Err

pubentetesite.jpg
Actualités
Rechercher   << Retour

Turk Mauro

15 août 2019
11 juin 1944, New York, NY - 15 août 2019, Fort Lauderdale, FL
© Jazz Hot 2019

Turk Mauro, Paris 2005 © Jean Szlamlowicz by courtesy








C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès du saxophoniste ténor, saxophoniste baryton et chanteur, Turk Mauro, le 15 août 2019, à Fort Lauderdale, Floride, des suites d’une longue maladie.

Avec sa disparition, c’est encore un peu de la mémoire du jazz à Paris et des liens tissés entre musiciens américains et français qui s’en va. A la fin des années 1980, il fut en effet l’un des piliers du Club de jazz Le Petit Opportun en compagnie de ses fidèles amis Michel Gaudry (b), Alain Jean-Marie, Jeannot Rabeson (p), François Laudet ainsi que son frère Ron Turso (dm). 

On se souvient de son jeu très fluide au ténor, doublé d'une grande liberté rythmique avec une sonorité ample et parfois rugueuse qui évoque Gene Ammons, lequel, comme lui, jouait également du baryton et chantait le blues à merveille.

Turk Mauro nous avait fait le plaisir de deux intéressantes interviews dans Jazz Hot, détaillant son itinéraire et ses partis pris esthétiques et philosophiques à propos du jazz (Jazz Hot n°464, juin 1989 et Jazz Hot n°619, avril 2005). Elles sont indispensables et complètent, avec nostalgie, cette nécrologie en rappelant la voix et la personnalité d'un musicien profond, authentiquement amoureux du jazz et du blues…







Mauro A. Turso, de son véritable nom, est né à New York, le 11 juin 1944. Cet enfant du Queens a grandi dans les années 1950 dans une famille originaire de Bari en Italie, avec un père, Dominick Turso, musicien semi-professionnel de middle jazz, influencé par Lester Young, une mère pianiste de qualité et un frère, Ron, qui joue de la batterie. Il baigne dans un univers musical riche en fréquentant le fameux Metropole Cafe à Broadway sur la 7e Avenue. A peine adolescent, il peut entendre à l’extérieur du club des illustres figures du jazz, de New Orleans tels que Tony Parente (cl) et d'ailleurs comme Sammy Price (p) et Sam Ulano (dm). A 14 ans, il joue de l’alto et rejoint un an plus tard le syndicat des musiciens jouant la plupart du temps dans l'orchestre familial. Il a également l’occasion de voir en scène ses musiciens favoris que sont Coleman Hawkins (ts), Charlie Shavers (tp), Roy Eldridge (tp), Claude Thornhill (p) entourés d’une solide rythmique amenée souvent par Arvel Shaw (b) et Mickey Sheen (dm).

A force de visites régulières au Metropole Cafe, il devient un habitué et croise souvent le vétéran Red Allen (tp) dont il deviendra le protégé plus tard. Celui-ci est souvent accompagné de rythmiques prestigieuses dont Gene Krupa (dm) et John Bunch (p) ou encore par Charlie Ventura (ts). En face du Metropole Cafe, le bar le Copper Rail est un lieu où se retrouvent souvent les musiciens de jazz après leur concert, et c'est pour le jeune Turk Mauro l'occasion d'échanger avec ses idoles que sont Zoot Sims, Al Cohn, Dexter Gordon et tant d'autres. C'est Jack Crystal (le père du célèbre acteur Billy Crystal) qui l'invite à entrer dans le club pour boire un verre et lui présenter Red Allen qui lui permettra de connaître ses premiers concerts professionnels. Gene Krupa ne s'est pas trompé à l'époque en l'encourageant après l'avoir entendu en club. En parallèle, il obtient son diplôme scolaire en 1962 et travaille dans une banque avant de plonger définitivement dans l'univers de la musique notamment par une tournée avec Roy Eldridge en 1966 et une autre avec Ruby Braff la même année. Sa rencontre avec Billy Mitchell (ts), alors qu'il se produisait en club, est déterminante car elle lui permet d'intégrer la formation de Dizzy Gillespie (1975-1976), puis celle du batteur Buddy Rich (1976-1979) avec lequel il fera une tournée en Europe et enregistrera trois albums principalement au saxophone baryton.

