Err

pubentetesite
Louis Hayes, at Ronnie Scott's, London, 4 août 2008 © David Sinclair
Louis Hayes, at Ronnie Scott's, London, 4 août 2008 © David Sinclair

Louis HAYES

The Jazz Leader

Depuis la fin des années 1950, Louis Hayes est l’archétypique du grand batteur de jazz, inaugurant un incroyable parcours artistique avec les groupes de Yusef Lateef et d’Horace Silver avant de devenir un pilier du combo de Cannonball Adderley, un membre des formations d’Oscar Peterson, Freddie Hubbard, McCoy Tyner, d'accompagner les parcours d'une famille du jazz où l'on retrouve ce que le jazz a de meilleur (Woody Shaw, Joe Henderson, Harold Land…). Il a illuminé de son jeu brillant une multitude d'enregistrements des prestigieux catalogues Riverside (surtout) mais aussi Blue Note, enregistrant  en dehors des musiciens déjà évoqués avec Sonny Clark, Bennie Green, Freddie Redd, Clifford Jordan, Curtis Fuller, etc. La liste ressemble à un dictionnaire du jazz depuis les années 1950.
Parcourir sa
considérable discographie (en fin de cet article), en leader et en sideman, permet de mieux comprendre ce qu'il souligne dans son interview de ce qu'est un leader en jazz. Quand un artiste a une telle permanence dans la qualité du jazz, on ne l'invite pas comme un sideman mais comme un leader qui enrichit une œuvre collective. Et les plus jeunes comme David Hazeltine, qui s'appuient sur ce phare de la batterie de jazz, ont bien compris que Louis Hayes était une incarnation du jazz et que son rayonnement est un privilège, une manière d’élever sa musique.

Né le 31 mai 1937 à Detroit, Michigan, Louis Sedell Hayes, fait partie de ces musiciens qu’on a un jour ou l’autre découvert aux côtés de John Coltrane, McCoy Tyner, Cannonball Adderley, Horace Silver, Joe Henderson, Phineas Newborn, Freddie Hubbard, Woody Shaw, et qu'on croise sans arrêt sur la route des meilleurs enregistrements du jazz: un leader comme il se définit, une mémoire artistique du jazz en action, un autre messager du jazz.

Louis Hayes, 1986, Martigues © Ellen Bertet
Louis Hayes, 1986, Martigues © Ellen Bertet

Octogénaire, il n’a rien perdu de sa personnalité musicale, avec ses accentuations aux cymbales et un drive à la fois souple et puissant. Le partenaire de tant de musiciens fascine toujours autant par son autorité et son swing. Lui qui fut de l’été 1956 à la fin de 1959 le batteur du quintet d’Horace Silver, par un jeu à la fois complexe et raffiné, s’affirme dans les années 1959 au sein de la formation de Cannonball Adderley. Après un passage au sein du trio d’Oscar Peterson en 1965, il forme avec Freddie Hubbard et Joe Henderson le groupe des Jazz Communicators. C’est à partir de cette expérience qu’il a acquis un rôle de leader sur son instrument, mettant en lumière comme nombre de ses confrères batteurs (Kenny Clarke, Art Blakey, Max Roach, Elvin Jones, Roy Haynes) les pianistes Ronnie Mathews, Harold Mabern, Horace Parlan, Mickey Tucker, Cedar Walton, les saxophonistes Charles Davis, Junior Cook, Frank Strozier, Joe Farrell, Gary Bartz, John Stubblefield, Bobby Watson, Charles McPherson ou les trompettistes Woody Shaw, Tex Allen et Charles Tolliver, avec en permanence le soutien de beaux contrebassistes, Sam Jones, Ron Carter, Stafford James, Niels-Henning Ørsted Pedersen, et la liste est encore trop courte.

Louis Hayes, Serenade for Horace, Blue Note

A l’aube des années 1990, ses formations à géométrie variable, privilégiant les formules du quintet au sextet, sont de véritables pépinières de nouveaux talents à l’image de l’altiste Abraham Burton ou du ténor Javon Jackson, des trompettistes Jeremy Pelt ou Riley Mullins. Véritable parrain du Classic Trio du pianiste David Hazeltine, il a enregistré d’excellents albums depuis le début des années 2000. Il prolonge l’expérience auprès du chanteur Georgie Fame et du saxophoniste Eric Alexander. Un album récent, Return of the Jazz Communicators (Smoke Sessions), où les générations se croisent autour d’un répertoire neuf, avec Steve Nelson (vib), David Bryant (p) et Dezron Douglas (b), est un pont vers le futur lancé à partir de racines profondes développées au cours d’une carrière de plus de soixante ans. Il vient de donner en 2017 un coup de chapeau à celui qui guida ses débuts enregistrés avec un beau Serenade for Horace (Silver) et a participé encore en 2018, avec sa formation, à un projet musical ambitieux autour de John L. Nelson, un pianiste d'origine néo-orléanaise, dont le nom de scène était «Prince Rogers»… et qui n'est autre que le père de la star pop, Prince.

Propos recueillis par David Bouzaclou
Photos de Ellen Bertet, David Sinclair, David Bouzaclou
Remerciements à Louis Hayes et Nisha Hayes pour l’autorisation d'utiliser les photos de leurs archives:
de Janette Beckman, Carol Reiff, Francis Wolff et X
(auteur non identifié) présentes sur l'excellent site de Louis Hayes (www.louishayes.net) 
Remerciements à CTSImages/Cynthia Sesso pour la photo tirée de Lennart Steen/Jan Persson Archives/CTSIMAGES

© Jazz Hot n°685, automne 2018


Louis Hayes © Janette Beckman by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)



«Dans cette musique, chacun est en fait un leader dès le début.
Cette forme d’art que nous appelons «jazz» ou «bebop» vous pousse à cette attitude.»




Jazz Hot:
Vous êtes né à Detroit…


Louis Hayes: Detroit, Michigan

Detroit est une ville importante pour le jazz. De nombreux musiciens de haut niveau sont nés dans cette ville comme Tommy Flanagan, Barry Harris, Curtis Fuller… Quelles sont les raisons d’un tel développement du jazz dans cette ville ?

C’était juste une certaine période au cours de laquelle des artistes se consacraient à une forme de musique qu’ils appelaient alors «bebop». Ces musiciens avaient beaucoup de talent, étaient très créatifs et très ouverts les uns aux autres. Il y avait du travail à Detroit pour les musiciens qui jouaient cette forme d’art. Certaines villes ont cette abondance de gens de talent, et c’était le cas à Detroit qui avait de nombreux musiciens très talentueux.

Louis Hayes © Janette Beckman
by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)

Louis Hayes, C. 1955-56 © photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)


Louis Hayes, c. 1955-56
© photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)


Quel a été votre premier contact avec le jazz et qu’est ce qui vous a décidé à devenir musicien professionnel?

