Err

pubentetesite.jpg
Tcha Limberger, Jazz Station, Bruxelles, 30 septembre 2022 © Roger Vantilt
Tcha Limberger, Jazz Station, Bruxelles, 30 septembre 2022 © Roger Vantilt


Tcha LIMBERGER

Soul Eyes

 
Né le 20 juin 1977 à Bruges, Tcha Limberger appartient à une dynastie tzigane, une réalité au sens littéral de cette tradition culturelle tant elle est ancrée dans la mémoire lointaine et mérite ses lettres de noblesse. Doué d'une qualité d'expression rare au XXIe siècle par sa profondeur, son naturel et l’essentielle vérité qui s'en dégage, Tcha Limberger est un vrai messenger de cette culture, dont la dimension jazz, au sens que ce mot a dans la tradition afro-américaine: il incarne et transmet une culture populaire.
Il en a une conscience aiguë –une mission–, il le vit au quotidien, dans son art, sa famille, avec sa fille (chant), son père, ses parents à tous les degrés, ses ancêtres, ses rencontres, de la nouvelle génération aussi; il agit sans relâche pour ça, dans son art comme dans la communication qui l'entoure (jusque sur internet), avec générosité et un talent de multi-instrumentiste hors normes, chanteur, violoniste et guitariste entre autres. Et pourtant, il garde la modestie et le caractère populaire, joyeux, poétique, tendre, émouvant, direct et simple de ses aînés, de ses aïeux depuis la nuit des temps. Et c'est sans doute pour ça que Tcha Limberger est aussi captivant et surprenant à notre époque, parce que sa musique parle à l’âme, sans médiation, comme c'est le cas dans la tradition du jazz, de l'Amérique à Django en particulier.
Son action sociale et culturelle parle aussi au cœur et à la rationalité, en nous confirmant dans l'idée que l'art est une sublimation de la culture populaire –sa mémoire comme son actualité– et que l'expression individuelle des êtres humains est indispensable à la construction d'une société véritablement humaine, chaleureuse, bien loin de l'artificialité de la société de consommation de masse de produits normalisés, de mode, aseptisés, amnésiques, dont les seules finalités sont le profit et l'ego.
Tcha Limberger, un esprit rare sur le plan artistique au XXI
e
siècle, mais symbolique de sa tradition libre parce qu'indépendante, permet de comprendre que la liberté individuelle, des êtres humains comme des artistes, ne se confond jamais avec le nombrilisme et l'égoisme, comme tentent de le faire croire les pouvoirs d'aujourd'hui, qui privent progressivement les peuples de leurs libertés individuelles et confinent les humains devant leur miroir ou derrière leurs écrans et leur peur.

• 2020. Tcha et Esra (voc) Limberger, hors scène, chants de Transylvanie - Image extraite de YouTube
• 2020. Tcha et Esra (voc) Limberger, hors scène,
chants de Transylvanie - Image extraite de YouTube

On peut écouter sur scène (c'est magique!) et sur disques Tcha Limberger. On peut aussi le découvrir sur internet (cf. la vidéographie). Au violon, à la guitare, à la contrebasse ou au chant, il possède une énergie qui illumine et transporte véritablement son entourage musical et son public. Il explore, avec un charisme certain car il subjugue ses auditoires, le répertoire du jazz, de la tradition de Django mais aussi la tradition des chants populaires de l'Europe du nord à la Méditerranée et jusqu'à la Mer Noire, de la Turquie au Moyen Orient, souvent dans leur langue originale –il parle une dizaine de langues– quand il chante, avec une profondeur qui s'apparente à celle du blues lowdown, même si la tradition est différente.
Au-delà du jazz parfois pour le répertoire, mais si hot par l'esprit, ce petit qualificatif rajouté au mot jazz pour en faire comprendre l'authenticité, Tcha Limberger est unique, libre comme l'air; sa voix, qui passe parfois de sa gorge à son archet sans qu’on puisse savoir si ce sont les cordes vocales ou celles du violon qui résonnent, est un grand voyage, dans le temps et dans l'espace, une vraie respiration, un vrai souffle de vie, un rêve d'infini dans l'Europe étriquée de 2022. Rencontre avec un artiste sans limite à l'occasion d'un concert et d'une sortie de disque à Bruxelles… YS

Propos recueillis par Jean-Marie Hacquier
Photos Hugo Lefèvre et Roger Vantilt
images extraites de YouTube
avec nos remerciements


Jazz Hot: J’ai lu que votre grand-père, Piotto, était Hollandais.

