pubentetesite
Actualités
Rechercher   << Retour

Franck Wolf Trio

24 avril 2013
Bol d’air
Franck Wolf Trio © Jazz Hot n°663, printemps 2013
Nouveauté-Découverte
Partita , Bol d'air, Bopin', Smile, Libertango, Clair de lune, Tangomania, Mimine, Fugue Tempérée, Tango Impro
Franck Wolf (s), Marcel Loeffler (acc), Davide Petrocca (b)
Enregistré les 6 et 7 janvier 2012, Uhrwiller (67)
Durée : 1h 00' 32''
WM Music WM 12-001 (www.franckwolf.com)

Franck Wolf est né en 1972 à Strasbourg. Il étudie le saxophone classique depuis l’âge de 8 ans. Après deux prix de saxophone (soprano, alto, ténor et baryton) et de musique de chambre au Conservatoire de Strasbourg en 1993, ce musicien fait le choix d’un certain jazz en créant en 1996 Triophone avec Pilou Wurtz (b) et Didier Hoffmann (dm). Il se rapproche ensuite des musiciens manouches, se liant avec ceux de sa région. Il a, à plusieurs reprises, enregistré avec des musiciens comme Hono Winterstein, Biréli Lagrène, dont il est un fidèle sideman depuis l’album Move (2004) et Gipsy Project (2006). Il a aussi l’occasion de travailler avec Didier Lockwood. Cet album Bol d’air, est l’enregistrement public d’un concert donné en Alsace ; il correspond à ses goûts autant qu’à sa formation musicale tournée vers la musique de chambre. Il est ici entouré de deux autres excellents musiciens, l’accordéoniste Marcel Loeffler, invité d’honneur du dernier festival Jazz Manouche à Colmar 2013, et Davide Petrocca (b), partenaire de Stochelo Rosenberg à ce même festival.
Au programme, six pièces des deux solistes auxquelles ont été jointes des œuvres très diverses : de Bach à J. Kosma en passant par Chaplin et A. Piazzola, incontournable de tout accordéoniste. Bien que très disparate, le répertoire n’en permet pas moins, par le traitement, une certaine unité de ton (nostalgique ?) à cet album dont le jazz n’est pas la dominante ; l’interprétation la plus intéressante et la mieux sentie reste la composition de Piazzol, « Libertango ».
Franck Wolf est un instrumentiste accompli, dont le jazz n’est pas le langage premier. Marcel Loffler, excellent accordéoniste, s’inscrit dans la même lignée. Quant à Davide Pétrocca, il joue, en l’absence de batterie, un rôle majeur ; sa ligne de basse est parfaitement en place et le soliste n’est pas moins brillant (« Bopin' »).
Un album de bonne tenue musicale et agréable à entendre.
Félix W. Sportis