pubentetesite
Actualités
Rechercher   << Retour

Benny Vasseur

6 fév. 2015
7 mars 1926, Neuville-Saint-Rémy – 6 février 2015, Paris
© Jazz Hot n°670, hiver 2014-2015




Bernard « Benny » Vasseur est donc décédé huit mois après son indissociable complice André Paquinet (1926-2014). Né près de Cambrai, Benny reçoit l’enseignement du solfège dès l’âge de 5 ans auprès de son père, un flûtiste amateur. A 10 ans, il apprend le piano (qu’il pratique pendant huit ans). Il décroche d’ailleurs un prix de piano (1944). C’est de cet instrument qu’il joue en sextet dans les bases américaines (où on le surnomme Benny) (1945). Il voulait jouer de la trompette, mais son père lui impose le trombone. Heureusement, grâce aux Américains, il découvre Tommy Dorsey et Jack Teagarden en V-Discs, ce qui le motive. Son frère, René Vasseur, dit Le Bombé, de 14 ans son aîné jouait déjà de cet instrument. Il lui donne un instrument et les premiers conseils (1945). Benny ayant entendu son frère travailler, connaissait déjà par cœur tous les solos classiques de trombone. Il suit toutefois les cours auprès du même professeur que René, le fameux Marcel Dumont père, à Cambrai. Benny joue dans l’orchestre du Hot Club local (Jacky Cnudde, p, Jean Lefèvre, ts) et au Casino (où il avait entendu Pierre Spiers pendant l’Occupation), mais quitte Cambrai en septembre 1946. Il entre au Conservatoire Supérieure de Musique de Paris dans la classe de trombone d’Henri Couillaud (1946-48). Sur les lieux, son frère conseille à Benny d’aller écouter un jeune de son âge qui fait merveille dans le Boléro de Ravel au Gaumont Palace : André Paquinet !

Benny, quant à lui, est d’emblée recruté par Pierre Braslavsky (1946-47) et il fréquente le Hot Club de Versailles (1947). Benny est remarqué au Tournoi des Amateurs à Lille (1947). Doté d’une très bonne oreille, connaissant l’harmonie, il sait à la fois lire la musique et improviser. Il est donc immédiatement sollicité dans les orchestres de variétés de Camille Sauvage, Noël Chiboust, Pierre Spiers. Il part en tournées avec Eddie Bernard, Armand Conrad, Hubert Fol et l’Orchestre de Fred Adison. Benny participe à l’ouverture du Club Saint-Germain avec Jean-Claude Fohrenbach et Boris Vian. Benny se souvint que Boris n’était pas toujours là. Il l’a également fréquenté dans l’orchestre de Claude Abadie. Il donne un bal avec Pierre Atlan et en 1948, Guy de Fatto le présente à Claude Bolling. Il quitte alors le conservatoire car il est trop sollicité par ailleurs. Il est engagé par Jack Diéval et surtout par Claude Bolling où il succède à Jean-Louis Duran (1948-50, disques en 1949) et avec qui il part en tournée en Belgique (Maxim Saury, cl, Gérard Bayol, cnt). Il remplace Sandy Williams (!) dans l’orchestre de Rex Stewart (1948, tournée en Scandinavie). On entend Benny Vasseur jouer pour Eddie Barclay (1949, Bœuf sur le Toît), Sidney Bechet (1949, disque avec Gérard Bayol), le trompette Maurice Emo (avec Pierre Braslavsky, 1949), James Moody (Club Saint-Germain), Aimé Barelli (1949), Hubert Rostaing (décembre 1949), Bill Coleman (1950, Théâtre Edouard VII), Coleman Hawkins (1950, tournée de 10 jours), Charlie Parker (1950), les frères Fol (1950, avec Nat Peck et Bernard Zacharias, tb), Don Byas, Roy Eldridge (1950-51, notamment disques et le film Autour d’une trompette tourné le 28 mars 1951, réalisation Pierre Neurisse, Jazz diffusion) ! Benny enregistre, à la clavioline, l’ « Ame des Poètes » avec Charles Trenet et des lauréats du référendum Jazz Hot (1951 ou 1955, André Ekyan, cl, Lucien Simoens, b, Roger Duchaussoir, g, Armand Molinetti, dm). Il retrouve Aimé Barelli (1951-3 : émissions au Cinéma Rex, en 1952, avec Django Reinhardt, Sidney Bechet), joue pour Django Reinhardt (1951, Club Saint-Germain), Hot Lips Page (1952), Dizzy Gillespie (1953). Il est membre de l’Orchestre Claude Luter (1953-7 qu’il quitte pour ne pas aller en Argentine). Ainsi, il accompagne Albert Nicholas (novembre 1953) et Sidney Bechet (1954, Olympia : « Je jouerai Petite Fleur et il n’y a que Benny qui me fera un contrechant » aurait dit le maître…depuis le contrechant est souvent reproduit note pour note). Il joue aussi pour Michel Attenoux (1953, avec Gilles Thibaut, tp, il remplace Raymond Fonsèque), Henri Renaud (avril 1953, avec Georges Barboteu, cor !), Nelson Williams, André Persiani (juin 1954, avec Guy Lafitte et Michel de Villers). Et il enregistre pour Dave Pochonet (1953, VSM ; 1954, VSM), Tony Proteau (mai 1953 ; TNP, décembre 1953), Clifford Brown (Schola Cantorum, 1953, pour Gigi Gryce chez Vogue), Buck Clayton (1953, avec Dave Pochonet, VSM/Classics 1427), Jack Diéval (1954), Christian Chevallier (1955, Formidable, Columbia 1037), Claude Luter (1955, ‘Blues de la Fin’). Son excellent niveau technique et sa compétence en improvisation font de Benny Vasseur un titulaire dans la section de trombones « A » avec André Paquinet (premier), Gaby Vilain et dès 1954, Charles Verstraete. Cette section a une activité de studio intense. Benny est l’équivalent de Roger Guérin dans la section de trompettes « A » de Fred Gérard. Dès lors, faire la liste des enregistrements de Benny en jazz et variétés est une tâche surhumaine. Ces « requins » enregistrent pour Claude Bolling (1956, thèmes d’Ellington, Club Fr. Disque 69 ; avril 1956, répertoire de Django ; janvier-mars-mai 1957, thèmes jazz traditionnel, Club Fr. Disque 107 ; 1958, Philips), Michel Legrand, ainsi que pour André Popp, Fred Gérard (1957, label President), Jo Moutet (opérette Pacifico) et de nombreuses vedettes de la chanson.

