Err

pubentetesite
Actualités
Rechercher   << Retour

Sidney Bechet en Suisse/in Switzerland

18 mars 2015
par David Hadzis
© Jazz Hot n°671, printemps 2015





Sidney Bechet en Suisse, Edition bilingue français-anglais, United Music Foundation, Genève, Suisse, 2014, 218 p., www.unitedmusic.ch

Voici un travail éditorial extraordinaire liant texte et musique, conçu et réalisé avec des moyens importants par David Hadzis, qui a obtenu le concours de deux spécialistes, Fabrice Zammarchi (Sidney Bechet) et Roland Hippenmeyer (Le « cas »Bechet), relatant le passage en Suisse d’un des grands artistes de la musique du XXe siècle, Sidney Bechet. Ne manque que Guy Demole, auteur en Suisse toujours en 1996 (réédition en 1998) d’une belle discographie d’un maître qui reste très apprécié chez nos voisins mais aussi dans le monde du jazz, tant il est un artiste toujours essentiel du jazz, même si les médias d’aujourd’hui n’en sont plus curieux, même quand il prétendent parler de jazz.

Signalons pour information que ce beau livre (format 33 tours, 31cm x 31cm) contient 4 disques compacts avec des enregistrements pour beaucoup inédits des passages en Suisse de Sidney Bechet. Il a été préparé et présenté pour la 8e journée mondiale du patrimoine de l’Unesco le 27 octobre 2014 à Genève et soutenu par l’Unesco. Heureux Suisses qui arrivent à débloquer de tels projets en nos temps d’économie, et pour cette fois, on va les féliciter, car la musique est tout simplement magnifique – montrant tout ce que la bêtise a incité à penser d’un aussi grand artiste – musique très bien restituée ici sur le plan technique avec les présentations et interviews d’époque, ce qui apporte une autre information sur la notoriété exceptionnelle de Sidney Bechet, fêté avec une certaine naïveté et un amour certain du jazz qui font plaisir à entendre. Le public n’a pas été conditionné par une quelconque propagande, il est simplement là parce que la musique de jazz, celle de Bechet en particulier, sans complaisance aucune, provoque une vraie liesse populaire, phénomène authentique aujourd’hui impossible car la propagande commerciale a depuis perverti la relation directe entre public et artiste, l'a canalisée, organisée en phénomène de mode.

Nous voici donc devant un magnifique livre, fourmillant de documents incroyables comme le contrat d’engagement de novembre 1954 où l’on peut voir que Sidney est domicilié chez Delaunay, 14 rue Chaptal à Paris, les billets d’entrée, les affiches, les coupures de presse, les contrats, etc., trésors amassés par la mémoire collective des amateurs de jazz de tous les pays, dont on mesure dans ce genre d’ouvrage le caractère unique, précieux presque sacré.

Il y a des centaines de photos originales de Sidney, seul ou en compagnie, des photos aussi des concerts donnés en Suisse, avec une photogravure de très grande qualité, qui donnent une meilleure idée de l’importance de Sidney Bechet en son temps.

Il n’est pas inutile de rappeler que Sidney Bechet fut très tôt distingué par le grand chef classique, grand musicologue également, Ernest Ansermet, dans un article fameux paru en 1919 en Suisse (La Revue Romande) et repris dans Jazz Hot (n°28 de novembre-décembre 1938), et que si Duke Ellington, Louis Armstrong en ont fait un pair, c’est que Sidney Bechet est tout sauf un musicien commercial, étiquette collée par une bande d’abrutis épris de musiques forcément nouvelles, déjà, dans des années cinquante-soixante qui ont installé la musique commerciale la plus absurde à grand renfort de publicité et de pression médiatique et commencé à détruire l’écosystème du jazz.

Sidney Bechet a réussi, comme Ellington mais plus fréquemment que lui, à entraîner dans ses grandes interprétations des musiciens européens de talent, à les faire jouer dans l’esprit d’une musique que visiblement tous ces gens aimaient suffisamment pour en connaître profondément les éléments constitutifs. Ils ont pour nom ici René Franc, Eddie Bernard, Pierre Braslavsky, Henri Chaix, Guy Longnon, Claude Luter, André Réweliotty et beaucoup d’autres. La puissance de Bechet est telle qu’elle dynamise tout. Bechet n’a jamais, comme Louis Armstrong, sacrifié une once de son authenticité, y compris dans ses recherches classiques ou populaires les plus éloignées du corps principal de son œuvre.

Enfin Bechet, c’est un son d’une telle intensité qu’on comprend l’admiration des musiciens modernes de toutes les époques, les plus grands n’ayant jamais caché l’impact, la puissance qui se dégage de ce bonhomme.

Les enregistrements permettent aussi d’entendre la voix tranquille de Sidney Bechet s’exprimant en bon français et avec beaucoup d’intelligence sur sa tradition, sur Jelly Roll Morton, c’est très émouvant.

Le livre est préfacé par Daniel Sidney Bechet, son fils, par Bob Wilber, grand héritier du saxophoniste néo-orléanais et par Claude Wolff, son manager, qui rappelle le rôle joué par Charles Delaunay pour lui permettre de revenir en France après l’épisode «fait divers» qui lui avait valu une interdiction de séjour.

Les textes des deux spécialistes sont passionnants et informatifs, étalés dans un enchaînement chronologique de 1949, et ce premier concert en Suisse, à 1959, année de la disparition de Sidney Bechet. Ils fourmillent de témoignages de proches, comme Claude Luter, évidemment, mais aussi de beaucoup d’autres musiciens qui ont côtoyés le génie du grand saxophoniste et clarinettiste comme il le rappelle lui-même à propos des enterrements à New Orleans.

Il y a en 1959, une année difficile pour le jazz en raison de multiples disparitions d’importance (Lester Young, Billie Holiday, Sidney Bechet donc), deux belles couvertures de Jazz Hot avec Sidney Bechet, l’une en juin, l’autre en juillet-août avec Charlie Parker dans le bus de la tournée. Elles auraient pu figurer dans ce bel ouvrage consacré à un génie de la musique de jazz. Un ouvrage indispensable à tous les amateurs de grande musique.

Yves Sportis