Err

PUB-VannesHAUT2021.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Howard Johnson

11 jan. 2021
7 août 1941, Montgomery, AL - 11 janvier 2021, New York, NY
© Jazz Hot 2021

Howard Johnson, Jazz à Vienne, 1991 © Pascal Kober



Howard Johnson, Jazz à Vienne, 1991
© Pascal Kober



HOWARD JOHNSON

GRAVITY!!!



Le saxophoniste baryton, tuba, bassiste, clarinette basse, bugle, flûtiste (penny whistle, flûte métallique d’origine britannique), compositeur, arrangeur et chef d’orchestre, Howard Lewis Johnson, né le 7 août 1941 à Montgomery, Alabama, est décédé à son domicile new-yorkais le 11 janvier 2021. Il avait 79 ans, le même âge que le regretté Stanley Cowell disparu il y a un mois dont il a croisé la route à plusieurs reprises, et vient ainsi augmenter la cohorte de décès prématurés, précipités dans le silence de cet enfermement mondial, celui de la culture et du jazz comme du reste de la société et de cet effacement de la mémoire. 
Howard Johnson est une incarnation de la richesse du jazz dans sa dimension collective, et un indispensable sur son instrument de prédilection, le tuba, de ce panthéon du jazz si peuplé de génies de l’Art musical du XXe siècle. C’est aussi dans cette dimension de réinvention des instruments, de leurs techniques, de leurs sonorités que le jazz a été la plus grande musique et un art majeur du XXe siècle, sans l’ombre d’une hésitation.
De l’énergie et de l’impulsion d’Howard Johnson est née toute une génération de tubistes de haut vol: Bob Stewart, Dave Bargeron, Earl McIntyre, Joe Daley, Tom Malone, Marcus Rojas, Carl Kleinsteuber et il est certain que son apport a eu des répercutions jusqu’à New Orleans, et dans toutes les fanfares du monde… 
La dimension humaine d’Howard Johnson, confirme encore une fois –on l'a vu durant l'année 2020 avec la plupart des artistes du jazz qui ont disparu, de Jimmy Heath à Stanley Cowell en passant par McCoy Tyner, Freddy Cole, Ellis Marsalis, Sr. et d'autres– que les artistes authentiques du jazz le sont en raison des valeurs humaines qu'ils ont su cultiver et partager. C'est du moins l’une de nos observations récurrentes et de nos raisons d'appréciation de la grandeur de cette expression artistique et humaine.
Yves Sportis
Photos Pascal Kober et
photos X by courtesy of www.hojotuba.com



Howard Johnson dans son adolescence et une condisciple © photo X by courtesy www.hojotuba.com


Howard Johnson dans son adolescence et une condisciple
© photo X by courtesy www.hojotuba.com


Né en Alabama, Howard a grandi dès l'âge de 2 ans à Massillon, Ohio, une bourgade de 25000 habitants en 1940 à 80 km au sud de Cleveland (aujourd'hui plus de 30000 habitants), un foyer du jazz comme on l'a vu pour Stanley Cowell (Toledo n'est pas très loin non plus) et comme on le voit encore pour le regretté Bobby Few qui vient de disparaître en ce mois de janvier 2021. Howard est issu d’une famille très pauvre venue du Sud rural pour le travail offert dans la métallurgie, «mais comme les autres pauvres de la communauté noire» dit-il avec son caractère volontaire qui préside à toute sa vie. Il a connu une enfance modeste entre son père, Hammie Johnson, Jr., ouvrier et sa mère, Peggy, coiffeuse. La musique est au centre de la maison et, à l’école élémentaire, il se souvient que tous les professeurs savaient jouer du piano, et qu'il y avait un piano dans chaque classe. Howard remarque que, par bonheur, la ville avait les moyens d’avoir une équipe de football et d’équiper correctement la salle de musique des écoles primaires et secondaires. C’est là qu’il a découvert le saxophone baryton à 12 ans, «pas vraiment un saxophone ordinaire», qui a piqué sa curiosité.

La classe d'Howard Johnson © photo X by courtesy of www.hojotuba.com


La classe d'Howard Johnson
© photo X by courtesy of www.hojotuba.com



Les photos présentes sur son site nous apprennent qu’il a fréquenté une high school (secondaire) mixte. Il raconte une anecdote d’enfance quand il était le «chouchou» de sa professeur de musique. Il l’aidait à ranger et à nettoyer un placard quand il a découvert un disque de Madame Butterfly (Puccini), dont lui fait cadeau l’enseignante, et qui ne manque pas d’interroger le gamin plutôt habitué à la musique de Louis Jordan et au bad blues belting (au bon blues bien senti). L’émission radio pour les enfants du samedi matin lui apporte quelques réponses sur son disque. Il raconte également avec humour que ce disque lui a donné accès à l’électrophone familial, un «lieu de pouvoir» de la maison, avec «son» disque, et qu’en le passant, toute la maisonnée a été surprise. La vidéographie après ce texte propose des interviews pleines de vie. Rapidement, le gamin a commencé à jouer du saxophone baryton, posé au sol en raison de la taille de l’instrument, apprenant aussi par lui-même autant que par son enseignement selon ce qu’il en a raconté. Il constate une similarité dans les parties de baryton et de tuba au sein de l’orchestre, et, en curieux d’instruments lourds, au timbre grave, il découvre, seul, le tuba, l’adopte, en devine les doigtés, et très rapidement en devient un bon instrumentiste, sans leçons, à la stupéfaction de ses professeurs. Howard raconte qu’il existait une hiérarchie entre les «instruits» en haut et les «autodidactes» en bas dans les formations scolaires, et que cela l’a toujours motivé, notamment pour trouver une manière d’étendre le registre vers l’aigu, ajoutant un octave au registre habituel (c’est-à-dire scolaire) dans les exercices. C’est de sa pratique sans limite imposée, de curieux, née de son imagination d’enfant qu’est née l’idée d’en faire un instrument soliste et virtuose.

Howard Johnson, un tuba pressé © photoX by courtesy of www.hojotuba.com


Howard Johnson, un tuba pressé
© photo X by courtesy of www.hojotuba.com



Il est stationné à Boston à la fin des années 1950 pour un engagement dans la Navy. C’est à Boston où il s’est installé qu’il apprend par sa mère l’existence de Tony Williams, le fils d’une des amies de sa mère dans l’Ohio, un jeune batteur âgé de 14 ans: «La première chose que j’ai notée, c’est qu’il n’était plus un gamin et plus qu’un cool cat.» A Boston, lors du passage du John Coltrane Quartet, il fait la connaissance d’Eric Dolphy qui s’était joint au quartet, à qui il se confie sur ses projets. Cinq jours plus tard, Howard part à New York sur les conseils d’Eric Dolphy. Il y rencontre Pharoah Sanders et, en faisant le tour des clubs avec son tuba, il se joint à Roland Kirk et Carla Bley. En 1964, quand Charles Mingus cherche un tuba pour remplacer Red Callender lors d’un engagement au Birdland, Howard se propose, introduit par Jaki Byard qu’il a croisé à Boston. New York lui permet ainsi de rencontrer tous les musiciens qu’il admirait: Thelonious Monk, John Coltrane et bien d’autres. C’est à New York que Gil Evans le remarque et l’engage pour une très longue et fructueuse collaboration (cf. discographie). Le parcours artistique d’Howard Johnson est dès lors une suite de rencontres de haut niveau comme on peut le suivre dans son abondante discographie en sideman, la spécificité et l’étendue de ses instruments ajoutées à ses talents d’arrangeur et d’instrumentiste sont à l’origine d’une carrière artistique bien remplie, d’une intensité rare.