 

Tcha Limberger: Pas exactement! Je ne sais pas vraiment où il est né; moi, je pensais qu’il était né en Allemagne, mais il a surtout vécu en Belgique, dans les Flandres.

 

Votre famille est de la région de Gand?

 

Oui, les Manouches de Gand, Bruges, Ostende…

• 2022. Tcha Limberger, (avec Tchavolo Schmitt, Wawau Adler, Hono  Winterstein non visibles), «Ornithology», Fontainebleau, Festival  Django Reinhardt de Samois, 23 juin - Images extraites de YouTube
• 23 juin 2022. Tcha Limberger, (avec Tchavolo Schmitt, Wawau Adler,
 
Hono Winterstein non visibles), «Ornithology», Fontainebleau, 
Festival Django Reinhardt de Samois - Images extraites de YouTube

• 2016. Tcha Limberger (assis), musique et fou rire, «I Surrender»

• 2016. Tcha Limberger (assis), musique et fou rire, «I Surrender»




 







Comme les De Cauter…

Oui, c’est comme ça qu’ils se sont connus. Les parents de Koen De Cauter avaient un resto, et il y avait souvent des Manouches qui venaient jouer là-bas de la musique de danse. En 1964, Koen a rencontré pour la première fois Fapy Lafertin, mon père et Ivy Demuyder. Il y avait le vieux Piotto qui jouait encore. Il avait beaucoup de charisme. Comme je dis souvent: «il était mondialement connu, surtout dans les Flandres»! Jusqu’en 2004, ça m’arrivait au moins une fois par semaine, quand on allait jouer quelque part avec mon père et mes oncles, que quelqu’un me dise: «vous êtes le petit-fils de Piotto?… je l’ai vu en 1951». Et je répondais: «Vous l’avez vu en 1951 et, cinquante ans plus tard, vous vous en rappelez. C’est incroyable, quand même!» Piotto, c’était vraiment quelqu’un qui avait quelque-chose à dire! J’ai entendu quelques enregistrements à la radio, à Courtrai; il y en a très peu, de très mauvaise qualité. Mais là, il joue super bien, sauf que la guitare va beaucoup trop fort et donc on ne l’entend pas très bien. A la fin de sa vie, il y a plusieurs enregistrements mais, à cette époque-là, il avait de l’arthrose; il devait poser le coude sur une table pour pouvoir tenir le violon. Mais, même avec ça ­–tout était un peu faux, avec un vibrato très lent (il chantonne)–, on entend que c’était un énorme musicien. Il faut le placer dans son époque. Les gens avaient peut-être une radio et, lorsqu’ils arrivaient dans un café et qu’ils entendaient tous les tubes du moment, c’était impressionnant!

• 26 novembre 2011. Vivi et Tcha Limberger, Vilmos Csikos, le Quecumbar, Londres - Image extraite de YouTube
 • 14 mai 2017. Tcha Limberger avec le groupe Tchabadjo, Live à Geldermalsen, Hollande, 14 mai - Image extraite de YouTube









             • 26 novembre 2011. Vivi et Tcha Limberger, Vilmos Csikos,                   • 14 mai 2017. Tcha Limberger avec le groupe Tchabadjo, Live à 
                 le Quecumbar, Londres - Image extraite de YouTube                             Geldermalsen, Hollande, 14 mai - Image extraite de YouTube
       

Vous êtes originaire de Flandre. Vous êtes né à Bruges?

Oui, en 1977 à Bruges!

Votre père a joué avec Waso(1), notamment…
 

Oui, il a beaucoup joué avec Koen De Cauter, avec Fapy dans le New Quartet, dont j’ai fait partie dans une des dernières versions; je jouais de la guitare solo, mais ce n’était pas avec mon père, c’était plus tard.

 

J’ai lu que vous avez vécu à l’Est…

 

J’ai habité Budapest pendant un an et demi pour étudier…

• 2016. Tcha Limberger, Benjamin Clement (g), Vilmos Csikos (b), NRW Cologne, Allemagne Images extraites de YouTube




 
• 2016. Tcha Limberger, Benjamin Clement (g), Vilmos Csikos (b), NRW Cologne, Allemagne Images extraites de YouTube









• 2016. Tcha Limberger, Benjamin Clement (g),
Vilmos Csikos (b), NRW Cologne, Allemagne
Images extraites de YouTube





C’est là que vous avez appris le romanisch?