Mon premier contact avec la musique a eu lieu avec mon père et ma mère. Il jouait du piano et de la batterie, et Ruby, ma mère, jouait du piano. Les instruments étaient déjà à la maison, et, à l’époque, il n’y avait pas de télévision. De plus, les jeunes jouaient alors du piano, car c’était la chose à faire. J’ai ainsi commencé par jouer du piano, mais la batterie était présente. J’ai essayé la batterie, et je me suis aperçu que j’aimais mieux la batterie. J’ai continué à jouer, mais j’étais également intéressé par les sports comme tous les gamins de mon âge. Mon père m’a apporté les premiers éléments du jeu de batterie. Un cousin proche, Clarence Stamps, très bon batteur, m’a appris beaucoup de choses à propos de l’instrument à la fin des années 1940. J’ai ainsi appris très vite, j’avais un talent pour l’instrument, et j’aimais travailler. J’écoutais également les musiciens plus âgés et les disques que je pouvais me procurer des principaux artistes de New York comme Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Max Roach, Kenny Clarke, Art Blakey… J’en suis arrivé au point où j’ai désiré en faire ma profession. Lorsque ça se produit, vous pouvez être heureux que vos rêves se réalisent. Les miens sont devenus réalité à un très jeune âge.


Quelles ont été vos premières influences à la batterie ?

Tous les batteurs ont influencé mon jeu de batterie. Ma première influence n’a pas été la batterie mais la musique elle même. J’ai joué de la batterie, c’est l’instrument que j’ai choisi pour m’exprimer.

Horace Silver RehearsalRehearsal: Louis Hayes, Gene Taylor, Horace Silver, Blue Mitchell, Junior Cook, c. 1960 © Carol Reiff by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)
Horace Silver Rehearsal: Louis Hayes, Gene Taylor, Horace Silver, Blue Mitchell, Junior Cook, c. 1960
© Carol Reiff by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)

Yusef Lateef et Horace Silver ont été importants au début de votre carrière…

Oui. Si ma carrière a si vite débuté, je dois dire que c’est parce que j’apparaissais avec Yusef et Curtis Fuller dans un club, le Klein’s Showbar, à Detroit1. J’allais alors vers mes 18-19 ans, et j’étais avec eux dans ce club. Je ne sais plus pendant combien de temps, mais c’était bien avant qu’ils s’aperçoivent que j’étais un peu jeune pour ce travail. C’était un très bon travail. J’avais déjà eu d’autres engagements auparavant, et avec Yusef, c’était un super orchestre, nous prenions vraiment du plaisir à jouer ensemble. Doug Watkins était un bassiste avec beaucoup de groove. Il vivait à New York et jouait avec Art Blakey et les Jazz Messengers, mais il était revenu à Detroit pour je ne sais quelle raison. Nous nous sommes rencontrés un soir, et il rentrait après à New York. Les Jazz Messengers se séparaient, et Art Blakey quittait le groupe pour avoir son propre quintet. Doug a dit quelque chose à Horace, et Horace m’a appelé de New York, me demandant si je voulais venir rejoindre son quintet. C’est ce que j’ai fait en août 1956.

Alfred Lion, le fondateur de Blue Note, Louis Hayes © Francis Wolff, by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)
Alfred Lion, le fondateur de Blue Note en discussion avec Louis Hayes
© Francis Wolff, by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)

Quels souvenirs avez-vous de vos nombreux disques pour Blue Note, spécialement avec Sonny Clark, Clifford Jordan, Curtis Fuller…

A cette époque nous étions des amis, et il était possible d’avoir des séances d’enregistrement pour les jeunes musiciens à New York. J’ai pu faire de nombreuses sessions au cours de cette période dès que je suis arrivé New York avec beaucoup d’artistes. J’ai aussi enregistré avec John Coltrane (The Cats, 1956, New Jazz; Coltrane Time, avec Cecil Taylor, United artists, 1959, cf. discographie). C’était juste le bon moment, j’étais là, et nous avons grandi ensemble.

«C’était juste le bon moment, j’étais là, et nous avons grandi ensemble.», Lee Morgan et Bobby Timmons dansent sous les yeux de Louis Hayes, c. 1960 © photo prob. Francis Wolff by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)
«C’était juste le bon moment, j’étais là, et nous avons grandi ensemble.»
Lee Morgan et Bobby Timmons dansent sous les yeux de Louis Hayes, c. 1960
© photo prob. Francis Wolff by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)

Vous êtes l’un des grands batteurs de l’histoire du jazz, et vous avez accompagné de nombreux grands artistes. Quel est votre secret pour être un bon sideman?

Dans cette musique, chacun est en fait un leader dès le début. Cette forme d’art que nous appelons «jazz» ou «bebop» vous pousse à cette attitude. Si vous jouez dans un big band, vous pouvez n’être qu’un musicien parmi d’autres. Mais si vous jouez dans un orchestre comme un quintet ou un trio, chacun est très important. Votre nom ressort quel que soit le nombre d’enregistrements que vous avez réalisés. Ainsi vous pouvez être connu très jeune parce que ce ne sont que cinq personnes, et la part de chacun est très importante. Horace était un magnifique compositeur, et j’ai eu la possibilité de grandir avec Horace. Mais vous aviez juste à apprendre la musique et à être capable d’être accepté par les gens et les musiciens que vous respectiez. C’est très important! Lorsque vous travaillez pour une forme d’art aussi aboutie dans laquelle vous aimez jouer, et lorsque vous êtes jeune et que vous trouvez quelque chose que vous aimez faire, ce n’est pas comme si vous aviez commencé à jouer pour gagner beaucoup d’argent. Et, lorsque vous atteignez le point où l’on vous demande de jouer, que vous gagnez de l’argent pour subvenir à vos besoins, et que vous êtes accepté par les artistes par lesquels vous vouliez être reconnu, c’est un merveilleux sentiment! J’ai eu la chance de jouer avec ces artistes! J’ai joué et enregistré avec Horace pendant trois ans (6 Pieces of Silver, Blue Note, 1956; Finger Poppin', Blue Note, 1959); certains musiciens de l’orchestre sont partis, d’autres sont arrivés. J’ai côtoyé Cannonball pendant six ans (1959 à 1965). C’était une situation merveilleuse! J’ai accompagné deux fois Oscar Peterson (1965), mais j’ai fait aussi cet orchestre avec Freddie Hubbard et Joe Henderson! (1967-68) Après une période de temps, vous grandissez et vous jouez pour tant de grands artistes que cela fait de vous ce qu’on appelle «un leader» car votre nom devient de plus en plus grand… Vous êtes un leader!

Louis Hayes w/Cannonball Adderley Group, Cannonball Adderley, Nat Adderley tp, Sam Jones b, Louis Hayes dm, Copenhagen 1961 © Lennart Steen/Jan Persson Archives/CTSIMAGES. Used with permission.
Louis Hayes /Cannonball Adderley Group, Cannonball Adderley (as), Nat Adderley (tp), Sam Jones (b), Louis Hayes (dm), Copenhagen 1961
© Lennart Steen/Jan Persson Archives/CTSIMAGES. Used with permission.

La musique de Connonball Adderley vous a accompagné tout au long de votre carrière. Quand êtes-vous devenu membre de son quintet?
The Cannonball Adderley Quintet: Victor Feldman, Nat Adderley, Cannonball Adderley, Sam Jones et Louis Hayes-Album At the Lightouse

OK! Avec Cannonball, nous nous connaissions car nous étions tous deux à New York. Cannonball et son frère Nat avaient eu un groupe pendant un certain temps; ce groupe était en suspens pendant que Cannonball était avec Miles Davis, pendant deux ans. A l’époque (1959), je jouais au Birdland, le fameux club de la 52e Rue. Sam Jones était le bassiste pour ce travail, et il me dit: «Cannonball quitte Miles et démarre son propre groupe, si tu veux en faire partie…» J’avais passé trois ans avec Horace Silver, mon grand ami! Aussi, j’ai réfléchi, considéré le pour et le contre, et c’est ainsi que j’ai décidé de rejoindre Cannonball.