1966. Hank Crawford, Mr. Blues1972. Charles Mingus and Friends in Concert1973-74. Carla Bley, Tropic Appetites1974. The Gil Evans Orchestra Plays the Music of Jimi Hendrix












Howard Johnson a été en effet sur l’un de ses instruments, le tuba, un instrument qu’on rattachait essentiellement au jazz traditionnel, l’un des codificateurs du jazz, sans doute le principal, d’une expression renouvelée et donc d’une nouvelle approche et vie de l’instrument. Il en fait non seulement l’instrument de soutien rythmique puissant qui précéda la contrebasse dans le développement du jazz, poursuivant ainsi la grande tradition du jazz, celle de New Orleans (marching bands), mais, par ses recherches nombreuses sur le plan technique, instrumental et du répertoire, il en a fait un instrument soliste, leader, écrivant des arrangements pour plusieurs tubas au sein de son groupe Gravity, organisant au sein même des groupes auxquels il participait, ces voix graves, suggérant, apportant, quand le leader le souhaitait, un complément d’écriture, d'arrangements souvent apprécié dans le jazz, car c’est la tradition, mais aussi dans d’autres musiques.


1970. Roland Kirk, Rahsaan Rahsaan1975. The Muddy Waters, Woodstock Album1975. Gato Barbieri, Chapter Four: Alive in New York1989. George Gruntz-Concert Jazz Band, First-Prize














1980. John Lennon/Yoko Ono, Double FantasyIci, on peut relater une de ses rencontres hors jazz sur laquelle Howard s’attardait en raison de la notoriété de la rencontre. John Lennon a ainsi fait appel à lui dans deux albums en 1974 et 1980 (cf. discographie), dont le très vendu (en raison de la disparition de John Lennon) Double Fantasy et, selon le récit d’Howard, les deux mondes, jazz et rock, présentaient une approche assez différente de la musique. La réunion des musiciens étant très désorganisée, Howard Johnson proposa pour une meilleure gestion des séances de structurer la rencontre, d’arranger certaines parties, et John Lennon accepta avec reconnaissance. John Lennon proposa de créditer Howard, et si pour la plupart des thèmes, Howard refusa, il demanda spontanément à être crédité d’un thème sur lequel il pensait devoir l’être. La gestion des droits d’auteur et des affaires de John Lennon étant dans une période conflictuelle, le musicien anglais s’y engagea quand il aurait réglé ses affaires, pour éviter à Howard d’être embarqué dans une tourmente juridique. Howard accepta la parole de John avec qui il entretenait une relation de confiance, et auquel il proposait certains musiciens découverts ça et là pour une future tournée autour de l’album Double Fantasy quand John Lennon fut assassiné. 
1976. The Band, The Last WaltzToujours dans les années 1970, Howard avait participé à un groupe rock, The Band, dont les cuivres étaient placés sous la houlette d’Allen Toussaint. Les concerts-événements de ce groupe, auquel s’est joint parfois Bob Dylan, ont donné lieu à des enregistrements dont le dernier –le concert d’adieu le 25 novembre 1976– The Last Waltz voit Howard diriger la section de cuivres. Le concert a été filmé et immortalisé par Martin Scorcese dans un documentaire sorti en 1978. C’est également à partir des années 1970 qu’Howard Johnson a fait partie, en tant que membre fondateur, du groupe du show télévisé Saturday Night Live, à l’invitation d’Howard Shore, le directeur musical. Pendant cinq ans environ, de 1975 à 1980, il a aussi contribué au show, apparaissant avec son baryton et son sourire éclatant dans des petits sketches.

Mais au-delà de ces compléments de parcours, c'est bien dans le jazz que se fait l'essentiel de l'œuvre d’Howard Johnson. En initiant un développement inattendu, notamment en soliste, pour un instrument aussi imposant que le tuba, il a suscité de nombreuses vocations chez les instrumentistes et exercé un grand attrait pour cette sonorité de la part de nombreux arrangeurs et leaders de big bands ou moyennes formations, et non des moindres, qui l’ont régulièrement invité pour enregistrer ou pour des remplacements, dans le jazz (Duke Ellington, Charles Mingus, Carla Bley, Gil Evans, George Gruntz, McCoy Tyner Big Band…).


Howard Johnson & Gravity - debout: Earl McIntyre, Nedra Johnson (la fille d'Howard), Bob Stewart Assis: Dave Bargeron, Howard Johnson, Joe Daley © photo X by courtesy of www.hojotuba.com
Howard Johnson & Gravity - debout: Earl McIntyre, Nedra Johnson (la fille d'Howard), Bob Stewart
Assis: Dave Bargeron, Howard Johnson, Joe Daley © photo X by courtesy of www.hojotuba.com


Il a également suscité de nombreux engagements, offrant aussi une ouverture inimaginable à tous les adeptes de l’instrument, qu’il a même fédérés dans son groupe Gravity réunissant des tubistes, mais aussi à l’occasion d’enregistrements sous le nom d’autres leaders. Il a d’ailleurs régulièrement été engagé comme sideman avec une partie de ses confrères tubistes pour des ensembles de tubas auxquels il a donné vie par une écriture musicale très recherchée, conférant à un instrument aussi grave et lourd, une légèreté, un swing et un lyrisme étonnants. On peut le constater dans ses interprétations en soliste leader de thèmes comme «Fly With the Wind» de McCoy Tyner dans son dernier opus malheureusement bien nommé Testimony, une splendide relecture du thème du pianiste disparu lui aussi en 2020, ou dans le «’Round Midnight» de son premier enregistrement Gravity!!!. Il étend aussi considérablement le registre de l’instrument, du grave de la tradition à l’aigu au point d’être baptisé le «Dizzy Gillespie du tuba» par Bob Stewart, son confrère tubiste de grand talent.

Howard Johnson au saxopghone baryton © photo X by courtesy of www.hojotuba.com


Howard Johnson au saxophone baryton
© photo X by courtesy of www.hojotuba.com



Même s’il était aussi un remarquable saxophoniste baryton, qui lui valut un nombre incalculable d’engagements, et qui remplaça ponctuellement Harry Carney chez Duke Ellington, il est véritablement le chef de fil d’une extension de l’utilisation du tuba dans le jazz en dehors des marching bands, dans un registre mainstream, bebop ou free. Ses qualités exceptionnelles d’instrumentistes et sa polyvalence aux saxophones en général et au baryton surtout, clarinette basse, bugle, lui ont valu de s’exprimer dans toutes les dimensions du jazz, y compris le blues en tant que partie de l’expression afro-américaine, avec une continuité et une intégrité réelles, démentant par là les pseudos révolutions ou ruptures qui seraient intervenues dans l’expression musicale afro-américaine, selon la critique générationnelle ou selon les découpages de modes ou de styles imposés par l’industrie de la musique.