 

Oui…

 

Vous n’avez pas chanté en romanisch, ce soir!

 

Non, j’ai chanté en anglais. Le romanisch, je l’ai appris du côté de mon père, parce que le romanisch, c’est notre langue à nous; c’est la langue maternelle et la langue paternelle. Plus tard, j’ai appris le hongrois, le roumain, un peu de grec, un peu de russe… Je parle plus ou moins dix langues; j’aime beaucoup!

 

Votre école, c’est exclusivement la famille?

 

Surtout la famille et les collègues autour. Heureusement pour moi, il n’y avait pas que des Manouches! Il y avait Koen De Cauter, qui est flamand, et qui avait une vue plus large…

 

Brassens, notamment!

 

Brassens, la musique hongroise, le vrai flamenco, la musique du Paraguay, d’Argentine, de Sardaigne… Il nous a fait écouter tout ça… à Fapy et à mon père, et ça a fait que ces deux-là sont devenus beaucoup plus grands; ils écoutaient Sidney Bechet, Louis Armstrong, Duke Ellington; ils n’écoutaient pas que les Manouches.


• 2016. Tcha Limberger, NRW Cologne, Allemagne Image extraite de YouTube
• 2016. Tcha Limberger, NRW Cologne, Allemagne
Image extraite de YouTube

• 2019. Tcha Limberger, Taipei Gypsy Jazz Festival, Taïwan - avec Sébastien Giniaux (g), Denis Chang (g), Christian van Hemert (vln), Kumiko Imakyurei (b) - Image extraite de YouTube

• 2019. Tcha Limberger, Taipei Gypsy Jazz Festival, Taïwan - avec Sébastien Giniaux (g), Denis Chang (g), Christian van Hemert (vln), Kumiko Imakyurei (b) - Image extraite de YouTube

 













Il y a pas mal de différences dans le monde des Tziganes: les Manouches, la tradition de Django…

 

Oui, à l’Est, les Roms, par exemple. Le monde des Tziganes est très vaste et très compliqué. Je dis souvent que la musique tzigane n’existe pas parce que les Tziganes, ils jouent surtout la musique où ils habitent, parce que c’est avec cette musique-là qu’ils vont faire des sous. Il y a dans certains pays des musiciens qui ont fait des choses à eux, mais ça reste imprégné des musiques qu’il y a autour. Pour moi, Django Reinhardt ne jouait pas du «gipsy-jazz»; il jouait du jazz parce que ce qu’il écoutait, c’était Duke Ellington, Louis Armstrong, Coleman Hawkins, Johnny Hodges, Sidney Bechet, tous les Américains… même Charlie Parker.

 

Parlons de vous… Pour le concert avec les Violons de Bruxelles (Jazz Station, septembre 2022), une de vos compositions sonnait comme du Bach. Votre univers est ouvert; vous écoutez beaucoup de choses différentes

 

J’écoute toute musique acoustique qui n’est pas de la pop. J’écoute de la musique traditionnelle et je préfère qu’elle ne soit pas encore trop contaminée par les choses modernes. Je ne suis pas puriste parce que j’aime que la musique vive. Si une musique sonne comme il y a trente ans, c’est qu’il y a un problème. Elle doit vivre, mais elle ne doit pas se transformer en quelque-chose de pop, vulgaire, pleine d’électronique.

 

Harmoniquement vous prenez quand même des risques…

 

Oui, je l’espère! Quand j’étais adolescent, j’ai beaucoup travaillé avec Dick Van der Harst; c’est un joueur de bandonéon surtout, mais c’est un multi-instrumentiste et un compositeur de musique contemporaine; il peut aller bien loin dans des choses pas très accessibles. Moi, j’adore sa musique; il peut faire des tas de choses; il a aussi joué du tango, de la musique écossaise… Il écoute beaucoup de musique médiévale. Il va chercher partout. Ce type de rencontres, avec lui et avec Herman Sand –un autre guitariste flamand qui m’a ouvert les yeux sur la musique classique tout court, mais aussi contemporaine comme Messiaen, Schoenberg– m’a appris à écouter et à aimer ces musiques.


