Err

pubentetesite
Actualités
Rechercher   << Retour

Eric Luter

24 avril 2013
Claude Luter for Ever
Eric Luter © Jazz Hot n°663, printemps 2013
Nouveauté-Sélection
Titres communiqués dans le livret
Eric Luter (tp, voc), Jean-Pierre Dumontier (tb, p), Fred Guitton (cl), Fabrice Zammarchi (ss, cl), Jean-Claude Lou Lauprète (p), Michel Marcheteau (tu), Alain Marcheteau (bj, g) + Benny Vasseur (tb)
Enregistré les 11, 12 et 13 janvier 2013, lieu non précisé
Durée : 48’07’’
Milan 399 469-2 (Universal)

On sait qu’Eric Luter a repris le flambeau de son père, d’où l’esprit très Claude Luter-Sidney Bechet de ce nouveau CD. Tout d’abord soulignons l’excellence des thèmes de Claude Luter. Signalons « Le Vieux Bateau » (exposé par Eric Luter avec le plunger), « New Orleans Voice » (exposé au soprano avec contre-chant de Benny Vasseur et bons solos de Benny et au piano de Dumontier), « Cabalistique » (excellent sonorité de trombone de Jean-Pierre Dumontier) et sur tempo vif « Il va falloir plonger Avertiti dans le Mississippi » interprété à deux clarinettes (Eric, bon prince, ne joue pas). On sait que Benny Vasseur, compagnon de Bechet et de Luter, a pris sa retraite, aussi c’est un plaisir de le retrouver ici. Outre le titre déjà signalé, il reprend dans « Petite Fleur » le contre-chant de trombone qu’il a joué en 1954 derrière le soprano de Sidney. Il joue magnifiquement dans « China Boy » et il est la vedette dans « The Sheik Of Araby », bonne version à laquelle contribuent Eric Luter (chant en Français), Dumontier (p) et Guitton (cl). Ce dernier a une belle sonorité notamment dans les graves (« Sister Kate » bien exposé par Eric Luter). Le style de Fred Guitton est très proche de celui de Claude Luter comme on peut en juger dans « Weary Blues » (où Eric Luter reprend le solo de Tommy Ladnier que nous avons tous « travaillé »…peut-être plus maintenant) et « Black Satin » (signé Claude Luter-Yannick Singéry) bien amené par Lou Lauprète et où Michel Marcheteau prend un bon solo de tuba. Les lignes de basse de Michel Marcheteau sont partout impeccables. Son frère Alain est plaisant à la guitare (derrière le chant d’Eric dans « Make Me A Pallet On The Floor » ou en solo dans « Sister Kate ») et au banjo (introduction à « Le Vieux Bateau »). Bref un disque qui plaira aux passionnés du genre.
Michel Laplace