Jazz 7230253
CD 2007. Chick Corea, Christian McBride, Jeff Ballard, Chillin’ In Chelan, Stretch Records 3019
CD 2007. Chick Corea, Eddie Gomez, Airto Moreira, The Boston Three Party, Stretch Records 3020
CD 2007. Chick Corea, Five Trios, Stretch Records 9089/94
CD 2008. Chick Corea & Gary Burton, The New Crystal Silence, Concord Jazz 2-30630
CD 2008. Chick & Hiromi, Duet, Stretch Records 0888072308275
CD 2008. Return to Forever, Returns, Eagle Records 20149-2
CD 2009. Chick Corea & John McLaughlin, Five Peace Band Live, Concord Jazz 31397-02
CD 2010. Chick Corea, Eddie Gomez, Paul Motian, Further Explorations, Concord Jazz 33364-02
CD 2011. Chick Corea & Stefano Bollani, Orvieto, ECM Records, ECM 2222
CD 2011. Corea, Clarke, White, Forever, Concord Jazz 32627-02
CD 2012. Return to Forever, The Mothership Returns, Eagle Records 20257-2
CD 2012. Chick Corea, The Continents Concerto For Jazz Quintet & Chamber Orchestra, Deutshe Grammophon 46050226710337
CD 2012. Chick Corea & Gary Burton, Hot House, Concord Jazz 0888072333635
CD 2013. Chick Corea Trio, Trilogy, Stretch Records 3031/3
CD 2013. Chick Corea, The Vigil, Concord Jazz 0888072345782
CD 2014. Chick Corea, Solo Piano, portraits, Concord Jazz 0888072356030
CD 2015. Chick Corea, Béla Fleck, Two, Stretch Records 37992-2
CD 2016. Chick Corea & Makoto Ozone, Duets, Verve 2136
LP  2016. Chick Corea, The Musician, Concord Jazz 00019 (3 LPs)
CD 2017. The Chick Corea+Steve Gadd Band, Chinese Butterfly, Stretch Records 0888072042186
CD 2018. Chick Corea/Christian McBride/Brian Blade, Trilogy 2, Universal Music 3038/9
CD 2018. Chick Corea With Trondheim Jazz Orchestra & Erlend Skomsvoll, What Game Shall We Play Today, MNJ Records 020
CD 2018. Chick Corea, Vigilette, Tempus Fugit, Stretch Records CCV-01
CD 2018. Chick Corea Akoustic Band With John Patitucci & Dave Weckl, Live, Stretch Records 3040/1
CD 2018. Chick Corea, Plays, Concord Jazz 284
CD 2019. Chick Corea & The Spanish Heart Band, Antidote, Concord Jazz 0888072103351