1977-Turk Mauro, The Underdog



Son côté perfectionniste lui vaudra un travail régulier en free-lance et de nombreuses dates au Blue Note à New York. A cette époque il entre en studio pour une séance avec le chanteur Joe Caroll aux côtés de Ronnie Cuber (bar) et Kenny Washington (dm) avant de participer en alternance avec Ricky Ford au superbe album de Red Rodney (tp), The 3 R's (Muse), avec son ami Richie Cole (as) et Sir Roland Hanna (p) solidement soutenus par George Duvivier (b) et Grady Tate (dm). C'est alors qu'il sort son premier album en leader, The Underdog (Jazzcraft Records), pour un magnifique chase avec son aîné Al Cohn, entouré de l'excellent pianiste Hugh Lawson et du batteur Ben Riley, connu pour sa collaboration avec Thelonious Monk.

1981. Turk Mauro, Heavyweight, Phoenix Jazz




Il publiera ensuite Heavyweight! avec le jeune guitariste Joe Cohn (le fils d'Al Cohn), mais l'album sera un échec commercial, et Turk Mauro doit prendre un temps un emploi de chauffeur de taxi pour subvenir à ses besoins.


C'est Sonny Rollins qui lui conseille de partir en France tenter sa chance, et il deviendra un habitué des clubs européens entre 1987 et 1994. Il sera d'ailleurs l'un des piliers de la cave parisienne du Petit Opportun tout en continuant d'enregistrer pour des vocalistes d'exception dont le pianiste et chanteur Dave Frishberg avec Glenn Ferris (tb) en 1991, mais aussi Mark Murphy l'année suivante, puis le crooner Frank J. Melville en compagnie du pianiste Jimmy Rowles et du batteur Al Levitt.


1991. Turk Mauro, Jazz Party, Bloomdido




Pendant sa période parisienne, le label Bloomdido lui permet d'enregistrer trois superbes albums; le premier au Petit Opportun, ainsi qu'un Jazz Party en studio avec notamment Alain Jean-Marie; puis il retrouvera le pianiste Jimmy Rowles pour un superbe Love Songs.

1988-90-Turk Mauro, Love Songs, Bloomdido






Le 11 juin 1989, il fête ses 46 ans sur la scène du Petit Opportun avec Ray Bryant (p) et Phil Woods (as) pour un concert mémorable.








En 1994, il s'installe en Floride pour s'occuper de son père âgé et devient l'un des piliers de la scène locale en se produisant régulièrement au O'Hara's Pub avec la crème de la culture jazz locale mais aussi avec son ami Richie Cole.

1995. Turk Mauro, Hittin’ the Jug, Milestone




Après avoir rencontré le fondateur du célèbre label Prestige Records, Bob Weinstock, qui vit également dans le sud de la Floride, il enregistre deux albums pour le label Milestone. Hittin' The Jug sort en 1995 sous la forme d'un all-stars en hommage à Gene Ammons avec Dr. Lonnie Smith (org) et Duffy Jackson (dm, ex-Basie), avant d'enchaîner deux ans plus tard avec The Truth, un enregistrement en quintet.

1997-Turk Mauro, The Truth





En ce milieu des années 1990, il se produit beaucoup et sera en tête d'affiche du Blue Note à New York avec le pianiste Ronnie Mathews et le bassiste Bob Cranshaw.


