Err

pubentetesite
Actualités
Rechercher   << Retour

Georges Grenu

22 juillet 2013
juin 1925, Tourcoing – 22 juillet 2013, Blois
Georges Grenu © Jazz Hot n°664, été 2013

Georges Grenu, saxophoniste (ténor, soprano, parfois alto), clarinettiste, flûtiste, musiciens pour musiciens est décédé dans une clinique à Blois. Excellent soliste jazz, il fut aussi capable de tout jouer bien (ce qui est suspecte chez les « puristes »). Il n’encombre donc pas (et injustement) les dictionnaires « de jazz ». Georges Grenu, très respecté dans le métier, est aux anches ce que Roger Guérin fut à la trompette, ou son ami Alphonse Masselier, à la contrebasse. Georges est avec Roger Guérin dans de nombreux disques que ce soit à la clarinette pour Jean Constantin (pour une séance genre Fats Waller, 1965) ou au saxophone chez André Hodeir (cf. document Ina su 29 janvier 1972).
Georges Grenu débute à l’âge de 13 ans la pratique de la clarinette. Il commence le métier de musicien pendant la guerre jusqu’en 1943. Il s’engage dans le 1er Régiment d’Infanterie à Bourges puis rejoint le maquis à Aubigny-sur-Nere (Cher). C’est donc en 1945 que débute vraiment sa carrière dans des petits orchestres jazz du Nord et en Belgique. Il joue à Lille avec les jazzmen locaux : Fernand Verstraete, Benny Vasseur, Dante Agostini, Henri Van Haeke, Raymond Katarzynski. Autant dire des super-techniciens qui feront une carrière similaire à la sienne. En 1946, il se fixe à Paris. Il est engagé dans l’Orchestre de Fernand Clare à l’Olympia de Paris et au Palais de la Méditerranée de Nice. Il joue brièvement pour Aimé Barelli à Monaco puis remonte à Paris. Il se produit au Maxim’s (1953) puis entre dans l’Orchestre de Jacques Hélian où il partage le pupitre des sax avec Roger Lemaitre, Pierre Gossez, Georges Blanc et Gérard Lévêcque. Les trompettes sont Maurice Thomas, André Cornille, Louis DeHaes, Janot Morales, les trombones Guy Destanque, Henri Tallourd, Henri Degouy. On trouve Ladeslas Czebanik à la basse, Marcel Bianchi, guitare, Armand Molinetti, drums. Il est resté trois ans chez Hélian avec lequel il a copieusement enregistré. Georges joue aussi au Moulin-Rouge et au cabaret Nouvelle Eve. Il devient « requin », sollicité pour les disques, à la télévision (émission de Jean Nohain), puis les musiques de film (1959, J'irai cracher sur vos tombes avec Alain Goraguer ; 1960, L’eau à la Bouche ; etc). Il remplace Bobby Jaspar dans le Jazz Groupe de Paris d’André Hodeir ce qui lui vaut de ne pas être totalement ignoré des très sectaires jazzfans. Il participe à l’album Le Jazz Groupe de Paris joue André Hodeir (1956). Mais Georges traverse aussi la vogue rock’n roll sans problème tant pour Georges Guétary (« Georges, viens danser le rock’n roll ») que pour Johnny Hallyday chez Vogue (avec Alphonse Masselier, b, Teddy Martin, dm). Il retrouve Johnny Hallyday à l’Olympia (septembre-octobre 1961). Comme ses amis, les frères Hrasko, il est membre régulier de l’Orchestre de l’Olympia (Georges Gay, lead tp). Il participe aux 45 tours de son confrère Pierre Gossez : Alan Gate et son soprano (19 mai 1960, avec Pierre Sellin, tp, Benny Vasseur, tb, Alphonse Masselier, b, Gus Wallez, dm, Festival 2187), Alan Gate-Dixieland (avec Vincent Casino, tp, Charles Verstraete, tb, Georges Arvabitas, p, Christian Garros, dm). Georges a enregistré sous son nom (« Cadbury the Bird »), ainsi que pour Benny Vasseur (1956), Martial Solal (1956, 1957), Armand Migiani (1956), Christian Chevallier (1956), Jo Moutet (joue les airs de l’opérette Pacifico, avec Daniel Deffayet, as), Eddie Barclay (arr. Quincy Jones : 1957, Et Voilà !; 1958), Kenny Clarke (1959), Pierre Michelot (1963, Round About the Bass, Mercury 125500), Boulou Ferré (1964), Ivan Jullien (1968, Big Jullien & his All Star, Rivera), Jean-Claude Naude (1971). Georges a remplacé Budd Johnson dans l’Orchestre Quincy Jones, joué sous la direction de Duke Ellington, accompagné Thelonious Monk (années 1960) et il s’est produit avec Elek Bacsik.