1972. Taj Mahal, The Real ThingTaj Mahal, c'est une longue fidélité qui commence sur le plan discographique en 1968 et se poursuit tout au long de leur vie, avec une présence réciproque sur les albums de Taj Mahal et d’Howard, jusqu’à Right Now! en 1997. Muddy Waters, B.B. King, attestent de l’enracinement d’Howard dans le blues au même titre que la très longue collaboration  (à partir de 1965 jusqu’à 1996, cf. discographie, une quinzaine d’albums) avec Hank Crawford, le directeur musical de Ray Charles, qui a déroulé une réelle carrière de leader et une respectable œuvre discographique.


Plus, en raison même de son excellence instrumentale et de la rareté relative de musiciens de haut niveau sur un instrument aussi imposant, Howard Johnson a été largement sollicité dans le jazz dans toutes ses dimensions et hors du jazz pour la particularité de ses apports, pour la couleur sonore, la pulsation profonde et sans doute un professionnalisme sans faille sur le plan musical. Il est même probable qu’il a été si sollicité hors du jazz qu’il est aujourd’hui impossible de recenser toutes ses interventions dans le monde musical, enregistrées ou non. L’intensité de sa carrière a peu d’équivalent.


Pour Howard Johnson, on pourrait faire beaucoup d’analogies dans l’histoire du jazz avec des musiciens qui ont donné vie ou réinventé leur instrument, et pour le tuba, il ne fait aucun doute qu’Howard Johnson est un des pères fondateurs, même s’il n’appartient pas à la première génération des tubistes du jazz, au même titre que Dizzy Gillespie ou Charlie Parker pour leur instrument.

La force d’Howard Johnson est cette incroyable musicalité, un vrai lyrisme, lié à cette présence des racines (swing et blues , «Working Hard for the Joneses» dans son dernier opus en leader, un blues avec un magnifique chorus d’Howard Johnson), à ses qualités d’écriture, de compositeur, d’arrangeur. Il était un musicien fort apprécié de ses pairs si on en juge par l’ampleur des sollicitations qui se lit dans une discographie de sideman hors du commun.

Sa carrière de leader, comme pour les bassistes, batteurs, semble quelque peu réduite sur le plan des enregistrements, quatre seulement sous son nom, et rend mal compte de sa présence sur scène. On le sait, en jazz, la notion de leader est réductrice, tant les musiciens de premier plan comme Howard Johnson sont déterminants dans le rendu global, dans le cours de la musique. La musique d’Hank Crawford, de Charles Mingus, Carla Bley, George Gruntz, Gil Evans, Taj Mahal et de la plupart de ses «leaders» ne serait pas aussi riche sans sa présence.
 

1966. Archie Shepp, Mama Too Tight1969. Pharoah Sanders, Izipho Zam1969. Andrew Hill, Passing Ships1991. Miles & Quincy, Live at Montreux













Des artistes comme Howard Johnson sont des coleaders de fait et, par leur compétence et leur implication, des «indispensables» pour les leaders officiels des séances. Howard Johnson est un leader naturel de cette musique. La discographie d’Howard Johnson est ainsi en sideman comme en leader une suite d’enregistrements de haut niveau. Howard Johnson a aussi la particularité d’avoir accompagné pour des enregistrements en grande ou petite formation avec la presque totalité de ses contemporains artistes de jazz: Miles Davis, Freddie Hubbard, le Thad Jones/Mel Lewis Orchestra, Hank Mobley, Archie Shepp, Gerald Wilson, Andrew Hill, Pharoah Sanders, Roland Kirk, Jimmy Owens (il était sur son dernier disque en 2011), Johnny Coles, Roswell Rudd, Sam Rivers, Gato Barbieri, Bob Moses, David Sanborn, Frank Strozier, Clifford Jordan, Stanley Cowell, Charles Tolliver, The Heath Brothers (plusieurs enregistrements), Jon Faddis, David Fathead Newman, Warren Smith, Jack DeJohnette, McCoy Tyner, Joe Pass, Lou Rawls, Kenny Washington, Bob Cranshaw, Ray Anderson, John Scofield, J. J. Johnson, Charlie Haden, Kevin Mahogany, Catherine Russell, Tom Harrell, la liste est interminable… 


1975. Jaco Pastorius1982. David Fathead Newman, Still Hard Times1977. Dexter Gordon, Sophisticated Giant1978. Heath Brothers, Passing Thru













La discographie qui suit ce texte permet de suivre le déroulement de ces rencontres, année après année, et de rêver de l’intensité créative, de l’engagement d’Howard Johnson dans son œuvre et de sa portée collective comme on l’a déjà dit en 2020 pour Jimmy Heath, Ellis Marsalis Jr., Freddy Cole, Stanley Cowell… Malgré sa dimension imposante, elle ne donne qu’une partie de l’œuvre d’Howard Johnson, car en dehors de sa production artistique enregistrée, Howard était aussi un homme de scène (il a tourné dans le monde), un pédagogue, un Messenger, un de ceux qui non seulement ont reçu un grand héritage, celui du jazz, et l’ont fait fructifier en produisant le meilleur du jazz, mais l’ont aussi transmis aux plus jeunes générations avec toutes les valeurs de la vie, au quotidien, que le jazz suppose dans sa pratique, pour permettre une expression authentique et profonde. Sa dernière pensée a d’ailleurs été pour son programme pédagogique autour du tuba à l’Université d’Etat de Pennsylvanie.

Howard Johnson a aussi participé à quelques bandes-son pour le cinéma, notamment dans quelques films de Spike Lee le plus souvent en rapport avec le jazz et l'Afro-Amérique: dans ses collaborations, les différentes sources mentionnent 
Cotton Club (Francis Ford Coppola, 1984), School Daze (Spike Lee, 1988), Mo' Better Blues (Spike Lee, 1990), Malcolm X (Spike Lee, 1992), Clockers (Spike Lee, 1995), Coast Guards (Andrew Davis, 2006), mais il est difficile de vérifier avec certitude sa participation car l'information est souvent incomplète quand le musicien n'est pas leader.


Howard Johnson & Gravity: Dave Bargeron, Joe Daley, Earl McIntyre, Howard Johnson, Nedra Johnson, Bob Stewart  © photo X by courtesy of www.hojotuba.com
Howard Johnson & Gravity: Dave Bargeron, Joe Daley, Earl McIntyre, Howard Johnson, Nedra Johnson, Bob Stewart
© photo X by courtesy of www.hojotuba.com


En 2017, Howard Johnson avait reçu le Hot House Award de meilleur musicien de jazz.

Howard Johnson laisse dans le deuil son amie de longue date, Nancy Olewine qui a annoncé son décès, une fille, chanteuse, multi-instrumentiste, auteur et compositrice, Nedra Johnson, et deux sœurs, Teri et Connie. Jazz Hot partage leur peine. Howard avait perdu son fils David Johnson en 2011.

Howard Johnson avait demandé qu’à son décès, plutôt que des fleurs, des dons soient adressés au Howard Johnson Tuba Jazz Program Fund à Penn State, l’Université d’Etat de Pensylvanie (lien ci-dessous).