En 2013, il retourne à New York pour se rapprocher de sa fille et de ses petits-enfants, laissant un grand vide sur la scène jazz de sa région d'adoption. Lui qui évoquait avec émotion ses rencontres avec Pepper Adams, Johnny Griffin, Sonny Stitt, Jo Jones ou Eddie Lockjaw Davis, avouait il y a peu de temps encore: «Aujourd'hui, je suis extrêmement fier et reconnaissant d'avoir pu côtoyer sur scène et en dehors tous ces grands musiciens, mais je suis également un peu triste car beaucoup nous ont quittés. J'essaye toujours de transmettre mon expérience à la nouvelle génération de musiciens de jazz. J'aimerais également publier mes mémoires si quelqu'un est intéressé.» 

Il a rejoint aujourd'hui ses amis musiciens de jazz disparus pour, on peut le rêver, une jam pleine de swing et de blues!

Le 18 octobre prochain, le saxophoniste et producteur Joseph Cavaseno, avec l'aide de Ron Turso, sortira sur son label l'album Heavyweight! paru en 1981 avec l'accord de Bob Porter de Contemporary Records.


David Bouzaclou
photo Jean Szlamowicz


Turk Mauro et Jazz Hot
n°464-1989 et n°619-2005


1987-Turk Mauro, Live in Paris





SELECTION DISCOGRAPHIQUE


Leader
CD 1977. The Underdog, Storyville 8265/15689
LP  1981. Heavyweight!, Phoenix Jazz Records 1004
CD 1987. Live in Paris, Recorded at «Le Petit Opportun», Bloomdido Records 006
CD 1988-90. Love Songs, Bloomdido Records 009
CD 1991. Jazz Party, Bloomdido Records 011
CD 1995. Hittin' the Jug, Milestone 9246-2
CD 1997. The Truth, Milestone 9267-2

Sideman
LP 1963. Lou Dana and the Furies, Liberty Records
CD 1976. Buddy Rich and the Big Band Machine, Speak No Evil, RCA Victor/Wounder Bird Records 1503
LP  1977. Buddy Rich, Plays and Plays, RCA 1-2273
LP  1977. Buddy Rich, Killing Me Forcefully, Muza SX0643
LP  1977. Buddy Rich, Jam Session, Muza SX0655
CD 1977-78. Buddy Rich Big Band, Wham!, Label M 495717
LP  1978. Joe Carroll, Jumpin' at Jazzmania, Jazzmania Records 41222
LP  1979. Buddy Rich, The Exciting Buddy Rich, RCA 42786
LP  1979. Red Rodney, Richie Cole, Ricky Ford, The 3 R's, Muse Records 5290 
CD 1990. Frank J. Melville, I'm Old Fashioned, Orange Blue Records 008 
CD 1991. Dave Frishberg, Wher You What, Bloomdido Records 010 
CD 1992. Mark Murphy, Another Vision, September Records 5113 
CD 1996. Eric Allison, Mean Streets Beat, Contemporary Records 14080-2 
CD 1996. Billy Marcus, Hamp, Contemporary 14083-2
CD 1997. Eric Allison, After Hours, Contemporary 14088-2
CD 2007. Tim Hauser, Love Stories, Paddle Wheel Records 522


VIDEOS
1986. Al Cohn and Friends, Zoot Sims Memorial Concert (présenté avec humour par Ira Gitler)
https://www.youtube.com/watch?v=7yvyw0c_rvY

2008. JazzBluesFlorida/jazz birthday part, Turk Mauro

2009. Miami Jazz Heritage | Turk Mauro «Jazzzzzzin' it up!»
Miami Jazz Heritage est une association sans but lucratif fondée par le musicien  et écrivain Bobby Ramirez en 2009 

2009. Miami Jazz Heritage | Turk Mauro

2012. Turk Mauro en club avec Don Miller (b), Brian Murphy (p) et Duffy Jackson (dm)
https://www.youtube.com/watch?v=--B_7PuzPMA

2013. Turk Mauro Last Concert in Florida, At the Arts Garage 12/01/2013 «Turk Dirty Blues»
https://www.youtube.com/watch?v=jHbmeObmTfw

2015. Turk Mauro, «What a Little Moonlight Can Do»
Turk Mauro (ts), Brian Murphy (p), Don Miller (b), Duffy Jackson (dm),


*