26-28 Septembre 2019. Tcha Limberger, Dave Kelbie, Sani Van Mullem (b), Fapy Lafertin, Mozes Rosenberg Django sur Lennon Festival, Ramelton, Irlande,
26-28 Septembre 2019. Tcha Limberger, Dave Kelbie, Sani Van Mullem (b), Fapy Lafertin, Mozes Rosenberg
Django sur Lennon Festival, Ramelton, Irlande - Image extraite de YouTube


Tout à l’heure, pendant votre concert, vous n’avez joué qu’un morceau de Django, «Belleville», et vous avez pris un solo avec des influences très orientales…

 

Turques et arabes, oui! C’est aussi une musique que j’adore et que j’ai beaucoup jouée. Parmi d’autres, j’ai joué avec Mustafa Saïd (oud, comp, voc, musicologue), un super joueur d’oud égyptien. C’est grâce à Aka Moon, à Fabrizio Cassol. Avec lui aussi, on a fait un sacré parcours. J’ai rencontré un tas de musiciens que je n’aurais jamais rencontrés si je n’avais pas eu la chance d’avoir joué avec eux, avec Stéphane, Fabrizio et Michel, notamment Mustafa Saïd et Amir ElSaffar; Amir est trompettiste et joueur de santour (cithare de table à cordes frappées), moitié irakien, moitié américain. Oui, la musique orientale et la musique arabe m’attirent, mais je joue et chante aussi avec un trio de musique grecque parce que j’ai appris le grec. Ça nous semblait le bon moment pour proposer ça en concert.

 

La musique qui swingue?

 

Il n’y a pas si longtemps, j’ai parlé avec des violonistes de jazz. Le violon-jazz, qu’est-ce que c’est? Il y a des gens qui disent: «il ne faut pas de vibrato, juste un petit peu d’archet…». Je réponds: «mais non, vous ne jouez pas du violon ou alors, jouez du saxo, parce que le violon, c’est un instrument qui a un long archet, il faut l’utiliser!», il y a le vibrato, les doubles cordes… Le vibrato, c’est important! Moi je suis comme ça! Un violon, il doit chanter quand même! Mais ce n’est peut-être pas assez jazz… Moi je ne suis pas d’accord avec cette façon de jouer. Je commence bientôt un nouveau quartet avec Dave Kelbie de Londres à la guitare rythmique et Sébastien Girardot, un expert à la contrebasse de la musique New-Orleans, qui joue avec des cordes de boyaux, et il y aura aussi, à la trompette, Jérôme Etcheberry. On veut faire un tribute en mémoire de Stuff Smith –c’était monstrueux, dans les années trente– il avait une formation guitare, contrebasse, violon… Ils avaient une petite batterie, mais on va commencer en quartet. On verra où ça nous mène. Mais au moins, ça me sort de l’univers gipsy-jazz. J’aime bien jouer des morceaux de Sidney Bechet, de Duke Ellington et tous les autres morceaux américains, ces belles mélodies…

 

 

Tcha Limberger avec Oak Tree, Kultuurschuur, Wetteren, Belgique, 2017 © Hugo Lefèvre



Tcha Limberger avec Oak Tree, Kultuurschuur,

Wetteren, Belgique, 2017 © Hugo Lefèvre

 

Les Violons de Bruxelles, Périple en la demeure, à paraîtreLe troisième album des Violons de Bruxelles va sortir dans quelques jours. Vous avez un autre projet dont vous venez de parler, et avec les Violons, quels sont vos projets?

 

On va jouer encore deux fois en Belgique, demain et après-demain avec les Violons, puis je vais à Budapest pour un concert très mélangé. Je devrais jouer avec mon trio transylvanien, mais aussi avec un orchestre hongrois, une musique qui s’appelle Magyar Nόta (cf. documentaire 2019 dans vidéographie), et aussi quelques morceaux des Manouches et de Django avec les Violons. C’est un peu trop pour un seul concert, mais bon, ce sont les organisateurs qui veulent ça. Je devrais jouer avec mon trio transylvanien et avec Benjamin Clément, puis je reviens en Belgique pour participer au projet de Fabrizio Cassol à Anvers, les 17 et 18 novembre. C’est une pièce autour de mon monde musical combiné avec Monteverdi et la musique de Fabrizio Cassol. C’est lui qui a composé tout ça, c’est très beau.

