Err

PUB-Juan2019
Actualités
Rechercher   << Retour

Jérôme Gatius

29 fév. 2012
New Orleans Big 4
Nouveauté-Sélection
Titres communiqués sur le boitier.
Jérôme Gatius (cl), Alain Barrabès (p), Fred Lasnier (b), Guillaume Nouaux (dm).
Enregistré les 26 & 27 octobre 2011
Durée : 51’ 21’’
JG 2014 (www.jeromegatius.fr)

Un disque très plaisant par certains des maîtres du jazz traditionnel à Bordeaux et qui permettra peut-être de mieux faire connaître Jérôme Gatius, excellent clarinettiste qui s’inspire notamment de Joe Darensbourg, Tim Laughlin avec une touche de George Lewis. Le thème d’ouverture, « 6th Doctor Semiac Street Parade », permet de présenter chaque musicien en soliste (sur tempo swing). Le début et la fin sont dans le style parade dont Guillaume Nouaux est le spécialiste en France. Avec un tel batteur, le disque ne pouvait être qu’une réussite. Il est quasiment la co-vedette. Dans « Basin Street Blues » l’appel-réponse est entre clarinette et batterie, puis Guillaume Nouaux nous propose un solo mélodique dont il a le secret. Mais, il sait aussi être d’une discrétion efficace comme dans « Shreveport Stomp », un tour de force bien enlevé par Gatius sur les traces d’Omer Simeon et Alain Barrabès. Version pleine de feeling de « Old Rugged Cross » en duo où Gatius retrouve l’émotion d’un George Lewis et où Fred Lasnier assure avec de belles rondeurs de basse. Autre tour de force, up tempo, « St Philip Street Breakdown » de George Lewis qui déménage. Le « Crescent City Moon » de Tim Laughlin est romantique et constitue un bon véhicule pour la superbe sonorité de clarinette de Jérôme Gatius. L’introduction sans précipitation de Barrabès dans « Donna Lee » amène un thème joué en stop time par la clarinette. On repère dans cette vision (version) originale le jeu de baguette à la Zutty Singleton et un slap digne de Chester Zardis. C’est Guillaume Nouaux qui amène le thème « Corrine Corrina » joué sur tempo médium. « Ma Doudou m’a quitté » est un thème dansant de Guillaume Nouaux dans un esprit créole qui pousse Jérôme Gatius dans le sillage d’Evan Christopher. Ce bon disque se termine par deux standards, « Clarinet Marmalade » (bien swingué) et « Do You Know What It Means » exposé ad lib à la clarinette avec beaucoup de feeling. Si c’est votre créneau, vous savez maintenant ce qui vous reste à faire.
Michel Laplace