1962. Mongo Santamaria and His Afro-Latin Group, Go, Mon Go!, RiversideSideman
LP  1962. Mongo Santamaria and His Afro Latin Group, Go Mongo!, Riverside 423
CD 1962-64. Mongo Santamaria, Skins, Milestones 47038 - 2
CD 1963. Sonny Stitt, Stitt Goes Latin, Roost Records 29127
CD 1964. Dave Pike and His Orchestra, Manhattan Latin: The Sensuous Rhythms of Spanish Harlem, Verve 0602498624463
CD 1964. Joe Montego, Arriba! Con Montego Joe, Prestige 24139-2
CD 1964. Hubert Laws, The Laws of Jazz, Atlantic 171
CD 1964. Blue Mitchell, The Thing to Do, Blue Note 9510
CD 1965. Austin Cromer, Sing for Her, Atlantic 27972
CD 1965. The Blue Mitchell Quintet, Down With It!, Blue Note 0946 3 11492 2
CD 1965. Herbie Mann, Standing Ovation at Newport, Atlantic 27323
CD 1965. Herbie Mann, The Roar of the Greasepaint: The Smel of the Crowd, Atlantic 8122-795763
CD 1965. Herbie Mann, Latin Mann: Afro to Bossa to Blues, Sony 4222
CD 1966. Cal Tjader, Soul Burst, Verve 557 446-2
CD 1966. Hubert Laws, Flute By-Laws, Atlantic 27239
CD 1966. Herbie Mann, Monday Night at the Village Gate, Atlantic 27114
CD 1966. Duke Ellington, New Mood Indigo, Signature 40359 (Chick Corea joue sur 4 titres au sein du Mercer Ellington Septet)
LP  1967. Cal Tjader, Along Comes Cal, Verve V6-8671
CD 1967. Wes Montgomery Quartet/Booker Ervin Quartet With Chick Corea, Live at Newport ’67, Paradox 630930
CD 1967. Blue Mitchell, Boss Horn, Blue Note 7243 5 63813 2
CD 1967. Stan Getz, Sweet Rain, Verve 5583
CD 1967. Pete La Roca Sims, Turkish Women at the Bath, Muse/32 Jazz 32052
CD 1967. Mark Weinstein, Cuban Roots, Artol Records, Bomba 24078
CD 1967. Dizzy Gillespie, Live at the Village Vanguard, Blue Note 0777 7 80508 2
CD 1967. Donald Byrd, The Creeper, Blue Note LT-1096
CD 1968. Stan Getz, What the World Needs Now: Stan Getz Plays Bacharach and David, Verve 314 557 450-2
LP  1968. Bobby Hutcherson, Total Eclipse, Blue Note 84291
CD 1968. Miles Davis, Filles De Kilimanjaro, Columbia 5186365
LP  1968. Hubert Laws, Law’s Cause, Atlantic 1509
CD 1969. Miles Davis Quintet, Paraphernalia, Jazz Music Yersterday 1013-2
CD 1969. Armando Peraza, Wild Thing, DCC Jazz 628
CD 1969. Eric Kloss, To Hear Is To See, Prestige 23779
LP  1969. Wayne Shorter, Super Nova, Blue Note 84332
CD 1969. Miles Davis, In a Silent Way, Columbia/Sony 30266
LP  1969. Mongo Santamaria, Mongo Soul, Riverside 045
CD 1969. Larry Coryell, Spaces, Vanguard 3469
CD 1969. Miles Davis Quintet, Live in Europe 1969 (Bootleg Serie Vol.2), Columbia 88725 41853 2
CD 1969-70. Miles Davis, Bitches Brew Live (1969-1970), Columbia 88697 81485 2
CD 1969-74. Miles Davis, Panthalassa: The Music of Miles Davis 1969-1974, Columbia 67909
CD 1970. Eric Kloss, Consciousness!, Prestige 23780
CD 1970. Marion Brown, Afternoon of a Georgia Faun, ECM 1004
CD 1970. Sadao Watanabe, Round Trip, Sony 4233
CD 1970. Miles Davis, Miles Davis at Fillmore, Columbia 8718627225172
CD 1970. Miles Davis at the Filmore (The Bootleg Serie Vol.3), Columbia 88765433812
CD 1970. Joe Farrell Quartet, CTI Records 2529
CD 1970. Miles Davis,The Complete Bitches Brew Sessions, Columbia 65570
CD 1970. Peter Warren, Bass is, Enja Records, Solid Records 6567
CD 1970. Miles Davis, Black Beauty, Sony 5717-8
CD 1970. Miles Davis, The Complete Jack Johnson Sessions, Columbia 86359
LP  1971. David Pomeranz, Time to Fly, Decca 7-5329
CD 1971. The Trio, Conflagration, Victor 62170
CD 1971. Rolf Kühn, Creaction/Going to the Rainbow, Century 00695
CD 1971. Miles Davis, Live Evil, Sony 4240-1
CD 1971. Anthony Braxton, The Complete Braxton, Freedom 70330
LP  1971. Anthony Braxton, Europa, Picc-A-Dilly 3514
CD 1971. Joe Farrell, Outback, CTI Records 2315
CD 1971. Elvin Jones, Live, Solid Records 46317
LP  1972. Richard Davis, The Philosophy of the Spiritual, Cobblestone 9003
CD 1972. Miles Davis, The Complete On The Corner, Columbia 06239
CD 1972. Airto, Free, CTI Records 2501
CD 1972. Elvin Jones, Merry Go Round, Blue Note 9519
CD 1972. Stan Getz, Captain Marvel, Sony 4052
CD/DVD 1972. Stan Getz Quartet, Live in Europe 1972, Salvo Sound 039
CD 1973. Stan Clarke, Children of Forever, Verve 0602517448223
CD 1974. Wayne Shorter, Moto Grosso Feio, Blue Note 3027
CD 1974. Miles Davis, Big Fun, Columbia 836-7
CD 1975. Stanley Clarke, Journey To Love, Epic 254
CD 1976. Miles Davis, Water Babies, Columbia Records, SME Records 9736
CD 1978. Gabor Szabo, Femme Fatale, Mambo Records, Hungaroton 37319
CD 1979. Gayle Moran, I Loved You Then … I Love You Now, Warner Bros. 28245
CD 1979. Freddie Hubbard, The Love Connection, Sony 2121
CD 1979. Bunny Brunel, Touch, Nec Avenue 3005
CD 1979. Joe Farrell, Skate Board Park, Xanadu 1227
CD 1979. Ron Carter, Parade, Original Jazz Classics, Milestone 00025218704724
CD 1979. Joe Henderson, Relaxin’ At Camarillo, Contemporary 9443
CD 1980. Joe Henderson, Mirror, Mirror, MPS 0211347
CD 1980. Al Di Meola, Splendido Hotel, Columbia, Sony 296
LP  1981. Allen Vizzutti, Skyrocket, Overseas KUX 147 V
CD 1981. The John Dentz Reunion Band, Realtime  3004
LP  1981. Chuck Mangione, Tarentella, A&M Records 6513
CD 1981. Stanley Clarke, Chick Corea, Joe Henderson, Freddie Hubbard, Lenny White, The Griffith Park Collection, Elektra Musician 27359
LP  1982. Gary Burton, feat. Steve Swallow, Roy Haynes, Tiger Okoshi, Chick Corea, Supraphon/Polydor 115 2910
LP  1982. The Benny Wallace Trio & Chick Corea, Mystic Bridge, Enja/Solid Records 6627
CD 1983. Toshiyuki Honda, Dream, Somethin’ Else 8040
CD 1983. David Friesen, Amber Skies, Quicksilver 4005
CD 1984. Eddie Gomez, Gomez, Interface 7089
CD 1988. Eric Marienthal, Voices of the Heart, GRP 9563-2
CD 1988. John Patitucci, GRP 9020-2
CD 1989. Eric Marienthal, Round Trip, GRP 9586-2
CD 1990. Eric Marienthal, Crossroads, GRP 9610-2
CD 1991. Dave Grusin, The Gershwin Connection, GRP 2005-2
CD 1991. Arturo Sandoval, Flight to Freedom, GRP 9634-2
CD 1993. Airto Moreira and the Gods of Jazz, Killer Bees, B&W Music 041
CD 1993. Eddie Gomez, Next Future, Stretch Records 1106
CD 1993. Bob Berg, Enter the Spirit, Stretch Records 1105
CD 1995. Lenny White, Present Tense, Hip Bop Records 8004
CD 1995. GRP All Star Big Band, All Blues, GRP 9800-2
CD 1995. Allen Vizzutti, Skyrocket, Summit Records 179
CD 1996. Christian MCBride, Number Two Express, Verve 314 529 585-2
CD 1996. Joe Henderson Big Band, Verve 314 533 451-2
CD 1997. Wallace Roney, Village, Warner Bros. 9 46649-2
CD 1998. Burton, Corea, Metheny, Haynes, Holland, Like minds, Concord Jazz 4803-2
CD 1998. Pete Yellin, Mellow Soul, Metropolitan 667691111123
CD 2002. Bobby McFerrin, Beyond Words, Blue Note 7243 5 34201 2 3
CD 2002. Makoto Ozone, Treasure, Verve Records, 021906-2
CD 2003. Miroslav Vitous, Universal Syncopations, ECM Records, 1863
CD 2003. Geoff Keezer, Sublime: Honoring the Music of Hank Jones, Telarc 83563
CD 2003. Avishai Cohen, Lyla, Sunnyside Records, SSC 4601
CD 2007. Antonio Sanchez, Migration, C.A.M Jazz 7804-2
CD 2011. Roy Haynes, Roy-Alty, Dreyfus Jazz 46050 36977 2
LP  2014. Håkon Mjåset Johansen Quartet, Live at Kongsberg Jazz Festival, Moserobie Music 117