Vous avez voyagé dans toute l’Europe avec les Violons de Bruxelles…

Oui, mais même avec les Violons de Bruxelles, ce n’est pas assez!

Pas assez, parce qu’il y a eu une longue interruption?

Oui, il y a eu la pandémie, évidemment. Mais même pendant la pandémie, lorsqu’il y avait une petite ouverture, on a pas mal joué!

Et en dehors de l’Europe, où avez-vous joué?

Surtout en Amérique, Langlay sur une île à côté de Seattle; j’y suis allé 4 ou 5 fois avec des formations différentes. Puis à côté de San Francisco, Boston, Louisville… En Asie aussi, au Japon et en Corée avec Fabrizio Cassol pour un spectacle de danses contemporaines. Le plus loin, c’est en Nouvelle-Calédonie.

1. Waso est un collectif composé de Fapy Lafertin et Vivi Limberger (g), Koen De Cauter (cl,s), Michel Verstraeten (b), fondé en août 1975, qui a pris le nom du fils de Koen de Cauter, âgé de 3 ans à l’époque. Les musiciens ont changé au fil du temps, Waso (b) et Dajo (g), les enfants de Koen, et Tcha Limberger, le fils de Vivi, étant parmi les héritiers-relais. Le groupe s’était dissout en 2004 puis a repris en 2019-2020

Musiciens ayant participé à Waso (quartet ou quintet selon les périodes):

Fapy Lafertin (g, vln), Koen De Cauter (ss, as, ts, cl, vln, p, voc, g), Michel Verstraeten (b), Vivi Limberger (g, p, voc), Jeffrey Jeff Wikle (g), Sammy Rimigton (cl,s,mand), Didier Geers (perc), Denis Vereecke (g,perc), Bill Greenow (ss,as,ts,cl), Joop Ayal (ss,ts,fl,cl), Jo Van Hautte (b), Dominique Pierard (g), Dick Van der Harst (bandonéon), Waso De Cauter (g), Dajo De Cauter (b), Tcha Limberger (g,voc), Xavier Bronchart (g)

https://www.youtube.com/watch?v=XX5jn9dDYDE



Tcha Limberger et Joanna Gardner, A Melodic Approach to the Music of Django Reinhardt


SITE de TCHA LIMBERGER: https://tchalimberger.com


CONCERTS BELGIQUE (avec Les Violons de Bruxelles):
L'An vert, Liège (19/11), Périple en la demeure, Limerlé (20/11), De Centrale, Gand (25/11), CC Sambreville (26/11), Ferme du Hayon, Meix-devant-Vitron (27/11)


LIVRE:
A Melodic Approach to the Music of Django Reinhardt par Tcha Limberger et Joanna Gardner, 2018,

https://tchalimberger.com/book


TCHA LIMB
ERGER & JAZZ HOT:

CD Tcha Limberger Trio with Mozes Rosenberg, Live in Foix, Jazz Hot 2019



*



DISCOGRAPHIE
par Jérôme Partage

2015. Tcha Limberger Trio with Mozes Rosenberg, Live in Foix, Lejazzetal/Frémeaux & Associés
2015. Tcha Limberger Trio with Mozes Rosenberg,
Live in Foix, Lejazzetal/Frémeaux & Associés


Leader/Coleader
CD 2004. Dajo De Cauter/Fapy Lafertin/Joop Ayal/Koen De Cauter/Patrick Saussois/Tcha Limberger/Waso De Cauter, Django! A Tribute To Django Reinhardt. Live At The AB, W.E.R.F. 045
CD 2004. Waso Quartet, Ombre et lumière, Munich Records 445
CD 2009. Tcha Limberger/Herman Schamp, Standards, Autoproduit
CD 2012. Les Violons de Bruxelles, Home Records 4446093

2004. Dajo De Cauter/Fapy Lafertin/Joop Ayal/Koen De Cauter/Patrick Saussois/Tcha Limberger/Waso De Cauter, Django! A Tribute To Django Reinhardt. Live At The AB, W.E.R.F.2004. Waso Quartet, Ombre et lumière, Munich Records2009. Tcha Limberger/Herman Schamp, Standards, Autoproduit2012. Les Violons de Bruxelles, Home Records