Sam Jones et Louis Haynes, c. 1970 © photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishaynes.net)



Comment est né le groupe The Jazz Communicators que vous avez dirigé avec Freddie Hubbard et Joe Henderson?

Voici comment ça s’est passé: mon frère Gerald et moi descendions Broadway, et j’ai vu un lieu idéal pour jouer, je pense sur Broadway et la 54e Rue. En quelle année? Je ne m’en souviens plus! Je suis entré dans ce lieu, et j’ai dit à la personne qui se trouvait là que j’avais un groupe, et que je voulais amener ce groupe et jouer tout l’été. Il m’a demandé qui j’avais dans ce groupe; j’ai dit: «Freddie Hubbard, Joe Henderson, Kenny Barron et Herbie Lewis». Freddie et moi vivions dans le même immeuble à Brooklyn. Lorsque je suis rentré, j’ai dit à Freddie que j’avais parlé au patron du club, et que nous pouvions avoir du travail pour tout l’été. Freddie est arrivé avec le titre The Jazz Communicators. Il y avait trois leaders: Freddie Hubbard, Joe Henderson et Louis Hayes. Nous avons eu certains engagements, nous jouions, c’était très agréable, mais nous n’avons jamais enregistré. Ces Communicators que j’ai aujourd’hui, et avec lesquels j’ai enregistré, ont succédé au Louis Hayes Cannonball Legacy Band. Je ne trouvais pas de nom, et je me suis décidé pour «Louis Hayes and the Jazz Communicators».

Sam Jones et Louis Haynes, c. 1970
© photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishaynes.net)



Louis Hayes, C. 1970 © photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)
Louis Hayes, c. 1970 © photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)

Dans les années 1970, le jazz a changé avec la fusion et les instruments électriques, mais vous avez continué avec Woody Shaw, Junior Cook, Charles Davis, votre frère Gerald et Frank Strozier. Comment analysez vous cette période musicale ?

Oui, cela a changé la direction de la musique… Cela a changé la vie de certaines personnes en bien et parfois en mal. Pour moi, c’était une période très intéressante car l’électronique est entrée dans notre forme d’art et les compagnies de disques ont commencé à utiliser le mot «jazz». Beaucoup de choses étaient jouées, et ils les appelaient «jazz», et je ne pense pas que les gens s’exprimant ainsi faisaient réellement du jazz. Je voulais continuer à faire ce que je faisais, et ce que je sentais que je devais jouer. Je ne pense pas que je devais changer parce l’art était en train de changer. Je joue et je fais ce que je pense devoir faire, voilà ce que je pense de tout ça. (Rires).

Oscar Peterson, Louis Hayes et Ray Brown © photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)
Oscar Peterson, Louis Hayes et Ray Brown © photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)

Vous avez joué en trio avec deux grands pianistes: Oscar Peterson et McCoy Tyner. Deux styles différents, et ils avaient deux batteurs différents Ed Thigpen et Elvin Jones. Vous avez joué avec ces deux grands pianistes avec beaucoup d’aisance. Pouvez-vous dire quelque chose à propos de ces expériences très particulières?

Oui, ce fut vraiment une expérience très particulière. Je connaissais Oscar Peterson, et je savais qu’il avait joué avec Ray Brown pendant des années. Je connaissais le background, et je savais qu’ils étaient de merveilleux artistes. Nous avions joué ensemble en diverses occasions lors de Jazz at the Philarmonic, dans certains lieux et contextes à New York. L’opportunité s’est présentée d’aller avec Oscar Peterson après Cannonball; c’était en 1965. C’est une transition que j’ai beaucoup appréciée. Oscar Peterson est l’un des plus grands musiciens au monde, et Ray Brown était là avant que Sam Jones et moi arrivions dans le trio. L’expérience a été magnifique!

Louis Hayes, au sein du trio de McCoy Tyner, juillet 1986, Martigues © Ellen Bertet
Louis Hayes, au sein du trio de McCoy Tyner, juillet 1986, Martigues © Ellen Bertet

Avec McCoy, nous nous connaissions de New York. Je l’ai rencontré lorsqu’il était dans le Jazztet avec Benny Golson et Curtis Fuller. J’écoutais également ce qu’il avait fait avec John Coltrane, Elvin Jones et Jim Garrison. Nous étions amis. Sa musique était très différente de celle d’Oscar Peterson. Je savais comment il jouait, et il savait comment je jouais. Il avait alors un orchestre avec des cuivres, et lorsque l’opportunité s’est présentée (en 1985), ça a été magnifique et passionnant. Nous avons eu un grand plaisir à voyager ensemble. Ma vie a été très agréable, jouer avec de tels musiciens… En plus, nous étions amis!

Louis Hayes honoring Roy Haynes © photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)
Louis Hayes honoring Roy Haynes © photo X by courtesy of Louis Hayes (www.louishayes.net)

Depuis de nombreuses années, vos groupes ont compté de jeunes musiciens comme Javon Jackson, Abraham Burton, Vincent Herring, Jeremy Pelt… Peut-on parler d’une «école» Louis Hayes comme les Jazz Messengers d'Art Blakey ou plus récemment les groupes de Roy Haynes?

Oui. Mon premier orchestre était Louis Hayes-Junior Cook Quintet featuring Woody Shaw, avec Stafford James et Ronnie Mathews. Ensuite, j’ai eu un quartet avec Frank Strozier, Harold Mabern et Stafford James. Vous avez un groupe, et après une certaine période chacun décide de prendre des chemins différents. Tout change, rien ne reste identique très longtemps. Pour moi, être avec Cannonball pendant six ans était extraordinaire. Le Modern Jazz Quartet est resté ensemble quarante ans; cela n’arrive pas souvent. Dans ce groupe (avec David Hazeltine), nous sommes ensemble depuis dix ans. En septembre, nous serons au Canada pour un certain temps. Ainsi, nous nous retrouvons, nous jouons pour différents concerts, et chacun repart de son côté. Et ainsi de suite…

2010. Louis Hayes, Jazz Incorporated, avec Jeremy Pelt, Anthony Wonsey et Dezron Douglas


Comment choisissez-vous les musiciens?

Pour le groupe actuel, je connaissais déjà Vincent Herring qui avait accompagné Nat Adderley après que son frère Cannonball a disparu. Quand j’ai rencontré Vincent Herring, il était en relation avec Jeremy Pelt, et il m’a aidé à mettre le groupe sur pied. Pour les Communicators, j’ai choisi Steve Nelson car il jouait du vibraphone. Je ne voulais pas d’un groupe avec saxophone et trompette; je voulais quelque chose de différent. J’ai donc pris Steve Nelson; il est excellent. C’est ainsi que le groupe s’est formé.


Louis Hayes, Martigues 1986 © Ellen Bertet



Quelle est votre opinion sur la situation du jazz aux Etats-Unis ?