DVD 2003. Chick Corea, Rendezvous in New York, Ideal Entertainment DVD (année de sortie)
DVD 1977. Chick Corea & Gary Burton, Interaction, Geneon 12428
DVD 1981. Chick Corea/Jack DeJohnette/Pat Metheny/Anthony Braxton/Lee Konitz/Miroslav Vitous, Woodstock Jazz festival, Gravity Limited 2501
DVD 1982. Chick Corea/Stanley Clarke/Joe Henderson/Lenny White, A Very Special Concert, TDK Mediactive JAVSC
DVD 1982. Chick Corea & Friedrich Gulda, The Meeting, Arthaus Musik 58013
DVD 1986. The Chick Corea Elektric Band, Live at the Maintenance Shop Iowa State University 1986, Umbrella Music 04177
DVD 1995. Chick Corea Quartet, That Old Feeling/Live in L.A., Jazz Door 11057
DVD 1996. Chick Corea & Friends, Remembering Bud Powell-Live, Ideal Entertainment 5716
DVD 1997. Chick Corea & Gary Burton, TDK Mediactive JCCGB
DVD 1997. Chick Corea & Gary Burton, Live at Montreux 1997, Eagle Vision 570
DVD 2002. Chick Corea, Keyboard Workshop, Methods of Composition, Improvisation and Practise, Warner Bros. 904912
DVD 2002. Chick Corea, Electric Workshop, Warner Bros. 904913
DVD 2003. Chick Corea/Gary Burton/Carla Bley/Steve Swallow, Famous Jazz Duets: Live in Concert, Arthaus Musik 100 335
DVD 2003. Chick Corea, Rendezvous in New York, Ideal Entertainment 1796 (Coffret 10 DVD enregistré en 2001)
DVD 2004. Chick Corea Elektric Band Live at Montreux 2004, Eagle Vision 510
DVD 2004. Chick Corea Akoustic Band at Montreal Jazz Festival, Jazz Door 11041
DVD 2007. Chick Corea, The Ultimate Adventure: Live in Barcelona, Stretch 7026-9
DVD 2008. Return to Forever, Returns Live at Montreux 2008, Eagle Vision 33334-9