SOURCES
• BLOG http://www.hojotuba.com/blog
• Howard Johnson IMDB : musique film https://www.imdb.com/name/nm0425241/
• Howard Johnson Tuba Jazz Program Fund in the College of Arts and Architecture (Penn State University)
DISCOGRAPHIE

Leader-coleader
CD 1994. Howard Johnson’s Nubia,  Arrival: A Pharoah Sanders Tribute, Verve 523 985-2
CD 1995. Howard Johnson & Gravity Gravity!!!, Verve/Motor 531 021-2
CD 1996. Howard Johnson & Gravity feat. Taj Mahal, Right Now!, Verve 314 537 801-2
CD 2017. Howard Johnson & Gravity, Testimony, Tuscarora 17001
1994. Howard Johnson's Nubia: Arrival-A Pharoah Sanders Tribute1995. Howard Johnson & Gravity, Gravity!!!1996. Howard Johnson & Gravity, feat. Taj Mahal, Right-Now!2017. Howard Johnson and Gravity, Testimony













Sideman
LP  1964. New Music-Second Wave, Savoy 2235 (2 titres avec Bill Dixon Septet+autres artistes) 
LP  1965. Charles Mingus, Music Written for Monterey, 1965: Not Heard, Played in Its Entirety at UCLA, Vol.1/2, Jazz Workshop 0015/0014
LP  1965. Charlie Mingus-Cecil Taylor, Ozone 19 (2 titres)
LP  1965. Hank Crawford, Dig These Blues, Atlantic 1436
1964. New Music-Second Wave (Bill Dixon Septet)1965. Charles Mingus, Music Written for Monterey1965. Charlie Mingus-Cecil Taylor1965. Hank Crawford, Dig These Blues












LP  1966. Hank Crawford, After Hours, Atlantic 1455
LP  1966. Archie Shepp, Mama Too Tight, Impulse! AS 9134
LP  1966. Hank Mobley, A Slice of the Top, Blue Note LT 995
LP  1966. Hank Crawford, Mr. Blues, Atlantic 1470
1966. Hank Crawford, After Hours1966. Archie Shepp, Mama Too Tight1966. Hank Mobley, A Slice of the Top1966. Hank Crawford, Mr. Blues












LP  1967. Bob Thiele…New Happy Times Orchestra/Gábor Szabó, Light My Fire, Impulse! AS 9159
LP  1967. Gerald Wilson, Live and Swinging, Pacific Jazz 10118
CD 1967. Gary Burton, A Genuine Tong Funeral, RCA 74321192552
LP  1967. Freddie Hubbard, High Blues Pressure, Atlantic 1501
1967. Bob Thiele… Light My Fire/Gábor Szabó1967. Gerald Wilson, Live and Swinging1967. Gary Burton, A Genuine Tong Funeral1967. Freddie Hubbard, High Blues Pressure












LP 1967. McCoy Tyner, Tender Moments, Blue Note 84275
CD 1968. Miles Davis/Gil Evans, The Complete Columbia Studio Recordings, Columbia CXK 67397 (coffret sur plusieurs années)
LP  1968. Tamiko Jones, I'll Be Anything for You, A&M 3011 
LP  1968. Jazz Composer's Orchestra, Communication, Fontana 881 011
LP  1968. Red Balaban, Bits & Pieces of Balaban & Cats, GFL 1015
LP  1968. Taj Mahal, Taj Mahal, Columbia 9579
1967. McCoy Tyner, Tender Moments1968. Miles Davis/Gil Evans, The Complete Columbia Studio Recordings1968. Jazz Composer's Orchestra, Communication1968. Taj Mahal












CD 1969. Andrew Hill, Passing Ships, Blue Note 7243 5 90417 2
LP  1969. Pharoah Sanders, Izipho Zam (My Gifts), Strata-East 1973-3
LP  1969. Eddie Bonnemere, Missa Laetare, Fortress 795
CD 1969-71. Gil Evans, Blues in Orbit, Enja 3069-2
LP  1970. Charlie Haden, Liberation Music Orchestra, Impulse! AS9183
1969. Andrew Hill, Passing Ships1969. Pharoah Sanders, Izipho-Zam1969-71. Gil Evans, Blues in Orbit1970. Charlie Haden, Liberation Music Orchestra












LP  1970. Big Black, Elements of Now, UNI 73018
LP  1970. Leon Thomas, The Leon Thomas Album, Flying Dutchman 132
LP  1970. Roland Kirk & The Vibration Society, Rashaan Rashaan, Atlantic 1575
LP  1970. Thad Jones/Mel Lewis Orchestra, Consummation, Blue Note 84346
LP  1970. Jimmy Owens, No Escaping It!, Polydor 2425.031
1970. Leon Thoma, The Leon Thomas Album1970. Roland Kirk, Rashaan Rashaan1970. Thad Jones-Mel Lewis Orchestra, Consummation1970. Jimmy Owens, No Escaping It












LP  1970-71. Carla Bley/Paul Haines, Escalator Over the Hill, JCOA Records
LP  1971. Gil Evans, Where Flamingos Fly, Artists House 14
LP  1971. Johnny Coles, Katumbo, Dance, Mainstream 346
LP  1971. Charles Tolliver, Music Inc., Strata-East 1971
1970-71. Carla Bley-Paul Haines, Escalator Over the Hill1971. Gil Evans, Where Flamingos Fly1971. Johnny Coles, Katumbo Dance1971. Music Inc., Tolliver/Cowell/McBee/Hopps












LP  1971. Charles Mingus, Let My Children Hear Music, Columbia  31039
LP  1971. Archie Shepp, Things Have Got to Change, Impulse! AS9212
LP  1971. Michel Portal, Splendid Yzlment, CBS 64567
LP  1971-72. The Band, Rock of Ages, Capitol 11045
1971. Charles Mingus, Let My Children Hear Music1971. Archie Shepp, Things Have Got to Change1971. Michel Portal, Splendid Yzlment1971-72. The Band, Rock of Ages












LP  1972. Taj Mahal, The Real Thing, Columbia 30619
LP  1972. Taj Mahal, Happy Just to Be Like I Am, Columbia 30169
LP  1972. Taj Mahal, Recycling the Blues and Other Related Stuff, Columbia 31605
LP  1972. B.B. King, Guess Who, ABCX 759
1972. Taj Mahal, The Real Thing1972. Taj Mahal, Happy Just to Be Like I Am1972. Taj Mahal, Recycling the Blues and Other Related Stuff1972. B. B. King, Guess Who












LP  1972. Charles Mingus and Friends in Concert, Columbia 64975
LP  1972. Composers Workshop Ensemble, Warren Smith Ensemble, Strata-East 1972-3
LP  1972. Bill Evans/George Russell, Living Time, Columbia 31490
LP  1973. Robert Northern, Sound Awareness by Brother Ahh, Strata-East 1973-1
1972. Charles Mingus and Friends in Concert1972. Composers Workshop Ensemble, Warren Smith Ensemble1972. Bill Evans/George Russell, Living Time1973. Robert Northern, Sound Awareness by Brother Ahh












LP  1973. Gil Evans, Svengali, Atlantic 1643
LP  1973. Roswell Rudd and the Jazz Composer's Orchestra, Numatik Swing Band, JCOA 1007
LP  1973. Paul Butterfield's Better Days, It All Comes Back, Bearsville 2170
LP  1973–74. Carla Bley, Tropic Appetites, WATT/1
LP  1974. Gil Evans Orchestra Plays the Music of Jimi Hendrix, RCA 1-0667
1973. Gil-Evans, Svengali1973. Roswell Rudd and the Jazz Composer's Orchestra, Numatik Swing Band1973-74. Carla Bley, Tropic Appetites1974. The Gil Evans Orchestra, Plays the Music of Jimi Hendrix