CD 2014. Tcha Limberger's Budapest Gypsy Orchestra, Fekete éjszaka Borulj A Világra, Lejazzletal 15
CD 2015. Tcha Limberger Trio with Mozes Rosenberg, Live in Foix, Lejazzetal/Frémeaux & Associés 8558
CD 2016. Les Violons de Bruxelles, Barcelone, Lejazzletal/Frémeaux & Associés 8573
CD 2017. Trio Tatavla, Tatavla, Lejazzletal/Frémeaux & Associés 8550

2014. Tcha Limberger's Budapest Gypsy Orchestra, Fekete éjszaka Borulj A Világra, Lejazzletal2015. Tcha Limberger Trio with Mozes Rosenberg, Live in Foix, Lejazzetal/Frémeaux & Associés2016. Les Violons de Bruxelles, Barcelone, Lejazzletal/Frémeaux & Associés2017. Trio Tatavla, Tatavla, Lejazzletal/Frémeaux & Associés












Sideman
CD 1992-96. Romani, M.A.P. Records 96001
CD 1999. Koen De Cauter, Terug, M.A.P. Records 99005
CD 2004. De Piotto’s, Gipsy Passion, Parsifal 293
CD 2006. Lollo Meier Quartet featuring Tcha Limberger, Rosas, Gypsymusic.nl 0062
CD 2007. Dajo De Cauter/Jopie Jonkers/Karel Vingerhoets, Alles zwijgt nu, Het Theatervolk

1992-96. Romani, M.A.P. Records1999. Koen De Cauter, Terug, M.A.P. Records2004. De Piotto’s, Gipsy Passion, Parsifal2006. Lollo Meier Quartet featuring Tcha Limberger, Rosas, Gypsymusic.nl














*


VIDEOGRAPHIE
par Hélène Sportis

2019. Tcha Limberger, Sébastien Giniaux (g), Denis Chang (g), Christiaan van Hemert (vln), Kumiko Imakyurei (b), Taipei Gypsy Jazz Festival, Taïwan - Image extraite de YouTube
2019. Tcha Limberger, avec Sébastien Giniaux (g), Denis Chang (g), Christiaan van Hemert (vln),
Kumiko Imakyurei (b), Taipei Gypsy Jazz Festival, Taïwan - Image extraite de YouTube


Chaînes YouTube de Tcha Limberger: 
https://www.youtube.com/c/TchaLimberger5/videos avec sa série «Hors Scène», de petits bijoux sortis lors des confinements!
https://www.youtube.com/channel/UCJDp-shdzHj5sBY-h0MNiww
https://www.youtube.com/watch?v=SggJST25VCI&list=OLAK5uy_mXN4mo2jFy8ipOMhXioPfEEVp9YQvuO7s


2007. Tcha Limberger, Lollo Meier/Dave Kelbie (g), Andy Crowdy (b), le Quecumbar, Londres
https://www.youtube.com/watch?v=CH0JhZeBuIw
https://www.youtube.com/watch?v=fKHYTE5ROFc
https://www.youtube.com/watch?v=dB7zBASnrFA


2011. Tcha Limberger, Jason Anick (vln), duo au Django Festival, Mill Valley, CA (Usa)
https://www.youtube.com/watch?v=TAiqL9zYkf4

2011. Vivi et Tcha Limberger, Vilmos Csikos, le Quecumbar, Londres, 26 novembre
https://www.youtube.com/watch?v=-hf4Dc9gfFA

2012. Tcha Limberger, Lollo Meier/Fapy Lafertin/Dave Kelbie (g), Andy Crowdy (b), Tournée au Royaume Uni, mai 2012
https://www.youtube.com/watch?v=Zj-oO-pBD6g
https://www.youtube.com/watch?v=x4jrDPsuu2U


2012. Tcha Limberger et Les Violons de Bruxelles, Renaud Crols (vln), Alexandre Tripodi (viola), Renaud Dardenne (g), Sam Gerstmans (b), Live à la Jazz Station, Bruxelles
https://www.youtube.com/watch?v=R1d01NfRRHQ
https://www.youtube.com/watch?v=e9uSnVfPmuI


2013. Tcha Limberger (solo) et jam avec Jason Anick (vln), Django in June, Northampton, MA (Usa)
https://www.youtube.com/watch?v=yWugoo7Aq3M
https://www.youtube.com/watch?v=5h_lCynpu4o


2013. Tcha Limberger's Kalotaszeg Trio at the Shrewsbury Coffee House, Royaume Uni, novembre
https://www.youtube.com/watch?v=0fTxcFDBEhg
https://www.youtube.com/watch?v=iMKfiS-2yJo