André Paquinet et Benny Vasseur enregistrent la musique du film L'inspecteur connaît la musique de Jean Josipovici, sorti le 15 février 1956 (studio Francoeur). Mais Benny n’est jamais loin de ce qu’on appelle « jazz » comme les disques le montrent : Guy Lafitte (1956, Do Not Disturb), Martial Solal (mai 1956, Quelle heure est-il ?, Vogue), Sarane Ferret (19 décembre 1956, avec Bernard Hulin, tp, Roby Pointevin, vib, Maurice Vander, p, « Le Rock ça chauffe »), Lucky Thompson (1956, EmArcy 159823-2). Il joue aussi pour Bill Harris (1955), Chet Baker (1955-56), Martial Solal (mai 1956, avec Billy Byers), Buck Clayton (1957), Quincy Jones (avenue Hoche, séances Barclay...certaines avec J.J. Johnson nous a dit Benny), Big Chief Russell Moore (1958, Vieux Colombier), Frank Rosolino (1959) et il apparaît à la TV avec Gilbert Bécaud. Il fait des disques de rock’n roll sous le pseudonyme de Benny Rock (label Festival). Et bien sûr, Benny travaille beaucoup en duo de trombone avec André Paquinet qui obtient une belle popularité (1957-70). Ce tandem célèbre joue pour Radio-Luxembourg, au Lido, au Palm Beach (Cannes, étés 1957 à 1959) et se produit pour Annie Cordy (tournées au Canada et Etats-Unis tous les ans comme chanteurs –le syndicat a imposé Urbie Green et Wayne Andre au trombone !- ; TV : 1960-70). Le célèbre tandem enregistre copieusement notamment : avec Maurice Vander (p) Roland Lobligeois (b) Marcel Blanche (dm) (1960, Jazz à danser, « Man I Love », « Dinah », « Music Maestro Please », « Mood Indigo », « Sonny Boy », « Lady Be Good », Festival FY 45 2183), avec Geo Daly (vib), Jean-Claude Pelletier (p), Pierre Michelot, Guy Pedersen (b), Roger Duchossoir (g), Marcel Blanche (dm) (trombones en coulisse, 25 cm Festival FLD128S). On peut entendre ici l’extrême proximité des étiquettes « variétés » et « jazz ». Benny enregistre avec Kenny Clarke (1959) et remplace de Bill Tamper au Blue Note pour Bud Powell (début des années 1960).