LP  1974. Gil Evans Orchestra, Montreux Festival ’74, Philips 6043

LP  1974. John Lennon, Walls and Bridges, Apple PCTC 253
LP  1974. Sam Rivers, Crystals, Impulse! ASD9286
LP  1974. Gato Barbieri, Chapter Three, Viva Emiliano Zapata, Impulse! AS9279
LP  1974. Gil Evans Orchestra, Montreux Festival ’741974. John-Lennon, Walls and Bridges1974. Sam-Rivers, Crystals1974. Gato Barbieri-Chapter Three, Viva Emiliano Zapata












LP  1974. Composers Workshop Ensemble, (We've Been) Around, Strata-East 1974-22
LP  1975. Beaver Harris, The 360 Degree Music Experience: From Ragtime to No Time, 360Records 2001
LP  1975. Muddy Waters, The Muddy Waters Woodstock Album, Chess 60035
LP  1975. Gato Barbieri, Chapter Four, Alive in New York, Impulse! ASD9303
1974. Composers Workshop Ensemble, (We've Been) Around1975. Beaver Harris, The 360 Degree Music Experience, From Ragtime to No Time1975. The Muddy Waters Woodstock Album1975. Gato Barbieri, Chapter Four: Alive in New York












LP  1975. Jaco Pastorius, Epic/Legacy 494850 
LP  1975. Gil Evans, There Comes a Time, RCA 1-1057
LP  1975. Bob Moses, Bittersuite in the Ozone, Mozown 001
LP  1975. Rickie Boger, Slow Down Baby, Muse 5084
LP  1975. Paul Butterfield, Put It in Your Ear, Bearsville 6960
LP  1975. David Sanborn, Taking Off, Warner Bros 2873
1975. Jaco-Pastorius1975. Gil Evans, There Comes a Time1975. Bob Moses, Bittersuite in the Ozone1975. Rickie Boger, Slow Down Baby 












LP  1976. Buddy Rich and the Big Band Machine, Speak No Evil, RCA 1-1503
LP  1976. Roland Kirk, The Return of the 5000 Lb Man, Warner Bros 2918
LP  1976. Roland Kirk, Kirkatron, Warner Bros 2982
LP  1976. George Gruntz, The Band: Live at Schauspielhaus, Zürich, MPS 68100
LP  1976. Cathy Chamberlain, Rag 'n Roll Revue, Warner Bros. 3032
LP  1976. Frank Strozier Sextet, Remember Me, SteepleChase 1066
LP  1976. The Band, The Last Waltz, Warner Bros. 3WS-3146 (sur 2 titres)
1976. Buddy Rich and the Big Band Machine, Speak No Evil1976. Roland Kirk, The Return of the 5000 Lb Man1976. Roland Kirk, Kirkatron1976. Frank Strozier Sextet, Remember Me












LP  1977. Dexter Gordon, Sophisticated Giant, Columbia 34989
LP  1977. Clifford Jordan and His Band, Inward Fire, Muse 5128
LP  1977. Narada Michael Walden, I Cry, I Smile, Atlantic 3464 
LP  1977. Levon Helm & the RCO All-Stars, ABC AA1017
LP  1977. Gil Evans, Priestess, Antilles 1010
LP  1977. Peter Herbolzheimer All Star Big Band, Jazz Gala 77 All Star Big Band, Telefunken 6.28438
LP  1977. Paula Lockheart With Peter Ecklund (and other friends), Flying Fish 045
LP  1977. Jess Roden, The Player not the Game, Island 9506
1977. Dexter Gordon, Sophisticated Giant1977. Clifford Jordan, Inward Fire1977. Levon Helm-The RCO All Stars1977. Gil Evans, Priestess












LP  1977-78. Quincy Jones, Sounds...and Stuff Like That!, A&M 4685

LP  1978. David Sanborn, Heart to Heart, Warner Bros 3198
LP  1978. The Heath Brothers, Passing Thru, Columbia 35573
LP  1978. The Gil Evans Orchestra, At the Royal Festival Hall, RCA 25209
1977-78. Quincy Jones, Sounds... and Stuff Like That!1978. David Sanborn, Heart to Heart1978. The Heath Brothers, Passing Thru1978. The Gil Evans Orchestra At the Royal Festival Hall












LP  1978. Lloyd McNeill, Tori, Baobab 654
LP  1978. The George Gruntz Concert Jazz Band (CJB), MPS 15.531
LP  1978. Hank Crawford-Calvin Newborne, Centerpiece, Buddah 5730
LP  1978. Jon Faddis, Good and Plenty, Buddah/Versatile 5727
LP  1978. Bob James, Touchdown, Columbia 36056
1978. Lloyd McNeill, Tori1978. The George Gruntz Concert Jazz Band1978. Hank Crawford-Calvin Newborne, Centerpiece1978. Jon Faddis, Good and Plenty












LP  1979. The Heath Brothers, In Motion, Columbia 35816
LP  1979. Archie Shepp, Tray of Silver, Denon YX-7806 
LP  1979. Nick Mason, Fictitious Sports, Harvest 1C064-64216
LP  1979. Jan Akkerman, «3», Atlantic 50664
LP  1979. Paula Lockheart, It Ain't the End of the World, Flying Fish 213
LP  1980. John Lennon/Yoko Ono, Double Fantasy, Geffen Records 2001
LP  1980. Mike Mandel, Utopia Parkway, Vanguard/Freestyle 79437
LP  1980. Edward Vesala, Heavy Life, Leo 009
LP  1980. Terumasa Hino, Daydream, Vic/Flying Fish 28003
LP  1981. Jaco Pastorius, Word of Mouth, Warner Bros. 3535
1979. Heath Brothers, In Motion1979. Archie Shepp, Tray of Silver1980. John Lennon, Yoko Ono, Double Fantasy1981. Jaco Pastorius, Word of Mouth












LP  1981. Muhal Richard Abrams, Blues for Ever, Black Saint 0061
CD 1981. The Gil Evans Orchestra, Lunar Eclipse, New Tone 6711
CD 1981-84-87-88-90-95. George Gruntz: The Band: Sins'n Wins'n Funs, TCB 96602
LP  1982. George Gruntz CJB, Live 82, Amiga 8 55 998
LP  1982. David Fathead Newman, Still Hard Times, Muse 5283
LP  1982. Bob Moses, When Elephants Dream of Music, Gramavision 18-8203-1
1981. Muhal Richard Abrams, Blues for Ever
1982. George Gruntz-CJB, Live 82
1982. David Fathead Newman, Still Hard Times1982. Bob Moses, When Elephants Dream of Music












LP  1982. Warren Smith & the Composers Workshop Ensemble, Cricket Song Poem, Miff Music Company 1006

LP  1982. Hank Crawford, Midnight Ramble, Milestone 9112
LP  1982. Muhal Richard Abrams, Rejoicing With the Light, Black Saint 0071
CD 1982. Chet Baker, But Not for Me, Stash 584-Random Chance 10
LP  1983. George Gruntz CJB, Theatre, ECM 1265
1982. Warren Smith & the Composers Workshop Ensemble, Cricket Song PoemLP  1982. Muhal Richard Abrams, Rejoicing With the Light
1982. Chet Baker, But Not for Me1983. George Gruntz-CJB, Theatre