Le 19 août 1972, il fait une émission télévisée avec les Old Sharks de Fred Gérard. Mais le plus gros du travail de ces vrais jazzmen est dans « les variétés », on trouve donc Georges Grenu dans l’orchestre (de studio) de Lucien Lavoute (1970-1, Travelling Orchestra, Epervier LP 18004) avec la crème des requins : Fred Gérard, Henri Van Haeke, Georges Gay, Jean Baissat, Pierre Dutour, René Léger (tp), André et Michel Paquinet, Benny Vasseur, Gaby Vilain (tb) ; Georges Bessière, Jo et Marcel Hrasko, René Nicolas (anches), Lou Gamme (fl), Barthélemy Rosso (g), Alphonse Masselier (b), Armand Molinetti (dm), Jean-Pierre Drouet, Michel Lorin (perc). Il enregistre aussi pour Roger Simon (1973, avec Gilbert Dias, Jean Baissat, tp, Jean-Louis Chautemps, ts, Maurice Vander, p, Guy Boyer, vib, Guy Pedersen, b, André Sibton, dm) et pour François Rauber (Musique de Cirque avec Romain Mayoral, cl-s). Georges enregistre bien sûr pour Serge Gainsbourg (1960, Romantique 60, Philips), John William (1963-4, Negro Spirituals, LP Polydor 46135), Gilbert Bécaud, Charles Aznavour, Claude François, Jeanne Moreau, Jacques Brel. On l’a vu à la télévision avec Alice Dona, et entendu derrière Liza Minelli et Sammy Davis Jr.
L’essentiel de son activité jusqu’en 1987 est à la télévision pour Maritie et Gilbert Carpentier, Jacques Chancel (Grand Echiquier) puis le Thé Dansant de Jacques Martin au sein des Merry Boys de Bob Quibel, tout d’abord avec Henri Van Haeke puis Maurice Thomas (lead tp), Loulou Vezant, Fred Gérard, Jean-Claude Naude (tp).
En 1987, il se retire à Cagnes-sur-Mer. Il a l’occasion de jouer avec Roger Guérin.
En 2007, il s’installe à Saint-Aignan sur Cher. Il est immédiatement sollicité par Marc Robert qui l’intègre au Big Band du Val du Cher qui utilisa souvent François Guin (tb) et Marc Laferrière (ss) comme solistes invités. J’ai eu l’occasion de jouer avec cet orchestre et Georges encore en pleine forme en 2010. Georges a aussi joué avec son quintet pour le Jazz Club de Tours.
Jusqu’en 2011, nous retrouvions Georges Grenu à la Ste Cécile à Montmartre, où les anciens professionnels de tous styles aimaient à se retrouver. Georges Grenu est alors victime d’une redoutable maladie. Il est décédé dans la nuit du 22 au 23 juillet 2013. Les obsèques ont eu lieu à Saint Aignan le vendredi 26 juillet à 15 heures. Adieu l’artiste et toutes nos condoléances à Simone, son épouse.
Michel Laplace
Photo©Lisiane Laplace

vidéos
29 janvier 1972, studio TV des Buttes Chaumont, André Hodeir joue ses oeuvres maîtresses :"Transplantation", "Catalyse", un extrait de "Anna Livia plurabelle", "Comin' on the Hudson" (adaptation du thème de Thelonious Monk). L'orchestre est composé des saxophonistes Roger Simon, Jacques Nourredine, Georges Grenu et Armand Migiani, des trombonistes André Paquinet et Charles Verstraete, des trompettistes Roger Guérin, Christian Bellest et Maurice Thomas, du contrebassiste Guy Pedersen et du batteur André Arpino : http://www.ina.fr/video/I09295101


Fred Gérard & his Old Sharks, 1972
http://www.youtube.com/watch?v=cVS5iAHknSo

Bob Quibel & ses Merry Boys
https://www.facebook.com/photo.php?v=1177529331259&set=vb.1618914194&type=2&theater

Big Band du Val du Cher, 2010
http://www.youtube.com/watch?v=xFXwZg4uNCo