Je pense qu’il survivra toujours. Autrefois, il y avait tant de lieux et des possibilités de travailler… Ce n’est plus le cas aujourd’hui, et c’est un problème, car il est difficile d’avoir un groupe, de garder le même personnel et de tourner avec les musiciens avec lesquels on a enregistré. On se réunit de temps en temps, mais on ne peut pas garder le même personnel car il n’y a plus assez de lieux pour jouer, non seulement aux Etats-Unis mais dans le monde entier.

Quels sont vos projets?

Je voudrais juste rester en bonne santé avec ma famille et jouer cette forme d’art lorsque j’ai envie de jouer. Je voudrais continuer aussi longtemps que j’ai la santé, mais je ne veux plus trop voyager. Je veux passer plus de temps avec ma famille.

1. Le Klein’s Showbar, 12th Street et Pingree Street, était avec le Blue Bird Inn, l’un des clubs de la ville ouvert à la nouvelle génération des musiciens de jazz à la fin des années 1940 et au cours des années 1950: Pepper Adams, Elvin Jones, Kenny Burrell, Tommy Flanagan, Paul Chambers et bien d’autres musiciens dont Yusef Lateef, qui en devint un habitué. Les musiciens de passage, Charlie Parker entre autres, y venaient et côtoyaient les musiciens de Detroit.

Louis Hayes, Martigues 1986 © Ellen Bertet


*

CONTACT: www.louishayes.net/

DISCOGRAPHIE par Yves Sportis

LEADER/COLEADER
LP/CD 1958. Roots, Prestige 8202/OJC 062-2 (Louis Hayes, Idrees Sulieman, Frank Rehack, Jimmy Cleveland, Pepper Adams, Cecil Payne, Tommy Flanagan, Bill Evans, Doug Watkins, Elvin Jones)
LP/CD 1960. Louis Hayes Quintet, Vee Jay 3010/Vee Jay 2-906 (=Collectables 7170)

LP/CD 1960. The Young Lions, Vee Jay3013/001 (Lee Morgan, Wayne Shorter, Frank Strozier, Bobby Timmons, Bob Cranshaw, Albert Tootie Heath, Louis Hayes)
LP/CD 1974. Louis Hayes, Breath of Life, Muse 5052/32Jazz 32183
CD 1976. Louis Hayes-Woody Shaw, The Tour Volume One, HighNote 7291
LP/CD 1976. Louis Hayes/Junior Cook, Ichi-Ban, Timeless SJP 102
LP 1976. True Blue, Xanadu 136 (avec Dexter Gordon, Al Cohn, Barry Harris, Blue Mitchell, Sam Jones, Sam Noto)
LP 1976. Silver Blue, Xanadu 137 (avec Dexter Gordon, Al Cohn, Barry Harris, Blue Mitchell, Sam Jones, Sam Noto)
CD 1977. Louis Hayes-Woody Shaw Quintet: Lausanne 1977, Swiss Radio Days Jazz Series vol.5, TCB 02052
LP/CD 1977. Louis Hayes, The Real Thing, Muse 5125/32Jazz 32119
LP/CD 1978. The Louis Hayes Group, Variety Is the Spice, Griphon 787 (6.23952)/Griphon1057
LP/CD 1984. Joe Farrell-Louis Hayes Quartet, Vim ’n’ Vigor, Timeless SJP 197
CD 1989. Paris Reunion Band, We Remember Klook: Live at the Moonwalker, Sonet 1030 (Nat Adderley, Claus Reichstaller, Curtis Fuller, Nathan Davis, Carlos Ward, Kirk Lightse, Jimmy Woode, Louis Hayes)
LP/CD 1989. Louis Hayes Quintet, Light and Lively, SteepleChase 1245/31245
CD 1989. Louis Hayes Sextet, The Crawl, Candid 79045-2
CD 1989. Louis Hayes Sextet, Una Max, SteepleChase 31263
CD 1991. Louis Hayes Quintet, Nightfall, SteepleChase 31285
CD 1993. Louis Hayes Sextet, Blue Lou, SteepleChase 31340
CD 1994. Louis Hayes & Company: The Super Quartet, Timeless SJP 424
CD 1996. The Louis Hayes Quintet, Louis at Large, Sharp Nine 1003-2
CD 1999. Louis Hayes, Quintessential Lou, TCB 99652
CD 1999. Louis Hayes quintet, The Candy Man, TCB 20972
CD 2001. Louis Hayes and the Cannonball Legacy Band: Dreamin’ of Cannonball, TCB 21222
CD 2006. Louis Hayes and the Cannonball Legacy Band: Maximum Firepower, Savant 2078
CD 2008. Louis Hayes Jazz Communicators: The Time Keeper, 18th & Vine 1058
CD 2010. Louis Hayes Jazz Communicators: Lou’s Idea, American Showplace 2266
CD 2010. Jazz Incorporated, Live at Smalls, Smalls Live 0017 (Jeremy Pelt, Anthony Wonsey, Dezron Douglas, Louis Hayes)
CD 2013. Louis Hayes Jazz Communicators: Return of the Jazz Communicators, Smoke Sessions 1406
CD 2013. Louis Hayes and the Cannonball Legacy Band: Live at Cory Wedds’ Cellar Jazz Club, Cellar Live Records 120513
CD 2017. Louis Hayes, Serenade for Horace, Blue Note B002674702
CD 2018. The John L. Nelson’s Project, Don't Play With Love, Makin’ It Music RAD 397

1958. Roots

1960. Louis Hayes Quintet1960. The Young Lions1974. Louis Hayes, Breath of Life







1976. Louis Hayes/Woody Shaw, The Tour, Volumeone1976. Louis Hayes/Junior Cook, Ichi-Ban1976. True Blue1976. Silver Blue






1977. Louis Hayes/Woody Shaw Quintet, Lausanne 19771977. Louis-Hayes, The Real Thing1978. The Louis Hayes Group, Variety Is the Spice1984. Louis-Hayes/Joe-Farrell, Vim 'n' Vigor







1989. Paris Reunion Band, We Remember Klook1989. Louis Hayes Quintet, Light and Lively1989. Louis Hayes Sextet, The Crawl1989. Louis Hayes Sextet, Una Max






1991. Louis Hayes Quintet, Nightc Fall1993. Louis Hayes Sextet, Blue Lou1994. Louis Hayes & Company, The Super Quartet1996. Louis Hayes Quintet, Louis at Large






1999. Louis Hayes, Quintessential Lou1999. Louis Hayes Quintet, The Candy Man2001. Louis Hayes and the Cannonball Legacy Band: Dreamin’ of Cannonball2006. Louis Hayes and the Cannonball Legacy Band: Maximum Firepower






2008. Louis Hayes Jazz Communicators: The Time Keeper2010. Louis Hayes Jazz Communicators: Lou’s Idea2010. Jazz Incorporated, Live at SmallsLouis Hayes: Return of Jazz Communicators







2013. Louis Hayes and the Cannonball Legacy Band: Live at Cory Wedds’ Cellar Jazz Club2017. Louis Hayes, Serenade for Horace2018. The John L. Nelson’s Project, Don't Play With Love







SIDEMAN
abréviations: OJC = Original Jazz Classics; OBC = Original Blues Classics