LP  1983. Bob Moses Visit With the Great Spirit, Gramavision 18-8307-1
LP  1983. Hank Crawford, Indigo Blue, Milestone 9119
LP  1983. Bratislava Jazz Days ’83, Jack DeJohnette Special Edition, Opus 9115-1536/37 (un titre)
LP  1983. Kim Shaw & Marlon Cowings, Inside, Good Guise 802
LP  1984. Hank Crawford, Down on the Deuce, Milestone 9129
LP  1984. Gil Evans & the Monday Night Orchestra, Live at Sweet Basil, Gramavision 18-8610-1
LP  1984. Gil Evans & the Monday Night Orchestra, Live at Sweet Basil Vol. 2, Electric Bird 6421-2
1983. Bob Moses Visit With the Great Spirit1983. Hank Crawford, Indigo Blue1984. Hank Crawford, Down on the Deuce1984. Gil Evans & the Monday Night Orchestra, Live at Sweet Basil Vol. 2












LP  1984. Jack DeJohnette Special Edition, Album Album, ECM 1280 
LP  1985. Hank Crawford, Roudhouse Symphony, Milestone 9140
LP  1985. Franco Ambrosetti, Tentets, Enja 4096
LP  1985. Steve Weisberg, I Can't Stand Another Night Alone (in Bed With You), Xtra Watt XW/1
CD 1985. Jimmy Heath, New Picture, Landmark 1506-2
1984. Jack DeJohnette Special Edition, Album Album1985. Hank Crawford, Roudhouse Symphony1985. Franco Ambrosetti, Tentets1985. Jimmy Heath, New Picture












LP  1986. Bob Moses, The Story of Moses, Gramavision 18-8703-1
LP  1986. Hank Crawford, Mr. Chips, Milestone 9149
CD 1986. Renee Manning, Ken 022
CD 1987. George Gruntz CJB, Happening Now!, Hat ART 6008
CD 1987. Roy Okutani, Where Were You?, GM 3012
CD 1987. Lenny Pickett With the Borneo Horns, Carthage 7001
CD 1987-88. Arthur Prysock, Today's Love Songs, Tomorrow's Blues, Milestone 9303-2
CD 1988. Hank Crawford, Night Beat, Milestone 9168-2
1986. Bob Moses, The Story of Moses1986. Hank Crawford, Mr. Chips1987. George Gruntz-CJB, Happening Now1989. Hank Crawford, Night Beat












CD 1988. Gunther Schuller, Jumpin' in the Future, GM Recordings 3010 
CD 1988. Inga Rumpf With the NDR Big Band, It's a Man's World, Extra 800860 
CD 1988. McCoy Tyner Big Band, Uptown/Downtown, Milestone 9167
CD 1988-95. NDR Big Band, 50 Years: Bravissimo, ACT 9232-2
CD 1989. George Gruntz CJB, First Prize, Enja R2 79606
CD 1989. Rory Block, I've Got a Rock in My Sock, Rounder 3097
CD 1989. Abdullah Ibrahim, African River, Enja 6018-2
CD 1989. Erica Lindsay, Dreamer, Candid 79040
CD 1989. Chris Hunter and his Orchestra, Scarborough fair, Paddle Wheel KICJ-5 
1988. McCoy Tyner Big Band, Uptown/Downtown1989. George Gruntz-CJB, First Prize1989. Abdullah Ibrahim, African River1989. Erica Lindsay, Dreamer












CD 1989. Lou Rawls, At Last, Blue Note 8 28979-2
CD 1990. Lou Rawls, It's Supposed to Be Fun, Blue Note 7 93841-2
CD 1990. Hank Crawford, Groove Master, Milestone 9182-2
CD 1990. Hank Crawford, South Central, Milestone 9201-2
CD 1990. Wolfgang Schlüter with the NDR Big Band, Good Vibrations, Extra 11522 
CD 1990. Bebop and Beyond, Plays Thelonious Monk, Blue Moon R2-79154 
CD 1990. Pete Levin, Party in the Basement, Gramavision R2-79456 
CD 1990-92. Joe Pass in Hamburg With the NDR Bigband & Radio Philharmonic Hannover, ACT 9100-2
1989. Lou Rawls, At Last1990. Lou Rawls, It's Supposed to Be Fun1990. Hank Crawford, Groove Master1990. Hank Crawford, South Central












CD 1991. Miles Davis, Miles & Quincy Live at Montreux, Warner Bros. 9362-45221-2
CD 1991. George Gruntz CJB, Blues 'n' Dues et Cetera, Enja 6072-2
CD 1991. McCoy Tyner Big Band, The Turning Point, Verve 513573-2
CD 1992. George Gruntz CJB, Cosmopolitan Greetings, MGB 9203
CD 1992. George Gruntz CJB, Beyond Another Wall, TCB 94102
CD 1992. Jazz Baltica Ensemble & David Murray, Jazz Baltica '92, GOWI 05
CD 1993. Taj Mahal, An Evening of Acoustic Music, T and M  004
CD 1993. Rolf Kühn With the NDR Big Band, Big Band Connection, Miramar 23060-2
1991. Miles Davis-Quincy Jones, Miles&Quincy Live at Montreux1991. George Gruntz-CJB, Blues 'n' Dues et Cetera1991. McCoy Tyner Big Band, The Turning Point1993. Taj Mahal, An Evening of Acoustic Music












CD 1994. Ray Anderson Big Band Record/the George Gruntz CJB, Gramavision R2 79497

CD 1994. Pee Wee Ellis, Sepia Tonality, Minor Music 801040
CD 1994. Juxoli, Pannon Jazz/Classic 1009
CD 1995. Terence Blanchard, No More Packing, Columbia 67440 
CD 1995. Denise Jannah, I Was Born in Love With You, Blue Note 7 833390-2
CD 1995. John Scofield, Groove Elation!, Blue Note 8 32801-2
CD 1996. Hank Crawford, Tight, Milestone 9259-2
1994. Ray Anderson Big Band Record/the George Gruntz-CJB1994. Pee Wee Ellis, Sepia Tonality1995. John Scofield, Groove Elation!1996. Hank Crawford, Tight












CD 1996. The Band, High on the Hog, Pyramid 7243 8 37382 2
CD 1996. Barbara Dennerlein, Junkando, Verve 537 122-2
CD 1996. John Scofield, Quiet, Verve 533 185-2
CD 1996. John Clark, I Will, Postcards 1016 
CD 1996. Per Husby, If You Could See Me Now, Gemini 89
CD 1996. J. J. Johnson, The Brass Orchestra, Verve 537321-2
1996. The Band, High on the Hog
1996. Barbara Dennerlein, Junkando1996. John Scofield, Quiet1996. J. J. Johnson, The Brass Orchestra












