Err

PUB-VannesHAUT2021.jpg


L'arroseur arrosé…
Tous les médias écrits et audiovisuels ont passé la première quinzaine du mois de novembre 2020, en soutien du pouvoir macroniste et sans apporter d'autre argument que leur unanimité, à qualifier le film Hold Up de «complotiste» (cf. l'éditorial ci-dessous), et, juste prolongement et retour en pleine figure de la démonstration du film qu’ils ont dénigré, ont vu ce même mois leurs libertés et leur petit confort se trouver soudainement limités par la loi "sécurité globale" dictée par ceux-là même, les dictateurs, qu’ils servent docilement depuis des années. Une trentaine de rédactions a publié un texte unique de protestation (reproduit ci-après*), un pipi de colère du genre: «Détruire les libertés publiques, on veut bien quand il s'agit des Français-es, «les riens», et à cause des subventions, mais pourquoi nous embêter?». La presse et les journalistes de la cour du roi Pétaud sont-ils soudainement atteints par le virus complotiste et/ou se sont-ils fait prendre pour des crétins? Les journalistes, qui manifestent avec leur petite pancarte des quotidiens, magazines, Le Monde et autres, sont-ils devenus des gilets jaunes complotistes? Nous avons notre petite idée… A noter que par un effet d'anticipation de la loi, il était impossible sur le net en ce deuxième dimanche qui suit les manifestations de trouver une vidéo indépendante relatant les manifestations et d'éventuelles violences policières ou autres. L'article 24, pas encore approuvé au Sénat, est déjà appliqué par l'oligarchie (les gafas). La loi, c'est aujourd'hui celle du plus fort et du fait accompli, les assemblées n'étant plus que des chambres d'enregistrement, avec un «parlement croupion» comme disent nos amis Anglais. YS

*«LIBERTÉ DE LA PRESSE - Les directions d'une trentaine de rédactions françaises ont décidé de réaffirmer dans une tribune leur attachement à la loi de 1881 sur la liberté de la presse et leur vigilance quant à sa préservation. Responsables de rédaction, nous nous inquiétons de la volonté du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, de porter atteinte à la liberté de la presse dans le cadre des manifestations. Sous couvert d’assurer la protection des journalistes, il s’agit d’encadrer et de contrôler leur travail. Ce dispositif s’inscrit dans un contexte particulièrement inquiétant avec la proposition de loi sur la sécurité globale qui prévoit la restriction de la diffusion des images de policiers et de gendarmes. Les journalistes n’ont pas à se rapprocher de la préfecture de police pour couvrir une manifestation. Il n’y a pas d’accréditation à avoir pour exercer librement notre métier sur la voie publique.»

Yves Sportis-Novembre 2020
Directeur de la publication
© Jazz Hot 2020

*