2013. Tcha Limberger et Les Violons de Bruxelles, Renaud Crols (vln), Alexandre Tripodi (viola), Renaud Dardenne (g), Sam Gerstmans (b), ArtBase, Bruxelles
https://www.youtube.com/watch?v=ahiXi6RG9xY
https://www.youtube.com/watch?v=FTtROmHpA6E
https://www.youtube.com/watch?v=JD7uvl4SdLQ


2015. Vivi et Tcha Limberger, Live au Jazzclub Het Veerhuis, Klein-Willebroek, Belgique
https://www.youtube.com/watch?v=eA8SP1_2mn4

2015. Tcha Limberger, Mozes Rosenberg/Dave Kelbie (g), Sébastien Girardot (b), au Festival de Jazz à Foix, 23 juillet
https://tchalimberger.com/video-listing/
https://www.youtube.com/watch?v=J4ndbDf8UHE
https://www.youtube.com/watch?v=BamRZcMN7-Q
https://www.youtube.com/watch?v=gHe3fpqRkuA
https://www.youtube.com/watch?v=iMKfiS-2yJo
https://www.youtube.com/watch?v=DsNHd3EqQOo
https://www.youtube.com/watch?v=3smamb1Tvqo
https://www.youtube.com/watch?v=ggoBRaxVum4


2016. Tcha Limberger, musique et fou rire, «I Surrender»
https://www.youtube.com/watch?v=qJT4r05LJ14

2016. Tcha Limberger, paroles et musique, Irene's Gipsy Jazz Adventures133
https://www.youtube.com/watch?v=2dPBV_8S-Ug

2016. Tcha Limberger, Benjamin Clement (g), Vilmos Csikos (b), NRW Cologne, Allemagne
https://www.youtube.com/watch?v=t2xz3azUxCo

2016. Tcha Limberger, Mozes Rosenberg/Dave Kelbie (g), Sébastien Girardot (b), Quecumbar, Londres
https://www.youtube.com/watch?v=dsK4-PP4iqc

2016. Vivi et Tcha Limberger, Live at Home, octobre
https://www.youtube.com/watch?v=CBpUa9M2_8w

2017. Tcha Limberger avec le groupe Tchabadjo, Live à Geldermalsen, Hollande, 14 mai
https://www.youtube.com/watch?v=-eTkYF4pj9w

2017. Tcha Limberger, paroles et musique, Renaud Crols (vln), Alexandre Tripodi (viola) Renaud Dardenne (g), Sam Gerstmans (b), La Ferme de la Dîme, Wasseiges, Belgique, décembre
https://www.youtube.com/watch?v=Wpof2oAZRd0

2017-2018. Tournée Tcha Limberger, paroles et musique, Benjamin Clément (g), Sam Gerstmans (b), Fédération des jeunesses musicales Wallonie-Bruxelles, Belgique
https://www.youtube.com/watch?v=N6JIQ3L3pS4

2018. Tcha Limberger, Fapy Lafertin/Benjamin Clement/Waso De Cauter (g), Dajo De Cauter (b), The Birds of Swing Sessions at Hot Club Gent, Belgique
https://www.youtube.com/watch?v=NaO_nasIQI0

2018. Tcha Limberger, Mozes Rosenberg/Dave Kelbie (g), Sébastien Girardot (b), Theatr Mwldan, Cardigan, Royaume Uni, 21 avril
https://www.youtube.com/watch?v=B9vVzxstWt8
https://www.youtube.com/watch?v=wzXwwg-Ni4A


2018. Tcha Limberger & Siergiej Wowkotrub Gypsy Swing Quartet, «Do You Know What It Means to Miss New Orleans», 14e Hot Jazz Spring, Częstochowa, Pologne
https://www.youtube.com/watch?v=AaLIqWDrY7g

2018. Tcha Limberger, Benjamin Clement (g), Vilmos Csikos (b), Live @TivoliVredenburg, Utrecht, Hollande, 4 novembre
https://www.youtube.com/watch?v=I_rxV8zVv_s
https://www.youtube.com/watch?v=PtdDcstWJkU


2018. Tcha Limberger Trio, La musique sous le Troisième Reich, Bruxelles, Asbl Mémoire d'Auschwitz, 9 novembre.
https://www.youtube.com/watch?v=JNNNjVs1Fk0