CD 1997. T. S. Monk, Monk on Monk, N2K Encoded Music 10017
CD 1997. Kevin Mahogany, Big Band, Mahogany Jazz 54675
CD 1997. Teri Thornton, I'll Be Easy to Find, Verve 547755-2
CD 1997. Bernard Purdie's Soul to Jazz II, ACT 9252-3
CD 1998. Geoff Muldaur, The Secret Handshake, Hightone 809
CD 1998. LaMont Johnson, 242E.-3RD., Masterscores 9806R17
CD 1998. George Schuller, Jigsaw, 482 Music 482-1026
CD 1999. Peter Ecklund, Gigs: Reminiscing in Music, Arbors 19230 
CD 1999. Gary Wittner, Roadway, Invisible Music 2014
CD 2001. A Great Night in Harlem, Playboy Jazz 7505 (1 titre)
CD 2001. Mike Gibbs, Nonsequence, Provocateur 1027 
CD 2001. Rosi Hertlein, Two letters I'll Keep, CIMP 244
CD 2003. Tom Harrell Big Band, Wise Children, Bluebird 53016-2
CD 2003. Jean-Jacques Milteau, Blue 3rd, EmArcy 980749-5
CD 2003. Gary Wittner, Now We're Here, Invisible Music 2032
CD 2004. The George Gee Band, Settin' the Pace: The Music of Frank Foster, G Jazz 3567
CD 2004. Tim Postgate Hornband Feat. Howard Johnson, Guildwood Records 006
CD 2004. John Scofield, That's What I Say, Verve 0880534 
CD 2005. George Gruntz, Tiger by the Tail, TCB 26702
CD 2005. David Fathead Newman, Cityscape, HighNote 7150
1997. T S Monk, Monk on Monk2003. Tom Harrell Big Band, Wise Children2004. John Scofield, That's What I Say2005. David Fathead Newman, Cityscape












CD 2005. Mario Pavone, Deez to Blues, Playscape 50505
CD 2005. Charles Tolliver Big Band With Love, Blue Note-Mosaic 3639315-2
CD 2007. George Gruntz, Pourquoi pas? Why Not?, TCB 28922
CD 2007. Catherine Russell, Sentimental Streak, World Village 468075
CD 2007. Salim Washington, Strings, Cadence Jazz 1212
CD 2008. Eddie Allen, The Aggregation: Groove's Mood, DBCD 002
CD 2008. David Sanborn, Here and Gone, Decca 1767524/11152-02 
CD 2008-09. Mike Ponella, G.W.B. Shuffle, M.A.P. 1001
CD 2009. Tim Postgate, Banjo Hockey, Black Hen Music 65
CD 2009. Catherine Russell, Inside This Heart of Mine, World Village 468092 
CD 2010. George Gruntz, Matterhorn Matters, MGB Jazz 3
CD 2011. Jimmy Owens, The Monk Project, IPO Recordings 1022
2005. Mario Pavone, Deez to Blues
2008. Eddie Allen, The Aggregation: Groove's Mood
2009. Catherine Russell, Inside This Heart of Mine2011. Jimmy Owens, The Monk Project








*
VIDEOGRAPHIE
par Hélène Sportis

Howard Johnson en leader et coleader

• Chaîne Youtube Howard Johnson & Gravity

1996. Howard Johnson (tu,penny whistle,arr,prod),album Howard Johnson & Gravity ‎– Gravity !!! (Verve), Dave Bargeron/Earl McIntyre/Joe Daley (euph,tu), George Wadenius (g), Paul Shaffer (kb), Bob Cranshaw/Melissa Slocum (b), Kenny Washington/Kenwood Dennard (dm), Victor See Yuen (perc), James Williams/Paul Shaffer/Raymond Chew (p),  Bob Stewart/Carl Kleinsteuber/Marcus Rojas/Nedra Johnson/Tom Malone (tu), Studios Clinton Recording, New York, NY

1996. Howard Johnson (bs,tu,penny whistle,voc,arr), album Howard Johnson & Gravity Featuring Taj Mahal ‎– Right Now! (Motor Music,Verve), Taj Mahal (voc), Dave Bargeron/Earl McIntyre/Bob Stewart/Carl Kleinsteuber (tu), Ray Chew (p,kb), James Cammack (b), Kenwood Dennard (dm), Manhattan Center Studios, New York, 1,2,3,5,9,10 décembre

2017. Howard Johnson (bs,tu,pennywhistle,voc,arr), album Howard Johnson & Gravity ‎– Testimony (label Tuscarora, prod.Joseph Daley), Velvet Brown/Dave Bargeron/Earl McIntyre/Bob Stewart/Joe Exley (tu), Nedra Johnson/Butch Watson/CJ Wright/Mem Nahadr (voc), Carlton Holmes (p), Melissa Slocum (b), Buddy Williams (dm), MSR Studios (fermés le 30 juin 2016), New York


Howard Johnson en sideman

1965. Howard Johnson (tu), The Charles Mingus Jazz Workshop: Charles Mingus (b), Dannie Richmond (dm), Hobart Dotson/Jimmy Owens/Lonnie Hillyer (tp), Charles McPherson (as), Julius Watkins (frh), «Majonet», documentaire «Jazz: The Experimenters», tourné le 10 ou 19 septembre 1965 dans le Village Gate (Art D’Lugoff), New York, sans public, pour une émission présentée par Ralph Ellison et Martin Williams, PBS/WNET 13, dir. John J. Desmond, prod. Jerome Toobin, infos-source Library of Congress, disque Ozone 19 (Boris Rose/non commercial)

1965. Howard Johnson (tu), Charles Mingus ‎– Music Written for Monterey 1965, Not Heard, Played in Its Entirety at UCLA (label Jazz Workshop), Royce Hall, University of California-Los Angeles, The Charles Mingus Jazz Workshop: Charles Mingus (b), Dannie Richmond (dm), Hobart Dotson/Jimmy Owens/Lonnie Hillyer (tp), Charles McPherson (as), Julius Watkins (frh), 25 septembre

1967. Howard Johnson (tu), album McCoy Tyner (p)-Tender Moments, Lee Morgan (tp), James Spaulding (as), Bob Northern (frh), Bennie Maupin (ts), Julian Priester (tb), Herbie Lewis (b), Joe Chambers (dm), Blue Note, Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, NJ, 1er décembre
https://www.youtube.com/watch?v=Mct0txLxw6Y
https://www.youtube.com/watch?v=FCYCtsSG4BY
https://www.youtube.com/watch?v=DUeita4AqBM
https://www.youtube.com/watch?v=mGI7A3lovfk
https://www.youtube.com/watch?v=n6UCndl-iR8
https://youtu.be/81N_em9eELg
https://www.youtube.com/watch?v=BfN6DH3nX1Y


1969. Howard Johnson (tu), Pharoah Sanders (comp,s,perc), Sonny Fortune (as), Lonnie Liston Smith (p), Sonny Sherrock (g), Cecil McBee/Sirone (Norris Jones) (b), Nat Bettis/Tony Wylie (perc), Leon Thomas (voc,perc), Billy Hart/Majeed Shabazz/Chief Bey (dm), album Pharoah Sanders, Izipho Zam/My Gifts (label Strata-East 1973), TownSound Studios, Englewood, NJ, 14 janvier