Pepper Adams

LP/CD 1983. Live at Fat Tuesday’s, Uptown 27.16/Reservoir 113

1983. Live at Fat Tuesday’s
 






Cannonball Adderley

LP/CD 1959. The Cannonball Adderley Quintet in San Francisco, Riverside 311/1157-2
LP/CD 1960.
The Cannonball Adderley Quintet, Them Dirty Blues, Riverside 322/Landmark 1303-2
LP/CD 1960. Cannonball and the Poll Winners, Riverside 355/Landmark 1304-2
LP 1960. Four Jazz Legends/Live at Newport, Essential Jazz Classics 55485 (3 titres)
LP/CD 1960.
The Cannonball Adderley Quintet at the Lighthouse, Riverside 344/Landmark 1305
LP/CD 1960. What Is This Thing Called Love, Pablo 23080238/OJC 801-2
CD 1960. Paris 1960, Pablo 5302-2
LP/CD 1960. African Waltz, Riverside 377/OJC 258-2
CD 1960-61. Cannonball Adderley en concert avec Europe 1, Europe 1 710466
LP 1961. The Cannonball Adderley Quintet Plus, Riverside 388/OJC 99919
LP/CD 1962. The Cannonball Adderley Sextet in New York, Riverside 404/OJC 142-2
LP/CD 1962. Cannonball at Comblain-La-Tour, Riverside 499/Capitol 560437-2
LP/CD 1962. Nancy Wilson & Cannonball Adderley, Capitol 1657/16210-2
LP/CD 1962-64. Live Session! Cannonball Adderley With the New Exciting Voice of Ernie Andrews, Capitol 2284/597934-2
LP/CD 1962. Jazz Workshop Revisited, Riverside 444/Capitol 529441-2
LP 1962. Cannonball Adderley, Session 119
CD 1962. New York City ’62, Magnetic Records 133
CD 1963. Lugano 1963, Swiss Radio Days 02032
LP/CD 1963. A Day With Cannonball Adderley, Bainbridge 6125
LP/CD 1963. Nippon Soul, Riverside477/OJC 435-2
LP/CD 1964. Live!, Capitol 2399
LP/CD 1964. Fiddler on the Roof, Capitol 2216/542309-2
LP/CD 1965. Domination, Capitol 2215/4775661-2
CD 1967-68. Radio Nights/Less Is More, Night Records 2/ Night Records 4
LP/CD 1975. Phenix, Fantasy 79004

1959. The Cannonball Adderley Quintet in San Francisco

1960. The Cannonball Adderley Quintet, Them Dirty Blues1960. The Cannonball Adderley Quintet at the Lighthouse1960. Cannonball Adderley, African Waltz




1961. The Cannonball Adderley Quintet, Plus

1962. Cannonball Adderley, Jazz Workshop Revisited1963. Cannonball Adderley, Nippon Soul1975. Cannonball Adderley, Phenix













Nat Adderley

LP/CD 1960. Work Song, Riverside 318/OJC 363-2
LP 1961. Naturally!, Jazzland 47
 
Gene Ammons
LP/CD 1974. Goodbye, Prestige 10093/OJC 1081-2
1974. Goodbye
 






Georges Arvanitas

LP/CD 1959. Cocktail for Three, Pretoria 30J3000/Sketch 05

1959. Georges Arvanitas, Cocktail for Three
 












George Benson

CD 1988. Tenderly, Warner Bros. 925907-2

1988. George Benson, Tenderly
 












Donald Brown

CD 1993. Send One Your Love, Muse 5479

1993. Donald Brown, Send One Your Love 












Kenny Burrell

CD 1957. K.B. Blues, Blue Note 524561-2
LP 1962. Bluesin’ Around, Columbia 38507

1957. K.B. Blues

1962. Bluesin' Around


 






Donald Byrd

LP/CD 1960. Donald Byrd and Pepper Adams, Bethlehem 6056/203018-2

1960. Donald Byrd-Pepper Adams
 












Betty Carter

LP/CD 1972-73. Betty Carter Album, Bet-Car MK1002/Verve 835682-2
1972-73. Betty Carter
 












Sonny Clark

LP/CD 1957. Dial «S» for Sonny, Blue Note 1570/75338

1957. Dial «S» for Sonny 






James Clay
LP/CD 1960. A Double Dose of Soul, Riverside 349/OJC 1790-2

1960. James Clay, A Double Dose of Soul
 












Gil Coggins

CD 2001-02. Better Late Than Never, Smalls 28

2001-02. Gil Coggins, Better Late Than Never
 












Al Cohn

LP/CD 1960. Son of Drum Suite, Victor 2312/RCA 2136409-2

1960. Al Cohn, Son of Drum Suite
 






John Coltrane

LP/CD 1958. Lush Life, Prestige 7188/OJC 131-2
LP/CD 1958. The Believer, Prestige 7292/OJC 876-2
LP/CD 1958. The Last Trane, Prestige 7378/OJC 394-2

LP/CD 1958. Coltrane Time, United Artists 14001/Blue Note 784461-2

1958. Lush Life1958. John-Coltrane, The Believer1958. John Coltrane, The Last Trane1958. Coltrane Time










Charles Davis
LP 1974. Ingia!, Strata East 7425

1974. Charles Davis, Ingia!











Richard Davis

LP 1969. Muses for Richard Davis, MPS 15266

1969. Richard Davis, Muses for Richard Davis
 












Buddy DeFranco

LP 1964. Blues Bag, Vee Jay 2506
 
Kenny Drew
LP/CD 1960. Undercurrent, Blue Note 4059/7.84059-2
1960. Undercurrent


 




Georgie Fame
CD 2000. Poet in New York, Go Jazz 6044-2
2000. Poet in New York


 




Victor Feldman
LP/CD 1960. Merry Olde Soul, Riverside 366/OJC 402-2

1960. Victor Feldman, Merry Olde Soul
 












Tommy Flanagan

LP/CD 1957. The Cats, New Jazz 8217/OJC 079-2 (Album sous le nom 
également de John Coltrane)
LP/CD 1957. Jazz: It's Magic!, Savoy 12209/9025

1957. The Cats1957. Jazz: It's Magic!







Ricky Ford
CD 1992. Tenor Madness Too!, Muse 5478

1992. Tenor Madness Too! 






Curtis Fuller
LP/CD 1957. New Trombone, Prestige 7107/OJC 077-2
LP 1957. With Red Garland, New Jazz 8277
LP 1957. Curtis Fuller: Volume 3, Blue Note 1583

1957. New Trombone1957. With Red Garland1957. Curtis Fuller: Volume 3
 











Rick Germanson

CD 2009. Off the Cuff, OWL 127
 
Stan Getz
LP 1960-61. Special, Vol.2, Verve 815239-1/511468-2
 
Terry Gibbs
LP 1964, Take It From Me, Impulse! AS 58

1964.Terry Gibbs, Take it From Me
 












Dexter Gordon

LP/CD 1972. Ca’Purange, Prestige 10051/OJC 1005-2
LP/CD 1972. Tangerine, Prestige 10091/OJC 1041-2
LP/CD 1976. Live at the Village Gate 1976, Domino 891213
LP/CD 1976. Home Coming, Columbia 34650/C2K46824