Georges Arvanitas et Benny Vasseur avec Michel Laplace (Marciac, 2001) © Yvette Chamberlin, by courtesy

En 1963, il fait partie de l’Orchestre Symphonique de Paris (musiciens de studio), salle Wagram, pour Duke Ellington. Benny a accompagné de nombreux chanteurs en plus de Trenet, Bécaud et Cordy : Edith Piaf, Sacha Distel, Maurice Chevalier, Johnny Hallyday, Charles Aznavour, Jacques Brel, Liza Minnelli, Frank Sinatra (à Monte-Carlo, direction Quincy Jones), Tony Bennett, Sammy Davis Jr, John William (1963-4,
Negro Spirituals), Jean ‘Fats’ Constantin (1965, avec Roger Guérin, tp, Georges Grenu, cl, Vogue) et Bob Martin. Pour ne rien dire d’une séance pour André Verchuren. On put aussi l'entendre chez Pierre Michelot (1963), Paul Piot (1963), Pierre Gossez (3 octobre 1963, séance Alan Gate), Hubert Rostaing (1963), Luiggi Forest (1963, au trombone basse), François Vermeille (1963), Jean Bouchety-Colette Deréal (1963), Fred Adison à nouveau (1965-6), dans les Four Bones de François Guin (à partir de 1965), avec Sonny Grey (1968), Philly Joe Jones (1969, Luis Fuentes, tb), Cat Anderson (1969, 1979), Lucien Lavoute (1970-71), Jean-Claude Naude (1971-75), les Old Sharks de Fred Gérard (1972), Raymond Lefèvre (TV, pendant 15 ans : Palmares des Chansons en 1965 avec Fred Gérard, Maurice Thomas, Roger Guérin, tp, Charles Verstraete, tb), Franck Pourcel (Japon, avec Pierre Sellin, Fernand Verstraete, tp, Charles Verstraete, tb), Paul Mauriat (Japon, deux fois), Claude Bolling à nouveau (à partir de 1975), Stéphane Guérault, le batteur Moustache Galepides (1979), Gunther Schuller (le 29 novembre 1979 dans le Concerto de Rolf Liebermann avec l’Orchestre National, Armando Bellotto, Roger Guérin, tp, Charles Verstraete, Christien Guizien, Emile Vilain, tb, Pierre Gossez, Georges Grenu, sax, George Gruntz, p, Pierre Michelot, b, Daniel Humair, dm), Pierre Sellin (à partir de 1981), à nouveau Claude Luter (1991 jusqu’à la mort du clarinettiste, orchestre repris par Eric Luter en 2008), Guy Marchand, Eddy Louiss, Alain Bouchet (Marciac, 2001), Swing Feeling (2004), Hal Singer (2006), le Louisiana Jazz Band (2008), les Bechet Memory All Stars (avec M. Bornstein, tp, Ch. Azzi, p, A. Masselier, b, P. Arnaud, dm). Ensuite, Benny Vasseur, malade, en fréquentes dialyses ne peut plus assumer les sollicitations artistiques.

Les amateurs de cuivres rechercheront ses disques avec les Four Bones (1977, 1987, Haneda, Black & Blue 645-2), ceux co-signés François Guin-Benny Vasseur (1979) ou Pierre Sellin (33t Les Tréteaux LP6301). Il laisse aussi un LP sous son nom, réalisé en mars 1956, avec Fred Gérard, Fernand Verstraete, Roger Guérin (tp), André Paquinet (tb) (Tendrement Votre, 25 cm Columbia LP FP1084).

Benny Vasseur a été influencé par J.J. Johnson, Lawrence Brown et Dicky Wells. Il citait aussi Miff Mole, Jimmy Harrison, J.C. Higginbotham, Kid Ory, Tyree Glenn, Bill Harris, Urbie Green en plus de ses premières idoles, Dorsey et Teagarden. Il appréciait bien sûr Bill Watrous. Son jeu, sans besoin d’adaptation, était en empathie avec les trois courants fondamentaux, jazz traditionnel, jazz mainstream et bop.

Ce résumé de carrière suffit à placer Benny Vasseur parmi les trombonistes français essentiels.

Michel Laplace


Source : Le Monde de la trompette et des cuivres, des origines à 2014 (classique, variétés, jazz)


Vidéos :
Sidney Bechet, « Petite Fleur » (Olympia, 1954)

Old Sharks (avec Fernand Verstraete, Jean-Claude Naude, tp) « C’est dans les vieux pots » de Fred Gérard (1972)

Four Bones (avec François Guin, Jean-Christophe Vilain, Raymond Fonsèque, tb), « Six O'clock Jump » (1987)

Claude Luter : « Frotti Frotta » (1992)

Hal Singer, « Blue Bossa » (Bordeaux, 2006)
André Paquinet-Benny Vasseur, « Tin Roof Blues »