2018. Tcha Limberger, Adrian Cox (cl), Mozes Rosenberg/Sebastien Giniaux/Dave Kelbie (g), Sébastien Girardot (b), «Nuages, Minor Swing», Nuit Manouche, Orleans
22 novembre
https://www.youtube.com/watch?v=Ji774GVAYJo
https://www.youtube.com/watch?v=JuHwwuorJQE
https://www.youtube.com/watch?v=dgLjfCnAc9w


2018 et 2019. Tcha Limberger, Antoine Boyer (g), Sébastien Giniaux (g,cello), Christiaan van Hemert (vln), Denis Chang (vln,g), Kumiko Imakyurei (b), et beaucoup d’autres sur «Minor Swing», Taipei Gypsy Jazz Festival, Taïwan, printemps

https://www.youtube.com/watch?v=FpRaffmmtbo

https://www.youtube.com/watch?v=A66M1qvPDbU

https://www.youtube.com/watch?v=5Nb1MN2pmX8

https://www.youtube.com/watch?v=6mm21Uhl7SA

https://www.youtube.com/watch?v=5vd2jcOBOe0

https://www.youtube.com/watch?v=Kuy2XGiMxw8

https://www.youtube.com/watch?v=Ox9ub7gJQW4

https://www.youtube.com/watch?v=hjBPgxHsNm4

https://www.youtube.com/watch?v=G8o0W6SRk1o

https://www.youtube.com/watch?v=3CRwHZkggYM

https://www.youtube.com/watch?v=OlxFdioT2zg

https://www.youtube.com/watch?v=q2XMSGrdE7I

https://www.youtube.com/watch?v=YmwjV6b-f0A

https://www.youtube.com/watch?v=QPTdygcHszQ

https://www.youtube.com/watch?v=0mkj5VLEkAQ


A Magyar Nóta Belga Mestere/Le maître belge de la Magyar Nót


2019. Tcha Limberger, A Magyar Nóta Belga Mestere/Le maître belge de la Magyar Nóta (musique/partition/Note hongroise), documentaire d’Adam Miklos (prod. FocusFox, Hongrie)
https://www.youtube.com/watch?v=vBRlOCLs99A
https://www.youtube.com/watch?v=gdlnrUwqX3Q


2019. Tcha Limberger, Mozes Rosenberg/Dave Kelbie (g), Sébastien Girardot (b), 30
e Sancy Snow Jazz 2019
https://www.youtube.com/watch?v=FgsH5tBlkTw

2019. Tcha Limberger, Mozes Rosenberg/Fapy Lafertin/Dave Kelbie (g), Sani Van Mullem (b), Django sur Lennon Festival, Ramelton, Irlande, 26-28 Septembre
https://www.youtube.com/watch?v=cUc5gIrJHTk
https://www.youtube.com/watch?v=VRYx-xQnCLU


2020. Tcha Limberger chante «Le petit commerce» de Boris Vian, «Volver» de Carlos Gardel, «Pendant ces moments intéressants, j'ai l'intention d'enregistrer quelques chansons, que je ne joue presque jamais sur scène. Des choses que j'aime beaucoup et que je chante pour moi-même ou pour mes proches…»
https://www.youtube.com/watch?v=ua04elyvYQQ
https://www.youtube.com/watch?v=AV8ZhaXFGqM


2020. Tcha et Esra (voc) Limberger Hors Scène, chants de Transylvanie
https://www.youtube.com/watch?v=DKCyxE-ytKo

2021. Les Violons de Bruxelles au Charm City Django Jazzfest, Baltimore, janvier
https://www.youtube.com/watch?v=zaAF4mKX378

2021. Tcha Limberger, Benjamin Clement (g), Vilmos Csikos (b), Openluchttheater De Goffert, Nijmegen, Hollande, Music Meeting Festival, septembre
https://www.youtube.com/watch?v=cxFSIsfx_tc

2022. Tcha Limberger avec Tchavolo Schmitt, Wawau Adler, Hono Winterstein non visibles, Camping de Samoreau-Fontainebleau, à côté du Festival Django Reinhardt de Samois, 23 juin

2022. Vivi et Tcha Limberger, Live at Home! juillet
https://www.youtube.com/watch?v=hcBa0hBx5M4
https://www.youtube.com/watch?v=bpZsxFbNo3c




*