1972. Ca’Purange1972. Tangerine

 1976. Live at the Village Gate 19761976. Home Coming






Rein de Graaff
LP/CD 1979. New York Jazz, Timeless SJP 130

1979. Rein de Graaff, New York Jazz
 












Bennie Green

LP/CD 1958. Back on the Scene, Blue Note 1587/Mosaic Select 003

1958. Bennie Green, Back on the Scene
 












Grant Green

CD 1961. Gooden's Corner, Blue Note 7857194-2
CD 1962. Oleo, Blue Note 7 857154-2
LP/CD 1962. Born to Be Blue, Blue Note 84432/784432-2

1961. Gooden's Corner1962. Oleo

 1962. Born to Be Blue






Wilbur Harden
LP 1958. Mainstream 1958, Savoy 12127 (avec John Coltrane, on retrouve le disque sous son nom en CD, Countdown, Vogue 650102)
1958. Mainstream 1958
 






Barry Harris

LP/CD 1960. At the Jazz Workshop, Riverside 326/OJC-208


 






Tubby Hayes
LP 1962. Tubby’s Back in Town, Smash 27026

1962. Tubby’s Back in Town 






David Hazeltine
CD 1996. The Classic Trio, Sharp Nine 1005-2
CD 1998. A World for Her, Criss Cross 1170
CD 2000. The Classic Trio vol.II. Sharp Nine 1019-2
CD 2000. Señor Blues, Venus TKCV-35155
CD 2001. The Classic Trio Meets Eric Alexander, Sharp Nine 1023-2

1996. The Classic Trio 2001. The Classic Trio Meets Eric Alexander2000. The Classic Trio vol.II






Bill Henderson

45t 1958. Bill Henderson & the Horace silver Quintet, Blue Note 45-1710
 
Joe Henderson
LP/CD 1967. The Kicker, Milestone 9008/OJC 3711-2
LP/CD 1968. Tetragon, Milestone 9017/OJC 844-2

1967. The Kicker

1968. Tetragon





 


Frank Hewitt

CD 2002. Not Afraid to Live, Smalls Records 007

2002. Frank Hewitt, Not Afraid to Live
 












John Hicks

CD 1994. Gentle Rain, Sound Hills 8062
CD 2006. On the Wings of an Eagle, Chesky 318

1994. Gentle Rain
 






Johnny Hodges and Wild Bill Davis

LP/CD 1961. Blue Hodge, Verve 8406/Lonehill 10286
1961. Blue Hodge
 






John Lee Hooker

LP/CD 1960. You’re Leavin’ Me Baby, Riverside 12-321/OBC 538-2 (titre: That's My Story, John Lee Hooker ings the Blues)

1960. You’re Leavin’ Me Baby That's My Story: John Lee Hooker Sings the Blues






Freddie Hubbard
LP/CD 1962. The Artistry of Freddie Hubbard, Impulse! AS 27/Impulse!/MCA 33111
LP/CD 1963. The Body & the Soul, Impulse! AS 38/11832

LP/CD 1967. High Blues Pressure, Atlantic 1501/Koch Jazz 8513
LP/CD 1969. The Black Angel, Atlantic 1549/Koch Jazz 8538
LP 1969. Without a Song: Live in Europe, Blue Note 97003
LP 1970. Freddie Hubbard, The Hub of Hubbard, MPS 15267
LP 1971. Sing Me a Song of Songmy, Atlantic 1576
LP 1982. Above and Beyond, Metropolitan 1113

1962. The Artistry of Freddie Hubbard1969. Without a Song

1970. Freddie Hubbard, The Hub of Hubbard

1971-Freddie Hubbard, Sing Me a Song of Songmy








Javon Jackson

CD 1996. Burnin’, Criss Cross Jazz 1139

1996. Burnin’
 






Stafford James
LP 1978. Stafford James Ensemble, Red Records 142

1978. Stafford James Ensemble







Jazz Wave Ltd
(avec Freddie Hubbard; autres groupe: Thad Jones/Mel Lewis, Jeremy Steig, Jimmy McGriff, Kenny Burrell)
LP 1969. Jazz Wave on Tour, Vol. 1, Blue Note 89905

1969. Jazz Wave, Ltd on Tour, Vol1












Eddie Jefferson
LP/CD 1961. Letter From Home, Riverside 411/OJC 307-2

1961. Letter From Home







Jay Jay Johnson

LP 1961. A touch of Satin, Columbia 1737

1961. A touch of Satin

 






Sam Jones
LP/CD 1960. The Soul Society, Riverside 324/OJC 1789-2 (=CD Right Down Front, OJC 6008-2)
LP 1961. The Chant, Riverside 358 (=CD Right Down Front, OJC 6008-2)
LP 1977. Changes & Things, Xanadu 150

1960. The Soul Society

 1961. The Chant1977. Changes & Things






Clifford Jordan

LP/CD 1957. Cliff Craft, Blue Note 1582/8724594
LP 1977. Inward Fire, Muse 5128

1957. Cliff Craft1977. Inward Fire
 






Harold Land
LP/CD 1960. West Coast Blues!, Jazzland 20/OJC 146-2

1960. West Coast Blues!
 






Yusef Lateef

LP 1957. Morning: The Savoy Sessions, Savoy 2205 (= Jazz for the Thinker, Savoy 12109+Stable Mates, Savoy 12115+ Jazz Mood, Savoy 12103)
LP 1957. Before Dawn, Verve 8217
CD 1957. Yusef’s Mood, Complete 1957 Sessions With Hugh Lawson, Fresh Sound 493-494  (reprend les 2 précédents)

1957. Yusef’s Mood, Complete 1957 Sessions
 






Hugh Lawson

LP/CD 1989. Hugh Lawson, Colour, Soul Note 1052/121052

1989. Hugh Lawson, Colour 






Brian Lynch
CD 1995. Keep Your Circle small, Sharp Nine 1001-2

1995. Brian Lynch, Keep Your Circle Small
 












Johnny Lytle

LP 1962. Nice and Easy, Jazzland 67 (Johnny Griffin, Bobby Timmons, Sam Jones)

1962. Johnny Lytle, Nice and Easy
 






Ken McIntyre

LP/CD 1962. Years of the Iron Sheep, United Artists 15015

1962. Ken McIntyre, Years of the Iron Sheep
 












Jackie McLean

LP/CD 1957. Makin’ the Changes, New Jazz 8231/OJC 197-2
LP/CD 1957. A Long Drink of the Blues, New Jazz-Prestige 8253/OJC 253-2

1957. Jackie McLean, A Long Drink of the blues

1957. Makin’ the Changes








Chuck Mangione

LP/CD 1962. Recuerdo, Jazzland 84/OJC 495-2

1962. Chuck Mangione, Recuerdo
 












Ronnie Mathews

LP/CD 1975. Trip to the Orient, East Wind 8018
CD 1978. Cannonball Adderley, Jamey Aebershold Vol.13, Jamey Aebershold 1222

1975. Trip to the OrientCannonball Adderley, Jamey Aebershold Vol.13






Wes Montgomery
LP 1958-59. Montgomeryland, Pacific jazz 15
LP/CD 1960. Movin’ Along, Riverside 459/OJC 089-2