*


VIDEOGRAPHIE
par Hélène Sportis

2020. Chick Corea performs a Musical Portrait virtually
2020. Pendant le confinement, Chick Corea improvise en ligne un portrait pour (de) Sonja

Chaîne YouTube de Chick Corea

1970. Chick Corea, Miles Davis (tp), Keith Jarrett (org), Gary Bartz (ss,as), Dave Holland (b), Jack De Johnette (dm), Airto Moreira (perc), Berkshire Music Center, Tanglewood, MA, 18 août

1970. Chick Corea, Miles Davis (tp), Keith Jarrett (org), Gary Bartz (ss,as), Dave Holland (b), Jack De Johnette (dm), Airto Moreira (perc), Isle of Wight Festival, Royaume Uni, 29 août

1972. Chick Corea Return to Forever concert: Stanley Clarke (b), Joe Farrell (ss,fl), Airto Moreira (dm,perc), «500 Miles High»

1972. Chick Corea Return to Forever: Flora Purim (voc,perc), Stanley Clarke (b), Joe Farrell (ss,fl), Airto Moreira (dm,perc), album-titre Light As A Feather (label Polydor), «You’re Everything»

1974. Chick Corea et Herbie Hancock, «Someday My Prince Will Come», TV PBS Soundstage, Chicago

1976. Chick Corea Return to Forever concert: Stanley Clarke (b), Al Di Meola (g), Lenny White (dm) , The Old Grey Whistle Test (TV Series 5/25, BBC2), réal. Tom Corcoran, Royaume Uni, 16 mars

1978. Chick Corea et Herbie Hancock, «Die Zwanzig Finger Piano Show» (The 20 Fingers Piano Show), Jahrhunderthalle, Frankfurt, ©ZDF Theater, 18 février

1986. Chick Corea Elektric Band, Bern Jazz Festival

1986. Chick Corea et Herbie Hancock, Live Under The Sky, Yomiuri‑Land Theatre East, Tokyo, Japon

1988. Chick Corea et Herbie Hancock, «Liza», Mount Fuji Jazz Festival, Japon, 25 août

1995. Chrick Corea et Tete Montoliú, «Oleo», 39e Jazz à Vitoria-Gasteiz, Espagne

1996. Chick Corea Remembering Bud Powell: Joshua Redman (ts), Wallace Roney (t), Christian McBride (b), Roy Haynes (dm), Philharmonic Hall, Munich

2003. Chick Corea Elektric Band, North Sea Jazz 

2003. Chick Corea Three Quartets: Michael Brecker (ts), Eddie Gomez (b), Steve Gadd (dm), Blue Note, New York, 22 avril 

2003. Chick Corea Now « He Sings, Now He Sobs »: Miroslav Vitous (b), Roy Haynes (dm), Blue Note, New York

2004. Chick Corea Elektric Band: Frank Gambale (g), Dave Weckl (dm), Eric Marienthal (s), John Patitucci (b), l’album To The Stars, commenté par des musiciens et personnalités