1972. Howard Johnson (tu,bs), album Charles Mingus and Friends in Concert (Columbia), Charles Mingus (b,arr), Jon Faddis/Lonnie Hillyer/Lloyd Michaels/Eddie Preston (tp), Eddie Bert (btb), Richard Berg/Sharon Moe (frh), Robert Stewart (tu), James Moody (fl), Lee Konitz/Charles McPherson/Richie Perri (as), Gene Ammons/George Dorsey (ts), Bobby Jones (ts,cl), Gerry Mulligan (bs), John Foster/Randy Weston (p), Milt Hinton (b), Joe Chambers (dm), Dizzy Gillespie/Honi Gordon (voc), Bill Cosby (master of ceremonies), Sy Johnson (arr), Teo Macero  (arr,lead), «Mingus Blues», «Live», «Us Is Two», «Us Is Two», «Honeysuckle Rose», «E.S.P.», «E's Flat ah's Flat to», «Ecclusiastics», «Ool-ya-koo», «Little Royal Suite», «Eclipse», Live at the Philharmonic Hall, Lincoln Center for the Performing Arts, New York, NY, 4 février

1973. Howard Johnson (!b!,tu), Gato Barbieri (ts,voc), Eddie Martinez (P,kb), Paul Metzke/Horacio «Isoca» Fumero (g), Portinho (dm), Ray Armando (Perc), Rome, RAITRE, ou plus sûrement 1974 (info Howard Johnson)

1975. Howard Johnson (s), Muddy Waters (voc,g), Paul Butterfield (hca), Levon Helm (b,dm,prod), Garth Hudson (acc,kb,s), Bob Margolin/Sammy Lawhorn(g), Fred Carter (g,b), "Pinetop" Perkins (p), The Muddy Waters Woodstock Album (label Chess-Geffen Records), «Caldonia», «Why Are People Like That», Studio «Turtle Creek» à Bearsville-Woodstock, NY, 6-7 février

1977. Howard Johnson (tu,bs), Dexter Gordon (ts,ss), Frank Wess (as,fl,picfl), Woody Show/Benny Bailey (tp,flh), Slide Hampton (arr)/Wayne Andre (tb), George Cables (p), Bobby Hutcherson (vib), Rufus Reid (b), Victor Lewis (dm), album Dexter Gordon ‎– Sophisticated Giant (label CBS, Columbia), Studios Sound Ideas, New York, NY 21-22 juin

1977. Howard Johnson (tu), Clifford Jordan/Pat Patrick (ts,fl), Dizzy Reese (tp), Jimmy Ponder (g), Muhal Richard Abrams (p), Richard Davis (b), Grover Everette/Louis Hayes (dm), Azzedine Weston (cga), album Clifford Jordan, Inward Fire (label Muse Records), Studios CI Recording, New York, NY, 5 avril

1982. Howard Johnson (bs), David "Fathead" Newman (as,ss,ts,fl), album-titre Still Hard Times (label Muse Records), Charlie Miller (tp), Hank Crawford (as,pas sur ce titre), Walter Booker (b), Jimmy Cobb (dm), Larry Willis (p), Steve Nelson (vib,pas sur ce titre)

1983. Howard Johnson (tu,bs), Gil Evans (p,lead), Gil Goldstein (kb), Mike Mainieri (vib), John Clark (frh), Randy Brecker/Lew Soloff/Benny Bailey/Ack van Rooyen (tp), Michael Brecker/Thomas Gruenwald (ts), Herb Geller (as), Tom Malone/Jiggs Whigham/Hermann Breuer/Rudi Fuessers (tb), Dean Brown (g), Tim Landers (b), Billy Cobham (dm), « Stne Free », Live in Lugano, Suisse

1985. Howard Johnson (bs), Nick Brignola/Cecil Payne/Ronnie Cuber (bs), Junior Mance (p), Rufus Reid (b), Walter Bolden (dm), Ray Barretto (cga), Berlin, 1er novembre

1988. Howard Johnson (bcl,tu), Gunther Schuller (comp,lead,prod), Allan Chase (as), Matt Darriau (as,fl), Peter Cirelli (btb), Krista Smith (frh), Andy Gravish/Greg Hopkins/Roy Okutani (tp,flh), George Garzone (cl), George Garzone (ts), Dave Finucane (ts,bs,cl,bcl), Adam Kolker (ts,fl), Curtis Hasselbring/Rick Stepton (tb), Ben Sher (g), Dave Clark (b), George Schuller (dm), «Night Music», «Anthropology», album Gunther Schuller Featuring Orange Then Blue Special Guest Artist Howard Johnson, Jumpin' In The Future, (label GM Recordings)

1989. Howard Johnson, Taj Mahal (g,voc), Hiram Bullock (g), David Sanborn (s), «Cakewalk Into Town», Sunday Night Live/Night Music TV Series, épisode #2.5, Broadway Video Prod., NBC, New York, ©BetaGems, 28 octobre, 

1990. Howard Johnson (bs), Hank Crawford (as,kb,arr,lead), Lou Marini (ts), Alan Rubin/Lew Soloff (tp), Melvin Sparks (g), Dr. John (p), Gloria Coleman (org), Wilbur Bascomb (b), Bernard Purdie (dm), album Hank Crawford, Groove Master (label Milestone), «Bluebird» (Charlie Parker), «Holy Moly» (Melvin Sparks), Giant Studios, New York, NY, Janvier et Mars
https://www.youtube.com/watch?v=E1Ps1caSWuw

1990. Howard Johnson (tu),  «Fly With the Wind», McCoy Tyner Big Band, Earl Gardner/Virgil Jones/Kamau Adilifu (tp), Frank Lacy/Clark Gayton (tb), John Clark (cor), Doug Harris/Joe Ford (ss, as, fl), John Stubblefield (ts), Avery Sharpe (b), Aaron Scott (dm), JazzFest Berlin, 20’51’’

2007. Howard Johnson (tu,bs,bcl), George Gruntz (p,arr,lead) Concert Jazz Band, 
Marvin Stamm/Alexander Sipiagin (tp,flh), Tatum Greenblatt/Jack Walrath (tp), Gary Valente/René Mosele (tb), Dave Bargeron (tb,euph), Earl McIntyre (btb), Chris Hunter (as,fl), Sal Giorgianni (as,ts,fl), Larry Schneider (ts,ss), Adrian Pflugshaupt (ts,ss,cl), Arie Volinez (b), Danny Gottlieb (dm), Estival Jazz Lugano, Suisse, 6 Juillet


Howard Johnson en interview et en musique

c. 2012. Howard Johnson parle «tuba»…, ©The Woodbridge Channels

2013-2015. Howard Johnson raconte, chante Madame Buttelfly…, joue avec son ensemble Gravity à  Harlem Meer-Central Park, New York, NY, juin 2013, ©Liner Note Legends janvier 2015

2014. Howard Johnson & Gravity: Velvet Brown/Dave Bargeron/Earl McIntyre/Joseph Daley/Bob Stewart (tu), Nedra Johnson (sa fille,voc), Carlton Holmes (kb), Melissa Slocum (b), Edward JT Lewis (dm), «Evolution» (Bob Nelloms), «Natural Woman»(Carol King), «Fly With the Wind» (McCoy Tyner), Little Black Lucille (Howard Johnson), «Working Hard for the Joneses» (Nedra Johnson), 11 janvier, The Bitter End, New York, Winter JazzFest, ©Scott Friedlander

2016. Howard Johnson, Brian Mitchell, Larry Campbell, Teresa Williams, Bob Weir, Lucinda Williams, Dr. John, Jay Collins, Erik Lawrence, Steven Bernstein, Jacob Silver, Jimmy Wieder, Clark Gayton, Shawn Pelton, Teddy Thompson, «Rag Mama Rag»,© «Front Row» Dave/Joey R Calderone, Lincoln Center, New York, 6 août