1958-59. Montgomeryland1960. Movin’ Along
 






Frank Morgan

LP/CD 1988. Major Changes: Frank Morgan and the McCoy Tyner Trio, Contemporary 14039

1988. Major Changes: Frank Morgan and the McCoy Tyner Trio
 






Lee Morgan

LP/CD 1962. Take Twelve, Jazzland 80/OJC 310-2

1962. Take Twelve
 






Mari Nakamoto

LP 1979. Something Blues, Zen 1011/JVC 28012
 
Phineas Newborn, Jr.
LP/CD 1961. A World of Piano, Contemporary 3600/OJC 3701-2
LP/CD 1961. The Great Jazz Piano of Phineas Newborn, Jr., Contemporary 3611/OJC 388-2

1961. A World of Piano1961. The Great Jazz Piano of Phineas Newborn, Jr.







David Newman
LP 1980. Resurgence, Muse 5234

1980. David Newman, Resurgence!








Oscar Peterson

LP 1965. The Canadian Concert of Oscar Peterson, Can-Am 1400
LP 1965-66. Blues Etude, Limelight 82039
LP 1966. Canadian Giant, DeAgostino 1055-1
CD 1966-69. Oscar Peterson: Paris 1966-1969, Europe 1-Trema 710443/48
LP 1966. Soul Español, Limelight 82044
LP/CD 1971. In Tune, The Singers Unlimited With Oscar Peterson, MPS21.20905-9/MPS 831373-2
LP/CD 1971. Reunion Blues, MPS 21.20908-3/ MPS 817490-2
LP 1971. Great Connection, MPS 21.21281-5
LP  1972. The Oscar Peterson Trio in Tokyo, Columbia 8501/Denon YX-7559
CD 1972. The Oscar Peterson Trio, Jazz Birdie's of Paradise 047
LP/CD 1974. Oscar Peterson: The History of an Artist, Pablo 2625 702

1965. The Canadian Concert of Oscar Peterson1965-66. Oscar Peterson, Blues Etude 1966. Oscar Peterson, Soul Español1971. Oscar Peterson, Reunion Blues






1971. Reunion Blues/Great Connection1972. The Oscar Peterson Trio in Tokyo





Freddie Redd
LP/CD 1960. Shade of Redd, Blue Note 4045/7821738-2

1960. Shade of Redd
 






Antoine Roney

CD 1992. The Traveler, Muse 5469

1992. The Traveler






Annie Ross
CD 1995. Music Is Forever, DRG 91446
 
Milton Sealey
CD 1992. Windows of the world/World Trade Center, Prime WOW/WTC
 
Woody Shaw
CD 1976. Eight Classic Jazz Original, Jamey Abersold Jazz Vol.9, Jamey Aebershold 1218
LP/CD 1976. The Woody Shaw Concert Ensemble at the Berliner Jazztage, Muse 5139/32Jazz 32069

1976. Eight Classic Jazz Original
 






Horace Silver

LP/CD 1956. Six Pieces of Silver, Blue Note 1539/781539-2
LP/CD 1957. The Stylings of Silver, Blue Note 1562/300168
LP/CD 1958. Further Explorations by the Horace Silver Quintet, Blue Note 1589/540034-2
CD 1958. Live at Newport, Blue Note 98070
LP/CD 1959. Finger Poppin' With the Horace Silver Quintet, Blue Note 4008/784008-2
LP/CD 1959. Blowin' the Blues Away, Blue Note 4017/746526-2
CD 1997. A Prescription for the Blues, Impulse! 238

1956. Six Pieces of Silver

 1957. The Stylings of Silver1958. Further Explorations by the Horace Silver Quintet1958. Live at Newport






1959. Finger Poppin' With the Horace Silver Quintet1959. Blowin' the Blues Away






Les Spann
LP 1960. Gemini, Jazzland 35

1960. Gemini
 






James Spaulding

CD 1991. Songs of Courage, Muse 5382
CD 1991. Blues Nexus, Muse 5467

1991. Songs of Courage1991. Blues Nexus
 






Sonny Stitt

LP/CD 1958. Newport Jazz Fest Live (Sonny Stitt/Sal Salvador Quintet : Gildo Mahones, Martin Rivera, Louis Hayes), CBS 88605/Phontastic 8814/Charly 196
LP 1972. 12!, Muse 5006

1972. 12! 






Frank Strozier
LP/CD 1977. What's Goin’ On, SteepleChase 17001/31420

1977. What's Goin’ On






Lucky Thompson

LP 1972. Friday the 13th: Cook County Jail, Groove Merchant 515
LP 1973. I Offer You, Groove Merchant 517

1972. Friday the 13th: Cook County Jail1973. I Offer You
 






McCoy Tyner

LP/CD 1985. More Mistletoe Magic/Just Feelin’, Palo Alto 8047 & 8083/Quicksilver 4010
LP/CD 1986. Double Trios, Denon YF-7122/33CY-1128
LP/CD 1987. Bon Voyage, Timeless SJP 260
LP 1987. Life at the Musician's Exchange Café, Kingdom Jazz 7021
LP/CD 1988. Uptown/Downtown, Milestone 9167/9167-2

1986. Double Trios1987. McCoy Tyner, Bon Voyage

 1987. McCoy Tyner, Live at the Musicians Exchange Café1988. Uptown/Downtown






Eddie Vinson
LP/CD 1961. Back Door Blues, Riverside 4512 & 3502-Landmark 1309/Milestone 9324-2

1961. Back Door Blues
 






Cedar Walton

LP/CD 1973. A Night at Boomers, Vol. 1, Muse 5010/Sony SRCS-9416
LP/CD 1973. A Night at Boomers, Vol. 2, Muse 5022/Sony SRCS-9416
LP/CD 1974. Firm Roots, Muse 5059/Deluxe 610742

1973. A Night at Boomers, Vol. 11973. A Night at Boomers, Vol. 21974. Firm Roots
 






Roosevelt Wardell

LP/CD 1960. The Revelation, Riverside 350/Fresh Sound 665
 
Bessie Watson
45t 1962. 'Deed I Do/A Cottage for Sale, Riverside 4569
 
Joe Weaver
45t 1957. Look Here My Pretty Baby/Baby Child, Fortune 832
45t 1957. Too Hot to Trot/All I Do Is Cry, Fortune 852
 
Phil Woods
LP/CD 1957. Four Altos, Prestige 7116/OJC 1734-2

1957. Four Altos
 






Joe Zawinul

1966. Money in the Pocket, Atlantic 3004/Rhino-Atlantic Jazz Gallery 8122-71675-2

1966. Joe-Zawinul, Money in the Pocket













*

Louis Hayes, 2015 © David Bouzaclou




DVD


1961. Cannonball Adderley quintet 24/10/1961, Ralph Gleason’s Jazz Casual with Cannonball Adderley (as), Nat Adderley (tp), Joe Zawinul (p), Sam Jones (b), Louis Hayes (dm) 

1962-63. Cannonball Adderley sextet, live in Los Angeles, Tokyo and Lugano 1962-1963, Jazz Shots Spain, with  Cannonball Adderley (as), Yusef Lateef (ts, fl), Nat Adderley (tp), Joe Zawinul (p), Sam Jones (b), Louis Hayes (dm)