2008. Chick Corea & Gary Burton, Mikhailovsky Theatre, St. Petersburg, Russie, 28 mars

2010. Chick Corea, documentaire, interviews Wayne Shorter, Bobby McFerrin, Fred Sherry, Gary Burton, Herbie Hancock, Sting, Stanley Clarke, Airto Moriera, Bela Fleck, Steve Gadd, rachel Z, Michael Cuscuna, Chamber Music America, photos, musique, © Chick Corea productions/Bob Belden 

2010. Chick Corea Freedom Band, Roy Haynes (dm), Roy Hargrove (tp), Kenny Garrett (s), Christian McBride (b), Jazz in Marciac, 2 août, ©Mezzo

2010. Chick Corea Freedom Band, Roy Haynes (dm), Roy Hargrove (tp), Kenny Garrett (s), Christian McBride (b), Clifford Brown Jazz Festival, Wilmington, DE, 19 juin

2011. Chick Corea et le Jazz at Lincoln Center Orchestra/Wynton Marsalis

2011. Chick Corea et Gary Burton (vib), 42ème Jazzwoche Burghausen, Allemagne, ©BRalphaKlassik

2012. Chick Corea, Christian McBride (b),  Brian Blade (dm), Beka Gochiashvili (p), Tbilisi Jazz Festival, ©Artareatv

2014. Chick Corea & The Vigil, Stevie Wonder, Tim Garland (s,fl,bcl), Charles Altura (g), Carlitos del Puerto (b), Marcus Gilmore (dm), Luisito Quintero perc), Catalina Jazz Club, Los Angeles, CA, 17 août, © Chick Corea Productions

2014. Chick Corea & Stanley Clarke, Live at 49 Heineken Jazzaldia, Kursaal Auditorium, Donostia-San Sebastián, Espagne, 25 juillet

2015. Chick Corea & the Vigil, Marcus Gilmore (dm), Tim Garland (s,fl,bcl), Charles Altura (g), Carlitos del Puerto (b), Luisito Quintero (perc), «Anna’s Tango», Müpa, Budapest, Hongrie

2015. Chick Corea solo, Jazz In Marciac, © Mezzo/Jean-Marc Birraux, août

2016. Chick Corea et Gary Burton duo (année NEA Jazz Masters), «Love Castle»,  «Crystal Silence», Tiny Desk Concert, ©NPR Music, 13 juin

2016. 75 ans de Chick Corea au Blue Note, New York, NY

2016. Chick Corea Trilogy: Christian McBride (b), Brian Blade (dm), Pittsburgh JazzLive International Festival, 25 juin

2017. Chick Corea, Steve Gadd (dm), Steve Wilson (s), Lionel Loueke (g), Carlitos del Puerto (b), Luisito Quintero (perc), Giordano in Jazz, Umberto Giordano Theater et Moody Jazz Cafè, Foggia, Italie, 6 novembre

2018. Chick Corea solo, Mozart & Gershwin et Musical Portraits, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles

2018. Chick Corea joue Monk avec le JALCO, Rose Theater, Lincoln Center, New York, 5-7 avril
Dan Nimmer (2 pianos, à 1:30:00), Kenny Rampton/Ryan Kisor/Marcus Printup (tp), Elliot Mason/Chris Crenshaw/Vincent Gardner (tb), Victor Goines (ts,ss,cl,bcl), Ted Nash (as,ss,cl,fl,picfl), Alexa Tarantino (as), Walter Blanding (ts,ss,cl), Paul Nedzela (bar,bcl), Carlos Henriquez (b), Marion Felder (dm)

2018. Chick Corea Akoustic Band, John Patitucci (b), Dave weckl (dm), San Javier Jazz Festival, Espagne, 28 juillet

2018. Chick Corea Vigilette, Carlitos Del Puerto (b), Marcus Gilmore (dm), Scullers Jazz Club in Boston, MA, Jazz Night ©NPR/Antonio Oliart, 19 septembre

2019. Chick Corea, Mike Rodriguez (tp), Jorge Pardo (fl,s), Steve Davis (tb), Niño Josele (g), Carlitos Del Puerto (b), Marcus Gilmore (dm), Luisito Quintero (perc), Niño De Los Reyes (danseur), «Antidote», The Spanish Heart Band, ©Jazz In Marciax/Jean-Marc Birraux

2019. Chick Corea Elektric Band: Frank Gambale (g), Dave Weckl (dm), Eric Marienthal (s), John Patitucci (b), en répétition de «Got a Match», avant le Tokyo Jazz Festival, Japon, août

2019. Chick Corea et Jesus Chucho Valdés, Jazz at Lincoln Center, New York, NY, novembre

2020. Chick Corea solo, Musical Portrait, octobre


*