1963. Cannonball Adderley, Live in ’63, Jazz Icons, Switzerland and Germany with Cannonball Adderley (as), Yusef Lateef (ts, fl), Nat Adderley (tp), Joe Zawinul (p), Sam Jones (b), Louis Hayes (dm) 




Louis Hayes, 2015 © David Bouzaclou



VIDEOS

1958. Horace Silver quintet, «Cool Eyes», Theater Hilversum for Dutch KRO Company, with Horace Silver (p), Blue Mitchell (tp), Junior Cook (ts), Gene Taylor (b), Louis Hayes (dm)
https://www.youtube.com/watch?v=73pex5SGd0Y


1959.  Horace Silver quintet, «Señor Blues», Newport, with Horace Silver (p), Blue Mitchell (tp), Junior Cook (ts), Gene Taylor (b), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=t8jFGFwOm7k


1962. Cannonball Adderley quintet «Jeannine», Paris, with Cannonball Adderley (as), Nat Adderley (tp),Victor Feldman (p), Sam Jones (b), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=mN1SwOdbdBU


1963. Cannonball Adderley sextet «Bohemia After Dark» live in Switzerland with Cannonball Adderley (as), Nat Adderley (tp), Yusef Lateef (ts), Joe Zawinul (p), Sam Jones (b), Louis Hayes (dm)

https://br-channel.com/vision/cannonball-adderley-sextet-in-switzerland-1963-bohemia-after-dark-26Pn526uOlo.html


1986. McCoy Tyner trio Live at the Subway Cologne first set with Avery Sharpe (b), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=-YCDyVRkYe0


1986. McCoy Tyner trio Live at the Subway Cologne second set with Avery Sharpe (b), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=ehGoyqfipVI


1986. Live at Juan Les Pins, McCoy Tyner All Stars, with Woody Shaw (tp), Freddie Hubbard (tp), Joe Henderson (ts), Avery Sharpe (b), McCoy Tyner (p), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=8Km3H-dqjC8


1986. McCoy Tyner trio plus Freddie Hubbard & Joe Henderson «Inner Glimpe», Live at Jazz Ost-West Festival in Nuremberg, 1986, Germany, with Louis Hayes (dm), Avery Sharpe (b), Joe Henderson (ts), Freddie Hubbard (tp), McCoy Tyner (p)

https://br-channel.com/vision/mccoy-tyner-trio-plus-freddie-hubbard-joe-henderson-inner-glimpse-fragm-gcVMg2ynWYw.html


2004. Louis Hayes & the Cannonball Adderley Legacy Band «Work Song» Civas Jazz Festival Brésil with Louis Hayes (dm), Jeremy Pelt (tp), Vincent Herring (as), Rick Germanson (p), Vicente Archer (b)

https://br-channel.com/vision/louis-hayes-cannonball-adderley-legacy-band-work-song-chivas-jazz-festival-2004-K6A4ENo0ISk.html


2010. Louis Hayes and his Dynamic Ensemble, «Live at Jammin’ on the Hudson», the Summer concert series for the serious jazz lover, at Riverbank State Park, part 1 with Riley Mullins (tp), Gerald Hayes (as), Rick Germanson (p), Richie Goods (b), Louis Hayes (dm)
Part 1:
https://www.youtube.com/watch?v=_7XuAAOn5JQ

Part 2: https://www.youtube.com/watch?v=z0OLE86vSIM


2010. Louis Hayes Trio, with Massimo Farao (p), John Webber (b)

https://www.youtube.com/watch?v=dGx0n1c2kB4


2013. Louis Hayes & the Cannonball Adderley Legacy Band 08/12/2013 at Cory Weeds' Cellar Jazz Club With Louis Hayes (dm), Jeremy Pelt (tp), Vincent Herring (as), Rick Germanson (p), Dezron Douglas (b)

https://br-channel.com/vision/louis-hayes-the-cannonball-adderley-legacy-band-0AITAIJDwvs.html

More on: https://www.youtube.com/watch?v=jR_5Cwzkmvk

and: https://www.youtube.com/watch?v=TjdqMkAT7bU


2013. Louis Hayes Solo Live at the Jazz Cellar in Vancouver 

https://www.youtube.com/watch?v=ByRo0mlc9Hg


2013. Harold Mabern trio, Live at Linda’s Jazz Nights, with Harold Mabern (p), Gerald Cannon (b), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=oampEW3328Q


2014. The Eric Alexander Quartet Live at Lindas Jazz Nights with Eric Alexander (ts), Rick Germanson (p), Tyler Mitchell (b), Louis Hayes (dm)

«On a Clear Day»: https://www.youtube.com/watch?v=Si2_moPgqns

«Parker Moods»: https://www.youtube.com/watch?v=3p9NrV5vFQs


2015. Louis Hayes: Music on Jazz at Lincoln Center New-York «Serenade for Horace Silver» with Louis Hayes (dm), Abraham Burton (as), Josh Evans (tp), Steve Nelson (vib), Dezron Douglas (b), David Bryant (p)

https://br-channel.com/vision/louis-hayes-music-on-jazz-at-lincoln-center-1ZzYTe3fngo.html


2015. Vincent Herring quartet «On the Trail», Live at Linda’s Jazz Nights le 04/02/2015

with Vincent Herring (as), Erena Terakubo (as), Rick Germanson (p), Yasushi Nakamura (b), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=WCN9axXmJ88


2015. Louis Hayes Quintet, A tribute to Cannonball Adderley, Live at the Jazz Philharmonic Hall, Saint Petersbourg, Russia 26/02/2015, with Robert Anchipolovsky (as), Illia Lushtak (g), David Goloschekin (vib) on 5 only, Andrey Zimovets (p), Nickolai Zatolochnyi (b), Louis Hayes (dm)

Set : Del Sesser, Azule Serape, Stars Fell on Alabama, Bohemia After Dark, Poor Butterfly.

https://www.youtube.com/watch?v=faeO6fxTUDs


2017. Louis Hayes 80th birthday concert tour Jazz Club in Belgium

https://br-channel.com/vision/louis-hayes-V9dcoHP5cSQ.html


2017. Louis Hayes 80th birthday concert tour, Athens le 05/02/2017 Half Note 

with Jeremy Pelt (tp), Dezron Douglas (b), Danny Grissett (p), Louis Hayes (dm)

https://br-channel.com/vision/louis-hayes-80th-birthday-tour-athens-05-02-2017-half-note-p1-xpjnqfr2DOs.html


2017. Louis Hayes 80th birthday concert tour, Jamboree, Barcelona, Spain

with Jeremy Pelt (tp), Dezron Douglas (b), Danny Grissett (p), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=hDa4Y6Sdn7o


2018. Louis Hayes quintet «Serenade for Horace», Chicago Jazz Festival, Live at Jay Pritzker Pavillon 31/08/2018, with Abraham Burton (ts), David Bryant (p), Steve Nelson (vib), Dezron Douglas (b), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=ZCLkqwZMXyU


2018. Dexter Gordon Legacy Band, «Evergreenish» Live at Parker Jazz Club Austin, Texas, 27/02/2018

with Doug Lawrence (ts), Eric Reed (p), Kris Johnson (tp), John Webber (b), Louis Hayes (dm)

https://www.youtube.com/watch?v=L2NQHfVQbiY


*